Motion des personnels scientifiques de l’École française de Rome

La future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), telle que la préfigurent ses rapports préparatoires, entraînera de nouvelles restrictions de budget et de postes désastreuses pour l’enseignement supérieur en France. Nous dénonçonsun nouveau coup porté à la recherche et réaffirmons notre attachement à un service public de l’enseignement supérieur et de la recherche de qualité.

Les orientations données par les rapporteurs, qui visent à généraliser la recherche par projet en diminuant encore les dotations permanentes des laboratoires et des universités, constituent une nouvelle attaque contre la recherche publique, déjà fragilisée par une série de réformes mal maîtrisées, aux motivations essentiellement budgétaires et idéologiques. La LPPR, telle que ces rapports la préfigurent, conduira à une concentration des moyens dans quelques rares établissements dits d’« excellence » au détriment de tous les autres.

Les rapports préparatoires prévoient une modification du statut des enseignants-chercheurs et la multiplication des contrats de courte durée.En accentuant la mise en concurrence systématique des chercheurs et des institutions– contraints de courir candidatures et appels à projets –, elle les détourne du cœur de leur activité. Les recommandations des rapporteurs imposent un tournant libéral aux services publics de l’enseignement supérieur et de la recherche : feignant de se conformer à un modèle anglo-saxon, ils prônent un système fondé sur le darwinisme social. Ils établissent à tort la vulnérabilité, l’évaluation et la compétition en vecteurs d’efficacité et d’attractivité.La précarité, jusqu’ici présentée comme provisoire, est désormais institutionnalisée et légitimée, devenant la norme. La recherche nécessite pourtant du temps, de la stabilité et du suivi pour produire des résultats.

Enfin, l’enseignement universitaire et la recherche doivent fonctionner de concert, contrairement à ce que préconise l’un des rapports préparatoires à la LPPR. La modulation des services des enseignants-chercheurs produirait un système universitaire toujours plus inégalitaire, alors même que le nombre d’étudiants ne cesse de croître.

Nous vivons en Italie où a été entreprise, il y a quelques années, une réforme de l’enseignement supérieur et de la recherche aux motivations semblables à celles que propose aujourd’hui le gouvernement français. Parce que nous travaillons quotidiennement avec les chercheurs et les universitaires italiens, nous sommes les premiers témoins des effets désastreux d’une telle politique. L’absence chronique de postes stables et la concurrence de tous contre tous obligent nos collègues à multiplier les contrats courts, mal rémunérés et mal considérés, au mépris de la maturation intellectuelle et scientifique. Nous le savons : l’instabilité permanente nuit à la recherche et fragilise les personnes. C’est donc souvent aux dépens de l’individu que la recherche italienne continue de proposer des productions de haut niveau.

Les réformes proposées ne constituent pas une réponse à la hauteur de la crise qui traverse le monde de la recherche.Nous déplorons ainsi qu’à rebours des annonces, une politique ambitieuse de la recherche publique ne soit pas engagée.

 

Les sections Antiquité, Moyen Âge, Époques moderne et contemporaine

et le service archéologique de l’École française de Rome


Séance 3: Erreurs de réification et « tripotages inconscients ». Histoire culturelle et politique de l’erreur scientifique

Errori di reificazione e «manipolazioni incoscienti». Storia culturale e politica dell’errore scientifico

4 mars 2020 – Roma, Piazza Navona 62, Salle de séminaire

Séance coordonnée par Philippe Lefeuvre (EFR), Eliza Orellana (EFR), Annalaura Turiano (EFR), Hugo Vermeren (EFR)

Les erreurs de réification consistent à attribuer une réalité objective à des constructions mentales. Dans quelle mesure sont-elles constitutives des savoirs scientifiques d’hier et d’aujourd’hui ? Cette séance propose d’aborder l’erreur au prisme de l’histoire culturelle et politique. Nous reviendrons notamment sur l’histoire de la craniométrie et des théories des races au XIXe siècle pour réfléchir, non pas sur la tromperie volontaire, mais sur le poids des représentations et des préjugés dans la fabrique des « illusions » savantes.

 

Gli errori di reificazione consistono nell’attribuire una realtà oggettiva a delle costruzioni mentali. In che misura questi errori sono costitutivi del sapere scientifico di ieri e oggi? Questa sessione propone di affrontare l’errore sotto il prisma della storia culturale e politica. Ritorneremo in particolare sulla storia della craniometria e delle teorie della razza del XIX secolo, per riflettere non tanto sull’inganno volontario, quanto sul peso delle rappresentazioni e dei pregiudizi nella fabbrica delle «illusioni»scientifiche.

Séance 2 : L’erreur dans l’iconographie

L’errore nell’iconografia

5 février 2020 – Roma, Piazza Navona 62, Salle de séminaire

Séance coordonnée par Adrián Fernández-Almoguera (EFR), Viva Sacco (EFR), Paolo Tomassini (EFR)

Cette séance est dédiée aux erreurs d’interprétation faites dans le cadre des études iconographiques. Il s’agira de réfléchir à l’impact qu’une erreur peut avoir sur la conception de l’art dans le temps mais également sur les conséquences – parfois désastreuses – dans différentes disciplines telles que l’histoire de l’art, l’architecture et l’archéologie. On abordera cette problématique à travers trois exemples qui couvrent un grand arc chronologique. Nous partirons de la non-reconnaissance de la polychromie dans la sculpture antique de la part de Winckelmann ; puis nous aborderons le présumé iconoclasme islamique ; enfin nous questionnerons les travaux de George Didi Huberman sur l’interprétation de la peinture de la Renaissance. 

 

Questa sessione è dedicata agli errori di interpretazione commessi nel quadro degli studi iconografici. Si tratterà di riflettere sull’impatto che un errore può avere sulla concezione dell’arte nel tempo, ma anche sulle conseguenze – a volte disastrose – in discipline diverse come la storia dell’arte, l’architettura e l’archeologia. Affronteremo questa problematica attraverso tre esempi che coprono un grande arco cronologico. Si partirà dal non riconoscimento della policromia nella scultura antica da parte di Winckelmann; in seguito si tratterà della cosiddetta iconoclastia islamica; infine interrogheremo le ricerche di George Didi Huberman sull’interpretazione della pittura nel Rinascimento.

Séance 1: Erreur et espace en sciences sociales. Erreur écologique et problèmes d’agrégation spatiale

Errore e spazio nelle scienze sociali. Errore ecologico e problemi di aggregazione spaziale.

15 janvier 2020 – Roma, Piazza Navona 62, Salle de séminaire

Séance coordonnée par Virgile Cirefice (EFR) et Thibault Bechini (Université Paris I)

Bibliographie

À l’orée du XXe siècle, les sciences sociales sont nées comme des disciplines tendant, enfin, vers l’exactitude. La mise au point de méthodes rigoureuses n’a cependant pas fait disparaître tout risque d’erreur dans la production des résultats. Liée à l’essor des méthodes quantitatives en sciences sociales, l’erreur écologique, c’est-à-dire le processus par lequel on impute à un individu des caractéristiques mises en évidence à l’échelle du groupe, sera au cœur de cette séance. En se penchant sur les divergences de résultats qu’entraînent parfois les variations d’échelle, on s’interrogera sur la validité des découpages, nécessaires aux sciences sociales, mais qui peuvent se révéler trompeurs. À travers des exemples tirés de la géographie, de la démographie ou de la sociologie, la séance vise à réfléchir aux biais qu’entraînent les choix des échelles d’analyse, des découpages spatiaux ou encore des représentations graphiques qui, tout en aspirant à l’exactitude, peuvent se révéler source de nouvelles erreurs. 

 

All’inizio del XX secolo, le scienze sociali si sono evolute come disciplineche tendono, infine, all’esattezza. La messa a punto di metodi rigorosi non ha fatto tuttavia scomparire il rischio dell’errore nella produzione dei risultati. Legato allo sviluppo dei metodi quantitativi in scienze sociali, l’errore ecologico, vale a dire il processo attraverso cui si imputano ad un individuo delle caratteristiche messe in evidenza a livello del gruppo, sarà il cuore di questa sessione. Esaminando le divergenze dei risultati che le variazioni di scala talvolta implicano, ci si interrogherà sulla validità delle suddivisioni, necessarie nelle scienze sociali, ma che possono rivelarsi fallaci. Attraverso degli esempi tratti dalla geografia, dalla demografia o dalla sociologia, la sessione punta a riflettere sulle distorsioni che comportano la scelta delle scale d’analisi, delle suddivisioni spaziali o ancora delle rappresentazioni grafiche che, benché aspirino all’esattezza, possono rivelarsi fonte di nuovi errori.

Introduction au séminaire: l’erreur, un problème transdisciplinaire

4 décembre 2019 à 10H – Roma, Piazza Navona 62 – Salle de séminaire

Séance coordonnée par Bertrand Augier, Angela Cossu, Séverin Duc

La première partie de cette séance proposera une réflexion théologique et philosophique sur la notion d’erreur. Celle-ci sera définie et expliquée, en même temps que les notions de faute et de péché, dans leurs déclinaisons hébraïque et chrétienne. Il sera montré toute l’importance du glissement sémantique entre les trois notions qui conduit « à une rhétorique qui tend à créer la faute là où il n’y a que l’erreur, et à qualifier de péché ce qui n’est que faute », selon Ch. Jérémie et M.‑J. Louison-Lassablière. Si, théologiquement, l’erreur est humaine, elle est entretient un commerce, pour certains philosophes comme F. Nietzsche, avec l’illusion de la vérité. Celle-ci serait le plus profond des mensonges. Cette déconstruction de la vérité amène M. Foucault à postuler, après G. Canguilhem, que l’erreur « est sur l’énorme calendrier de la vie ».

Il sera ensuite question de l’erreur dans le champ scientifique, abordée du point de vue de l’épistémologie et de la sociologie des sciences. Suivant K. Popper notamment la connaissance scientifique s’explique par des procédures rationnelles, l’erreur nécessitant une autre explication, notamment sociale (c’est l’hypothèse du « grand partage), devenant l’apanage de la sociologie ou de l’histoire des sciences. Cependant, les travaux de Th. Kuhn sur les notions de paradigme et d’incommensurabilité, puis le « programme fort » défendu par D. Bloor a conduit les sociologues à s’intéresser aux pratiques concrètes (soit le contenu des sciences, et plus seulement le contenant), suivant un principe de symétrie, faisant appel au même type de causes pour expliquer les croyances vraies et les croyances fausses, le succès et l’échec, les vainqueurs et les vaincus des controverses scientifiques. C’est pour nuancer ce relativisme généralisé que les notions d’acteur-réseau et de traduction ont été développées par Callon et B. Latour, qui feront l’objet d’une mise en perspective critique.

Il sera dans une troisième partie question de l’erreur d’un point de vue philologique. On introduira la notion technique d’erreur en tant qu’« innovation »  dans la tradition des textes et on montrera comment l’étude de ces innovations peut conduire à élaborer un « arbre généalogique » des témoins transmettant le texte, essentiellement à travers la méthode dite de Lachmann (qui n’a pas toujours été acceptée dans l’histoire de la discipline). L’erreur, normalement à éviter, car non conforme à la volonté de l’auteur, est en ce cas est positive : elle permet de tracer l’histoire du texte à rebours, jusqu’à l’original non conservé. La reconstruction de l’original et, de façon générale, la recherche de la « vérité » textuelle, ne sont pas dépourvues d’implications politiques, morales, religieuses et théologiques : tout cela sera montré à travers l’exemple concret de l’impact de la critique textuelle sur l’étude la Bible.