Archives par mot-clé : Athènes

Forum(s) : usages, interprétations et apories

Le public : espace, sphère, opinion

Séance 2 organisée par Yannick Beaulieu, Audrey Bertrand, Cyril Courrier et Julie Delamard

Annapaola ZACCARIA RUGGIU (Università Ca’ Foscari di Venezia)
Forum come spazio sociale costruito. Valori simbolici e realtà

Il mio intervento partirà dalla presentazione della realtà del complesso del foro con un’analisi del « che cosa è », nel quadro assai complesso che centro pubblico per eccellenza della città, che vede veloci trasformazioni che cambiano l’assetto di una progettazione legata strettamente al tipo di politica, al tipo di rapporto tra cittadini e stato : quindi il periodo affrontato spazia tra l’età repubblicana e le prime fondazioni, e la prima età imperiale. Desidero poi affrontare l’aspetto simbolico del foro, la sua origine religiosa, le procedure desunte dalla religione etrusca ; la delimitazione dello spazio; il simbolismo del centro; lo spazio come costruzione sociale ; il processo di laicizzazione dello spazio e la trasformazione del foro come luogo della celebrazione dinastica ; l’introduzione della basilica forense. Alcuni casi emblematici saranno presentati.

Christophe AGUITON (Orange Labs – Paris)
Décider au consensus dans des espaces ouverts, l’exemple des forums sociaux

Les forums sociaux sont des espaces ouverts dans lesquels les décisions sont prises au consensus. Ce mode de « gouvernance » évolue sous la pression des critiques qui lui sont adressées et des lieux dans lesquels elle s’exerce. L’exemple des forums sociaux sera confronté à celui d’autres espaces où des modes de gouvernance comparables se sont mis en place, en particulier dans le monde de l’Internet.

Franck GAUDICHAUD (Université Stendhal, Grenoble 3)
Forums sociaux mondiaux et altermondialisme. Dix ans après Porto Alegre : vers une reconfiguration stratégique ?

Où en est aujourd’hui ce qui est dénommé la plupart du temps « mouvement altermondialiste » et que l’on pourrait appeler « Galaxie altermondialiste » en suivant le sociologue Philippe Corcuff ? Et quel bilan sur l’un des ses répertoires d’action les plus marquants : la dynamique des Forums sociaux mondiaux (FSM) ? Alors qu’il s’agit sans doute de l’un des principaux mouvements protestataires globalisés de la dernière décennie, les forums incarnent-ils vraiment un lieu d’expression et de mobilisations de cette « internationale rebelle » du XXIe siècle telle qu’a pu la qualifier l’un de ses animateurs, Bernard Cassen ? Nous reviendrons sur les principales étapes de ce mouvement collectif original au travers de ses différents FSM, dont l’ancrage latino-américain initial reste un fait essentiel. Nous analyserons brièvement la très grande diversité des acteurs mobilisés qui composent ces forums, en montrant les contradictions à l’oeuvre qui les traversent (G. Pleyers). Le « mouvement des mouvements » luttant pour « un autre monde possible » – et particulièrement les FSM – sont depuis quelques années face à une question prégnante : sont-ils de simples espaces ouverts d’échanges et de rencontres ou alors ont-ils vocation stratégique à intervenir dans le champ politique en mettant en avant un programme d’action et de transformation sociale antinéolibérale, voire anticapitaliste ?

Suggestions de lectures
AGUITON Christophe, CARDON Dominique, « The Strength of Weak Cooperation an Attempt to Understand the Meaning of Web 2.0 », Communications & Stratégies, 65, 2007, p. 51-65.

AZOULAY Vincent, « L’espace public, un concept opératoire en histoire grecque ? », dans P. BOUCHERON et N. OFFENSTADT (éd.), L’espace public des historiens [journée du 31 mai 2005], à paraître en 2010, Complexes, Paris.

DELLA PORTA Donatella, « L’altermondialisme et la recherche sur les mouvements sociaux. Quelques réflexions », Cultures & Conflits, 70, 2008.

GAUDICHAUD Franck, Le Volcan latino-américain. Gauches, mouvements sociaux et néolibéralisme en Amérique latine, Paris, Textuel, 2008.

MASSIAH Gustave, Une stratégie altermondialiste, Paris, La Découverte, 2011.

Mouvements 2010/3 n° 63, « Altermondialisme saison 2. De Seattle à Cochabamba »

NICOLET Claude, Le métier de citoyen, Paris, Gallimard, 1976 (chap. « Comitia »).

PLEYERS Geoffrey, « Les Forums sociaux comme modèle idéal de convergence », Revue internationale des sciences sociales, 4, 2004, n° 182, p. 569-579.

ZACCARIA RUGGIU Annapaola, Spazio privato e spazio pubblico nella città romana, Rome, École française de Rome, 1995.

Compte rendu de la séance par Yannick Beaulieu, Audrey Bertrand, Cyril Courrier et Julie Delamard

L’existence d’un espace commun est consubstantiellement liée à la naissance de la communauté politique. De l’antiquité à nos jours, des realia au Web 2.0, le concept de forum est utilisé au sein des différents champs disciplinaires. Il a été récemment réinvesti par les mouvements antiglobalisation et par les forums qui symbolisent l’économie libérale. Les questions qui sous-tendaient cette deuxième séance du séminaire étaient donc multiples : quels sont les lieux et les architectures des forums, quelles sont les intentions qui expliquent
ces choix ? Qui sont les acteurs, les publics (au sens donné par John Dewey à ce concept), les spectateurs, les médiateurs de ces forums ? Quels sont les liens entre le public et le privé au sein de ces forums, quels sont les rapports à la politique, à la démocratie, à la prise de parole et à la prise de décisions ? Nous souhaitions que soit dressé un bilan des aspects, des acteurs et des enjeux que le concept de forum révèle, mais aussi de ceux qu’il est susceptible de masquer. Cette journée avait pour objectif de mettre à l’épreuve l’opposition public/privée et d’évaluer la pertinence de l’introduction du concept de « commun ».

Anna Paola Zaccaria Ruggiu « Il foro come spazio sociale costruito. Valori simbolici e realtà » – Professeure d’archéologie classique (Università Ca’ Foscari)

C’est avec l’évocation du « mouvement des places » au Proche et Moyen-Orient qu’Anna Paola Zaccaria Ruggiu a ouvert son intervention sur le forum antique, dont l’objectif était d’analyser la réalité historique et architecturale complexe de cet espace dont on fait le plus souvent un paradigme de la place publique. Le forum est-il l’espace public par excellence de la cité antique ? Une approche matérielle de cet espace permet de constater d’abord la diversité des activités et des fonctions qui s’y déroulent. Lieu architecturalement et topographiquement ouvert, il permet le rassemblement de la plèbe dans des contextes variés. Espace ouvert sur la cité, il est néanmoins religieusement délimité. Le tracé des limites le soustrait au chaos et en fait un espace socialement construit, à la fois sacré et civique. Il devient ainsi socialement utilisable pour la communauté, tout en excluant ceux qui n’y appartiennent pas. L’une des évolutions historiques du forum et de l’agora antiques se lit dans leur progressive laïcisation. Les réformes de Clisthène à Athènes, mais aussi l’organisation vitruvienne de la cité romaine en sont des jalons. Enfin, parallèlement à sa laïcisation, le forum évolue à Rome d’un espace dédié aux activités publiques à un lieu privilégié de l’obtention du consentement des masses, notamment par l’exhibition de la force. Se pose la question d’une organisation architecturale mise au service de l’élaboration du consensus. À partir du début du IIe s. av. n.è., les édifices du forum deviennent centraux dans les stratégies de communication politique des hommes d’État.

Franck Gaudichaud « Forums sociaux mondiaux et altermondialisme. Dix ans après Porto Alegre : vers une reconfiguration stratégique ?» – Maître de conférences en civilisation espagnole (Université Stendhal, Grenoble 3)

L’objectif des forums sociaux mondiaux est de proposer « un monde où puissent loger tous les mondes », un espace d’échanges pluraliste et un lieu de mobilisations de l’« internationale rebelle » du XXIe siècle (B. Cassen). Toutefois leur réalisation comme espace physique et civique a montré les limites et les problèmes récurrents qui marquent le passage du forum idéal au forum réel. Les chercheurs qui étudient ce très récent mouvement social sont aussi engagés dans la « galaxie altermondialiste » (P. Corcuff) d’où a émergé l’idée d’une organisation alternative de la société civile. Une lente gestation commencée en 1994, sans que l’on puisse nettement déterminer à qui en revient l’initiative, a donné naissance à un espace de débat démocratique qui veut n’être ni confessionnel, ni gouvernemental, ni partisan ; il se revendique non délibératif et ne fait intervenir ni dirigeant, ni mandaté. Le but proclamé est de construire un espace de coopération en faisant converger de nombreux acteurs afin de proposer des alternatives, sans pour autant aboutir à des déclarations ou des décisions. Les acteurs de ces forums revendiquent un processus d’internationalisation des luttes collectives plus que la fondation d’un mouvement transnational. Les forums suivent néanmoins une charte et leur organisation a connu des étapes et des seuils. Depuis le contre-sommet de Seattle en 1999 puis à partir du forum de Porto Alegre en 2001, les forums ont bénéficié d’une dynamique politique liée à la conjonction entre l’essor de l’altermondialisme, le contexte brésilien et l’opposition à la guerre menée en Irak. La période de 2004 à 2008 est marquée par l’essoufflement malgré des tentatives, finalement décevantes, de renouvellement et de diversification des modalités d’organisation. Depuis 2008 a débuté le temps des réarticulations et des interrogations stratégiques. Un premier bilan rappelle le caractère massif du phénomène puisque le forum de 2005 a réuni 170 000 personnes. Cependant, les quelques études détaillées montrent qu’en dépit d’une grande diversité idéologique, les acteurs des forums sont majoritairement issus du pays organisateur et sont socialement très homogènes. La multiplicité des ateliers n’empêche pas une forme d’institutionnalisation, ni l’infiltration de logiques marchandes ou de stratégies partisanes. Enfin, la question du rapport au pouvoir apparaît essentielle : le forum devient lui même un lieu de pouvoir, où se pose le problène du passage de la rencontre à l’action, alors qu’y sont réaffirmés le rejet des institutions étatiques et le refus de la prise du pouvoir.

Christophe Aguiton « Décider au consensus dans des espaces ouverts, l’exemple des forums sociaux » – (Orange Labs-Paris)

Brièvement, Christophe Aguiton (CA) replace la question centrale des rapports au pouvoir dans le contexte des forums sociaux. Ces forums sont constitués de militants, de politiques et de syndicalistes qui ont différentes références théoriques et politiques quant à la prise du pouvoir et les modalités de mise en application des transformations sociales souhaitées. Il illustre cette idée par la controverse entre John Holloway et Daniel Bensaid ou Pierre Rousset. Il revient sur les contradictions dont les forums sociaux ont pu souffrir, notamment dans les modes de gouvernance pour lesquels ils ont successivement opté. La tension, par exemple, qui existe depuis 2001 entre « forum-espace » et « forum-mouvement » est en train de se résoudre, puisque les altermondialistes ont finalement adopté une perspective non-délibérative (c’est-à-dire non-décisionnelle). CA dégage quatre modèles de représentation : le tirage au sort, l’élection, la désignation, et celui de l’espace ouvert où « vient qui veut ». Dans un tel espace, il y a deux façons de décider : le vote et le consensus. Les forums, eux, reposent sur la recherche du consensus. En cela, ils sont les nouveaux supports d’une démocratie du faire et de l’action, qui rend inconcevable un retour aux modèles de démocratie antérieurs. Il trace un parallèle avec les pratiques de gouvernance du web, fortement inspirées des principes libertaires voire libertariens américains. Il illustre certaines formes de cooptation, et le principe : « qui participe « au faire » participe au processus décisionnel ». Il n’y a pas de délégations, de mandats impératifs mais dans ces instances le principe de consensus est fondamental. CA, qui a participé à différents modes de gestion du pouvoir au sein de diverses instances (partis politiques, syndicats, associations) réussit à mettre en perspective les aspects novateurs de ces nouveaux modes de gouvernance, tout en n’occultant pas les difficultés et certaines limites de ces modes.

Discussion

Julie Delamard ouvre la discussion en reprenant le fil des différentes communications, dont elle souligne la complémentarité heuristique tout en prenant la mesure des évolutions historiques et des glissements terminologiques. Elle montre que la manière la plus efficace de confronter les différentes formes de forum(s) semble d’aborder celui-ci à travers ses problèmes (problèmes d’accès au forum lui-même mais aussi à la parole – le problème de l’existence des « experts » est d’ailleurs noté également par Clémence Revest – ; problèmes d’organisation interne ; d’efficacité ; de confiscation…). S’il est tenu pour « l’espace public » par excellence, le forum court le risque de n’être jamais assez « public » ou d’incarner, par ses limites, les dévoiements dénoncés ou redoutés dans la perspective habermassienne (problèmes de seuils dans les forum(s) sociaux contemporains ou de quorum dans l’agora athénienne) ; d’où cette question fondamentale : l’espace public est-il le lieu indiqué pour la prise de décision. Ne doit-il pas rester dévolu à la seule discussion ? Pierre Vesperini réagit et se dit au fond assez déçu par le caractère non-décisionnel des forums sociaux. Rien ne change, puisque ces espaces de « pure discussion » refusent d’avoir un impact. F. Gaudichaud répond que le forum est un instrument contribuant à faire émerger les problèmes publics de manière neuve, dans le cadre de la globalisation. Julie Delamard rappelle à cet égard que l’agora était aussi un espace de pure discussion, qui n’était pas délibératif. Cyril Courrier note que les forums actuels portent avec eux un certain héritage antique, sans en être conscients. Arnaud Fossier interroge les soubassements épistémologiques des analyses portant sur les forums sociaux : comment distinguer le point de vue de l’observateur de celui du militant dans les propos des deux derniers intervenants ? Quelles sont leurs méthodes d’enquête et d’observation ? Quels sont aussi les outils d’analyse mobilisés ? Par ailleurs, d’un point de vue conceptuel, ne faudrait-il pas d’abord en passer par une généalogie de notions ici mobilisées pêle-mêle (forum, agora, réseau, arène, association, assemblée, communauté, atelier) dans le but de mieux discerner les formes de gouvernance sous-jacentes aux « forums sociaux » ? Christophe Aguiton répond de nouveau sur l’« échec » des forums sociaux et le met en perspective avec les espoirs déçus liés à l’élection de Barack Obama : la politique a-t-elle elle aussi échoué ? Il rappelle que la valeur des forums sociaux réside dans leur capacité à mettre en réseau individus, thèmes et problèmes à différentes échelles.

2005-2006 : Usages et abus des sources

Le séminaire 2005-2006 consacré aux sources avait donné lieu à une publication dans la revue Dimensioni e problemi della ricerca storica.

Le numéro 2007/2 est désormais consultable en ligne :

  • Enrico Castelli Gattinara et Etienne Anheim : Introduzione pp. 007-028