Où (en) est la souveraineté ? (Rapport EFR 2012–2013)

Cette année, le thème retenu pour le séminaire des membres concernait la souveraineté : « Où (en) est la souveraineté ? ». Ce choix tenait au constat des mutations récentes d’un concept très utilisé en sciences humaines et sociales, et pourtant remis en cause. À quelle échelle territoriale (nationale, transnationale, mondiale) s’exerce désormais – si elle peut s’exercer – la souveraineté ? Qui est (le) souverain, ou qui incarne la souveraineté ? Ces enjeux, particulièrement débattus par les juristes, les philosophes, les économistes et les politistes, ne vont pas sans éprouver le concept : selon que le curseur de l’autorité souveraine est placé du côté du juridique ou du politique, les définitions de « souveraineté » divergent et révèlent l’instabilité et la fragilité des frontières entre droit et politique. A-t-on affaire à une transformation de la définition même de souveraineté ? Dans une optique plus radicale, le concept de souveraineté est-il encore pertinent pour décrire et analyser les situations politiques contemporaines ? Loin d’émousser l’intérêt pour le concept, les questionnements actuels – autour de la mondialisation/globalisation ou du pluralisme juridique – contribuent à l’enrichir de nouvelles définitions. C’est tout cela que le séminaire souhaitait interroger, à partir d’une perspective diachronique et généalogique de la souveraineté permettant de questionner ses multiples formes et ses différents modèles. À rebours d’une approche étroitement nominaliste qui verrait la souveraineté naître au XVIe siècle, le séminaire a notamment voulu s’intéresser à ce qu’il y avait avant la souveraineté et interroger son futur.

Pour ce faire, une formule légèrement différente des années précédentes a été testée, toujours articulée en six séances cependant. Les trois premières séances, sans invités, entendaient revenir sur un certain nombre de définitions et d’approches théoriques de la souveraineté, à partir de la lecture d’articles ou d’extraits de livres désormais considérés comme des classiques des sciences humaines et sociales. Puis, trois séances avec invités, plus orientées vers le présent, devaient permettre de réfléchir sur l’opérabilité des notions étudiées.

Liste des séances :

  • 24 janvier 2013 : « Les significations politiques de la souveraineté classique (XVIe-XIXe siècles) : la question de son indivisibilité », organisée par P. Thévenin, B. Schmitz et P. Vesperini.
  • 26 février 2013 : « Qu’y a-t-il avant la souveraineté ? Vingt ans après : lecture de quelques travaux autour de la maiestas », organisée par A. Fossier et T. Lanfranchi.
  • 8 mars 2013 : « Peut-on faire une anthropologie de la souveraineté ? », organisée par A. Bertrand, G. Calafat et A. Vincent.
  • 19 avril 2013 : « Mafia(s) et souveraineté », organisée par S. Duval, P. Froment et M. Scherman. Invités : Jean-Louis Briquet (Directeur de recherche au CNRS) et Antonio Vesco (doctorant, Université de Sienne).
  • 3 juin 2013 : « Autour de la souveraineté alimentaire », Séance coordonnée par E. Botte, C. Courrier, J.-B. Delzant, E. Kurdziel et C. Revest. Invités : Céline Fercot (Maître de conférences, Université Paris Ouest-Nanterre), Antonio Onorati (président de l’ONG Crocevia) et Delphine Thivet (doctorante, EHESS).
  • 28 juin 2013 : « Défaire les souverainetés, faire l’Europe ? » séance organisée par J. Dubois, T. Lanfranchi et P. Thévenin. Invités : Alessandro Giacone (Maître de conférences à l’Université Stendhal de Grenoble) et Dominique Linhardt (Chargé de recherche au CNRS).

Comme l’an dernier, les séances sont mises en ligne sur le site internet du séminaire, au travers de comptes-rendus écrits et de podcasts des intervenants (http://semefr.hypotheses.org).

Mise en ligne : Sébastien Plutniak