L’identité (Rapport EFR 2009–2010)

Ce séminaire, organisé à l’initiative des membres de l’École, s’est proposé cette année de réfléchir autour du concept d’identité. Depuis les années 1960, ce terme a connu une fortune immense et a progressivement envahi tous les champs des sciences humaines et sociales, s’imposant comme un concept majeur et incontournable. Les historiens et les archéologues en ont d’ailleurs fait un mot-clé de leurs disciplines, constamment utilisé, à tel point qu’il apparaît aujourd’hui comme une évidence et ne semble plus faire problème. À cette fortune académique s’ajoute une mobilisation récurrente dans le débat public et politique actuel, que ce soit au niveau de l’individu – pour évoquer par exemple les affres d’un Moi contemporain malade et en crise – ou à celui des États – qui inscrivent au cœur de leurs programmes des politiques de l’identité.

Des travaux récents ont quelque peu contribué à brouiller les pistes et à jeter le « trouble » sur une notion qui serait à la fois trop polyvalente et trop ambiguë, contradictoire, cernée à ses extrémités par un essentialisme et un constructivisme dont elle peine à se dépêtrer. Certains sociologues et anthropologues prônent ainsi l’emploi d’autres catégories plus ciblées et plus fonctionnelles, comme celle d’identification ou d’appartenance qui, en modifiant la focale, font surgir des questionnements et des échelles d’analyse différents et nous invitent à repenser nos propres façons d’aborder les sociétés sur lesquelles nous travaillons.

Partant de ce constat et de ces difficultés épistémologiques, un des enjeux de ce séminaire a été d’essayer de se confronter à ces problèmes de définitions, de contours et de voir comment les réflexions engagées dans d’autres disciplines peuvent nourrir nos pratiques d’historiens ou d’archéologues. Conjointement à cette nécessaire réflexion méthodologique, la question centrale à laquelle nous nous sommes confrontés tout au long de ces séances, et qui peut servir en quelque sorte de ligne directrice, est celle des mécanismes identitaires et des processus d’identification, où se mêlent l’individuel et le collectif. Deux échelles doivent donc être prises en compte : il faut évidemment s’intéresser aux institutions politiques et sociales créatrices d’identification et d’identité (l’État n’étant qu’un des acteurs de ce processus social), mais aussi aux mécanismes de subjectivation par les individus eux-mêmes, qui entraînent la mise en place de stratégies identitaires plus ou moins conscientes, faites d’appropriation, de refus, de transactions ou d’accommodements.

Le spectre chronologique et géographique choisi est volontairement large. Il ne s’agissait évidemment pas d’engager une réflexion d’ensemble sur tous les aspects de l’identité tels qu’ils ont été abordés dans les divers domaines du savoir – entreprise impossible en un nombre relativement restreint de séances – mais plutôt de mettre à l’épreuve cette notion à travers une sélection de dossiers et d’études de cas.

  • Vendredi 22 janvier 2010, De la déconstruction de l’ethnie au branchement des cultures. Invité : Jean-Loup Amselle (EHESS). Organisateurs : Sylvain Parent et Richard Figuier.
  • Mardi 2 février 2010, La cosmopolisation de l’Empire romain. Invitée : Claudia Moatti (University of Southern California-Université de Paris 8). Organisatrice : Ghislaine Stouder.
  • Lundi 8 mars 2010, Aux origines des cultures modernes : identités, innovations et modes d’adaptations des sociétés paléolithiques. Invité : Francesco d’Errico (CNRS, Bordeaux). Organisateurs : Jean-Pierre Bracco et Hélène Lamotte.
  • Vendredi 26 mars 2010, L’adresse, un signe d’identité ? Invitée: Béatrice Fraenkel (EHESS). Organisateur : Johann Petitjean.
  • Vendredi 16 avril 2010, L’archéologie et la construction des identités nationales : évolutions récentes dans les pays autour de la Méditerranée. Invitée: Clémentine Gutron (CHSIM-EHESS). Organisateurs : Frank Braemer, Caroline Michel d’Annoville, Aurélien Girard.
  • Vendredi 7 mai 2010, L’identité par la langue ? Les hommes de l’entre-deux dans l’Empire ottoman. Invité : Johann Strauss (Université de Strasbourg). Organisateurs : Aurélien Girard et Johann Petitjean.
  • Vendredi 21 mai 2010, Critique de l’identification raciale : essor et crise de l’antiracisme scientifique. Invités : Claudio Pogliano (Università di Pisa) et Wiktor Stoczkowski (EHESS). Organisateur : Luc Berlivet.
  • Lundi 7 juin 2010, Identità : istruzioni per l’uso. Invité : Carlo Ginzburg (University of California, Los Angeles). Organisateur : Pierre Vesperini.
  • Vendredi 25 juin 2010, Identités individuelles et collectives dans l’État contemporain : retour sur l’historiographie de l’identité nationale. Invité : Dejan Dimitrijevic (Université de Nice). Organisateurs : Simon Sarlin et Fabrice Jesné.

Mise en ligne : Sébastien Plutniak