Tous les articles par Les membres de l'EFR

Marx, marxismes et sciences sociales

Le séminaire de lectures en sciences sociales des membres de l’École française de Rome porte cette année sur le thème « Marx, marxismes et sciences sociales ». Il s’agit, à partir de nos ancrages disciplinaires divers, de réfléchir aux usages passés et présents de l’œuvre de Marx, ainsi qu’aux lectures plurielles – voire concurrentes – qui en ont été faites.

Le sujet étant immense et son traitement nécessairement parcellaire, nous avons privilégié une approche thématique s’articulant autour des usages faits par la sociologie, l’économie politique ou les sciences politiques de certains concepts centraux de l’œuvre de Marx. D’autres séances se concentreront à l’inverse sur les tentatives d’étendre et d’appliquer le marxisme à des domaines qui n’avaient pas été initialement pensés par Marx. L’histoire demeure toutefois le cadre d’étude privilégié, autour de séances s’intéressant à la philosophie de l’histoire chez Marx ou à la proximité plus ou moins grande de certains courants historiographiques avec son œuvre. Ces différentes séances demeurent unies par une réflexion commune sur les textes marxistes fondant la réflexion ainsi que sur leurs éventuelles révisions par les différents acteurs.

Calendrier 2021-2022

12 janvier 2022, 14h30 à 16h30, École française de Rome (piazza Navona 62)

Séminaire Introduction générale. Marx et le sens de l’histoire

Intervenants : Virgile Cirefice et François Wallerich

Pour en savoir plus sur la séance du séminaire →

 

9 février 2022, 14h30 à 16h30, École française de Rome (piazza Navona 62)

Séminaire Marx et les féminismes

Intervenants : Daniela Trucco, Pauline Cluzel et Angela Cossu

Pour en savoir plus sur la séance du séminaire →

 

9 mars 2022, 14h30 à 16h30, École française de Rome (piazza Navona 62)

Séminaire Marx, des profondeurs aux antipodes

Intervenants : Clément Bady, Philippe Lefeuvre et Paolo Tomassini

Pour en savoir plus sur la séance du séminaire →

 

13 avril 2022, 14h30 à 16h30, École française de Rome (piazza Navona 62)

Séminaire Penser le travail et la consommation de Marx à Goffman

Intervenants : Nicolas Minvielle, Élodie Oriol, Nina Valbousquet

Pour en savoir plus sur la séance du séminaire →

 

11 mai 2022, 14h30 à 16h30, École française de Rome (piazza Navona 62)

Séminaire Lectures marxiennes et marxistes des révoltes et révolutions

Intervenants : Arthur Hérisson, Pierre-Bénigne Dufouleur, Adrian Fernández Almoguera, Lana Martysheva et Guillaume de Méritens de Villeneuve

Pour en savoir plus sur la séance du séminaire →

 

1er juin 2022, 14h30 à 16h30, École française de Rome (piazza Navona 62)

Séminaire Marx et la question des ressources

Intervenants : Elodie Paris, Eukene Bilbao Zubiri et Christian Mazet

Séance 6 : Hospitalité, aide humanitaire et migrations

Mercredi 21 avril 2021, 16h00-18h00 (visioconférence). Affiche.

"Passages", mémorial en hommage a Walter Benjamin, Dani Karavan, Portbou (Espagne, 1994)

Séance organisée par Pauline Cuzel, Daniela Trucco et Nina Valbousquet

La « crise de l’accueil » que connaît l’Europe à partir de l’été 2015 a reporté l’attention des débats scientifiques, politiques, militants, et même judiciaires, sur une pratique perçue jusque-là comme « ancestrale » ou « exotique »: l’hospitalité. Pratique ritualisée, encadrée par la loi et codifiée par des contrats, mais aussi valeur, principe éthique universel, inconditionnel et au-dessus des lois, l’hospitalité apparaît comme un répertoire d’action à mi chemin entre le privé et le public, l’intime et le politique, le don et l’obligation, voire la subversion ou la résistance, notamment lorsqu’elle se porte vers des étrangers « indésirables » et « illégalisés ». La séance sera l’occasion de revenir sur ces tensions et apories à partir d’entrées variées qui croisent époques, régions et disciplines différentes:  de l’existence d’un droit à l’hospitalité à l’époque romaine, aux expériences plus ou moins clandestines d’hébergement de migrants aux frontières de l’Europe dans l’après 2015, en passant par les réseaux d’aide aux réfugiés durant la Seconde Guerre mondiale avec l’exemple du chemin Walter Benjamin entre France et Espagne. 

Lectures discutées:

  • Jacques Derrida, « De L’Hospitalité – Fragments »,  Ecarts d’identité,  n° 8/854, Mars/Juin 1998, p. 2-5. Lire.
  • Lisa Fittko, Le Chemin Walter Benjamin. Souvenirs 1940-1941, Seuil, Paris 2020, extrait: p. 209-220. Lire
  • Benjamin Boudou, « Éléments pour une anthropologie politique de l’hospitalité », Revue du MAUSS, 2012/2 (n° 40), p. 267-284. Lire.

Autres références :

  • Jacques T. Godbout, « Recevoir, c’est donner », Communications, 65, 1997, p. 35-48. Lire.
  • Michel Agier et al., « Introduction », Hospitalité en France. Mobilisations intimes et politiques, Le passager clandestin, Paris 2019, p. 7-20. Lire.
  • Annalisa Lendaro, « ‪Désobéir en faveur des migrants‪. Répertoires d’action à la frontière franco-italienne », Journal des anthropologues, 2018/1-2 (n° 152-153), p. 171-192. Lire
  • Marie-Ademine Le Guennec, « Hospitalité et Antiquité méditerranéenne dans les sciences humaines et sociales contemporaines », Revue du MAUSS, 2019/1 (n° 53), p. 65-79. Lire.
  • Karen Akoka et al., « Ce n’est pas une crise des migrants mais une crise des politiques d’hospitalité », Revue Projet, 2017/5 (N° 360), p. 77-83. Lire.
  • Etienne Tassin, « Exil, hospitalité et… Politique », Blogs Mediapart, 8 Juillet 2017. Lire.

Séance 5 : Don, assistance et gestion de la pauvreté

Mercredi 17 mars 2021, 16h00-18h00 (visioconférence). 

Photo: Lee Russel, Men eating in the transient camp at Hagerman Lake, Michigan, 1937

Séance organisée par Guillaume de Méritens, Elodie Paris, Annalaura Turiano

Cette séance s’interroge sur la place du don dans la gestion de la pauvreté. En proposant des allers-retours chronologiques entre mondes anciens et sociétés contemporaines, nous entendons réfléchir aux définitions changeantes de la pauvreté et des pauvres, à l’inégalité du don et à l’évolution des pratiques assistancielles. De la notion de beneficium dans l’œuvre de Sénèque aux réflexions du sociologue Simmel sur la pauvreté et l’assistance aux pauvres au début du XXe siècle, le but de cette séance est de réfléchir collectivement à la manière dont le don envers les pauvres et les pratiques qui y sont liées sont débattus, légitimés et/ou critiqués. Enfin, les lectures proposées permettent de montrer ce que les discours sur le don révèlent des représentations de la pauvreté à une époque et dans une société données.

Lectures discutées :

  • Extraits de Beneficiis de Sénèque. Lire des extraits ici.
  • Simmel Georg, Les pauvres, 1907. Lire des extraits ici.
  • Duvoux Nicolas, « La philanthropie contre la pauvreté urbaine. Étude de cas à Boston », La Documentation française | « Revue française des affaires sociales » 2014/1, p. 144-168. Lire ici.

Séance 4 : Une stratégie de niche. L’encadrement du don en France et en Italie.

Mercredi 17 février 2021, 16h00-18h00 (visioconférence). Affiche de la séance.

Séance organisée par Virgile Cirefice  et Carole Mabboux.

Qu’il s’agisse de financement de la vie politique, de mécénat artistique ou de contributions plus ponctuelles comme celle liée à la reconstruction de Notre-Dame, le don ouvre des droits fiscaux. Cette reconnaissance par la collectivité d’une contribution permettant d’investir financièrement et symboliquement le champ civique laisse entrevoir un éventail de stratégies patrimoniales et d’opérations de communications. Cette séance entend donc favoriser une réflexion collective sur la fiscalité du don, son éthique et ses implications démocratiques : selon quels principes accepte-t-on de lier participation au bien commun et faculté – croissant avec la richesse – de choisir l’usage qui est fait de son impôt ?

Lectures discutées :

  • Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Seuil, Paris, 1997, p. 229-240. Lire.
  • Julia Cagé, Le Prix de la démocratie, Gallimard, Paris, 2019, p. 122-133. Lire.
  • Camille Herlin-Giret, “Les contournements discrets de l’impôt. Comment les redevables de l’ISF s’arrangent avec le droit”, Sociétés contemporaines, 108, 2017. (pages 29 à 32) Lire.