Archives pour la catégorie 2016-2017 : Fiction

What if ? Uchronie et raisonnement contrefactuel

 Par Marie-Adeline Le Guennec, Niccolò Mignemi, Sébastien Plutniak

En 2017 (L. Smekhov, studio Diafilm, 1960)

Actualité de l’approche contrefactuelle en histoire

Le concept d’histoire contrefactuelle, directement transposé de l’expression anglaise counterfactual history, apparaît en plein essor depuis une trentaine d’années. Une rapide évaluation lexicale de la bibliographie spécialisée permet d’en rendre compte superficiellement (fig. 1).

Figure 1 – Décompte des occurrences des syntagmes « virtual history » et «  counterfactual history» entre 1950 et 2013 dans un large échantillon de textes scientifiques (source : Jstor Data for Research).

Si ce concept est particulièrement bien ancré dans les milieux scientifiques anglophones, européens comme extra-européens, sa diffusion en France, où il est généralement considéré avec méfiance par les historiens, demeure minime. De fait, la première synthèse en français sur le sujet date de 2016 : il s’agit de l’ouvrage de Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus. Cet ouvrage a constitué le fil directeur d’une séance du séminaire des membres de l’EFR consacrée aux mécanismes, aux enjeux et aux limites de l’usage du raisonnement contrefactuel en histoire et dans diverses sciences sociales.

Continuer la lecture de What if ? Uchronie et raisonnement contrefactuel 

Histoire et anthropologie face à la fiction : peut-on se souvenir de choses qui n’existent pas ?

Le séminaire de lecture en sciences sociales porte pour l’année 2016-2017 sur les rapports entre histoire et fiction. Olivia Adankpo et Florent Coste qui travaillent l’un et l’autre sur des sources hagiographiques se posent quelques problèmes méthodologiques susceptibles de se poser à l’historien et à l’anthropologue.

Continuer la lecture de Histoire et anthropologie face à la fiction : peut-on se souvenir de choses qui n’existent pas ? 

Le retour de la querelle du narrativisme ? Autour des oeuvres d’Ivan Jablonka

Lors de la dernière rentrée littéraire, un historien s’est démarqué par la publication d’un essai intitulé Laëtitia ou la fin des hommes. Revenant sur le meurtre de Läetitia Perrais en 2011, ce livre a bénéficié d’une réception d’abord positive, enthousiaste, et même primée (par le prix Medicis et le prix Littéraire du Monde), puis comme souvent un peu moins consensuelle, au sein notamment de la communauté savante.

Continuer la lecture de Le retour de la querelle du narrativisme ? Autour des oeuvres d’Ivan Jablonka 

La querelle du narrativisme. Autour de Carlo Ginzburg et Hayden White

Depuis les années 1970, les critiques adressées au positivisme en histoire se sont radicalisées et ont été revigorées par la réflexion philosophique sur la relation entre les faits et les interprétations et par le prétendu tournant linguistique (« linguistic turn »).

Continuer la lecture de La querelle du narrativisme. Autour de Carlo Ginzburg et Hayden White 

What if ? Uchronie et raisonnement contrefactuel en histoire

En 2017 (L. Smekhov, studio Diafilm, 1960) source : http://www.repubblica.it/tecnologia/2017/01/28/foto/l_urss_del_2017_immaginata_da_due_artisti_sovietici_nel_1960-157062726/1/#1

Et si… le nez de Cléopâtre avait été plus court ? Si Charles Lindbergh avait été élu face à F. D. Roosevelt en 1940 ? Si le Mur de Berlin n’était pas tombé ? Si les Nazis avaient gagné la Seconde guerre mondiale ? Si la traite atlantique n’avait pas été abolie ? Si l’ordinateur avait été développé au XIXe siècle ? Autant de questions suscitant fantasme, effroi ou curiosité, qui viennent nourrir à des degrés divers la pratique de la « counterfactual history », à laquelle la séance du séminaire du 24 avril se propose de réfléchir.

Continuer la lecture de What if ? Uchronie et raisonnement contrefactuel en histoire 

Fiction et art de la mémoire : peut-on se souvenir de choses qui n’existent pas ?

 

Le séminaire de lectures en sciences sociales de l’École française de Rome s’intéresse, cette année, aux relations complexes qui se nouent entre le discours historique et le discours fictionnel. En définissant assez simplement la fiction comme l’invention d’un récit, cette première séance se contentera de partir des questions élémentaires que se pose l’historien face à ses sources : ce qu’elles lui donnent à lire peut-il être tenu pour vrai ? Les acteurs, auxquels l’historien s’intéresse, se racontent-ils des histoires ?

Continuer la lecture de Fiction et art de la mémoire : peut-on se souvenir de choses qui n’existent pas ?