Archives par mot-clé : Sébastien Plutniak

Actualité de l’ambition anthropologique : comparatisme, universalisme et scientificité des sciences de l’homme

4e séance de la série « Comparer, comparaison, comparatisme » du Séminaire de lectures en sciences sociales

9 avril 2018, École française de Rome, piazza Navona.
Organisation : Sébastien Plutniak et Bruno D’Andrea

Télécharger l’affiche et les résumés au format pdf.

Continuer la lecture de Actualité de l’ambition anthropologique : comparatisme, universalisme et scientificité des sciences de l’homme

« Comparer, comparaison, comparatisme » : présentation

Vous pouvez retrouver le texte de présentation du séminaire 2017-2018 au format PDF ici.

La comparaison est une opération fondamentale du raisonnement scientifique. Son statut dans l’épistémologie des sciences humaines et sociales a fait l’objet de nombreux questionnements, depuis ceux de Émile Durkheim jusqu’à ceux Jean-Claude Passeron, en passant par les propositions de Louis Dumont ou de Vincent Descombes[1]. Des travaux récents et des mises au point méthodologiques ces ont, dernières années, abordé la comparaison à la fois comme méthode et comme objet[2]. Cependant, si des opérations de comparaison sont effectuées dans toutes les sciences, le statut et l’importance qui leur sont attribuées varient selon les disciplines. Les fonctions épistémologiques qui leur sont assignées, la manière et les instruments avec lesquels elles sont effectuées (métriques, échelles, relations sémantiques) varient largement selon qu’il s’agisse du droit comparé ou de la littérature comparée, de l’histoire ou de l’anthropologie. Pour son édition 2017–2018, le séminaire des membres de l’École française de Rome explorera ces questions à travers des propositions issues des différentes sciences humaines et sociales. Continuer la lecture de « Comparer, comparaison, comparatisme » : présentation

Comparaison, comparatisme : bibliographie

La bibliographie constituée au fil du séminaire a été compilée par Sébastien Plutniak et Catherine Kikuchi de manière à la rendre disponible en plusieurs formats :

  • ci-dessous, avec les entrées bibliographiques abrégées et non triées ;
  • en version pdf, avec les entrées bibliographiques complètes et triées selon deux catégories :
    • 1. travaux d’ordre méthodologique ou épistémologique traitant du comparatisme ou de la comparaison ;
    • 2. travaux illustrant les usages de la comparaison et ayant été mentionnés ou discutés lors des séances ;
  • sur Zotero, sous la forme d’une bibliographie publique ;
  • en format bibtex (contenant l’ensemble des descripteurs bibliographiques).

Continuer la lecture de Comparaison, comparatisme : bibliographie

What if ? Uchronie et raisonnement contrefactuel

 Par Marie-Adeline Le Guennec, Niccolò Mignemi, Sébastien Plutniak

En 2017 (L. Smekhov, studio Diafilm, 1960)

Actualité de l’approche contrefactuelle en histoire

Le concept d’histoire contrefactuelle, directement transposé de l’expression anglaise counterfactual history, apparaît en plein essor depuis une trentaine d’années. Une rapide évaluation lexicale de la bibliographie spécialisée permet d’en rendre compte superficiellement (fig. 1).

Figure 1 – Décompte des occurrences des syntagmes « virtual history » et «  counterfactual history» entre 1950 et 2013 dans un large échantillon de textes scientifiques (source : Jstor Data for Research).

Si ce concept est particulièrement bien ancré dans les milieux scientifiques anglophones, européens comme extra-européens, sa diffusion en France, où il est généralement considéré avec méfiance par les historiens, demeure minime. De fait, la première synthèse en français sur le sujet date de 2016 : il s’agit de l’ouvrage de Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus. Cet ouvrage a constitué le fil directeur d’une séance du séminaire des membres de l’EFR consacrée aux mécanismes, aux enjeux et aux limites de l’usage du raisonnement contrefactuel en histoire et dans diverses sciences sociales.

Continuer la lecture de What if ? Uchronie et raisonnement contrefactuel

What if ? Uchronie et raisonnement contrefactuel en histoire

En 2017 (L. Smekhov, studio Diafilm, 1960) source : http://www.repubblica.it/tecnologia/2017/01/28/foto/l_urss_del_2017_immaginata_da_due_artisti_sovietici_nel_1960-157062726/1/#1

Et si… le nez de Cléopâtre avait été plus court ? Si Charles Lindbergh avait été élu face à F. D. Roosevelt en 1940 ? Si le Mur de Berlin n’était pas tombé ? Si les Nazis avaient gagné la Seconde guerre mondiale ? Si la traite atlantique n’avait pas été abolie ? Si l’ordinateur avait été développé au XIXe siècle ? Autant de questions suscitant fantasme, effroi ou curiosité, qui viennent nourrir à des degrés divers la pratique de la « counterfactual history », à laquelle la séance du séminaire du 24 avril se propose de réfléchir.

Continuer la lecture de What if ? Uchronie et raisonnement contrefactuel en histoire