Le fragment en archéologie

Organisation de la séance : Viva Sacco, Alison Pereira, Nicolas Minvielle, Ségolène Maudet, Bruno D’Andrea.

[Accès à la version italienne du billet]

Résumé

Cette séance sera consacrée aux dimensions fragmentaires de l’archéologie et de ses données, cela en articulant les problèmes qu’elles posent aux méthodes de résolution ainsi qu’à leurs implications épistémologiques. Elle débutera avec deux interventions focalisées sur la céramique, l’un des mobiliers les plus fréquents aux périodes proto-historiques comme historiques, et aussi l’un des plus fragmentés. Dans l’optique de comprendre les sociétés qui les produisaient et les employaient, une double fragmentation doit en effet être dépassée : celle du tesson d’abord qui renvoie à un objet complet, et celle du corpus ensuite qui ne représente qu’une partie du vaisselier initial. Bruno d’Andrea commencera par poser le cadre de la réflexion en établissant un panorama historiographique de la céramologie franco-italienne. Puis, Viva Sacco présentera les enjeux et les apports des méthodes archéométriques, tandis que Ségolène Maudet élargira la réflexion en empruntant des méthodes anthropologiques, fondées sur les travaux de Michel Bats. La séance se poursuivra ensuite autour d’un autre objet de recherche : le crâne de Ceprano. Au travers de cette étude de cas, Alison Pereira nous présentera quels ont été les progrès et les détours d’une enquête collective, dont l’une des principales clés fut forgée par une approche interdisciplinaire. Enfin, en guise de conclusion, Nicolas Minvielle reviendra sur le caractère intrinsèquement fragmenté de la discipline et de ses pratiques, pour achever la séance sur une invitation à la défragmentation

Lectures

  • Textes de présentation ou d’introduction issus du volume rassemblant les articles de Michel Bats, D’un monde à l’autre. Contacts et acculturation en Gaule méditerranéenne, Centre Jean Bérard, 2013.
  • Sur le travail de M. Bats :
    • A. Schnapp et B. D’Agostino, « L’anthropologie de l’antiquité et l’archéologie, réflexion sur un parcours » p. 25-30 ;
    • P. Rouillard et J.C. Sourisseau, « Michel Bats et la céramique : de l’objet aux manières sociales », p. 39-40 ;
    • P. Boissinot, « Identités et acculturation », p. 166-168.
  • Sur le rôle institutionnel de passeur entre France et Italie de M. Bats :
    • M. Gras, « Pour un dialogue franco-italien. Témoignage », p. 14-15 ;
    • J. P. Brun, « Les années napolitaines (1991-2000) », p. 13-18 ;
    • E. Greco « In Magna Grecia con Emanuele Greco », p. 19-22.
  • J. P. Morel, « Préface », dans M. Bats, Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence (v. 350-v. 50 av. J.-C.), 1988, p. 11-13.
  • A. Testart, « Comment concevoir une collaboration entre anthropologie sociale et archéologie ? À quel prix ? Et pourquoi ? », Bulletin de la Société préhistorique française, 103-2, 2006, p. 385-395.

Mise en ligne : Sébastien Plutniak.