Tous les articles par Les membres de l'EFR

Il frammento in archeologia

Organizzazione : Viva Sacco, Alison Pereira, Nicolas Minvielle, Ségolène Maudet, Bruno D’Andrea.

[Accesso alla versione francese dell’articolo.]

Riassunto

Quest’incontro è dedicato alla carattere frammentario dell’archeologia e dei dati su cui essa si basa, esaminando la questione da un punto di metodologico, “pratico” ed epistemologico. L’incontro comincerà con tre interventi focalizzati sulla ceramica, in assoluto la tipologia di reperti più comune in età protostorica e storica ma anche una delle tipologie più frammenetarie. Per comprendre le società che producevano e utilizzavano la ceramica, deve infatti essere affronatata una doppia frammentazione: quella del frammento ceramico dal quale partire per ricostuire la forma completa e quella del corpus che rappresenta soltanto una parte del repertorio originario. Bruno D’Andrea proporrà qualche riflessione introduttiva accompagnata da un quadro storiografico degli studi ceramici in Francia e in Italia. Successivamente, Viva Sacco presenterà le potenzialità, i metodi e le problematiche degli studi archeometrici, mentre Ségolène Maudet proporrà qualche riflessione sull’approccio funzionale-antropologicp allo studio della ceramica partendo dai lavori di Michel Bats. L’incontro proseguirà con un tema differente, quello del cosiddetto cranio di Ceprano. Attraverso questo caso-studio, Alisson Pereira ci presenterà l’evoluzione nel tempo dello studio di questo cranio, per il quale un ruolo-chiave è stato giocato dall’approccio pluridisciplinare. Infine, tirando le fila di quanto detto negli intervventi precedenti, Nicolas Minvielle ritornerà sul carattere intrinsicamente frammentario della disciplina e delle sue pratiche per concludere l’incontro con un invito alla deframmentazione.

Continuer la lecture de Il frammento in archeologia

Le fragment en archéologie

Organisation de la séance : Viva Sacco, Alison Pereira, Nicolas Minvielle, Ségolène Maudet, Bruno D’Andrea.

[Accès à la version italienne du billet]

Résumé

Cette séance sera consacrée aux dimensions fragmentaires de l’archéologie et de ses données, cela en articulant les problèmes qu’elles posent aux méthodes de résolution ainsi qu’à leurs implications épistémologiques. Elle débutera avec deux interventions focalisées sur la céramique, l’un des mobiliers les plus fréquents aux périodes proto-historiques comme historiques, et aussi l’un des plus fragmentés. Dans l’optique de comprendre les sociétés qui les produisaient et les employaient, une double fragmentation doit en effet être dépassée : celle du tesson d’abord qui renvoie à un objet complet, et celle du corpus ensuite qui ne représente qu’une partie du vaisselier initial. Bruno d’Andrea commencera par poser le cadre de la réflexion en établissant un panorama historiographique de la céramologie franco-italienne. Puis, Viva Sacco présentera les enjeux et les apports des méthodes archéométriques, tandis que Ségolène Maudet élargira la réflexion en empruntant des méthodes anthropologiques, fondées sur les travaux de Michel Bats. La séance se poursuivra ensuite autour d’un autre objet de recherche : le crâne de Ceprano. Au travers de cette étude de cas, Alison Pereira nous présentera quels ont été les progrès et les détours d’une enquête collective, dont l’une des principales clés fut forgée par une approche interdisciplinaire. Enfin, en guise de conclusion, Nicolas Minvielle reviendra sur le caractère intrinsèquement fragmenté de la discipline et de ses pratiques, pour achever la séance sur une invitation à la défragmentation

Continuer la lecture de Le fragment en archéologie

Biographies fragmentaires et récits de vie. Autour du Pari biographique de François Dosse

Organisation de la séance : Hugo Vermeren, Annalaura Turiano, Séverin Duc et Bertrand Augier.

Résumé

En sciences humaines et sociales, la reconstitution des parcours de vie et des itinéraires en tout genre représente inévitablement un défi méthodologique : celui de composer avec des fragments d’une réalité nécessairement incomplète et imparfaite. Comment faire la part, à partir du fragmentaire, de l’évènementiel, de l’accidentel, de l’inutile ? Comment mettre le tout en récit et l’inscrire dans une épaisseur sociale et historique ? Pour le biographe, passer des biographèmes à la biographie est autrement plus périlleux. Mettre bout à bout les éléments trouvés ci-et-là sur la vie publique et privée de son objet pose le risque de se perdre dans « l’illusion biographique » ou plus encore de subir la théorie du récit. Il existe pourtant, dans la tradition de ce genre historique et littéraire qu’est la biographie, une myriade d’outils et d’approches, de « techniques biographiques » pour reprendre les mots de François Dosse. Dans son ouvrage Le pari biographique. Écrire une vie, paru en 2005, ce dernier revient sur la « fièvre biographique » depuis les années 1980, et propose une histoire des formes biographiques et des manières de (re)composer les vies des autres. Ce travail n’est pas seulement utile aux biographes des grandes figures, il donne des clefs au chercheur qui se lance dans la mise en récit de trajectoires individuelles et collectives dont les traces sont souvent éparses et peu signifiantes.

Riassunto

Biografie frammentarie e storie di vita. Intorno a François Dosse, Le pari biographique.

Nelle scienze umane e sociali, la ricostituzione dei percorsi di vita e degli itinerari di ogni genere rappresenta inevitabilmente una sfida metodologica: quella di confrontarsi a dei frammenti di una realtà necessariamente incompleta e imperfetta. Come rendere conto a partire da un frammento, del congiunturale, dell’accidentale, dell’inutile? Come mettere tutto per iscritto restituendo lo spessore sociale e storico? Per il biografo, passare dai biografemi alla biografia è ancora più pericoloso. Mettere insieme gli elementi trovati qua e là sulla vita pubblica e privata del suo oggetto comporta il rischio di perdersi nell ‘”illusione biografica” o ancor più di subire la teoria della narrazione. C’è, tuttavia, nella tradizione di questo genere storico e letterario che è la biografia, una miriade di strumenti e di approcci, di “tecniche biografiche” per citare le parole di François Dosse. Nel suo libro “Le pari biographique. Écrire une vie”, pubblicato nel 2005, l’autore ripercorre la “febbre biografica” a partire dagli anni 1980 e propone una storia delle forme biografiche e delle modalità per (ri) comporre la vita degli altri. Questo lavoro non è utile solo ai biografi di grandi personaggi, ma offre degli strumenti al ricercatore che si cimenta nella narrazione di traiettorie individuali e collettive le cui tracce sono spesso sparse e insignificanti.

Eléments biographiques / Elementi di bibliografia

  • Dosse François, Le pari biographique. Écrire une vie, Paris, La Découverte, 2011 [2005], 480 p.
  • Bourdieu Pierre, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 62, 1986, p. 69-72.
  • Courgeau Daniel, Lelièvre Eva, « L’approche biographique en démographie », Revue française de sociologie, 31, 1990, p. 55-74.
  • Foroni Fabrice, « Trajectoires résidentielles et espaces migratoires des natifs de Valserine aux XIXe et XXe siècles », dans Bideau Alain et Brunet Guy, Essai de démographie historique et de génétique des populations. Une population du Jura méridional du XVIIe siècle à nos jours, Paris, INED, 2007.
  • Heinich Nathalie, « Pour en finir avec “l’illusion biographique” », L’Homme, 195-196, 2010, p. 421-430.

Mise en ligne : Sébastien Plutniak.

Faits, fiction et frictions (Rapport EFR 2016‑2017)

Consacré cette année aux rapports entre histoire et fiction, le séminaire organisé par les membres s’est décliné en six séances, sur fond de trois axes de questionnement. D’abord, deux séances ont permis d’interroger simplement ce que l’historien doit faire des histoires que se racontent les acteurs qu’il étudie, autant que ses contemporains : l’une nourrie d’enquêtes sur les sources hagiographiques et sur le rôle de la fiction dans la construction de la mémoire sociale ; l’autre sur les rapports entre archéologie et fiction . Ensuite, il a paru important de se demander quelle place peut occuper l’imagination dans la construction du raisonnement de l’historien et de s’intéresser aux réflexions récentes sur l’uchronie et le raisonnement contrefactuel. Le dernier temps du séminaire a été consacré au rapprochement entre histoire et récit et aux querelles qui ont entouré cette question épistémologique : cela a été l’occasion de revenir sur le débat entre Carlo Ginzburg et Hayden White et de discuter les livres récents d’Ivan Jablonka (L’histoire est une littérature contemporaine ; Laëtitia ou la fin des hommes). Les débats se sont conclus le 6 juillet 2017 par une journée d’études autour de : « L’histoire, une question de style ? Un regard réflexif sur les formes de l’écriture historique ». Les invités, Charles Guérin (Lyon 3), Nicolas Laurent (ENS Lyon), et Sabina Loriga (EHESS), ont discuté avec les membres sur l’importance du bien écrire dans l’administration de la preuve historique. En septembre 2017, les membres ont choisi le thème du séminaire de la nouvelle année universitaire « La comparaison », qui permet de rassembler les travaux des membres autour de questionnements méthodologiques et épistémologiques communs, malgré des pratiques et les traditions disciplinaires très variées sur le sujet.

Mise en ligne : Sébastien Plutniak