Composition, partition et fragmentation des entités sociales

Organisation de la séance : Sébastien Plutniak

[Accès à la version italienne du billet]

Cliquez pour l’affiche et les résumés au format pdf

Cette séance sera consacrée aux problèmes soulevés par les processus affectant l’unité des entités sociales : qu’arrive t-il lorsqu’un parti politique se scinde, lorsque des entreprises fusionnent, lorsqu’une communauté scientifique se spécialise, ou lorsque la population d’une nation disparaît en partie ? Ces problèmes sont, d’une part, conceptuels : ils engagent une certaine ontologie des êtres sociaux, une théorie de leur identité, une théorie de leur persistance dans le temps, et des rapports entre leurs constituants. Pour le sociologue ou l’anthropologue, ce sont aussi et avant tout des problèmes analytiques : à partir d’observations empiriques réalisées sur un terrain particulier, quels descripteurs et moyens d’analyse employer pour décrire les entités sociales considérées et les transformations qui les affectent ? La séance visera à mettre en évidence la nécessaire complémentarité entre les réponses apportées à ces difficultés respectivement depuis la philosophie, l’informatique et les sciences sociales.

Intervenants

  • Sophie Berlioz (Groupe d’études en Métaphysique, Collège de France) :
    • « L’ontologie des entités sociales : composition, fragments et unité » [aller au résumé].
  • Sébastien Plutniak (EFR) :
    • « La fragmentation en sciences sociales : introduction à son analyse conceptuelle et empirique » [aller au résumé].
  • Roberta Ferrario (Laboratory for Applied Ontology, Trento) :
    • « L’ontologie fondamentale à l’intersection des sciences humaines et de l’informatique. L’exemple de l’ontologie des organisations » [aller au résumé].

Sophie Berlioz

« L’ontologie des entités sociales : composition, fragments et unité »

L’idée d’une ontologie sociale comme discipline académique de recherche émerge depuis plusieurs années dans les séminaires de philosophie et de sociologie. D’une manière générale, l’ontologie sociale vise à dégager les propriétés fondamentales des objets et des groupes sociaux, des entités composées qui présentent une unité qui semble irréductible à leurs  propriétés physiques. Des auteurs comme Searle, Tuomela, B. Smith, Nef et Livet, ont en commun de tenter de mettre au jour les fondements de la réalité sociale et la mixité des objets sociaux (à la fois intentionnels et processuels) : quelle est la nature des objets sociaux ? Qu’est-ce qui fait qu’un groupe organisé puisse persister à la fluctuation de ses parties ? Est-ce lié à une intentionnalité ? À une structure dont la méréologie pourrait rendre compte ? Ou bien aux deux ?
Il ne s’agira pas de répondre dans le détail à ces questions, mais de s’attacher à les poser pour bien comprendre dans un premier temps le sens et les enjeux que l’ontologie sociale souhaite éclairer (nature des objets sociaux, paradoxes de la fluctuation, de la co-extensivité et de la localisation des entités sociales…). Dans un second temps, il s’agira d’envisager à partir de la problématique de la persistance des groupes sociaux, l’apport de l’ontologie pour penser l’unité de cette entité composée spécifiquement sociale.

Lectures

Bibliographie complémentaire

  • Fine, 2005. Modality and tense, Philosophical Papers, Oxford University Press.
  • Searle, 1995. La construction de la réalité sociale, Gallimard.
  • Simons, 1987. Parts. A study in Ontology, Oxford University Press.
  • Uzquiano, 2004. « The Supreme Court and the Supreme Court justices, a Metaphysical Puzzle », Nous, 38, (1), p. 135-153.

Sébastien Plutniak

« La fragmentation en sciences sociales : introduction à son analyse conceptuelle et empirique »

Les travaux de sciences sociales, entendues au sens large et incluant tant l’histoire, la géographie, la sociologie ou encore l’archéologie, portent fréquemment sur des phénomènes de transformation par division, fragmentation, scission, etc. des entités considérées. Dans le cadre de cette séance consacrée à la « Composition, partition et fragmentation des entités sociales », les aspects les plus généraux — ontologiques — seront abordés par les autres intervenantes. Cette intervention aura, quant à elle, pour objectif d’illustrer quelques manières dont les sciences sociales empiriques ont pu, tantôt en échange avec la philosophie ou l’informatique, tantôt de manière autonome, se doter de méthodes et de théorisations propres des phénomènes modifiant l’unité et la composition des entités sociales. Le cas des disciplines scientifiques et celui des réseaux sociaux seront plus particulièrement explorés.

Lectures

Roberta Ferrario

« L’ontologie fondamentale à l’intersection des sciences humaines et de l’informatique. L’exemple de l’ontologie des organisations »

La première partie de cette présentation sera consacrée à une introduction aux hypothèses théoriques, à la méthodologie, et aux applications de l’ontologie fondamentale. La deuxième partie sera plus spécifique et présentera une application à la modélisation du domaine social et en particulier des organisations. Enfin, un exemple d’analyse ontologique du problème de la persistance des organisations dans le temps et par le changement sera présenté. [Trad.: S. Plutniak.]

Lectures

D’après : Moreno 1954, Who Shall Survive?

Mise en ligne : Sébastien Plutniak