Introduction au séminaire: l’erreur, un problème transdisciplinaire

4 décembre 2019 à 10H – Roma, Piazza Navona 62 – Salle de séminaire

Séance coordonnée par Bertrand Augier, Angela Cossu, Séverin Duc

La première partie de cette séance proposera une réflexion théologique et philosophique sur la notion d’erreur. Celle-ci sera définie et expliquée, en même temps que les notions de faute et de péché, dans leurs déclinaisons hébraïque et chrétienne. Il sera montré toute l’importance du glissement sémantique entre les trois notions qui conduit « à une rhétorique qui tend à créer la faute là où il n’y a que l’erreur, et à qualifier de péché ce qui n’est que faute », selon Ch. Jérémie et M.‑J. Louison-Lassablière. Si, théologiquement, l’erreur est humaine, elle est entretient un commerce, pour certains philosophes comme F. Nietzsche, avec l’illusion de la vérité. Celle-ci serait le plus profond des mensonges. Cette déconstruction de la vérité amène M. Foucault à postuler, après G. Canguilhem, que l’erreur « est sur l’énorme calendrier de la vie ».

Il sera ensuite question de l’erreur dans le champ scientifique, abordée du point de vue de l’épistémologie et de la sociologie des sciences. Suivant K. Popper notamment la connaissance scientifique s’explique par des procédures rationnelles, l’erreur nécessitant une autre explication, notamment sociale (c’est l’hypothèse du « grand partage), devenant l’apanage de la sociologie ou de l’histoire des sciences. Cependant, les travaux de Th. Kuhn sur les notions de paradigme et d’incommensurabilité, puis le « programme fort » défendu par D. Bloor a conduit les sociologues à s’intéresser aux pratiques concrètes (soit le contenu des sciences, et plus seulement le contenant), suivant un principe de symétrie, faisant appel au même type de causes pour expliquer les croyances vraies et les croyances fausses, le succès et l’échec, les vainqueurs et les vaincus des controverses scientifiques. C’est pour nuancer ce relativisme généralisé que les notions d’acteur-réseau et de traduction ont été développées par Callon et B. Latour, qui feront l’objet d’une mise en perspective critique.

Il sera dans une troisième partie question de l’erreur d’un point de vue philologique. On introduira la notion technique d’erreur en tant qu’« innovation »  dans la tradition des textes et on montrera comment l’étude de ces innovations peut conduire à élaborer un « arbre généalogique » des témoins transmettant le texte, essentiellement à travers la méthode dite de Lachmann (qui n’a pas toujours été acceptée dans l’histoire de la discipline). L’erreur, normalement à éviter, car non conforme à la volonté de l’auteur, est en ce cas est positive : elle permet de tracer l’histoire du texte à rebours, jusqu’à l’original non conservé. La reconstruction de l’original et, de façon générale, la recherche de la « vérité » textuelle, ne sont pas dépourvues d’implications politiques, morales, religieuses et théologiques : tout cela sera montré à travers l’exemple concret de l’impact de la critique textuelle sur l’étude la Bible.