Le parti pris des choses (Rapport EFR 2015–2016)

Le séminaire de lecture en sciences sociales s’est consacré pour l’année universitaire 2015-2016 à la vaste question des choses et des objets. Le thème a présenté l’intérêt d’être aussi transversal que fédérateur pour les membres dont certains sont des spécialistes d’archéologie, d’histoire du droit ou d’histoire de l’art. Plus fondamentalement, une conjoncture éditoriale et scientifique méritait d’être interrogée en tant que telle : les sciences sociales, qui se sont définies par l’étude des humains, de leurs relations et de leurs représentations, accordent une place de plus en plus remarquée aux choses. Que ce soit en relançant l’étude de la culture matérielle, en proposant une anthropologie symétrique ouverte aux non-humains, ou en amorçant un « tournant ontologique » en sciences sociales, les choses ne sont plus cantonnées aux statuts de témoins et de sources, et sont désormais enchevêtrées dans des relations sociales qu’elles organisent. L’instrument inerte, fabriqué et manipulé céderait donc la place aux choses animant le jeu social des actions humaines. L’année s’est déclinée en cinq séances mensuelles et une journée d’études conclusive qui s’est tenue place Navone le 16 juin 2016. On en trouvera le détail sur le carnet Hypothèses. Par ailleurs, cette année, le carnet Hypothèses, en plus d’annoncer et de rendre compte des activités du séminaire, s’est ouvert à la publication des notes de lecture, autour des travaux de J.-P. Cometti, W. Connolly, L. Feller.

Mise en ligne : Sébastien Plutniak