Usage et abus des sources (Rapport EFR 2005‑2006)

Ce cycle de séminaires, lancé en 2002-2003 par les membres de l’École française de Rome, s’est poursuivi pour la quatrième année consécutive, cette année avec la collaboration de l’Università di Roma « La Sapienza » et la participation d’Enrico Castelli Gattinara. Les séances, organisées autour du thème « Usages et abus des sources », se sont déroulées pour partie à l’École française de Rome et pour partie à la Sapienza.

Ce cycle de séminaires, destiné à discuter à la fois de méthode et de pratiques de la recherche en confrontant les habitudes en vigueur dans différents champs disciplinaires, a eu pour point de départ le questionnement de la notion même de source qui peut être divisée en deux grandes catégories – sources directes et indirectes –, appréhendée selon leurs diverses natures : sonores, orales, textuelles, matérielles, iconographiques, symboliques… Nombre de disciplines utilisent des sources pour conduire leurs enquêtes et bâtir leur discours, mais toutes ces sources n’ont manifestement pas le même statut, certaines considérées plus importantes que d’autres sur la base de critères souvent implicites (textualité contre matérialité, ou oralité contre textualité, etc.). Souvent, on discute peu du « type » de source utilisé, ou encore de la différence entre les sources et de la difficulté à en préciser les divers statuts. Enfi n, les sciences humaines et sociales utilisent souvent de manière différentes des sources de diverse nature, de sorte que ce qui constitue pour certaines disciplines un point de départ, est parfois une étape intermédiaire, voire un point d’arrivée, pour d’autres.

Les différentes séances ont été organisées à partir de quelques propositions thématiques afin de faire dialoguer entre eux les champs disciplinaires. Il s’est agi dans un premier temps de discuter ce qui constitue « une source » pour les chercheurs. Ensuite, le séminaire s’est attaché à mettre en évidence l’utilisation et les abus dont les sources sont l’objet, à la fois sur un plan pratique et sur un plan épistémologique. Pour chaque séance, des chercheurs ont été invités à discuter à partir d’un texte proposé à l’avance, texte qui est également à la disposition de tous les participants, de manière à ce que la discussion puisse être la plus collective possible.

  • 31 octobre 2005 (École française de Rome) : Les sources orales : expériences disciplinaires. Présentation de Enrico Castelli Gattinara (Università di Roma, « La Sapienza ») et Étienne Anheim (CNRS, mis à disposition auprès de l’École française de Rome), à partir du texte de Marc Bloch, Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre (Revue de Synthèse, 1921, réédition aux éditions Allia) avec Giovanni Contini Bonacossi (Archivi storici della Toscana, Università di Roma « La Sapienza ») et Alessandro Portelli (Università di Roma « La Sapienza »).
  • 5 décembre 2005 (École française de Rome) : Les écritures non-textuelles : mathématiques, musique, statistiques… Présentation de Benoît Grévin (École française de Rome), à partir du texte de Maurice Halbwachs, « La mémoire collective chez les musiciens », dans La mémoire collective, avec Marie Jaisson (Université de Tours), Éric Brian (EHESS, Paris) et Esteban Buch (EHESS, Paris).
  • 16 janvier 2006 (École française de Rome) : Les sources matérielles et le matériel des sources. Présentation de Laurent Haumesser (École française de Rome) à partir du livre d’André Tchernia, Le vin de l’Italie romaine. Essai d’histoire économique d’après les amphores, publié dans la BEFAR, n° 261, en 1986 avec Daniele Manacorda (Università di Roma 3), André Tchernia (EHESS, Marseille) et Andrea Giardina (Università di Roma « La Sapienza »).
  • 6 février 2006 (École française de Rome) : Internet comme source ? Présentation de Thomas Pfirsch (École française de Rome) à partir du livre de Rolando Minuti, Internet et le métier d’historien, avec Emmanuel Betta (Università di Roma « La Sapienza ») et Raffaele Romanelli (Università di Roma « La Sapienza »).
  • 13 mars 2006 (École française de Rome) : Le corps, entre pratiques et paroles. Présentation de Fabien Archambault (École française de Rome) à partir du texte de Erving Goffman, Les rites d’interaction, Paris, éd. Minuit, 1974 (Interaction ritual), « ‘Perdre la face ou faire bonne figure ?’. Analyse des éléments rituels inhérents aux interactions sociales », p. 9-42, avec Cyril Lemieux (EHESS, Paris) et Antoine Franzini (Paris).
  • 10 avril 2006 (École française de Rome) : Les images, source pour l’histoire et les sciences sociales. Présentation de Stéphanie Wyler (École française de Rome) à partir du texte de Carlo Ginzburg, « Rappresentazione. La parola, l’idea, la cosa », dans Occhiacci di legno, Feltrinelli, 1998 (article publié en français dans les Annales. E.S.C, 1991), avec Jérôme Baschet (EHESS, Paris) et Andrea Carlino (Université de Genève).
  • 4 mai 2006 (Facoltà di Lettere e Filosofi a, Biblioteca del dipartimento di storia moderna e contemporanea) : Les sources textuelles 1: les archives. Présentation d’Enrico Castelli Gattinara et Étienne Anheim, à partir du livre d’Arlette Farge Le goût de l’archive, avec Giulia Calvi (Institut universitaire européen, Florence) et Renata Ago (Università di Roma « La Sapienza »).
  • 22 mai 2006 (Facoltà di Lettere e Filosofi a, Biblioteca del dipartimento di storia moderna e contemporanea) : Les sources textuelles 2 : la littérature. Présentation de Joël Chandelier (École française de Rome), à partir de deux chapitres de Don Quichotte di Miguel de Cervantes, avec Roger Chartier (EHESS, Paris) et Stefania Nanni (Università di Roma « La Sapienza »).
  • 19 juin 2006 (Facoltà di Lettere e Filosofi a, Biblioteca del dipartimento di storia moderna e contemporanea) : Intorno a Giochi di scala. La microstoria alla prova dell’esperienza, a cura di Jacques Revel, Roma, Viella, 2006 (édition italienne de Jeux d’échelles, Paris, 1996).

Avec la participation de Jacques Revel (EHESS, Paris), Enrico Castelli Gattinara (Università di Roma, « La Sapienza »), Biagio Salvemini (Università di Bari), Paolo Macry (Università di Napoli, “Federico II”) et Antonella Romano (Institut universitaire européen, Florence).

Ces séances ont été complétées par une journée d’études, le 19 décembre 2005, organisée par l’École française de Rome, en collaboration avec l’EHESS et le CNRS autour du thème « Ce que gouverner veut dire. À propos des pratiques du gouvernement : confrontations historiques et questions méthodologiques », qui a permis de discuter, de points de vue disciplinaires et thématiques variés, le cours du Collège de France de Michel Foucault (1977-1978) récemment publié (Sécurité, territoire, population, Paris, 2004).

Avec la participation de : Étienne Anheim (CNRS-EFR), Luc Berlivet (CNRS-CERMES), Philippe Bezès (CNRS-CERSA), Yves Cohen (EHESS), Benoît Grévin (EFR), Alice Ingold (EHESS), Morgane Labbé (EHESS), Brigitte Marin (EFR), Paolo Napoli (EHESS), Yann Rivière (EFR), Lothar Schilling (Institut Historique Allemand de Paris).

Mise en ligne : Sébastien Plutniak