Archives par mot-clé : ethnologie

L’authenticité de l’objet en question : réflexions historiques, archéologiques, muséographiques et juridiques


Il est difficile d’imaginer que les sciences humaines et sociales puissent se dispenser des différents objets, que les musées conservent et exposent, pour mener à bien leurs différentes enquêtes. Mais les objets parlent-ils d’eux-mêmes ? Et si non, qui les fait parler ?

La séance interrogera à cet effet la place des objets au musée et ce que les conditions d’exposition leur font. Les musées ont-ils d’autres missions, que celles de la conservation et de l’exposition ? Quelles sont les capacités d’une institution muséale et d’une muséographie à restituer les contextes dans lesquels l’objet exposé s’inscrivait ? Est-on bien certain qu’il est possible de découvrir ce que signifie un objet dans son contexte original ?

Nous balaierons un spectre large d’objets, des œuvres d’art contemporaines aux objets archéologiques, en passant par les « musei cartacei » et le collectionnisme à l’époque moderne.

Nous aurons par ailleurs le plaisir d’accueillir Deneb Cesana, qui viendra parler de la muséographie des objets retrouvés et volés, et des enjeux juridiques qui l’entourent.

Les textes discutés sont les suivants :

Nelson Goodman, « Quand y a-t-il de l’art ? », Manières de faire des mondes, Paris, Gallimard, Folio, 1992.

Fabrizio Federici, Il trattato Delle memorie sepolcrali del cavalier Francesco Gualdi: un collezionista del Seicento e le testimonianze figurative medievali, in “Prospettiva”, 110-111, Aprile-Luglio 2003, pp. 149-159

Stefano da Caro, « Della bellezza alla storia », [en ligne], [URL : http://www.archeologia.beniculturali.it/getFile.php?id=156]

La séance est coordonnée par Haude Morvan et Mathilde Carrive

Lundi 11 avril 2016, 9h30

Piazza Navona 62 (salle de séminaire, rez-de-chaussée)

Traduire son « terrain » : réflexivité, objectivité et ethnocentrime en histoire, géographie et ethnologie. Troisième séance du séminaire

generationquestionLe « terrain » de l’ethnologue est tout à la fois un voyage, au sens propre comme au sens figuré, un départ et un déracinement d’abord, une arrivée, un séjour et donc un enracinement ponctuel ensuite, une rencontre et un dialogue avec l’altérité, une enquête et une mise en situation, une forme d’immersion où l’on se situe à la fois au-dedans et au-dehors. Il est aussi un retour vers son « terroir » originel qui devient alors, au moins l’espace d’un instant, un nouveau terrain.

L’expérience ethnographique engage le chercheur sur plusieurs niveaux et mobilise différentes appartenances, temporalités et identités, sa capacité tant d’empathie que d’abstraction et son aptitude à la restituer objectivement.

Le « terrain » n’est pas uniquement l’occasion d’un dialogue avec « l’autre », dont il faut essayer de traduire les mots, les concepts, l’outillage mental, les actions; il est aussi une rencontre et une confrontation avec nous-mêmes ; il est une invitation à repenser nos catégories, nos échelles, nos hiérarchies. À traduire différemment notre propre univers culturel.

La séance sera coordonnée par Camille Schmoll, Michael Gasperoni et Clément Chillet et aura lieu vendredi 14 mars à 15h00 dans la salle de séminaire de l’EfR, Piazza Navona, 62.

Seront discutés :

– Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais, sciences, fictions, féminismes, anthologie établie par Laurence Allard, Delphine Gardey et Nathalie Magnan, Paris, Exils, 2007, p. 115-143.

– Etienne Anheim, « L’historien au pays des merveilles? Histoire et anthropologie au début du XXIe siècle », in : L’homme, 2012-13, n°203-204, p. 399-427.

– Ernesto De Martino, La fine del mondo. Contributo all’analisi delle apocalissi culturali, Einaudi, 2002, p. 389-413.

– Florence Dupont, L’Antiquité, territoire des écarts, entretiens avec Pauline Colonna d’Istria et Sylvie Taussig, Paris, Albin Michel, 2013, p. 126-141 et p. 281-288.