Archives par mot-clé : OpenEdition

Les publications de l’EFR sur Openedition

Depuis juin 2013, une partie des livres des deux collections (BEFAR et CEF) sont disponibles intégralement sur Openedition Books.

L’École française de Rome publie les travaux de ses membres et le résultat des ses activités scientifiques en histoire, archéologie et dans les sciences sociales. Les ouvrages sont principalement publiés au sein des séries traditionnelles : la Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome (BEFAR) créée en 1876, et la Collection de l’École française de Rome (CEF) créée en 1964.

 

La position de l’École française de Rome sur l’Open Access

LOGO_CMYK

Le carnet du séminaire des membres relaie ci-dessous la position de l’École française de Rome à propos des débats actuels sur l’Open Access.

Après un assez long débat au sein de l’École française de Rome, nous avons décidé de nous joindre aux signataires de la déclaration parue dans Le Monde du 15 mars dernier sous le titre « Qui a peur de l’Open Access », émanant d’une communauté de responsables d’université, d’enseignants-chercheurs, d’éditeurs, et de responsables de bibliothèques. Il nous semble cependant important d’expliquer le pourquoi de ce ralliement tardif et de nos réserves vis-à-vis de certains aspects du texte publié par Le Monde.

En tant que maison d’édition scientifique subventionnée par le MESR, publiant de 25 à 30 volumes chaque année, dont six fascicules d’une revue (Les Mélanges de l’EFR) divisée en trois sections (Antiquité, Moyen Âge, Italie – Méditerranée époque moderne et contemporaine), l’EFR est entrée en 2012 dans le consortium OpenEdition. Sa revue paraît en ligne sur revues.org sans barrière mobile, suivant le programme Freemium. Nous avons pris cette décision, devant la baisse des ventes qui touche l’édition scientifique, pour permettre à nos publications d’être accessibles à un public international plus large, et pour tenter de mettre un terme à la situation paradoxale qui conduit l’État à financer trois fois la recherche française, à travers les salaires des chercheurs, les subventions versées pour publier leur recherche, et celles soutenant les achats des bibliothèques de recherche pour acquérir ces mêmes publications.

Cependant nous tenons à exprimer nos réserves à l’égard des affirmations visant à présenter l’édition électronique libre comme une évidence sur laquelle il n’y aurait plus à revenir. Pour notre part, nous estimons, en rejoignant le consortium d’OpenEdition, entrer dans une phase expérimentale, et il nous semble très exagéré d’écrire qu’il existe « aujourd’hui des modèles économiques nouveaux (…) comme le démontre le succès du programme Freemium ». Nous souhaitons ardemment le succès du Freemium, mais le modèle économique qu’il représente reste en l’état actuel à consolider.

Par ailleurs, il nous semble important de souligner plus que cela n’a été fait la nécessité de la médiation éditoriale en SHS, quels que soient le support et le schéma économique choisis. L’édition est un métier, qui contribue à transformer en livres et en articles des recherches très pointues. L’édition scientifique vise à fournir une information mise en forme, évaluée par la communauté scientifique, et ne se réduit pas à la simple diffusion ou à la simple mise à disposition de données brutes, dans une course à la publication qui se préoccupe parfois davantage, par un effet pervers des évaluations des chercheurs et enseignants chercheurs, du nombre des articles que de leur qualité. À quoi sert la recherche en SHS si elle ne peut partager largement ses découvertes avec la société contemporaine ? Transformer l’enseignant-chercheur et le chercheur en éditeur, c’est ajouter une tâche de plus aux multiples activités administratives qu’ils accomplissent désormais en plus de leur recherche propre, pour la gestion des structures de recherche et des financements programmés. Il nous semble donc que la réflexion autour de l’économie de l’OpenEdition doit aussi intégrer les métiers de l’édition dont la disparition aurait de graves conséquences sur la recherche elle-même.

La directrice et l’équipe de direction