Archives par mot-clé : Barbara Cassin; Olivier Christin; Wilhelm von Humboldt; concept; dictionnaire; intraduisible

Journée d’étude finale du séminaire : traduire/interpréter

[Tourdjouman] Bey, interprète de la Porte (BnF)
[Tourdjouman] Bey, interprète de la Porte (BnF)
Tout au long de cette année, le séminaire de lecture en sciences sociales de l’EFR a mis au centre de ses travaux cet acte fondamental de la pratique des sciences sociales que constitue la traduction/interprétation. Acte quotidien de la recherche dans ces disciplines, il correspond à une forme de transposition (inconsciente ou assumée) pratiquée dans un but heuristique et explicatif : faire mieux comprendre un phénomène. Cette thématique renvoie cependant aussi au problème de la transmission du savoir par la traduction de textes d’histoire et de sciences sociales, ou simplement par la traduction de concepts. À l’époque de la mondialisation du savoir, c’est donc le problème d’une lingua franca de la recherche qui est soulevé : est-elle possible ? Nécessaire ? Alors même qu’écrire en science sociale est un acte d’écriture au sens fort, dans quelle mesure cette lingua franca est-elle un apport réel, au-delà d’une amélioration de la communication ? Après cinq séances préparatoires autour de ces questions, cette journée d’étude clôt le séminaire 2013-2014.

 

Programme :

9h00 : Accueil

9h15 : Introduction (Thibaud Lanfranchi, École française de Rome).

9h30 : « Herméneutique et réflexivité : l’historien en personne » (Antoine Lilti, EHESS).

10h : « Traduction, droit et société : quels emboitements ? » (Nicolas Froeliger, Université Paris 7 Diderot)

10h30 : Discussion et pause

11h00 : « La gioia dell’estraneo. Sulla teoria della traduzione di Schleiermacher » (Thomas Poiss, Humboldt Universität zu Berlin)

11h30 : « Intraduisibles et intraduits, des sciences humaines aux textes littéraires » (Claire Placial, Université de Nice).

12h : Discussion et pause

15h : Table ronde « Traduire les concepts en sciences sociales ? ». Avec la présence de Barbara Cassin (CNRS) et Olivier Christin (Université de Neuchâtel et EPHE).

 

Piazza Navona, salle de séminaire.

Nuage de mots ou concepts : quel lexique pour les dictionnaires critiques en sciences humaines ?

          S’il est un symptôme des questions qui traversent les sciences humaines sur les apports critiques de la traduction, c’est bien l’élaboration d’un dictionnaire. En plus de faire le point sur l’état de la recherche dans un champ disciplinaire, la construction des entrées de ces dictionnaires est en soi porteuse d’une vision des usages de la traduction : quel type de mots retenir, à partir de quels textes-sources et dans quelles langues ? Cette question est au cœur des approches différenciées adoptées par Barbara Cassin et par Olivier Christin, dans les deux dictionnaires qu’ils ont récemment coordonnés.

Ce billet reprend une présentation rapide de ces deux projets donnée au cours du séminaire de lecture de l’École française de Rome du 13 février 2014, plus particulièrement de la différence revendiquée dans la construction des entrées de ces deux dictionnaires, entre nuage de mots et concepts. Il rend compte, d’autre part, d’une partie des discussions qui ont suivi la présentation.

Les titres des deux dictionnaires annoncent deux démarches distinctes : d’un côté, un Vocabulaire européen des philosophies, de l’autre, un Dictionnaire des concepts en sciences humaines. À rebours des attendus disciplinaires, l’équipe de philosophes dirigée par Barbara Cassin s’occupe de mots, et celle d’historiens réunie par Olivier Christin, de concepts.

Barbara Cassin refuse l’appellation de concepts pour les entrées des différentes notices du Vocabulaire européen des philosophies1. Les problèmes sont posés à partir de mots inscrits dans des réseaux sémantiques. Chaque entrée du dictionnaire est formulée à partir d’une grille de mots, soit un mot d’une seule langue dans une constellation (Leggiadria), soit des mots empruntés à plusieurs langues (par exemple mind, Geist, Esprit, ou Structure, Pattern, Gestalt), qui sont examinés dans la notice les uns par rapport aux autres. Le concept peut surgir en dernier ressort de cette démarche, en tant que « géométral des mots »2, mais il n’est pas le but visé prioritairement par cette démarche. La réflexion sur les quasi-équivalents entend surtout révéler différentes visions du monde, les unes par rapport aux autres (c’est-à-dire, en l’occurrence, différentes traditions philosophiques et systèmes de pensée), dans une approche de comparaison lexicographique.

 

L’autre versant du titre (Dictionnaire des intraduisibles) met en avant le savoir-faire philologique que mobilisent les notices du dictionnaire, c’est-à-dire l’exercice continu de la traduction. Les « intraduisibles » placés en tête de notice ne sont pas, en effet, des mots que l’on refuse de traduire, mais au contraire ceux qu’on cherche continuellement à traduire3. Les collaborateurs du Vocabulaire sont experts des difficultés et des équivoques d’un certain lexique et d’une langue donnée, chacun contribuant à débrouiller les « nœuds d’intraduisibilité » identifiés au début de la notice4.

Wilhelm von Humboldt
Wilhelm von Humboldt

L’ambition scientifique du Vocabulaire est ainsi résumée par l’illustration de couverture. Le nuage de mots qui est y est figuré renvoie à ces « légers nuages » dont parle Humboldt dans la préface à la traduction de l’Agamemnon (1816) : « Un mot est si peu le signe d’un concept que le concept ne peut même pas naître avant lui, encore moins être fixé ; l’action indéterminée de pensée se condense dans un mot comme de légers nuages apparaissent dans un ciel pur. C’est alors un être individuel, d’un caractère et d’une figure déterminés, d’une force agissant sur l’esprit, et capable de se transplanter »5. La thèse de Humboldt est la source d’inspiration affichée de Barbara Cassin dans le Vocabulaire européen des philosophies, qui prête à certains mots, rattachés à des textes d’auteur, le pouvoir de ramasser (zusammenziehen) une « force de pensée » sans elle indéterminée. Les réseaux de mots examinés sont ceux de traditions philosophiques datables, mis en place par des auteurs. Une entreprise comme le Vocabulaire européen des philosophies met donc en lumière la tension qui existe entre un concept philosophique, qui prétend à l’universalité, et son expression, qui peut être datée, contextualisée, rattachée à une série de textes qui ont marqué de leur empreinte le lexique philosophique6.

Le point de départ du Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines dirigé par Olivier Christin est tout autre, puisque c’est la naturalisation de certains mots dans leur usage académique qui est à l’origine du choix d’une entrée7. Les « concepts » retenus sont des expressions et mots d’usage courants dans la discussion universitaire (par exemple avant-garde, Grand Tour, opinion publique), en particulier dans l’histoire et la sociologique politiques (absolutisme, administration) ou, encore, des périodisations, instruments du partage du travail universitaire (Ancien Régime, histoire contemporaine). L’hétérogénéité des notices du volume est revendiquée par Olivier Christin, car l’essentiel réside dans la démarche, inspirée de la critique des « inconscients d’école » par Pierre Bourdieu, « dans le souci de dénaturaliser et d’historiciser les usages lexicaux, de faire de chaque notice un cas d’école, sur lequel penser ce que les structures académiques, les usages linguistiques, les routines intellectuelles imposent de façon subreptice. La langue savante ne nous impose-t-elle pas parfois le choix des sujets que nous jugeons pertinents ou intéressants, la façon dont nous les construisons ou dont nous les expliquons ? »8. Entreprise intéressante et subversive, en effet, que de partir du lexique de la recherche universitaire, de ces mots-clé « couleur muraille », qui anticipent sur les catégories de son évaluation9 ! Mais, dans sa mise en œuvre, le Dictionnaire des concepts nomades est tiré vers une autre direction. Sur le modèle de la sémantique historique de John Pocock et de Reinhart Koselleck, chaque notice propose l’exploration diachronique du sens d’un « concept » qui a contribué à modeler les formes de l’action politique10. L’époque paradigmatique pour la mise en œuvre de cette méthode est celle des Révolutions. Le lexique est alors très nettement le creuset de l’action politique, grâce à un réinvestissement de mots existants et à la création de nouveaux termes, et ce, en plusieurs langues11. Ce faisant, même s’il ne se résume pas à cet aspect, le Dictionnaire s’inscrit résolument dans la veine des travaux autour de l’invention lexicale pendant la Révolution française12.

Réunissant principalement des historiens, la discussion du séminaire a surtout porté sur les apports des deux approches pour la traduction du lexique en histoire (qu’il s’agisse des mots des sources ou des catégories des chercheurs), et sur des comparaisons avec quelques autres dictionnaires récents ou en cours de préparation. L’approche philologique de l’équipe de Barbara Cassin a été rapprochée de plusieurs cas concrets d’équivocités des mots dans les sources. Ainsi, la traduction ou l’explicitation variable d’un même terme auquel on procède en histoire, en fonction des contextes (par exemple auctoritas, imperium), relève de la même opération que celle appliquée aux « intraduisibles » du Vocabulaire de Barbara Cassin.

Dans le panorama actuel des projets collectifs de dictionnaires critiques, il a été question de l’ambitieuse entreprise collective sur le vocabulaire urbain dirigée par Christian Topalov13, qui entretient un air de parenté avec le Vocabulaire européen des philosophies, puisqu’il montre, dans chacune des notices, l’impossibilité d’une traduction immédiate des « mots de la ville ». Ces notices s’ouvrent sur la confrontation lexicale, à partir de huit langues (allemand, anglais, arabe, espagnol, français, italien, portugais et russe), de réalités urbaines tenues pour proches, mais en réalité dissemblables : la confrontation montrant de façon descriptive que les systèmes lexicaux organisent le monde urbain de diverses façons. Toutefois, le constat de cette difficulté est dépassé par l’exploration des solutions de traduction au cours du temps, dont l’étude diachronique permet d’apprécier l’instabilité.

La conservation des mots originaux dans le choix des lemmes d’entrée est aussi le parti adopté par Dominique Iogna-Prat, Alain Rauwel et Frédéric Gabriel dans un Dictionnaire critique de l’Église en cours de préparation, qui part du lexique théologique pour l’élaboration de ses entrées. Ce choix redouble le propos du Dictionnaire : puisque l’Église est une instance d’énonciation du vrai et de répression de la déviance, le mot est étudié, au cours du temps, dans son pouvoir de définir et de créer un ordre communautaire. L’intérêt de cette approche est de baliser, par le lexique même, le périmètre du dictionnaire (la culture chrétienne). Ce faisant, le Dictionnaire critique de l’Eglise à venir offre une alternative au choix conceptuel du Dictionnaire des faits religieux publié en 2010, dans lequel chaque entrée part d’une catégorie jugée opérante au-delà des frontières confessionnelles14.

Plusieurs intervenants ont enfin soulevé le problème du « génie des langues » dans ces dictionnaires multilingues. Cette question difficile est évoquée frontalement par Barbara Cassin dans la présentation du Vocabulaire européen des philosophies, et reste évidemment ouverte à l’issue de la discussion. Barbara Cassin affirme clairement qu’aucune langue ne doit être tenue pour plus philosophique qu’une autre et que le Vocabulaire s’est employé à placer les langues à égalité. Toutefois, même à supposer un réel traitement égal des langues dans un dictionnaire multilingue (difficile dans les faits), on peut se demander si la prise en compte de l’écart entre les langues ne donne pas lieu à une exaltation de leurs différences expressives, marquées et éprouvées avec plus de netteté encore dans la circulation « entre les langues »15.

  1. Barbara Cassin (dir.), Vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles, Paris, Le Seuil/Le Robert, 2004. []
  2. Interview de Barbara Cassin à France Culture, « Les nouveaux chemins de la connaissance », 20 mars 2014 : « Si on part des concepts, on a beaucoup de mal à rejoindre les mots ; si on part des mots, on peut peut-être, comme géométral des mots, trouver un concept ». []
  3. B. Cassin, « Présentation », dans Vocabulaire européen des philosophies, op. cit., p. XVII, « Parler d’intraduisibles n’implique nullement que les termes en question, ou les expression, les tours syntaxiques et grammaticaux, ne soient pas traduits et ne puissent pas l’être – l’intraduisible, c’est plutôt ce qu’on ne cesse pas de (ne pas) traduire ». []
  4. B. Cassin, « Présentation », art. cit., p. XVIII : « Chaque entrée part d’un nœud d’intraduisibilité ». []
  5. Wilhelm von Humboldt, « Introduction à l’Agamemnon », dans Denis Thouard (trad.), Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, Paris, Seuil, Points-Bilingues, 2000, p. 33-35. []
  6. Voir à ce propos la définition donnée par Schleiermacher du rapport entre un auteur et sa langue, dont la conviction est très proche de celle de Barbara Cassin : « il est son organe et elle est le sien ». Cf. F. Schleiermacher, C. Berner (trad.), L’herméneutique générale, 1809-1810, Paris-Lille, Cerf-PUL, 1987, p. 15. []
  7. Olivier Christin (dir.), Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines, Paris, Métailié, 2010 []
  8. O. Christin, « Introduction » au Dictionnaire des concepts nomades, op. cit., p. 16. []
  9. Michel de Certeau, « L’opération historiographique », dans L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975, p. 93. []
  10. O. Christin, « Introduction », art. cit., p. 18 et Reinhart Koselleck, Le Futur du passé. Contribution à la sémantique historique des temps historiques, Paris, Éditions de l’EHESS, 1990 [1979]. []
  11. Voir, à titre d’exemple, la notice d’Igor Moullier : « Administration », dans Dictionnaire des concepts nomades, op. cit., p. 39-50. L’entrée ne rend pas compte du champ lexical exploré. La notice aurait pu s’intituler :  « Administration/gouvernement/police/bureaucratie », Verwaltung/ Regierung. []
  12. O. Christin, « Introduction », art. cit., p. 19. []
  13. Christian Topalov, Laurent Coudroy de Lille, Jean-Charles Depaule et Brigitte Marin (dir.), L’aventure des mots de la ville à travers le temps, les langues, les sociétés, Paris, Robert Laffont, 2010, Coll. « Bouquins ». []
  14. Régine Azria et Danièle Hervieu-Léger (dir.), Dictionnaire des faits religieux, Paris, PUF, 2010, « Quadrige dicos poche ». []
  15. Voir le retour nuancé à une forme de génie des langues dans Heinz Wismann, dans Penser entre les langues, Paris, Albin Michel, 2012. []