(Dé)composer un écrit / (De)comporre uno scritto

Résumé

(Dé)composer un écrit : approches philologiques, codicologiques et épigraphiques des fragments

Cliquez pour accéder à l’affiche

Le fragment, qui se définit à la fois comme un petit morceau d’une chose éclatée ou déchirée, et par extension, comme un élément d’un ensemble plus étendu (le Trésor de la langue française), est au cœur des pratiques associées aux sciences dites « auxiliaires » qui sont essentielles pour faire et écrire l’histoire. À partir de fragments, la philologie retrace et reconstitue l’histoire d’un texte ; la codicologie étudie les éléments constituant le codex en tant qu’objet matériel ; l’épigraphie analyse les inscriptions gravées. Il est possible de multiplier les exemples soulignant la centralité du fragment dans les approches philologiques, codicologiques et épigraphiques. Cependant, il n’existe que peu de réflexions sur le fragment en tant qu’objet de recherche de ces disciplines. Partant de cette observation, notre séance sera l’occasion de réfléchir aux différentes approches des écrits fragmentaires selon une perspective comparatiste et à partir de lectures : l’étude d’une correspondance sur terre cuite qui lève le voile sur le quotidien d’un ermite égyptien du VIIIe siècle, l’analyse d’une inscription éthiopienne brisée datant du Xe (?) siècle qui témoigne d’un pouvoir dont on ne retrouve presque plus de traces, les causes accidentelles et humaines pour lesquelles des livres sont fragmentés et remployés. Comment les fragments sont-ils analysés et (dé)composés à travers ces différents exemples ? Dans quelle mesure l’étude des écrits fragmentaires rend-elle compte des activités humaines ? Sans chercher à apporter de réponses définitives, la discussion permettra de mieux comprendre la place du fragment dans l’étude des pratiques de l’écrit.

Riassunto

(De)comporre uno scritto : approcci filologici, codicologici ed epigrafici dei frammenti

Il frammento, che si definisce sia come un piccolo pezzo di un qualcosa di rotto o strappato che, per estensione, come un elemento di un insieme più esteso (le Trésor de la langue française), è al centro delle pratiche associate alle scienze dette “ausiliarie” che sono essenziali per fare e scrivere la storia. A partire dai frammenti, la filologia rintraccia e ricostituisce la storia di un testo; la codicologia studia gli elementi costituenti il codice in quanto oggetto materiale; l’epigrafia analizza le iscrizioni incise. È possibile moltiplicare gli esempi sottolineando la centralità del frammento negli approcci filologici, codicologici ed epigrafici. Tuttavia, esistono poche riflessioni sul frammento in quanto oggetto di ricerca di queste discipline. Durante questa osservazione, la nostra sessione offrirà l’occasione di riflettere sui differenti approcci agli scritti frammentari secondo una prospettiva comparatista e a partire dalle letture: lo studio di una corrispondenza su terra cotta che alza il velo sul quotidiano di un eremita egiziano dell’VIII secolo, l’analisi di una iscrizione etiope rotta datata al X secolo (?) che testimonia un potere di cui non si ritrovano quasi più tracce, le cause accidentali e umane per le quali alcuni libri sono frammentati e reimpiegati. Come sono analizzati e (de)composti i frammenti attraverso questi differenti esempi? In che misura lo studio degli scritti frammentari rende conto delle attività umane? Senza cercare di fornire risposte definitive, la discussione permetterà di meglio comprendere il posto del frammento nello studio delle pratiche dello scritto.

Trad. : Viva Sacco

Bibliographie / Bibliografia

Écrits en miettes : les sciences « auxiliaires » au secours des écrits fragmentaires coptes et éthiopiens

Scritti a pezzi: le scienze “ausiliarie” in aiuto agli scritti frammentari copti ed etiopi (O. Adankpo-Labadie)

  • Boud’hors Anne et Heurtel Chantal, Frangué, moine d’Égypte. Une correspondance sur terre cuite au viiie siècle, Bagnolet, Lis & Parle, 2016.
  • Fauvelle François-Xavier, « Avant-propos » et « Chapitre XII. Aksum, la ville qui fait les rois, nord de l’Éthiopie, vers le xiie siècle », dans Le rhinocéros d’or. Histoires du Moyen Âge africain, Paris, Gallimard, 2013, p. 11-27 et p. 127-133.
  • Derat Marie-Laure, L’énigme d’une dynastie sainte et usurpatrice dans le royaume chrétien d’Éthiopie du xie au xiiie siècle, Turnhout, Brépols, 2018.

Ex libris libri. Qui fragmente ? Qui recueille ? Pourquoi et comment ?

Ex libris libri. Chi frammenta ? Chi raccoglie? Perché e come? (P. Chambert-Protat)

  • Pellegrin Élisabeth : « Fragments et membra disiecta », dans Codicologia, t. 3 : Essais typologiques, Leyde, 1980, p. 70–95. Réimpr. dans Bibliothèques retrouvées. Manuscrits, bibliothèques et bibliophiles du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, 1988, p. 343–364.
  • Caldelli Elisabetta : « Introduzione » et « Cap. I : Il riuso dei manoscritti nelle ligature », dans I Frammenti della Biblioteca Vallicelliana. Studio metodologico sulla catalogazione dei frammenti di codici medievali e sul fenomeno del loro riuso, Rome, 2012, p. 7–88.
  • Chambert-Protat Pierre : « A XVIIth century treasure hunter in the rubble of a IXth century library. Gathering fragments and the history of libraries », dans Fragmentology 1 (2018), p. 65–81; DOI: 10.24446/41yi.

Mise en ligne : S. Plutniak.