Séance 1: Le don entre bienfait et violence intrinsèque.

Jeudi 19 novembre 2020  de 16h à 18h (visio-conférence) AFFICHE 1ère séance

La première trace littéraire de la Grèce antique, l’Iliade d’Homère, commence avec une querelle qui a pour objet un échange de dons. Il s’agit plus précisément d’une « transaction » non réussie qui portera le héros Achille à abandonner le champ de bataille, ce qui valut aux Achéens de vivre des souffrances sans nombre. En 1954, M. I. Finley appliqua au texte homérique les catégories sociales définies par M. Mauss dans son Essai sur le don (1924), en décrivant une société hiérarchisée sur la base de la réciprocité, dont les rapports de pouvoir et le statut de l’individu étaient pensés en termes de don.

Une société très différente de la nôtre, où les relations basées sur le don s’arrêtent là où commence l’idée de marché et de capital. Mauss suggérait problématiquement qu’un retour à l’échange des dons pouvait être la clé pour « ré-humaniser » la vie sociale et économique. Comme la colère d’Achille le démontre, les échanges ne sont toutefois pas toujours pacifiques. Au contraire, l’acte du don peut porter en soi une agressivité et une violence plus ou moins visibles. Sous cet angle, l’idée de réciprocité est-elle alors encore valable ? C’est cette question qu’on souhaite mettre au cœur de la réflexion en partant de la lecture de « L’ambiguità del dono » de G. Satta. Elle nous donnera aussi l’occasion de réévaluer l’Essai sur le don, à travers les interprétations qu’on lui a données au fil du temps.

Organisation : Angela Cossu, Davide Cacchioni (EHESS)

Lectures discutées :

G. Satta, L’ambiguità del dono. Note su dono, violenza e potere nell’ « Essai » di Mauss, dans V. Rasini, Aggressività. Un’indagine polifonica, Milano-Udine, 2011, p. 91-109. Lire le texte

Il. I, 1-317 Lire ici