Archives pour la catégorie Actualités / News

Actualité de l’ambition anthropologique : comparatisme, universalisme et scientificité des sciences de l’homme

4e séance de la série « Comparer, comparaison, comparatisme » du Séminaire de lectures en sciences sociales

9 avril 2018, École française de Rome, piazza Navona.
Organisation : Sébastien Plutniak & Bruno D’Andrea

Télécharger l’affiche et les résumés au format pdf.

 


Présentation et résumés des interventions

Cette séance portera sur le statut de la comparaison dans les travaux actuels d’anthropologie générale. La définition même de cette dernière n’est plus évidente : s’agit-il d’établir un discours scientifique « général » sur l’homme au sens qu’il concernerait la masse entière de tous les hommes, dans l’espace et dans le temps ? ou que ce discours traiterait d’aspects « généraux » au sens de fondamentaux (le « religieux », l’« économique ») ? ou, encore, généraux au sens de causaux (l’identification de régularités, de constantes anthropologiques ou de mécanismes) ? Par ailleurs, avec l’effacement de l’héritage structuraliste, constate-t-on aujourd’hui une diminution des travaux visant ces degrés de généralité ?

Les présentations des trois intervenants – confrontés dans leurs travaux à l’une ou l’autre de ces acceptions de la généralité anthropologique – nous conduiront vers ces questions. Les opérations de comparaison y sont impliquées, qu’elles concernent la mise en rapport et en équivalence d’observations diverses par leur nombre, diverse par la nature des faits observés, ou diverse par les méthodes et les concepts fondant l’observation.


L’anthropologie est-elle une science expérimentale  ?

Laurent Barry (Ehess)


Je propose d’aborder ici la question de l’administration de la preuve en anthropologie dans le cadre d’une comparaison au sein d’une même société (je partirai de l’exemple des Peuls du Cameroun que j’ai étudié) mais entre différentes communautés de cet unique ensemble (communautés plus ou moins investis dans le pastoralisme et ayant une relation au pouvoir historiquement très variable). Je partirai de la définition première de Claude Bernard de la méthode expérimentale pour montrer que, contrairement à une idée trop répandue, celle-ci ne repose pas sur la nécessité d’une « manipulation » ou d’une action / intrusion du sujet dans l’objet de son expérience. Ainsi, dans le cadre médical auquel appartenait Claude Bernard l’idée d’expérimentation consistait pour lui en une méthode, celle de l’observation des variations concomitantes dans l’examen de pathologies et ce sans aucune intervention de l’observateur (le stade de l’observation des signes cliniques précédant et se différenciant bien sûr de celui du soin).

Dès lors, on peut poser que l’anthropologie (mais aussi bien la sociologie, la démographie ainsi que bien d’autres sciences humaines et sociales dont le sujet est – généralement – contemporain de l’observateur) en tant que sciences d’observations sont elles aussi tout à fait susceptibles d’asseoir leurs hypothèses sur l’observation de variations concomitantes d’un phénomène social. C’est ainsi la méthode que j’ai suivie dans l’un des aspects de ma recherche consistant à essayer de différencier ce qui, dans le système matrimonial, distinguait les idiosyncrasies propres aux communautés peules distinctes que j’étudiai, d’un « modèle » plus général du mariage peul entendu comme archétype culturel.

On verra alors qu’en identifiant certains facteurs qui explicitent des variations régionales ont peut parvenir à isoler d’autres éléments qui au contraire restent constant et ne sont pas affectées par la variation de ces facteurs locaux, éléments qui sont alors les candidats les plus aptes à remplir les conditions de la définition d’un modèle global, dans le cas présent celui d’une expression sui generis du système matrimonial peul.

Lectures
  • Laurent S. Barry. 1998, « Les modes de composition de l’alliance : le “mariage arabe” », L’Homme, p. 17–50, doi : 10.3406/hom.1998.370504.

  • Laurent S. Barry. 2000, « L’union endogame en Afrique et à Madagascar », L’Homme, 154–155, p. 67–100, doi : 10.4000/lhomme.22.


Les comportements humains : vers un décloisonnement des disciplines
Paul Seabright (Toulouse School of Economics)


Cet exposé expliquera comment les sciences économiques se sont démarquées de la sociologie historique et de l’histoire des civilisations à partir du xviiie siècle, et comment ces courants sont restés distincts au cours du xixe et du xxe siècles. Il proposera ensuite quelques éléments qui font penser que ces courants sont en train de se rejoindre au xxie siècle. Un concept clé est l’écologie des populations: toutes les sciences sociales traitent de la façon dont les populations humaines gèrent leur environnement matériel, social et conceptuel. Les sciences économiques ont besoin de rester cohérentes avec l’anthropologie, la sociologie et les autres sciences sociales. Cette cohérence est imposée par le fait que chaque discipline traite de certains échanges entre les populations et leur environnement, et la cohérence de la matrice des échanges est la contrainte fondamentale qui assure l’unité des sciences sociales. Cet argument sera illustré par des exemples de l’analyse de la religion par diverses sciences sociales.

Lectures
  • Paul Seabright. 2010, The Company of Strangers. A Natural History of Economic Life, 2e éd., Princeton : Princeton University Press, 400 p., p. 1–11.

  • Paul Seabright. 2016, « Religion and Entrepreneurship: a match made in heaven? », Archives de sciences sociales des religions, 175, 3, p. 201–219, doi : 10.4000/assr.27991.


Une science des rapports de genre est-elle possible  ?
Christophe Darmangeat (Université Paris Diderot)


La construction d’une théorie sociale générale suppose la comparaison et la classification des réalités locales. La possibilité d’atteindre cet objectif, qui était celui de la science anthropologique à ses débuts, a ensuite été peu à peu contestée, au point que certains courants en sont venus à le nier en tant qu’objet scientifique. En partant de l’exemple des rapports de genre, on soulignera les difficultés – réelles – de parvenir à leur connaissance objective tout en soulignant l’impérative nécessité de conserver cette perspective.

Lectures
  • Christophe Darmangeat, L’oppression des femmes, hier et aujourd’hui : pour en finir demain  ! Une perspective marxiste, http://cdarmangeat.free.fr/ ?p=d, 42 p. ; résumé de :

  • Christophe Darmangeat. 2012, Le communisme primitif n’est plus ce qu’il était. Aux origines de l’oppression des femmes, 2e éd., Toulouse : Smolny, 464 p.

Raisonner la comparaison (Journée d’étude des doctorants EFR)

Raisonner la comparaison : terrains d’enquête, méthodes et objets d’étude

Mercredi 28 février 2018

Place Navone, 62 – Salle de Séminaire

Dans quelle mesure la « comparaison » en tant que méthode prend place dans nos recherches ? Malgré la diversité de nos domaines d’études, la démarche comparative est omniprésente dans tous nos travaux de thèse, à la fois comme méthode explicite de construction de nos objets et comme raisonnement implicite.

Tout en rendant compte de la variété de nos recherches, nous souhaiterions mettre à l’épreuve les apports de la comparaison dans la production de la connaissance scientifique en sciences sociales. En insistant sur la production de matériaux empiriques et sur les cadres théoriques nous permettant de monter en généralité, notre objectif est enfin d’interroger la capacité de la comparaison à mettre en cause la posture (ethnocentrique ?) du chercheur.

 Programme

  • 10h–11h15 : Gaëlle Troadec et Virginia Santilli

Comparer des terrains à l’international (France–Italie) pour mettre en lumière des structures socio-économiques singulières de marché ? Les cas de la petite pêche et du parc locatif social.

  • 11h30–12h45: Serena Galasso et Blanche Lacoste

Deux disciplines au prisme du « genre » : objets, méthodes, enjeux. De l’étude de la gestion domestique aux xvexvie siècles à l’analyse de la liturgie contemporaine.

  • 14h–15h15 : Anton Divić  et Alba Ferreira Domíngez

Comparaison de l’objet : comparaison entre les différents sites et entre les épaves en archéologie sous-marine.

Le retour de la querelle du narrativisme ? Autour des oeuvres d’Ivan Jablonka

Lors de la dernière rentrée littéraire, un historien s’est démarqué par la publication d’un essai intitulé Laëtitia ou la fin des hommes. Revenant sur le meurtre de Läetitia Perrais en 2011, ce livre a bénéficié d’une réception d’abord positive, enthousiaste, et même primée (par le prix Medicis et le prix Littéraire du Monde), puis comme souvent un peu moins consensuelle, au sein notamment de la communauté savante.

Continuer la lecture de Le retour de la querelle du narrativisme ? Autour des oeuvres d’Ivan Jablonka 

La querelle du narrativisme. Autour de Carlo Ginzburg et Hayden White

Depuis les années 1970, les critiques adressées au positivisme en histoire se sont radicalisées et ont été revigorées par la réflexion philosophique sur la relation entre les faits et les interprétations et par le prétendu tournant linguistique (« linguistic turn »).

Continuer la lecture de La querelle du narrativisme. Autour de Carlo Ginzburg et Hayden White 

What if ? Uchronie et raisonnement contrefactuel en histoire

En 2017 (L. Smekhov, studio Diafilm, 1960) source : http://www.repubblica.it/tecnologia/2017/01/28/foto/l_urss_del_2017_immaginata_da_due_artisti_sovietici_nel_1960-157062726/1/#1

Et si… le nez de Cléopâtre avait été plus court ? Si Charles Lindbergh avait été élu face à F. D. Roosevelt en 1940 ? Si le Mur de Berlin n’était pas tombé ? Si les Nazis avaient gagné la Seconde guerre mondiale ? Si la traite atlantique n’avait pas été abolie ? Si l’ordinateur avait été développé au XIXe siècle ? Autant de questions suscitant fantasme, effroi ou curiosité, qui viennent nourrir à des degrés divers la pratique de la « counterfactual history », à laquelle la séance du séminaire du 24 avril se propose de réfléchir.

Continuer la lecture de What if ? Uchronie et raisonnement contrefactuel en histoire 

Archéologie et fiction

La deuxième séance du séminaire de l’École française de Rome, consacré en 2016-2017 au thème «Fiction, histoire et sciences sociales », abordera la question du point de vue de l’archéologie, entendue comme une façon de faire de l’histoire en exploitant en premier lieu des sources matérielles, qu’il s’agisse d’objets, d’édifices ou de sites. Par ce biais, nous serons amenées à déployer une série de notions qui font la complexité des régimes a priori antagonistes de la vérité et de la fiction.

Continuer la lecture de Archéologie et fiction 

Fiction et art de la mémoire : peut-on se souvenir de choses qui n’existent pas ?

 

Le séminaire de lectures en sciences sociales de l’École française de Rome s’intéresse, cette année, aux relations complexes qui se nouent entre le discours historique et le discours fictionnel. En définissant assez simplement la fiction comme l’invention d’un récit, cette première séance se contentera de partir des questions élémentaires que se pose l’historien face à ses sources : ce qu’elles lui donnent à lire peut-il être tenu pour vrai ? Les acteurs, auxquels l’historien s’intéresse, se racontent-ils des histoires ?

Continuer la lecture de Fiction et art de la mémoire : peut-on se souvenir de choses qui n’existent pas ? 

Faits, fictions et frictions

Remettre à l’agenda la question des rapports entre histoire et fiction pourrait apparaître à certains pour une provocation crispante propre à raviver de vieilles controverses qu’on aurait pu espérer réglées, à d’autres comme la tentation d’une incursion sulfureuse dans un domaine clairement antinomique aux missions historiennes, ou enfin comme un acquiescement aux tendances récentes au rapprochement entre littérature et histoire, qui visent à organiser la convergence et la collaboration de leurs régimes d’écriture et de vérité.

La multitude de ces points de vue suffit à démontrer que la question est loin d’être réglée. Le séminaire organisé par les membres de l’EFR s’empare, en 2017, de ces problèmes épistémologiques qui entourent le récit et le raisonnement de l’historien, en s’autorisant comme chaque année un détour fructueux par d’autres sciences sociales.

Continuer la lecture de Faits, fictions et frictions 

Repenser la relation entre le rural et l’urbain à partir des déchets

Le discours environnementaliste prône aujourd’hui la récupération et la réutilisation des déchets comme moyen pour lutter contre les gaspillages mais ces préoccupations ne sont pourtant pas nouvelles et plusieurs initiatives récentes confirment la profondeur d’un tel questionnement du point de vue de l’histoire des campagnes1. La possibilité du remploi en agriculture des déchets urbains et industriels, par exemple, attirait déjà l’attention des scientifiques et des décideurs publics au tournant du XIXe siècle, en correspondance d’une conjoncture qui contribue à redéfinir la relation entre le rural et l’urbain. Continuer la lecture de Repenser la relation entre le rural et l’urbain à partir des déchets 

  1. Voir, par exemple, la journée d’études L’agriculture une solution pour recycler les déchets urbains et industriels ? Perspectives historiques et comparaisons européennes XVIIIe-XXe siècle (Grande-Bretagne, Belgique, France, Italie, Pays-Bas), organisée le 10 avril 2015 à l’EHESS par Laurent Herment et Thomas Le Roux, ou le programme de la 38e journée internationale d’histoire de l’abbaye de Flaran sur Fumiers ! Ordures ! Gestion et usages des déchets dans les campagnes de l’Europe médiévale et moderne. []

Le parti pris des choses en sciences sociales – Programme de la journée d’études du 16 juin 2016

La présente journée d’études vient clore le séminaire de lectures en sciences sociales de l’École française de Rome, consacré cette année à la question des choses. Les sciences sociales, qui se sont définies par l’étude des humains, de leurs relations et de leurs représentations, accordent une place de plus en plus remarquée aux choses. Que ce soit en relançant l’étude de la culture matérielle, en proposant une anthropologie symétrique ouverte aux non-humains, ou en amorçant un « tournant ontologique » en sciences sociales, les choses ne sont plus cantonnées aux statuts de témoins et de sources, et sont désormais enchevêtrées dans des relations sociales qu’elles organisent. L’instrument inerte, fabriqué et manipulé cèderait donc la place aux choses animant le jeu social des actions humaines.

Qu’y a-t-il de profitable à se placer sur le plan des choses ? Dans quels contextes académique, social et économique le « parti pris des choses » fédère-t-il actuellement les sciences sociales ? Quelles perspectives le thème offre-t-il pour nourrir le dialogue entre les différentes traditions des sciences humaines ? Comment conditionne-t-il enfin la représentation des choses hors du monde universitaire ? Afin d’apporter des éclairages différenciés à ces questions décisives, cette journée donne la parole à sept chercheurs – philosophes, historiens et anthropologues – qui ont pris le parti des choses.

PROGRAMME

9h : Accueil des participants : Catherine Virlouvet, Directrice de l’École française de Rome et Fabrice Jesné, Directeur des études pour les Époques moderne et contemporaine

9h15 : Animer les choses

Florent Coste – Marie Lezowski (École française de Rome) : Présentation du séminaire 2015-2016 et introduction

Renata Ago (Roma 1 La Sapienza) : L’agency delle cose tra teorie contemporanee ed esperienze storiche

10h30-11h : pause café

11h : Les choses et la valeur

Laurent Feller (Paris 1 – LAMOP) : Culture matérielle et histoire économique (Moyen Âge)

Emanuele Coccia (EHESS – CRAL/CEHTA) : La morale par les choses. Publicité, mode et lifestyle

12h30-14h : Pause déjeuner

14h: Les choses et les techniques

Sophie Houdart (CNRS – LESC) : La chose radieuse. Vivre en territoire contaminé après la catastrophe de Fukushima

John Tresch (University of Pennsylvania) : Cosmogrammes majeurs et mineurs

15h30-16h : Pause café

16h : Les choses collectées

Thierry Bonnot (EHESS – IRIS) : Une promenade parmi les choses : anthropologie, objets de famille, objets de musée

Patricia Falguières (EHESS – CESPRA) : La Kunst-und Wunderkammer, un mirage historiographique ?

Entrée libre

Roma Piazza Navona, 62

Contacts et renseignements : Florent Coste (florent.coste@orange.fr); Marie Lezowski (marie.lezowski@gmail.com); Claire Challéat (secmod@efrome.it)