Les institutions (rapport EFR 2004–2005)

Ce cycle de séminaires, lancé en 2002-2003, par les membres de l’École française de Rome, s’est poursuivi pour la troisième année consécutive. Les séances sont fondées sur des lectures « croisées » d’ouvrages de sciences sociales, afin de nourrir une réflexion collective sur les approches, méthodes et notions mises en œuvre dans ces champs disciplinaires, et l’usage que peut en faire l’historien. Après une série de séminaires, en 2003-2004, sur la question de l’individu, dans le prolongement du travail de l’année 2002-2003 sur l’œuvre de Ian Hacking, s’articulant largement sur une réflexion concernant les rapports entre les notions de personne, d’individu et la réflexion épistémologique, cette année a été consacrée à explorer la question des institutions. En effet, l’institution, tout en étant une notion centrale de l’anthropologie et de la sociologie (Durkheim, Goffman, Mary Douglas), a toujours été au cœur de la recherche historique, auquel elle est peut-être encore plus intimement liée que la réflexion sur l’individu, plus marquée sans doute par une empreinte philosophique. La notion présente donc l’avantage d’un parcours entre différentes disciplines et de toute utilité pour l’historien, en fonction de deux problématiques principales, toutes deux héritées d’une réflexion désormais traditionnelle en sciences sociales. La première est, dans le prolongement de l’an dernier, le rapport entre l’individu et l’institution, et la puissance de détermination de l’un sur l’autre. Les institutions s’imposent-elles absolument aux individus, ou au contraire ne sont-elles constituées que d’une collection d’individus, mis bout à bout, avec des logiques personnelles ? Si l’interaction est équilibrée, à partir de quelles analyses doit procéder une recherche historique mettant en jeu le parcours des individus au sein de l’institution ? La seconde problématique concerne l’approfondissement du concept même d’institution. Une institution, c’est une forme sociale qui prend une forme de régularité dans le temps. Mais doit-on inscrire cette régularité dans une conception « juridiste » de l’institution, comprise, à partir de nombre d’institutions occidentales étudiées par les historiens, comme une organisation disposant de règles explicites, de type juridique et normatif, ou doit-on privilégier une conception plus anthropologique ?

  • 6 décembre 2004, Les institutions militaires : à propos du livre de Benjamin Isaac, The Limits of Empire. The roman army in the East (Oxford, 1993) avec la participation de Giusto Traina (professeur d’histoire romaine, Università di Lecce) et de Sylvain Janniard (École française de Rome).
  • 23 février 2005, L’institution par le droit : à propos du livre de Paolo Prodi, Il sacramento del potere, il giuramento politico nella storia costituzionale dell’Occidente (Bologne, 1992), avec la participation d’Emanuele Conte (professeur d’histoire du droit, Università di Roma Tre) et de Renaud Villard (École française de Rome).
  • 14 avril 2005 (à Florence, en collaboration avec l’Institut universitaire européen de Florence) : Come scappano gli attori sociali dalla path dependence? Un approccio teoretico sociologico : à propos de Paul David, « Clio and the Economics of QWERTY », American Economic Review, 75 (1985), p. 332-337 ; Paul Pierson, « Increasing Returns, Path Dependence and the Study of Politics », American Political Science Review, 90 (2001), p. 251-267 et Colin Crouch and Henry Farrell, « Breaking the Path of Institutional Development? Alternatives to the New Determinism », Rationality and Society, 16 (2004), p. 5-43, avec la participation de Colin Crouch (professeur de sociologie, Université de Warwick) et Serena Ferente (Institut Universitaire Européen).
  • 3 mai 2005 , Les anthropologues et l’institution, l’exemple de la parenté : à propos du livre de Maurice Godelier, Métamorphoses de la parenté (Paris, 2004) avec Gérard Delille (directeur d’études à l’EHESS) et Thomas Pfirsch (École française de Rome).
  • 13 mai 2005 (en collaboration avec l’Académie de France à Rome), Institution et individu, le regard de la sociologie de l’art : à propos du livre de N. Heinich, La gloire de Van Gogh (Paris, 1991) avec Fanette Roche-Pézard (professeur d’histoire de l’art, Paris-I) et Emmanuel Lurin (historien de l’art, Académie de France à Rome).
  • 24 juin 2005 La cour, un objet de la sociologie des institutions : à propos de Norbert Elias, La société de cour (Paris, trad. fr. 1973) avec la participation de Nathalie Heinich (sociologue, CNRS) et de Benoît Grévin (École française de Rome).

Le cycle de séminaires s’est ouvert cette année par une journée d’études : Lectures italiennes de Michel Foucault, Rome, 15 novembre 2004, organisée avec la collaboration du service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France en Italie. Cette journée s’est attachée à la manière dont Foucault fut, en Italie, traduit et publié, commenté et utilisé, parfois critiqué et pris à parti. Or nulle part ailleurs qu’en Italie une histoire de la lecture et de la réception de Foucault ne pouvait être plus judicieusement faite : à la fois parce que les rapports – aussi bien intellectuels que politiques – de Foucault à la Péninsule ont toujours été extrêmement forts, et parce que les Italiens ont très rapidement lu et traduit Foucault tout en cherchant à y trouver des éléments – ou tout au moins des instruments – pour répondre à leurs propres questions.

Parler de la réception italienne de Foucault nous met en réalité face à trois différents types de problèmes. Le premier consiste à s’interroger sur la spécificité française d’une pensée comme celle de Foucault et à la manière dont celle-ci a malgré tout réussi à être lue en dehors de son propre espace de pensée : comment a-t-on lu Foucault à l’étranger ? En occultant – ou au contraire en absorbant – quelle histoire intellectuelle française ? Au prix de quelles torsions, avec quelles opérations de réinvestissement ? Le second concerne spécifiquement l’Italie : pourquoi l’Italie a-t-elle représenté pour Foucault une sorte de laboratoire tout aussi bien philosophique que politique ; pourquoi, dans la seconde moitié des années 1970, s’y exprime-t-il autant et qu’y cherche-t-il ? Le troisième, enfin, revient à renverser la perspective : pourquoi la pensée italienne a-t-elle si rapidement absorbé les travaux de Foucault, et selon quels axes de lecture ? Pourquoi Foucault a-t-il représenté pour une certaine génération italienne la possibilité de penser différemment la pratique de la philosophie tout autant que celle de l’archive, du militantisme ou du rapport à soi ?

Avec la participation de : Enrico Castelli Gattinara (Università di Roma « La Sapienza »), Yannick Maignien (service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France en Italie), Valerio Marchetti (Università di Bologna), Paolo Napoli (EHESS – Paris), Judith Revel (Centre Michel Foucault, Paris), Brigitte Marin (École française de Rome), Étienne Anheim (École française de Rome).

Mise en ligne : Sébastien Plutniak