(Se) comparer (à) César

Deux médaillons représentant Jules César et Auguste, peints Jean Bourdichon ; Extraits de Suétone, Vie des Douze Césars, éd. 1515-1520, f. 1v° et 3v° ; BnF, NAF 28800.

5e séance de la série « Comparer, comparaison, comparatisme » du Séminaire de lectures en sciences sociales

14 mai 2018, École française de Rome, Crypta Balbi.
Organisation : Séverin Duc & Pascal Montlahuc

Présentation

« Le propre des grandes figures mythiques, on le sait bien, est de ne jamais épuiser le commentaire. Quand on croit que tout est dit, elles reviennent nous interroger, nous intriguer » (D. Ménager). Au-delà de l’intrigue qu’elle soulève, la figure césarienne nous semble permettre de satisfaire à certains attendus de la méthode de la comparaison historique et anthropologique. Celle-ci exige en effet de monnayer les catégories préétablies, de décomposer les groupes comparatifs en sous-ensembles, de se déplacer dans le temps et/ou dans l’espace, de faire travailler les concepts ou encore de repérer les espaces pertinents de comparaison, autant d’opérations que le cas de César permet de proposer. Toutefois, le but de cette intervention n’est pas seulement de discuter de l’opération de la comparaison du point de vue des sciences humaines, comme cela a été le cas dans les séances précédentes, mais également (et peut-être surtout) d’aborder un dossier où la comparaison est elle-même faite par les acteurs historiques, en l’occurrence celle de certains hommes de pouvoir vis-à-vis de Jules César, tant à l’époque de ce dernier (milieu du Ier s. a.C.) qu’au cours du Moyen Âge tardif et au début de l’époque moderne.

Séverin Duc et Pascal Montlahuc

Références bibliographiques

Sources

  • Suétone, Vies des douze Césars (trad., introd. et notes par G. Flamerie de Lachapelle), Paris, Les Belles-Lettres, Editio minor, 2016 (parcourir la Vie du Divin César).
  • Plutarque, Vies parallèles (trad. A.-M. Ozanam, éd. Fr. Hartog, annotée par C. Mossé, J.-M. Pailler et R. Sablayrolles), Gallimard, coll. Quarto, 2001.
  • Demoulins Fr., Pigghe A. et Godefroy le Batave, Commentaires de la guerre gallique, II, 1519-1520,  Folios 1 à 10).

Littérature secondaire

  • Frazier F., « À propos de la composition des couples dans les Vies Parallèles de Plutarque », Revue de Philologie, 61, 1987, p. 65-75.
  • Hochner N., Louis XII. Les dérèglements de l’image royale (1498-1515), Paris, 2006 (sous-chapitre, « Rejet de la pompe antique ? », p. 122-133).
  • Hurlet F., Auguste, Paris, 2015 (paragraphe « Dans l’ombre de César », p. 239).
  • Lecoq A.-M., François Ier imaginaire. Symbolique et politique à l’aube de la Renaissance française, Paris, 1987 (sous-chapitre, « Les Commentaires de la guerre gallique de François Demoulins et Godefroy le Batave : les destins parallèles », p. 229-244).
Jules César remettant à François 1er l’épée et le caducée, peints par Godefroy le Batave ; Extrait de Demoulins (Fr.), et alii, Commentaires de la Guerre gallique, II, éd. 1519-1520, f. 5v°  BnF, Ms. fr., 13429.

Actualité de l’ambition anthropologique : comparatisme, universalisme et scientificité des sciences de l’homme

4e séance de la série « Comparer, comparaison, comparatisme » du Séminaire de lectures en sciences sociales

9 avril 2018, École française de Rome, piazza Navona.
Organisation : Sébastien Plutniak & Bruno D’Andrea

Télécharger l’affiche et les résumés au format pdf.

 


Présentation et résumés des interventions

Cette séance portera sur le statut de la comparaison dans les travaux actuels d’anthropologie générale. La définition même de cette dernière n’est plus évidente : s’agit-il d’établir un discours scientifique « général » sur l’homme au sens qu’il concernerait la masse entière de tous les hommes, dans l’espace et dans le temps ? ou que ce discours traiterait d’aspects « généraux » au sens de fondamentaux (le « religieux », l’« économique ») ? ou, encore, généraux au sens de causaux (l’identification de régularités, de constantes anthropologiques ou de mécanismes) ? Par ailleurs, avec l’effacement de l’héritage structuraliste, constate-t-on aujourd’hui une diminution des travaux visant ces degrés de généralité ?

Les présentations des trois intervenants – confrontés dans leurs travaux à l’une ou l’autre de ces acceptions de la généralité anthropologique – nous conduiront vers ces questions. Les opérations de comparaison y sont impliquées, qu’elles concernent la mise en rapport et en équivalence d’observations diverses par leur nombre, diverse par la nature des faits observés, ou diverse par les méthodes et les concepts fondant l’observation.


L’anthropologie est-elle une science expérimentale  ?

Laurent Barry (Ehess)


Je propose d’aborder ici la question de l’administration de la preuve en anthropologie dans le cadre d’une comparaison au sein d’une même société (je partirai de l’exemple des Peuls du Cameroun que j’ai étudié) mais entre différentes communautés de cet unique ensemble (communautés plus ou moins investis dans le pastoralisme et ayant une relation au pouvoir historiquement très variable). Je partirai de la définition première de Claude Bernard de la méthode expérimentale pour montrer que, contrairement à une idée trop répandue, celle-ci ne repose pas sur la nécessité d’une « manipulation » ou d’une action / intrusion du sujet dans l’objet de son expérience. Ainsi, dans le cadre médical auquel appartenait Claude Bernard l’idée d’expérimentation consistait pour lui en une méthode, celle de l’observation des variations concomitantes dans l’examen de pathologies et ce sans aucune intervention de l’observateur (le stade de l’observation des signes cliniques précédant et se différenciant bien sûr de celui du soin).

Dès lors, on peut poser que l’anthropologie (mais aussi bien la sociologie, la démographie ainsi que bien d’autres sciences humaines et sociales dont le sujet est – généralement – contemporain de l’observateur) en tant que sciences d’observations sont elles aussi tout à fait susceptibles d’asseoir leurs hypothèses sur l’observation de variations concomitantes d’un phénomène social. C’est ainsi la méthode que j’ai suivie dans l’un des aspects de ma recherche consistant à essayer de différencier ce qui, dans le système matrimonial, distinguait les idiosyncrasies propres aux communautés peules distinctes que j’étudiai, d’un « modèle » plus général du mariage peul entendu comme archétype culturel.

On verra alors qu’en identifiant certains facteurs qui explicitent des variations régionales ont peut parvenir à isoler d’autres éléments qui au contraire restent constant et ne sont pas affectées par la variation de ces facteurs locaux, éléments qui sont alors les candidats les plus aptes à remplir les conditions de la définition d’un modèle global, dans le cas présent celui d’une expression sui generis du système matrimonial peul.

Lectures
  • Laurent S. Barry. 1998, « Les modes de composition de l’alliance : le “mariage arabe” », L’Homme, p. 17–50, doi : 10.3406/hom.1998.370504.

  • Laurent S. Barry. 2000, « L’union endogame en Afrique et à Madagascar », L’Homme, 154–155, p. 67–100, doi : 10.4000/lhomme.22.


Les comportements humains : vers un décloisonnement des disciplines
Paul Seabright (Toulouse School of Economics)


Cet exposé expliquera comment les sciences économiques se sont démarquées de la sociologie historique et de l’histoire des civilisations à partir du xviiie siècle, et comment ces courants sont restés distincts au cours du xixe et du xxe siècles. Il proposera ensuite quelques éléments qui font penser que ces courants sont en train de se rejoindre au xxie siècle. Un concept clé est l’écologie des populations: toutes les sciences sociales traitent de la façon dont les populations humaines gèrent leur environnement matériel, social et conceptuel. Les sciences économiques ont besoin de rester cohérentes avec l’anthropologie, la sociologie et les autres sciences sociales. Cette cohérence est imposée par le fait que chaque discipline traite de certains échanges entre les populations et leur environnement, et la cohérence de la matrice des échanges est la contrainte fondamentale qui assure l’unité des sciences sociales. Cet argument sera illustré par des exemples de l’analyse de la religion par diverses sciences sociales.

Lectures
  • Paul Seabright. 2010, The Company of Strangers. A Natural History of Economic Life, 2e éd., Princeton : Princeton University Press, 400 p., p. 1–11.

  • Paul Seabright. 2016, « Religion and Entrepreneurship: a match made in heaven? », Archives de sciences sociales des religions, 175, 3, p. 201–219, doi : 10.4000/assr.27991.


Une science des rapports de genre est-elle possible  ?
Christophe Darmangeat (Université Paris Diderot)


La construction d’une théorie sociale générale suppose la comparaison et la classification des réalités locales. La possibilité d’atteindre cet objectif, qui était celui de la science anthropologique à ses débuts, a ensuite été peu à peu contestée, au point que certains courants en sont venus à le nier en tant qu’objet scientifique. En partant de l’exemple des rapports de genre, on soulignera les difficultés – réelles – de parvenir à leur connaissance objective tout en soulignant l’impérative nécessité de conserver cette perspective.

Lectures
  • Christophe Darmangeat, L’oppression des femmes, hier et aujourd’hui : pour en finir demain  ! Une perspective marxiste, http://cdarmangeat.free.fr/ ?p=d, 42 p. ; résumé de :

  • Christophe Darmangeat. 2012, Le communisme primitif n’est plus ce qu’il était. Aux origines de l’oppression des femmes, 2e éd., Toulouse : Smolny, 464 p.

Économies comparées : à quoi bon des chiffres ?

Calendrier extrait du Rustican, de Pietro Crescenzi, v. 1306. Source : Wikipedia.

Par Cécile Troadec

Comment l’historien construit-il et manipule-t-il les données chiffrées ? La question se pose avec d’autant plus d’acuité semble-t-il lorsque ce dernier étudie les économies dites pré-modernes : comment antiquisants et médiévistes créent-ils, à partir des données quantitatives brutes que livre la documentation, des données économiques comparables entre elles ? De l’histoire quantitative sérielle à la nouvelle sociologie économique, la manière dont ces différentes approches ont traité les chiffres est conditionnée par la conception que se font les historiens des économies pré-modernes et, en particulier, par l’idée d’une possible comparaison avec les économies modernes.

Continuer la lecture de Économies comparées : à quoi bon des chiffres ? 

Comparer des données économiques en masse : le Capital au XXIe siècle de Thomas Piketty

New York Skyline, Samuel Herman Gottscho, 19 janvier 1932, Library of Congress

Par Catherine Kikuchi

La question de la construction des données se pose de façon cruciale quelle que soit la période étudiées. Les données économiques du xxe ou du xxie siècle engendrent des problématiques très semblables à celles des périodes antérieures : comment rendre des données homogènes entre elles, c’est-à-dire comparables, alors qu’elles ont été produites dans des contextes géographiques et temporels très différents ? Ce sont des questions centrales dans Le Capital au xxie siècle qui utilise une masse de données extrêmement importante et de provenances très diverses.

Continuer la lecture de Comparer des données économiques en masse : le Capital au XXIe siècle de Thomas Piketty 

Comparer des données économiques : histoire économique antique et céramique

Dionysos coiffé d’une mitra, fragment de cratère sicéliote à figures rouges MH C373-594. Trouvé à Meghara Hyblaea (Sicile). http://journals.openedition.org/cefr/1337

Par Ségolène Maudet

Quelques rappels historiographiques

Une impulsion fondamentale a été donnée par des savants allemands à la fin du xixe siècle, eux-mêmes en plein débat entre économistes et historiens, sur l’histoire du capitalisme et la place de l’Antiquité gréco-romaine dans cette évolution. Le texte majeur de cette période est celui de Max Weber, Agrarverhältnisse im Altertum (1909). C’est dans ce cadre que prend place la querelle dite des modernistes (Meyer) et des primitivistes (Weber, Häsebroek)(voir Will 1954). Dans le champ de l’histoire gréco-romaine, dans les années 1960-1970, il faut rappeler la grande importance des travaux de Finley et de Polanyi, qui développent une vision « primitiviste » de l’économie antique, statique, radicalement différente de la nôtre.

Continuer la lecture de Comparer des données économiques : histoire économique antique et céramique 

Raisonner la comparaison (Journée d’étude des doctorants EFR)

Raisonner la comparaison : terrains d’enquête, méthodes et objets d’étude

Mercredi 28 février 2018

Place Navone, 62 – Salle de Séminaire

Dans quelle mesure la « comparaison » en tant que méthode prend place dans nos recherches ? Malgré la diversité de nos domaines d’études, la démarche comparative est omniprésente dans tous nos travaux de thèse, à la fois comme méthode explicite de construction de nos objets et comme raisonnement implicite.

Tout en rendant compte de la variété de nos recherches, nous souhaiterions mettre à l’épreuve les apports de la comparaison dans la production de la connaissance scientifique en sciences sociales. En insistant sur la production de matériaux empiriques et sur les cadres théoriques nous permettant de monter en généralité, notre objectif est enfin d’interroger la capacité de la comparaison à mettre en cause la posture (ethnocentrique ?) du chercheur.

 Programme

  • 10h–11h15 : Gaëlle Troadec et Virginia Santilli

Comparer des terrains à l’international (France–Italie) pour mettre en lumière des structures socio-économiques singulières de marché ? Les cas de la petite pêche et du parc locatif social.

  • 11h30–12h45: Serena Galasso et Blanche Lacoste

Deux disciplines au prisme du « genre » : objets, méthodes, enjeux. De l’étude de la gestion domestique aux xvexvie siècles à l’analyse de la liturgie contemporaine.

  • 14h–15h15 : Anton Divić  et Alba Ferreira Domíngez

Comparaison de l’objet : comparaison entre les différents sites et entre les épaves en archéologie sous-marine.

« Comparer, comparaison, comparatisme » : présentation

Vous pouvez retrouver le texte de présentation du séminaire 2017-2018 au format PDF ici.

La comparaison est une opération fondamentale du raisonnement scientifique. Son statut dans l’épistémologie des sciences humaines et sociales a fait l’objet de nombreux questionnements, depuis ceux de Émile Durkheim jusqu’à ceux Jean-Claude Passeron, en passant par les propositions de Louis Dumont ou de Vincent Descombes[1]. Des travaux récents et des mises au point méthodologiques ces ont, dernières années, abordé la comparaison à la fois comme méthode et comme objet[2]. Cependant, si des opérations de comparaison sont effectuées dans toutes les sciences, le statut et l’importance qui leur sont attribuées varient selon les disciplines. Les fonctions épistémologiques qui leur sont assignées, la manière et les instruments avec lesquels elles sont effectuées (métriques, échelles, relations sémantiques) varient largement selon qu’il s’agisse du droit comparé ou de la littérature comparée, de l’histoire ou de l’anthropologie. Pour son édition 2017–2018, le séminaire des membres de l’École française de Rome explorera ces questions à travers des propositions issues des différentes sciences humaines et sociales. Continuer la lecture de « Comparer, comparaison, comparatisme » : présentation 

Séminaire 2017–2018

« Comparer, comparaison, comparatisme » : séminaire de lecture en sciences sociales de
l’École française de Rome 2017–2018

Coordination : Sébastien Plutniak et Catherine Kikuchi.

Le séminaire de cette année sera consacré à la comparaison. Au cours des six séances nous l’aborderons à la fois en tant que méthode du raisonnement en sciences sociales et en tant qu’objet pouvant être étudié par ces sciences. La séance de mi parcours (avril) et la séance finale (juillet) nous donnerons l’occasion d’entendre les réflexions de chercheurs invités. Cette année, le séminaire des membres compte également une séance organisée par les doctorants de l’École française de Rome (février), au cours de laquelle ils présenteront leurs travaux en cours. Continuer la lecture de Séminaire 2017–2018 

What if ? Uchronie et raisonnement contrefactuel

 Par Marie-Adeline Le Guennec, Niccolò Mignemi, Sébastien Plutniak

En 2017 (L. Smekhov, studio Diafilm, 1960)

Actualité de l’approche contrefactuelle en histoire

Le concept d’histoire contrefactuelle, directement transposé de l’expression anglaise counterfactual history, apparaît en plein essor depuis une trentaine d’années. Une rapide évaluation lexicale de la bibliographie spécialisée permet d’en rendre compte superficiellement (fig. 1).

Figure 1 – Décompte des occurrences des syntagmes « virtual history » et «  counterfactual history» entre 1950 et 2013 dans un large échantillon de textes scientifiques (source : Jstor Data for Research).

Si ce concept est particulièrement bien ancré dans les milieux scientifiques anglophones, européens comme extra-européens, sa diffusion en France, où il est généralement considéré avec méfiance par les historiens, demeure minime. De fait, la première synthèse en français sur le sujet date de 2016 : il s’agit de l’ouvrage de Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus. Cet ouvrage a constitué le fil directeur d’une séance du séminaire des membres de l’EFR consacrée aux mécanismes, aux enjeux et aux limites de l’usage du raisonnement contrefactuel en histoire et dans diverses sciences sociales.

Continuer la lecture de What if ? Uchronie et raisonnement contrefactuel