Faits, fiction et frictions (Rapport EFR 2016‑2017)

Consacré cette année aux rapports entre histoire et fiction, le séminaire organisé par les membres s’est décliné en six séances, sur fond de trois axes de questionnement. D’abord, deux séances ont permis d’interroger simplement ce que l’historien doit faire des histoires que se racontent les acteurs qu’il étudie, autant que ses contemporains : l’une nourrie d’enquêtes sur les sources hagiographiques et sur le rôle de la fiction dans la construction de la mémoire sociale ; l’autre sur les rapports entre archéologie et fiction . Ensuite, il a paru important de se demander quelle place peut occuper l’imagination dans la construction du raisonnement de l’historien et de s’intéresser aux réflexions récentes sur l’uchronie et le raisonnement contrefactuel. Le dernier temps du séminaire a été consacré au rapprochement entre histoire et récit et aux querelles qui ont entouré cette question épistémologique : cela a été l’occasion de revenir sur le débat entre Carlo Ginzburg et Hayden White et de discuter les livres récents d’Ivan Jablonka (L’histoire est une littérature contemporaine ; Laëtitia ou la fin des hommes). Les débats se sont conclus le 6 juillet 2017 par une journée d’études autour de : « L’histoire, une question de style ? Un regard réflexif sur les formes de l’écriture historique ». Les invités, Charles Guérin (Lyon 3), Nicolas Laurent (ENS Lyon), et Sabina Loriga (EHESS), ont discuté avec les membres sur l’importance du bien écrire dans l’administration de la preuve historique. En septembre 2017, les membres ont choisi le thème du séminaire de la nouvelle année universitaire « La comparaison », qui permet de rassembler les travaux des membres autour de questionnements méthodologiques et épistémologiques communs, malgré des pratiques et les traditions disciplinaires très variées sur le sujet.

Mise en ligne : Sébastien Plutniak