Archives par mot-clé : traduire

Journée d’étude finale du séminaire : traduire/interpréter

[Tourdjouman] Bey, interprète de la Porte (BnF)
[Tourdjouman] Bey, interprète de la Porte (BnF)
Tout au long de cette année, le séminaire de lecture en sciences sociales de l’EFR a mis au centre de ses travaux cet acte fondamental de la pratique des sciences sociales que constitue la traduction/interprétation. Acte quotidien de la recherche dans ces disciplines, il correspond à une forme de transposition (inconsciente ou assumée) pratiquée dans un but heuristique et explicatif : faire mieux comprendre un phénomène. Cette thématique renvoie cependant aussi au problème de la transmission du savoir par la traduction de textes d’histoire et de sciences sociales, ou simplement par la traduction de concepts. À l’époque de la mondialisation du savoir, c’est donc le problème d’une lingua franca de la recherche qui est soulevé : est-elle possible ? Nécessaire ? Alors même qu’écrire en science sociale est un acte d’écriture au sens fort, dans quelle mesure cette lingua franca est-elle un apport réel, au-delà d’une amélioration de la communication ? Après cinq séances préparatoires autour de ces questions, cette journée d’étude clôt le séminaire 2013-2014.

 

Programme :

9h00 : Accueil

9h15 : Introduction (Thibaud Lanfranchi, École française de Rome).

9h30 : « Herméneutique et réflexivité : l’historien en personne » (Antoine Lilti, EHESS).

10h : « Traduction, droit et société : quels emboitements ? » (Nicolas Froeliger, Université Paris 7 Diderot)

10h30 : Discussion et pause

11h00 : « La gioia dell’estraneo. Sulla teoria della traduzione di Schleiermacher » (Thomas Poiss, Humboldt Universität zu Berlin)

11h30 : « Intraduisibles et intraduits, des sciences humaines aux textes littéraires » (Claire Placial, Université de Nice).

12h : Discussion et pause

15h : Table ronde « Traduire les concepts en sciences sociales ? ». Avec la présence de Barbara Cassin (CNRS) et Olivier Christin (Université de Neuchâtel et EPHE).

 

Piazza Navona, salle de séminaire.

Autour de l’herméneutique d’Hans­­­-Georg Gadamer. Première séance du séminaire.

rauschenberg1Dans Vérité et méthode, paru en 1960, le philosophe allemand H.-G. Gadamer suggéra une nouvelle lecture, philosophique, de la notion d’herméneutique, en proposant d’y voir autre chose qu’une simple méthodologie des sciences sociales. Cet ouvrage, qui a eu un puissant écho dans de nombreux domaines des sciences humaines et sociales sera au coeur de cette séance, qui en discutera les attendus, les héritages et aussi les contestations.

La séance est organisée par Th. Lanfranchi, Cl. Revest et P. Thévenin.

Elle aura lieu le vendredi 10 janvier 2014, à 14h (salle de séminaire, Piazza Navona).

Seront discutés :

H.-G. Gadamer, Vérité et méthode. Les grandes lignes d’une herméneutique philosophique, Paris, 1996, p. 312-321.

A. Lilti, « Rabelais est-il notre contemporain ? Histoire intellectuelle et herméneutique critique », RHMC, 59-4 bis, 2012, p. 65-84.

Bruno Latour et Steve Woolgar, La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, 1996, p. 167-177.

Le séminaire reprend ses activités : « « Lost in translation » : traduire/interpréter »

La tour de Babel d'après Bruegel l'AncienLe séminaire 2013-2014 souhaite mettre au centre de ses travaux un acte fondamental de la pratique des sciences sociales : la traduction/interprétation. Acte quotidien de la recherche en SHS, il consiste principalement en une forme de transposition (inconsciente ou assumée) pratiquée dans un but heuristique et explicatif : faire mieux comprendre un phénomène. Cette thématique renvoie par ailleurs à un autre acte concret essentiel de la transmission des savoirs : la traduction de textes d’histoire et de sciences sociales, ou simplement de concepts, en vue de diffusion de la connaissance. À l’époque de la mondialisation des savoirs, c’est alors le problème d’une lingua franca de la recherche qui est soulevé : est-elle possible ? Nécessaire ? Alors même qu’écrire en science sociale est un acte d’écriture au sens fort, dans quelle mesure cette lingua franca est-elle un apport réel, au-delà d’une amélioration de la communication ? Telles seront les diverses interrogations développées au fil des séances.

L’organisation du séminaire est par ailleurs légèrement modifiée cette année. Cinq séances préparatoires précéderont en effet une journée d’étude finale qui aura lieu le 7 juillet 2014.

Programme :

10 janvier 2014 : Autour de l’herméneutique de Gadamer.

13 février 2014 :  Confrontation du Dictionnaire des concepts nomades et du Vocabulaire européen de la philosophie.

14 mars 2014 : Traduire son « terrain » : réflexivité, objectivité et ethnocentrisme en histoire, géographie et ethnologie.

11 avril 2014 : Traduire les sources juridiques : du caractère performatif des transpositions linguistiques. 

16 mai 2014 : La traduction à l’aune des conceptions des philologues allemands du début du XIXe siècle.