Individus et structures (Rapport EFR 2007–2008)

Le travail engagé l’année dernière dans le cadre du séminaire de lecture en sciences humaines et sociales sur la vérité et le relativisme dans les sciences humaines avait à plusieurs reprises touché le problème de l’impossibilité à rendre compte du rôle des acteurs, que ce soit au niveau individuel ou institutionnel. Cet écueil ne faisait que refléter lui-même la question centrale de la définition et du champ d’action des individus et des structures sociales qui a, souvent selon une chronologie différente, agité aussi bien l’histoire que la sociologie, la philosophie, l’économie ou la géographie, sans que les réflexions ne dépassent bien souvent les frontières de ces diverses disciplines.

La critique d’une approche accusée d’avoir survalorisé le poids des structures économiques et sociales a ainsi conduit à placer au centre de l’analyse les notions d’acteurs et de négociation. Parallèlement cependant, la sociologie s’est attachée à montrer le poids structurant des ressources culturelles dans les parcours individuels, s’opposant aussi bien à l’autonomie du sujet qu’à une lecture purement fonctionnaliste. Si ces thèmes ne sont pas nouveaux, le renouvellement méthodologique qui s’est affirmé depuis quelques décennies s’est cependant accompagné de la disparition de certains fondements épistémologiques majeurs de l’étude des phénomènes sociaux, laissant nombre de questions ouvertes.

Le reflux de la grande vague structuraliste des années 1950-1960 semble ainsi se confronter aussi bien à la définition de la notion de structure et de ses déclinaisons (que l’on se réfère aux sub- et superstructures, aux catégories sociales ou au lexique institutionnel) qu’à celles de l’individu, de l’acteur ou du sujet. Il s’agit de repenser les termes d’un débat d’autant plus complexe qu’il a touché tant les sciences sociales que la linguistique ou la psychanalyse. Quel rapport lie les individus à ces forces anonymes que sont le marché, la culture, les classes ou les institutions, longtemps vues comme les moteurs sans sujet de l’histoire ? Quelle est la part de déterminisme ou de choix conscient dans les parcours individuels ? Peut-on parler véritablement de sujet ou d’acteur ? Enfin, comment ces réflexions ont-elles influé sur des domaines aussi divers que l’archéologie, la biographie ou l’histoire politique ?

Au-delà, la circulation des modèles suppose de s’interroger sur la pertinence de ces systèmes et méthodes d’analyse. La réfutation récente des grands systèmes explicatifs, le déplacement de l’intérêt sur le particulier et la micro-analyse ont posé le problème de la valeur du cas singulier et de la possibilité même d’une théorisation du social. Entre le retour à l’individu comme objet d’analyse historique et la négation de l’existence même d’un sujet libre de son expression, telle que le post-modernisme a pu le postuler, ces débats semblent depuis plusieurs années condamnés à laisser la question en partie irrésolue.

Il ne s’agissait pas, au cours de ce séminaire, d’apporter une solution qui ne pourrait qu’apparaître illusoire, mais de confronter les différents angles sous lesquels cette problématique a pu être traitée dans les sciences humaines. L’approche a ainsi privilégié le traitement par grands thèmes et par disciplines : après une séance inaugurale sur le structuralisme la question a été abordée aussi bien sous l’angle de la sociologie, de la philosophie, de l’économie, de l’archéologie, de la géographie que de l’histoire.

Les séances ont eu lieu au Centro di studi italo-francesi à Rome ou au Palais Farnèse.

  • Lundi 21 janvier 2008, La question du structuralisme. Invité : Vincent Descombes (EHESS). Organisateur : Aurélien Robert.
  • Vendredi 8 février 2008, Individus, institutions et marchés. Invité : Gilles Postel-Vinay (EHESS). Organisateurs : Joël Chandelier et François Lerouxel.
  • Mardi 19 février 2008, à la Sapienza Università di Roma, Autour de Penser par cas. Invité : Jacques Revel (EHESS). Organisateurs : Jean-François Chauvard et Enrico Castelli Gattinara (Sapienza Università di Roma).
  • Lundi 25 février 2008, Individus et structures : explication avec Bourdieu. À partir de Pierre Bourdieu, La distinction, et Bernard Lahire, La culture des individus (La Découverte, 2005) de Bernard Lahire. Invité : Bernard Lahire (ENS-LSH Lyon). Organisateur : Richard Figuier.
  • Lundi 31 mars 2008, Histoire de la philosophie et archéologie philosophique. Invité : Alain de Libera (Université de Genève, EPHE). Organisateur : Aurélien Robert.
  • Lundi 14 avril 2008, L’écriture de soi dans le monde stalinien : journaux intimes et autobiographies. À partir des textes de Jochen Hellbeck, « Speaking out : languages of affirmatin and dissent in Stalinist Russia », dans Kritika. Explorations in Russian and Eurasian History, New Series, 1-1, Winter 2000, p. 71-96, et de Véronique Garros, « L’Etat en proie au singulier. Journaux personnels et discours autoritaire dans les années 1930 », dans Le Mouvement social, 2001 (196), p. 137-154. Invité : Alain Blum (CERCEC, EHESS). Organisatrice : Laura Pettinaroli.
  • Lundi 28 avril 2008, Archéologie et anthropologie dynamique. Autour de R. Bastide. Invité : Michel Bats (CNRS – LATTES). Organisatrices : Corinne Rousse et Caroline Michel d’Annoville.
  • Vendredi 23 mai 2008, L’individu, la secte, le capitalisme. Réflexions sur la sociologie religieuse de Max Weber. Invité : Jean-Marie Salamito (Université de Paris Sorbonne Paris IV). Organisateurs : Olivier Huck et Nicolas Laubry.
  • Lundi 9 juin 2008, L’Homo geographicus. À partir de Lucien Febvre, La terre et l’évolution humaine, 1922.Invitée : Marie-Claire Robic (CNRS, Université de Paris VII). Organisatrice : Coline Perrin.
  • Lundi 30 juin 2008, Corps, institutions et histoire sociale. À partir de Jacques Revel, « L’institution et le social », in Bernard Lepetit (éd.), Les formes de l’expérience, Albin Michel, 1995. Invitée : Simona Cerutti (EHESS). Organisateur : François Dumasy.

Mise en ligne : Sébastien Plutniak