Archives de catégorie : fragmentation-seance-7

Il frammento in archeologia

Organizzazione : Viva Sacco, Alison Pereira, Nicolas Minvielle, Ségolène Maudet, Bruno D’Andrea.

[Accesso alla versione francese dell’articolo.]

Riassunto

Quest’incontro è dedicato alla carattere frammentario dell’archeologia e dei dati su cui essa si basa, esaminando la questione da un punto di metodologico, « pratico » ed epistemologico. L’incontro comincerà con tre interventi focalizzati sulla ceramica, in assoluto la tipologia di reperti più comune in età protostorica e storica ma anche una delle tipologie più frammenetarie. Per comprendre le società che producevano e utilizzavano la ceramica, deve infatti essere affronatata una doppia frammentazione: quella del frammento ceramico dal quale partire per ricostuire la forma completa e quella del corpus che rappresenta soltanto una parte del repertorio originario. Bruno D’Andrea proporrà qualche riflessione introduttiva accompagnata da un quadro storiografico degli studi ceramici in Francia e in Italia. Successivamente, Viva Sacco presenterà le potenzialità, i metodi e le problematiche degli studi archeometrici, mentre Ségolène Maudet proporrà qualche riflessione sull’approccio funzionale-antropologicp allo studio della ceramica partendo dai lavori di Michel Bats. L’incontro proseguirà con un tema differente, quello del cosiddetto cranio di Ceprano. Attraverso questo caso-studio, Alisson Pereira ci presenterà l’evoluzione nel tempo dello studio di questo cranio, per il quale un ruolo-chiave è stato giocato dall’approccio pluridisciplinare. Infine, tirando le fila di quanto detto negli intervventi precedenti, Nicolas Minvielle ritornerà sul carattere intrinsicamente frammentario della disciplina e delle sue pratiche per concludere l’incontro con un invito alla deframmentazione.

Continuer la lecture de Il frammento in archeologia

Le fragment en archéologie

Organisation de la séance : Viva Sacco, Alison Pereira, Nicolas Minvielle, Ségolène Maudet, Bruno D’Andrea.

[Accès à la version italienne du billet]

Résumé

Cette séance sera consacrée aux dimensions fragmentaires de l’archéologie et de ses données, cela en articulant les problèmes qu’elles posent aux méthodes de résolution ainsi qu’à leurs implications épistémologiques. Elle débutera avec deux interventions focalisées sur la céramique, l’un des mobiliers les plus fréquents aux périodes proto-historiques comme historiques, et aussi l’un des plus fragmentés. Dans l’optique de comprendre les sociétés qui les produisaient et les employaient, une double fragmentation doit en effet être dépassée : celle du tesson d’abord qui renvoie à un objet complet, et celle du corpus ensuite qui ne représente qu’une partie du vaisselier initial. Bruno d’Andrea commencera par poser le cadre de la réflexion en établissant un panorama historiographique de la céramologie franco-italienne. Puis, Viva Sacco présentera les enjeux et les apports des méthodes archéométriques, tandis que Ségolène Maudet élargira la réflexion en empruntant des méthodes anthropologiques, fondées sur les travaux de Michel Bats. La séance se poursuivra ensuite autour d’un autre objet de recherche : le crâne de Ceprano. Au travers de cette étude de cas, Alison Pereira nous présentera quels ont été les progrès et les détours d’une enquête collective, dont l’une des principales clés fut forgée par une approche interdisciplinaire. Enfin, en guise de conclusion, Nicolas Minvielle reviendra sur le caractère intrinsèquement fragmenté de la discipline et de ses pratiques, pour achever la séance sur une invitation à la défragmentation

Continuer la lecture de Le fragment en archéologie