Archives de catégorie : Billets

Bibliographie

Athané François (2009) « Le don, histoire du concept, évolution des pratiques », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 13 | 2009

Baudet, Violaine et Carrere, Véronique (2014) « Délit de solidarité », Plein Droit, 1, p. 14-17

Boudou Benjamin (2017), Politique de l’hospitalité, Paris, CNRS

Caillé, Alain (2000) Anthropologie du don : le tiers paradigme, Paris, Desclée.

Caillé, Alain (2019), Extensions du domaine du don: demander, donner, recevoir, rendre: essai, Arles, Actes Sud.

Chanial, Philippe (dir.) (2011), La société vue du don, Paris, La Découverte.

Faggion Lucien et Verdon, Laure (dir.) (2010) Usages et ambiguïtés d’un paradigme anthropologique aux époques médiévale et moderne, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence. En libre accès

Fassin, Didier (2010) La raison humanitaire. Une histoire morale du temps présent, Paris, collection « Hautes Études », Gallimard/Seuil.

Insel, Ahmet (2008) « La part du don », in Philippe Chanial (dir.), La Société vue du don. Manuel de sociologie antiutilitariste appliquée, La Découverte.

Journet, Nicolas (2008) « Le don aujourd’hui », Sciences Humaines, 11(198), p. 17-17. https://www.cairn-int.info/magazine-sciences-humaines-2008-11-page-17.htm

Laitinen Arto et Pessi Anne Birgitta (2014), Solidarity – Theory and Practice, Lexington Books

Magnani, Eliana (2000) « Le don au Moyen Âge : pratique sociale et représentations. Perspectives de recherche », Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre, 4, p. 309-322.

Magnani, Eliana (dir.) (2007) Don et sciences sociales. Théories et pratiques croisées, Dijon.

Marais, Jean-Luc (1999) Histoire du don en France de 1800 à 1939 : dons et legs charitables, pieux et philanthropiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Mauss, Marcel (2007) Essai sur le don. Formes et raisons de l’échange dans les sociétés archaïques, Paris, Presses Universitaires de France.

Mayade-Claustre, Julie (2002) « Le don. Que faire de l’anthropologie ? », Hypothèse, 1(5), p. 229-237.

Mohanty, Chandra Talpade (2003) Feminism without borders: Decolonizing theory, practicing solidarity, Durham, Duke University Press

Papadopoulos Dimitris et Tsianos, Vassilis (2013). « After citizenship: autonomy of migration, organisational ontology and mobile commons», Citizenship studies, 17(2), p. 178-196.

Polanyi, Karl (2017)  La grande transformation: aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard.

Ruiz de Elvira Laura et Saednia, Sahar (2020), Les mondes de la bienfaisance, CNRS editions.

Servet, Jean-Michel (2010) « Figures contemporaines et passées de la solidarité. Approches interdisciplinaires », Finance & Bien Commun, 2(37-38), p. 8-27. https://www.cairn-int.info/revue-finance-et-bien-commun-2010-2-page-8.htm

Tazzioli, Martina et Walters, William (2019) «Migration, solidarity and the limits of Europe», Global Discourse, 9(1), p. 175-190.

Testart, Alain (2006; 1993) Des Dons et des dieux, Paris, Éditions Errance.

Testart, Alain (2007) Critique du don, Paris, Syllepse.

Zemon Davis, Natalie (2003) Essai sur le don dans la France du XVIe siècle, Paris, Seuil.

 

Calendrier 2020-2021

Toutes les séances ont lieu de 16 heures à 18 heures dans des modalités précisées à chaque fois – en ligne ou en présentiel – suivant l’évolution du contexte sanitaire. Pour s’inscrire ou pour toute demande d’information : seminaireefrsciencessociales@gmail.com

 

Jeudi 19 novembre 2020 (visio-conférence): Le don entre bienfait et violence intrinsèque. Pour une relecture de l’Essai sur le don de M. Mauss. AFFICHE 1ère séance

Mercredi 16 décembre 2020: Le don et l’autre. Relations et réseaux dans les échanges interpersonnels à l’aune des travaux de Jacques T. Godbout.

Mercredi 20 janvier 2021: Le don contraignant. Échos politiques d’un motif littéraire ? 

Mercredi 17 février 2021: Une stratégie de niches. L’encadrement légal du don en France.

Mercredi 17 mars 2021: Bienfaits et pauvreté de l’Antiquité à nos jours.

Mercredi 21 avril 2021: Hospitalité, humanitaire et migrations. Perspectives historiques et actualité.

Séance 1: Le don entre bienfait et violence intrinsèque.

Jeudi 19 novembre 2020  de 16h à 18h (visio-conférence) AFFICHE 1ère séance

La première trace littéraire de la Grèce antique, l’Iliade d’Homère, commence avec une querelle qui a pour objet un échange de dons. Il s’agit plus précisément d’une « transaction » non réussie qui portera le héros Achille à abandonner le champ de bataille, ce qui valut aux Achéens de vivre des souffrances sans nombre. En 1954, M. I. Finley appliqua au texte homérique les catégories sociales définies par M. Mauss dans son Essai sur le don (1924), en décrivant une société hiérarchisée sur la base de la réciprocité, dont les rapports de pouvoir et le statut de l’individu étaient pensés en termes de don.

Une société très différente de la nôtre, où les relations basées sur le don s’arrêtent là où commence l’idée de marché et de capital. Mauss suggérait problématiquement qu’un retour à l’échange des dons pouvait être la clé pour « ré-humaniser » la vie sociale et économique. Comme la colère d’Achille le démontre, les échanges ne sont toutefois pas toujours pacifiques. Au contraire, l’acte du don peut porter en soi une agressivité et une violence plus ou moins visibles. Sous cet angle, l’idée de réciprocité est-elle alors encore valable ? C’est cette question qu’on souhaite mettre au cœur de la réflexion en partant de la lecture de « L’ambiguità del dono » de G. Satta. Elle nous donnera aussi l’occasion de réévaluer l’Essai sur le don, à travers les interprétations qu’on lui a données au fil du temps.

Organisation : Angela Cossu, Davide Cacchioni (EHESS)

Lectures discutées :

G. Satta, L’ambiguità del dono. Note su dono, violenza e potere nell’ « Essai » di Mauss, dans V. Rasini, Aggressività. Un’indagine polifonica, Milano-Udine, 2011, p. 91-109. Lire le texte

Il. I, 1-317 Lire ici

Le don à l’épreuve des sciences sociales

Présentation

Le don et les pratiques sociales qui s’y rapportent ont longtemps été des objets privilégiés des enquêtes anthropologiques consacrées à l’étude des sociétés archaïques et « primitives », avant de devenir l’objet d’analyses historiques et sociologiques.  Les recherches qui portent sur ce thème font fréquemment référence à l’ouvrage devenu classique de Marcel Mauss, Essai sur le don (1923), pour mettre en avant ses apports mais aussi ses limites. Par exemple, des enquêtes sur la philanthropie au XIXe siècle soulignent que « le don moderne n’est pas moins un phénomène total que l’échange de cadeaux archaïque », tel que le définit Mauss, et « qu’il allie des dimensions économiques, légales, esthétiques, morales et même religieuses » (Silber, 2008). L’historienne Nathalie Zemon Davis a aussi rappelé que « le paysage du don apparaît bien plus ouvert, et ses frontières plus fluides que lorsque Marcel Mauss avait tenté d’en dresser la carte » (Zemon Davis, 2003). Les sociologues qui se sont également intéressés à la compassion et au don comme moteurs de l’action publique ont par ailleurs montré que «la raison humanitaire » est à la base de bon nombre de politiques sociales depuis les années 1990 (Fassin, 2010).

Ce séminaire sera consacré aux analyses récentes du don dans ses différentes déclinaisons (évergétisme, philanthropie, humanitaire pour n’en citer que certaines) au sein des sciences sociales.  Nous réfléchirons à la conceptualisation et à la théorisation du don comme catégorie d’analyse, ainsi qu’à la manière dont le système du don a été étudié à différentes époques et dans des contextes variés. Plusieurs questions guideront nos réflexions : Comment le don, concept large pouvant englober plusieurs pratiques, est-il défini ? Comment comprendre et étudier les expressions “système du don” et “paradigme du don” auxquels nombre de recherches font référence ? Comment interpréter les échanges symboliques ? Quelles étaient les croyances autour du don ? Comment s’organisent les échanges ? Que nous disent les échanges des relations sociales ? Comment s’organise la pratique des dons et des legs ? Quels étaient les circuits des dons ?

Le séminaire s’organisera autour de six séances thématiques qui auront lieu une fois par mois de novembre 2020 à avril 2021. En raison de la crise sanitaire actuelle, les modalités d’organisation seront définies avant chaque séance (en visioconférence ou en présentielle).

Motion des personnels scientifiques de l’École française de Rome

La future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), telle que la préfigurent ses rapports préparatoires, entraînera de nouvelles restrictions de budget et de postes désastreuses pour l’enseignement supérieur en France. Nous dénonçonsun nouveau coup porté à la recherche et réaffirmons notre attachement à un service public de l’enseignement supérieur et de la recherche de qualité.

Les orientations données par les rapporteurs, qui visent à généraliser la recherche par projet en diminuant encore les dotations permanentes des laboratoires et des universités, constituent une nouvelle attaque contre la recherche publique, déjà fragilisée par une série de réformes mal maîtrisées, aux motivations essentiellement budgétaires et idéologiques. La LPPR, telle que ces rapports la préfigurent, conduira à une concentration des moyens dans quelques rares établissements dits d’« excellence » au détriment de tous les autres.

Les rapports préparatoires prévoient une modification du statut des enseignants-chercheurs et la multiplication des contrats de courte durée.En accentuant la mise en concurrence systématique des chercheurs et des institutions– contraints de courir candidatures et appels à projets –, elle les détourne du cœur de leur activité. Les recommandations des rapporteurs imposent un tournant libéral aux services publics de l’enseignement supérieur et de la recherche : feignant de se conformer à un modèle anglo-saxon, ils prônent un système fondé sur le darwinisme social. Ils établissent à tort la vulnérabilité, l’évaluation et la compétition en vecteurs d’efficacité et d’attractivité.La précarité, jusqu’ici présentée comme provisoire, est désormais institutionnalisée et légitimée, devenant la norme. La recherche nécessite pourtant du temps, de la stabilité et du suivi pour produire des résultats.

Enfin, l’enseignement universitaire et la recherche doivent fonctionner de concert, contrairement à ce que préconise l’un des rapports préparatoires à la LPPR. La modulation des services des enseignants-chercheurs produirait un système universitaire toujours plus inégalitaire, alors même que le nombre d’étudiants ne cesse de croître.

Nous vivons en Italie où a été entreprise, il y a quelques années, une réforme de l’enseignement supérieur et de la recherche aux motivations semblables à celles que propose aujourd’hui le gouvernement français. Parce que nous travaillons quotidiennement avec les chercheurs et les universitaires italiens, nous sommes les premiers témoins des effets désastreux d’une telle politique. L’absence chronique de postes stables et la concurrence de tous contre tous obligent nos collègues à multiplier les contrats courts, mal rémunérés et mal considérés, au mépris de la maturation intellectuelle et scientifique. Nous le savons : l’instabilité permanente nuit à la recherche et fragilise les personnes. C’est donc souvent aux dépens de l’individu que la recherche italienne continue de proposer des productions de haut niveau.

Les réformes proposées ne constituent pas une réponse à la hauteur de la crise qui traverse le monde de la recherche. Nous déplorons ainsi qu’à rebours des annonces, une politique ambitieuse de la recherche publique ne soit pas engagée.

 

Les sections Antiquité, Moyen Âge, Époques moderne et contemporaine

et le service archéologique de l’École française de Rome