Lost in translation : traduire/interpréter (Rapport EFR 2013–2014)

Dix ans après sa création, le séminaire de lectures en sciences sociales des membres de l’École française de Rome a souhaité, en 2013-2014, mettre au centre de ses travaux un acte fondamental de la pratique des sciences sociales : la traduction/inter-prétation. Acte quotidien de la recherche en SHS, il consiste principalement en une forme de transposition (inconsciente ou assumée) pratiquée dans un but heuristique et explicatif : faire mieux comprendre un phénomène. Cette thématique renvoie par ailleurs à un autre acte concret essentiel de la transmission des savoirs : la traduction de textes d’histoire et de sciences sociales, ou simplement de concepts, en vue de diffusion de la connaissance. À l’époque de la mondialisation des savoirs, c’est alors le problème d’une lingua franca de la recherche qui est soulevé : est-elle possible ? Nécessaire ? Alors même qu’écrire en science sociale est un acte d’écriture au sens fort, dans quelle mesure cette lingua franca est-elle un apport réel, au-delà d’une amélioration de la communication ? Telles seront les diverses interrogations développées au fil des séances. L’organisation du séminaire a par ailleurs été légèrement modifiée cette année. Cinq séances préparatoires ont précédé une journée d’étude finale qui aura lieu le 7 juillet 2014.

Liste des séances :

  • 10 janvier 2014 : Autour de l’herméneutique de Gadamer, organisée par Th. Lanfranchi, Cl. Revest, P. Thévenin. Textes discutés : H.-G. Gadamer, Vérité et méthode. Les grandes lignes d’une herméneutique philosophique, Paris, 1996, p. 312-321. A. Lilti, « Rabelais est-il notre contemporain ? Histoire intellectuelle et herméneutique critique », in : RHMC, 59-4 bis, 2012, p. 65-84. Bruno Latour et Steve Woolgar, La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, 1996, p. 167-177.
  • 13 février 2014 : Confrontation du Dictionnaire des concepts nomades et du Vocabulaire européen de la philosophie, organisée par G. Calafat, É. Kurdziel et M. Lezowski. Textes discutés : Barbara Cassin, « Présentation », in Ead. (dir.), Vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles, Paris, Le Seuil/Le Robert, 2004, p. XVII-XXII. Olivier Christin, « Introduction », in Id. (dir.), Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines, Paris, Métailié, 2010, p. 11-22. Pascal David et John Mc Cumber, « Travail », « Labor », « work » / « Arbeit », in B. Cassin (dir.), Vocabulaire européen des philosophies, p. 1320-1321. Bénédicte Zimmermann, « Travail, labor/work, Arbeit », in O. Christin (dir.), Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines, p. 397-406. Bénédicte Zimmermann et Michael Werner, « Penser l’histoire croisée. Entre empirie et réflexivité », in Annales HSS, 58/1, 2003, p. 7-36.
  • 14 mars 2014 : Traduire son « terrain »  : réflexivité, objectivité et ethnocentrisme en histoire, géographie et ethnologie, organisée par C. Chillet, M. Gasperoni, C. Schmoll. Textes discutés : Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais, sciences, fictions, féminismes, anthologie établie par Laurence Allard, Delphine Gardey et Nathalie Magnan, Paris, Exils, 2007, p. 115-143. Étienne Anheim, « L’historien au pays des merveilles ? Histoire et anthropologie au début du XXIe siècle », in L’homme, 2012-13, n°203-204, p. 399-427. Ernesto De Martino, La fine del mondo. Contributo all’analisi delle apocalissi culturali, Einaudi, 2002, p. 389-413. Florence Dupont, L’Antiquité, territoire des écarts, entretiens avec Pauline Colonna d’Istria et Sylvie Taussig, Paris, Albin Michel, 2013, p. 126-141 et p. 281-288.
  • 11 avril 2014 : Traduire les sources juridiques : du caractère performatif des transpositions linguistiques, organisée par J.-B. Delzant, C. Quertier, L. Tatarenko. Textes discutés :N. Froeliger, « Les enjeux de la divergence en traduction juridique », in Tribune internationale des langues vivantes, 42 (2007), p. 36-48. I. Merle, « La construction d’un droit foncier colonial : de la propriété collective à la constitution des réserves en Nouvelle-Calédonie », in Enquête, 7 (1999), p. 97-126. F. Ost, Traduire – Défense et illustration du multilinguisme, Paris, Fayard, 2009, p. 398-417.
  • 16 mai 2014 : La traduction à l’aune des conceptions des philologues allemands du début du XIXe siècle, organisée par A.-Fl. Baroni, M. Carrive, I. Mossong. Textes discutés : Denis Thouard, « Humboldt et la France au miroir de la traduction », in Kodikas / Code. Ars Semeiotica, Vol. 27 (2004), No. 1-2, p. 81-102. Aeschylos, Agamemnon, metrisch übersetzt von Wilhelm von Humboldt, Leipzig 1816. Denis Thouard, « La difficulté de Humboldt», in Les dossiers de HEL [supplément élec-tronique à la revue Histoire Epistémologie Langage], Paris, SHESL, 2002, n°1.
  • 7 juillet 2014, Journée d’étude finale sur La traduction/interprétation au regard des sciences sociales. Avec la participation de : Antoine Lilti (EHESS), Nicolas Froeliger (Université Paris 7- Denis Diderot), Thomas Poiss (Humboldt Universität zu Berlin), Claire Placial (Université de Nice-Sophia Antipolis), Barbara Cassin (CNRS), Olivier Christin (Université de Neuchâtel et EPHE), Marion Deschamp (Université Lumière Lyon 2) et les membres de l’EFR.

Mise en ligne : Sébastien Plutniak