Archives pour la catégorie 2017-2018 : La comparaison

La comparaison comme jeu d’échelle. Microhistoire et/ou histoire globale

Séance conclusive de la série « Comparer, comparaison, comparatisme » du Séminaire de lectures en sciences sociales

6 juillet 2018, École française de Rome, salle de séminaire, piazza Navona
Horaires : 10-13h
Organisation : Cesare Santus et Andrea Rapini

Continuer la lecture de La comparaison comme jeu d’échelle. Microhistoire et/ou histoire globale 

Des singularités en séries ? Les cas particuliers comme fondement des sciences sociales

Diptyque Marilyn, Andy Warhol, 1962, Tate

6e séance de la série « Comparer, comparaison, comparatisme » du Séminaire de lectures en sciences sociales

4 juin 2018, École française de Rome, salle de séminaire, piazza Navona
Horaires : 10-13h
Organisation : Bertrand Augier, Charles Davoine et Carole Mabboux

Continuer la lecture de Des singularités en séries ? Les cas particuliers comme fondement des sciences sociales 

(Se) comparer (à) César. Légitimer, questionner et critiquer le changement politique, de l’Antiquité jusqu’au XVIe siècle

Deux médaillons représentant Jules César et Auguste, peints Jean Bourdichon ; Extraits de Suétone, Vie des Douze Césars, éd. 1515-1520, f. 1v° et 3v° ; BnF, NAF 28800

Par Séverin Duc et Pascal Montlahuc.

L’objectif de cette communication n’était pas seulement de discuter de l’opération de la comparaison du point de vue des sciences humaines, comme cela avait été le cas dans les séances précédentes, mais bien d’aborder un dossier où la comparaison est elle-même faite par les acteurs historiques, en l’occurrence celle de certains hommes de pouvoir vis-à-vis de Jules César, à l’époque de ce dernier (milieu ier s. a.C.) puis dans la France du début de l’époque moderne, temps privilégié de redécouverte de l’Antiquité lors duquel certains problèmes politiques liés par la figure césarienne retrouvèrent une brûlante actualité. Partant de l’objet historique césarien, nous avons ainsi tenté d’historiciser l’opération et les termes de la comparaison, puis de comprendre les raisons politiques de cette comparaison. Nous avons pour cela débuté notre parcours à l’époque de César, lequel constitua son propre personnage public en se comparant à certaines figures mythiques ou historiques qu’il jugeait de son envergure, comme celle d’Alexandre le Grand. Dans le même temps, nous avons vu comment, dès sa mort, César devient un point de repère, une possibilité de mètre-étalon pour les empereurs suivants (I), avant de considérer les modalités de la comparaison de/à César à la fin du xve et au début du xvie siècle (II). Nous avons enfin abordé les raisons politiques, antiques comme modernes, qui motivèrent voire justifièrent ces comparaisons (III).

Continuer la lecture de (Se) comparer (à) César. Légitimer, questionner et critiquer le changement politique, de l’Antiquité jusqu’au XVIe siècle 

(Se) comparer (à) César

Deux médaillons représentant Jules César et Auguste, peints Jean Bourdichon ; Extraits de Suétone, Vie des Douze Césars, éd. 1515-1520, f. 1v° et 3v° ; BnF, NAF 28800.

5e séance de la série « Comparer, comparaison, comparatisme » du Séminaire de lectures en sciences sociales

14 mai 2018, École française de Rome, Crypta Balbi.
Organisation : Séverin Duc et Pascal Montlahuc

Continuer la lecture de (Se) comparer (à) César 

Actualité de l’ambition anthropologique : comparatisme, universalisme et scientificité des sciences de l’homme

4e séance de la série « Comparer, comparaison, comparatisme » du Séminaire de lectures en sciences sociales

9 avril 2018, École française de Rome, piazza Navona.
Organisation : Sébastien Plutniak et Bruno D’Andrea

Télécharger l’affiche et les résumés au format pdf.

Continuer la lecture de Actualité de l’ambition anthropologique : comparatisme, universalisme et scientificité des sciences de l’homme 

Économies comparées : à quoi bon des chiffres ?

Calendrier extrait du Rustican, de Pietro Crescenzi, v. 1306. Source : Wikipedia.

Par Cécile Troadec

Comment l’historien construit-il et manipule-t-il les données chiffrées ? La question se pose avec d’autant plus d’acuité semble-t-il lorsque ce dernier étudie les économies dites pré-modernes : comment antiquisants et médiévistes créent-ils, à partir des données quantitatives brutes que livre la documentation, des données économiques comparables entre elles ? De l’histoire quantitative sérielle à la nouvelle sociologie économique, la manière dont ces différentes approches ont traité les chiffres est conditionnée par la conception que se font les historiens des économies pré-modernes et, en particulier, par l’idée d’une possible comparaison avec les économies modernes.

Continuer la lecture de Économies comparées : à quoi bon des chiffres ? 

Comparer des données économiques en masse : le Capital au XXIe siècle de Thomas Piketty

New York Skyline, Samuel Herman Gottscho, 19 janvier 1932, Library of Congress

Par Catherine Kikuchi

La question de la construction des données se pose de façon cruciale quelle que soit la période étudiées. Les données économiques du xxe ou du xxie siècle engendrent des problématiques très semblables à celles des périodes antérieures : comment rendre des données homogènes entre elles, c’est-à-dire comparables, alors qu’elles ont été produites dans des contextes géographiques et temporels très différents ? Ce sont des questions centrales dans Le Capital au xxie siècle qui utilise une masse de données extrêmement importante et de provenances très diverses.

Continuer la lecture de Comparer des données économiques en masse : le Capital au XXIe siècle de Thomas Piketty 

Comparer des données économiques : histoire économique antique et céramique

Dionysos coiffé d’une mitra, fragment de cratère sicéliote à figures rouges MH C373-594. Trouvé à Meghara Hyblaea (Sicile). http://journals.openedition.org/cefr/1337

Par Ségolène Maudet

Quelques rappels historiographiques

Une impulsion fondamentale a été donnée par des savants allemands à la fin du xixe siècle, eux-mêmes en plein débat entre économistes et historiens, sur l’histoire du capitalisme et la place de l’Antiquité gréco-romaine dans cette évolution. Le texte majeur de cette période est celui de Max Weber, Agrarverhältnisse im Altertum (1909). C’est dans ce cadre que prend place la querelle dite des modernistes (Meyer) et des primitivistes (Weber, Häsebroek)(voir Will 1954). Dans le champ de l’histoire gréco-romaine, dans les années 1960-1970, il faut rappeler la grande importance des travaux de Finley et de Polanyi, qui développent une vision « primitiviste » de l’économie antique, statique, radicalement différente de la nôtre.

Continuer la lecture de Comparer des données économiques : histoire économique antique et céramique 

Raisonner la comparaison (Journée d’étude des doctorants EFR)

Raisonner la comparaison : terrains d’enquête, méthodes et objets d’étude

Mercredi 28 février 2018

Place Navone, 62 – Salle de Séminaire

Dans quelle mesure la « comparaison » en tant que méthode prend place dans nos recherches ? Malgré la diversité de nos domaines d’études, la démarche comparative est omniprésente dans tous nos travaux de thèse, à la fois comme méthode explicite de construction de nos objets et comme raisonnement implicite.

Tout en rendant compte de la variété de nos recherches, nous souhaiterions mettre à l’épreuve les apports de la comparaison dans la production de la connaissance scientifique en sciences sociales. En insistant sur la production de matériaux empiriques et sur les cadres théoriques nous permettant de monter en généralité, notre objectif est enfin d’interroger la capacité de la comparaison à mettre en cause la posture (ethnocentrique ?) du chercheur.

 Programme

  • 10h–11h15 : Gaëlle Troadec et Virginia Santilli

Comparer des terrains à l’international (France–Italie) pour mettre en lumière des structures socio-économiques singulières de marché ? Les cas de la petite pêche et du parc locatif social.

  • 11h30–12h45: Serena Galasso et Blanche Lacoste

Deux disciplines au prisme du « genre » : objets, méthodes, enjeux. De l’étude de la gestion domestique aux xvexvie siècles à l’analyse de la liturgie contemporaine.

  • 14h–15h15 : Anton Divić  et Alba Ferreira Domíngez

Comparaison de l’objet : comparaison entre les différents sites et entre les épaves en archéologie sous-marine.

« Comparer, comparaison, comparatisme » : présentation

Vous pouvez retrouver le texte de présentation du séminaire 2017-2018 au format PDF ici.

La comparaison est une opération fondamentale du raisonnement scientifique. Son statut dans l’épistémologie des sciences humaines et sociales a fait l’objet de nombreux questionnements, depuis ceux de Émile Durkheim jusqu’à ceux Jean-Claude Passeron, en passant par les propositions de Louis Dumont ou de Vincent Descombes[1]. Des travaux récents et des mises au point méthodologiques ces ont, dernières années, abordé la comparaison à la fois comme méthode et comme objet[2]. Cependant, si des opérations de comparaison sont effectuées dans toutes les sciences, le statut et l’importance qui leur sont attribuées varient selon les disciplines. Les fonctions épistémologiques qui leur sont assignées, la manière et les instruments avec lesquels elles sont effectuées (métriques, échelles, relations sémantiques) varient largement selon qu’il s’agisse du droit comparé ou de la littérature comparée, de l’histoire ou de l’anthropologie. Pour son édition 2017–2018, le séminaire des membres de l’École française de Rome explorera ces questions à travers des propositions issues des différentes sciences humaines et sociales. Continuer la lecture de « Comparer, comparaison, comparatisme » : présentation