Archives par mot-clé : Charles Davoine

Fragments textuels : citation, extraction, recompositions

Résumé

Cliquez pour version pdf

Par « fragments textuels », on entend les passages d’un texte perdu connu à travers une mention indirecte. Cette expression, très employée en philologie, pose pourtant problème, dans la mesure où elle implique que le texte original a été reproduit tel quel. Or, dans le processus d’extraction d’une partie d’un texte pour le citer dans un autre, il est rare que la substance du texte originel soit intégralement conservée. Cette séance se propose donc d’aborder la relation entre fragment et citation, et par conséquent entre deux totalités implicites : le texte original perdu, dont seuls des fragments nous ont été transmis, et l’œuvre au sein de laquelle s’insère une citation.

Le premier cas étudié est celui du droit romain, dont l’essentiel est connu grâce aux grandes compilations réalisées par Justinien entre 529 et 534 : le Code et le Digeste sont composés uniquement d’extraits de textes antérieurs(constitutions impériales ou écrits des juristes classiques), qui ont été fragmentés, mélangés et recomposés dans un autre ordre. Devant cette situation, les historiens du droit ont tenté de retrouver les œuvres originales grâce à une méthode : la palingénésie. Mais la palingénésie a aussi des limites, tandis que le processus de sélection et de compilation à l’époque de Justinien est en lui-même intéressant.

Le second cas d’étude est celui de la pratique des citations en sciences sociales, approchées sous l’angle sociologique. À partir du texte, Référence, déférence, de Stéphane Olivesi, on s’interrogera sur les fonctions de la compilation d’autorités pratiquée par les chercheurs, en la mettant en regard de pratiques citationnelles antérieures dans le cadre d’une transmission des savoirs, telle que la compilation médiévale. Le fait de citer des auctoritates vivantes, actives et capables d’agir sur le milieu scientifique et professionnel auquel le chercheur appartient modifie les ambitions et les modalités de la citation. Selon Olivesi, celui-ci cite bien plus des « agents » du monde disciplinaire que des textes, au sein d’un pratique marquée par la contrainte. Plus que des fragments textuels, la compilation associe des fragments de sociabilisation scientifique qui, mis bout à bout, construisent un discours sur le chercheur et sur son champ. Enfin, une ouverture sera proposée sur l’écriture fragmentaire pratiquée dans la création littéraire. Les Fragments d’un discours amoureux de Roland Barthes seront l’occasion de considérer le rassemblement de fragments textuels et de citations sous l’angle de l’interstice, du vide créé ou laissé entre les énoncés. On considérera ainsi le rôle du lecteur dans la constitution d’un discours unifié à partir de ces îlots textuels ; on observera, de même, les natures multiples du lien ayant pour vocation de les unir.

Riassunto

Références / Bibliografi

  • C. Ange, « Le fragment comme forme de texte : à propos de Fragments d’un discours amoureux », Communication et langages, 152, 2007, p. 23-34, doi : 10.3406/colan.2007.4653.
  • J.-P. Coriat, « La palingénésie des constitutions impériales. Histoire d’un projet et méthode pour le recueil de la législation du Principat », MEFRA, 101-2, 1989, p. 873-923, doi : 10.3406/mefr.1989.1652.
  • L. Gourmelen, « Fragment ou citation ? (Phérécyde, FGRH, 22A) Problèmes posés par l’édition des fragments de Phérécyde d’Athènes », Revue de philologie, de littérature et d’histoire anciennes, 81/1, 2007, p. 111-127.

Références complémentaires

  • A. Compagnon, La Seconde Main, ou le travail de la citation, Paris, 2016 [1e éd. 1979].
  • J. Dubouloz, « Réflexions sur la composition et la portée normative du titre De Operibus publicis dans le Code Théodosien (CTh XV, 1) », dans S. Crogiez-Pétrequin,
  • P. Jaillette (éds.), Société, économie et administration dans le Code Théodosien, Villeneuve-d’Ascq, 2012, p. 129-151.
  • C. Darbo-Peschanski, « La citation et les fragments : les Fragmente der Griechischen Historiker de Felix Jacoby », dans C. Darbo-Peschanski (dir.), La Citation dans l’Antiquité, Grenoble, 2004, p. 292-303.
  • P. Garrigues, Poétiques du fragment, Klincksieck, 1995.
  • O. Huck, « Les compilateurs au travail: dessein et méthode de la codification théodosienne », dans S. Crogiez-Pétrequin, P. Jaillette (éds.), Société, économie et administration dans le Code Théodosien, Villeneuve-d’Ascq, 2012, p. 79-127
  • G. Morson, The Words of others. From quotations to culture, New Haven, 2011.
  • Cl. Mossé, « Les citations de Lois dans les orateurs antiques », dans C. Darbo-Peschanski (dir.), La Citation dans l’Antiquité, Grenoble, 2004, p. 292-303.
  • S. Olivesi, Référence, déférence. Une sociologie de la citation, Paris, 2007.

Mise en ligne : S. Plutniak.

Des singularités en séries ? Les cas particuliers comme fondement des sciences sociales

Diptyque Marilyn, Andy Warhol, 1962, Tate

6e séance de la série « Comparer, comparaison, comparatisme » du Séminaire de lectures en sciences sociales

4 juin 2018, École française de Rome, salle de séminaire, piazza Navona
Horaires : 10-13h
Organisation : Bertrand Augier, Charles Davoine et Carole Mabboux

Continuer la lecture de Des singularités en séries ? Les cas particuliers comme fondement des sciences sociales