Archives par mot-clé : objet

L’œuvre d’art est-elle un objet comme les autres ? Note de lecture sur la philosophie de l’art de Jean-Pierre Cometti

Ce séminaire est assez naturellement conduit à se demander ce que les musées font aux objets qu’ils exposent. Il en va de l’objet archéologique ou ethnologique comme  de l’œuvre d’art : une œuvre d’art est-elle réductible à un objet ? Ou nécessite-t-elle au contraire un environnement qui l’a fait fonctionner comme telle ? Face à ce type de problème, Jean-Pierre Cometti a constitué, des années durant, une œuvre philosophique remarquable de cohérence, qui nous confronte à une nouvelle question :

« Pourquoi l’art répondrait-il à d’autres lois que celles du partage du monde ? »1

Continuer la lecture de L’œuvre d’art est-elle un objet comme les autres ? Note de lecture sur la philosophie de l’art de Jean-Pierre Cometti

  1. Jean-Pierre Cometti, La nouvelle aura. Économies de l’art et de la culture, Paris, Questions théoriques, 2016, p. 48. []

Chose faite. Des théâtres antiques au droit des commons

Compte-rendu de Pierre Thévenin

Pour la troisième séance de notre séminaire (lundi 1er Février 2016), il est moins question des choses que de la manière de les administrer en droit — dans les procédures civiles du droit romain d’époque républicaine et impériale d’une part, mais aussi jusque dans le droit italien contemporain. Après deux séances consacrées d’une part aux objets de culte et d’autre part au cadavre (à la vie nue, à l’homo sacer), on propose ici une excursion dans le domaine, semble-t-il plus prosaïque, du droit civil (qui concerne les affaires de gré à gré, c’est-à-dire les relations économiques entre les particuliers). Pourtant il ne s’agit pas d’une déviation par rapport au cours des travaux du séminaire.

L’article de Yan Thomas, qui se trouve à l’initiale de cette matinée, intitulé « La valeur des choses. Le droit romain hors la religion »1, doit toute son originalité au dépassement qu’il ménage de l’opposition entre les deux régimes juridiques : celui des choses juridiquement inaliénables et celui des choses aliénables. Dépassement, ou plutôt devrait-on dire complexification. L’article a en effet pour but de montrer le rapport de solidarité essentielle qui existe en droit romain et pour la tradition juridique occidentale en général, entre la qualification des choses sacrées et religieuses, d’un côté, et celle des choses tout court, de l’autre. L’enjeu est de comprendre la place générique du religieux dans ce que Yan Thomas appelle la « construction politique de la marchandise » – dans laquelle le droit jouerait un rôle prépondérant.

Continuer la lecture de Chose faite. Des théâtres antiques au droit des commons

  1. Yan Thomas, 2002, « La valeur des choses. Le droit romain hors la religion », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 57, n° 6, p. 1431-1462 ; traducteur italien de cet article, Michele Spanò conclut la séance par un exposé sur les mouvements contemporains de revendication des « biens communs ». Voir Yan Thomas, Il valore delle cose, a cura di Michele Spanò con un saggio di Giorgio Agamben, Macerata, Quodlibet, 2015. []

L’authenticité de l’objet en question : réflexions historiques, archéologiques, muséographiques et juridiques


Il est difficile d’imaginer que les sciences humaines et sociales puissent se dispenser des différents objets, que les musées conservent et exposent, pour mener à bien leurs différentes enquêtes. Mais les objets parlent-ils d’eux-mêmes ? Et si non, qui les fait parler ?

La séance interrogera à cet effet la place des objets au musée et ce que les conditions d’exposition leur font. Les musées ont-ils d’autres missions, que celles de la conservation et de l’exposition ? Quelles sont les capacités d’une institution muséale et d’une muséographie à restituer les contextes dans lesquels l’objet exposé s’inscrivait ? Est-on bien certain qu’il est possible de découvrir ce que signifie un objet dans son contexte original ?

Nous balaierons un spectre large d’objets, des œuvres d’art contemporaines aux objets archéologiques, en passant par les “musei cartacei” et le collectionnisme à l’époque moderne.

Nous aurons par ailleurs le plaisir d’accueillir Deneb Cesana, qui viendra parler de la muséographie des objets retrouvés et volés, et des enjeux juridiques qui l’entourent.

Les textes discutés sont les suivants :

Nelson Goodman, “Quand y a-t-il de l’art ?”, Manières de faire des mondes, Paris, Gallimard, Folio, 1992.

Fabrizio Federici, Il trattato Delle memorie sepolcrali del cavalier Francesco Gualdi: un collezionista del Seicento e le testimonianze figurative medievali, in “Prospettiva”, 110-111, Aprile-Luglio 2003, pp. 149-159

Stefano da Caro, “Della bellezza alla storia”, [en ligne], [URL : http://www.archeologia.beniculturali.it/getFile.php?id=156]

La séance est coordonnée par Haude Morvan et Mathilde Carrive

Lundi 11 avril 2016, 9h30

Piazza Navona 62 (salle de séminaire, rez-de-chaussée)

Déchet ou trophée, le corps misérable

Séance et compte-rendu de Marie-Claire Ferries

Après s’être concentré sur ces objets sacralisés et fascinants, que sont les reliques, on s’intéresse, en cette séance du séminaire (18 janvier 2016), à des objets de répulsion : les dépouilles humaines privées de sépulture. Le mouvement est ici inversé : au lieu de considérer des choses pouvant s’animer, ce qui est ici devenu chose appartenait, juste avant le décès, au registre des humains1. De fait, le cadavre constitue, d’un point de vue juridique, comme l’embryon et le fœtus, un paradoxe ; il s’agit de corps humains, donc de personnes à nos yeux, mais ils ne sont pas considérés ainsi par le droit, puisque les deux premiers n’ont pas encore vécu, et le dernier a cessé de le faire. La dépouille mortelle pose des problèmes de gestion, d’exercice de la tutelle ou de la volonté, d’usages dérivés, avec une acuité grandissante. Elle est, en effet, soumise à des injonctions contradictoires : une demande accrue de dignité individuelle, une sensibilité aux droits des minorités souvent spoliées de leurs cadavres ou de leurs sépultures, mais aussi de nouvelles techniques de conservation des corps comme la plastination et l’héritage de pratiques multiséculaires d’exposition. Notre réflexion s’est articulée sur deux thèmes, la réflexion historique sur la réification du cadavre et les problèmes que posent, à l’heure actuelle, l’exposition, l’étude et la gestion des restes humains conservés en dehors du domaine funéraire2

Continuer la lecture de Déchet ou trophée, le corps misérable

  1. Nous étendons ici la définition du cadavre (médicalement un corps privé de vie, avant le début de la putréfaction) pour évoquer plus largement le cas des restes humains (corps en décomposition, momies, ossements, écorchés etc.). À l’inverse, nous avons exclu le cas du cadavre d’anatomie dont l’histoire et le statut juridique constituent un large chapitre. []
  2. Voir, à propos de la deuxième partie de cette séance de séminaire, le compte-rendu de Reine-Marie Bérard, « Autour du cadavre exposé : problèmes éthiques, juridiques et politiques », Séminaire des membres de l’École française de Rome. Lectures en sciences sociales, [en ligne], [URL : http://semefr.hypotheses.org/1687]. []

Comment loger un esprit dans une chose ? – séminaire du 14 décembre 2015

Les choses sacrées, matière à problème

Nous regardons rarement les reliques avec le fétichisme dont elles ont pourtant pu faire l’objet dans les circonstances historiques de leurs usages. La plupart du temps, elles sont plutôt de la part des scientifiques le prétexte à une surenchère de récits folkloriques, qui suscitent au mieux la curiosité amusée. Non sans condescendance, nous toisons les reliques du haut de notre modernité qui a si bien purifié les êtres et les choses. Sous l’effet de certaines théologies implicites, qui structurent souterrainement les descriptions de l’historien ou de l’anthropologue des religions, il est de la sorte possible qu’ils considèrent les reliques avec le même aplomb que celui dont faisaient preuve les missionnaires chrétiens face aux fétiches africains de ceux qu’ils cherchaient à évangéliser.

Les reliques constituent pourtant des objets paradoxaux à plus d’un égard, qui débordent nos partages et déjouent nos cadres ontologiques : objet et sujet ; matérialité et intentionnalité ; chose immanente (suscitant le fétichisme) et signe renvoyant à un au-delà qui la transcende ; mortes (biologiquement), mais vivantes (socialement) ; matière informe, négligeable, résiduelle, et faisant pourtant l’objet de la plus grande révérence ; fragments au bord de l’invisible mais pris dans des dispositifs rutilants de monstration et de visibilité. Ces objets hybrides méritent qu’on ne refoule pas leur matérialité au profit de leur fonctionnement sémiotique. Il a semblé opportun, pour jeter un regard sur l’objet même de la relique, de faire un détour par un objet religieux non chrétien : le boli. Continuer la lecture de Comment loger un esprit dans une chose ? – séminaire du 14 décembre 2015