Fragments, fragmentations

Présentation

Note : cette présentation est également disponible en format pdf, assortie du programme.

Le topique du fragment est transversal à l’ensemble des sciences humaines et sociales. Il s’y décline en diverses variations du thème de l’incomplétude et, souvent, par extension, de celui de la déficience. Il en va ainsi chez les archéologues, confrontés à des restes jugés (trop) partiels (Boissinot 2011) ; chez les historiens et ethnologues, y compris chez ceux qui disposent de données aussi systématisées que les corpus de parenté (Barry et Gasperoni 2008) ; chez les sociologues confrontés à la difficulté de limiter les réseaux sociaux complets ou égo-centrés (Laumann et al. 1983) ; chez les philologues, tiraillés entre l’ambition de reconstituer des états originaux et le fait de ne disposer pour l’essentiel que de livres recomposés (Canfora 2012). Dans d’autres acceptions, qui concernent davantage la fragmentation que le fragment, la fragmentation est envisagée comme une caractéristique de l’objet étudié. C’est le cas notamment pour les géographes (Prevot-Schapira 2005), qui voient dans la fragmentation urbaine un déficience de l’organisation d’une ville. C’est aussi le cas, mais cette fois sans valeur négative, chez les archéologues, lorsqu’ils sont confrontés à des objets ayant été volontairement brisés dans le passé (Montchot 1997, Chapman 2000). Rien ne contraint en effet à considérer le fragment exclusivement en tant que ce qu’il n’est pas ; à le limiter à n’être qu’un motif de regret d’une perte irrémédiable et d’une connaissance « complète » à jamais inatteignable.

Les séances de ce séminaire viseront, au contraire, à  identifier les potentialités du fragment en tant que tel pour l’investigation scientifique. Il s’agira de délaisser l’idée de la déficience pour s’interroger plus positivement sur les propriétés des fragments, sur les type de relations qu’ils possèdent avec les autres entités considérées par le chercheur, et sur les opérations de connaissance effectivement permises à ce dernier dans l’investigation scientifique. Rien de fort original à ce renversement de perspective : il ne s’agira, ni plus ni moins, que de tirer quelques inspirations et intuitions  dans une littérature aussi ancienne qu’abondante consacrée à ces problèmes, mais effectivement peu mobilisée en sciences sociales : entre ontologie philosophique, linguistique et informatique théorique, les problèmes liés à la conceptualisation des totalités et des parties, à la dépendance ou à l’indépendance de ces parties, à leur connexion spatiale, à la nature et aux propriétés de leurs frontières, etc. ont été amplement travaillés. Ainsi en ontologie (Varzi 2010, Casati et Varzi 1999), en ontologie sociale (Livet et Nef 2009), en théorie sociologique (Abbott 1995), en linguistique (Vieu et Aurnague 2007).

Il ne s’agira pas tant d’arpenter scolairement cette vaste littérature mais plutôt de décliner dans chaque séance, à partir des intérêts de recherche des contributeurs, certains rapports entre une totalité que l’on vise à connaître et les fragments que l’on peut soumettre à l’observation. De quoi le fragment fut-il un constituant ? Quels rapports possède-t-il avec la totalité dont il est issu ? Quelle est la nature de ses limites (conceptuelles, matérielles) et quels principes les déterminent ? Quels sont les processus impliqués dans la création des parties considérées ? De quelles opérations et méthodes dispose-t-on pour l’analyse ? Ce sont ces questions qui seront abordées à partir de recherches empiriques solidement ancrées dans les différents domaines disciplinaires représentées à l’École française de Rome. 

Références

  • Abbott, Andrew 1995, « Things of Boundaries », Social Research, 62, 4 : Defining the Boundaries of Social Inquiry, p. 857-882.
  • Barry, Laurent & Michael Gasperoni 2008, « L’oubli des origines. Amnésie et information généalogiques en histoire et en ethnologie », Annales de démographie historique, 116, 2, p. 53-104, DOI : 10.3917/adh.116.0053.
  • Boissinot, Philippe 2011, « Comment sommes-nous déficients ? Une manière d’envisager la spécificité de l’archéologie », in L’archéologie comme discipline ?, sous Philippe Boissinot (dir.), Paris : Éditions du Seuil, p. 265-307.
  • Canfora, Luciano 2012, Le copiste comme auteur, trad. par Laurent Calvié et Gisèle Cocco, Toulouse : Anacharsis, 124 p.
  • Casati, Roberto & Achille C. Varzi 1999, Parts and Places. The Structures of Spatial Representation, Cambridge (Mass.) : MIT Press, viii–238 p.
  • Laumann, Edward O., Peter V. Marsden & David Prensky 1983, « The Boundary Specification Problem in Network Analysis », in Applied Network Analysis. A Methodological Introduction, sous la dir. de Ronald S. Burt et Michael J. Minor, Beverly Hills et London : SAGE Publications, p. 18-34.
  • Livet, Pierre & Frédéric Nef 2009, Les êtres sociaux. Processus et virtualité, Paris : Hermann, 410 p.
  • Monchot, Hervé 1997. « La fragmentation des os longs du Mouflon de la Caune de l’Arago (Tautavel, France) : une origine anthropique », Paléo, 9, p. 55-68, DOI : /10.3406/pal.1997.1228
  • Prevot-Schapira, Marie-France 2005, « De l’usage de la fragmentation urbaine en Amérique latine (vue de Buenos Aires) », Bulletin de l’Association de géographes français, 82, 4, pp. 483-495, DOI : 10.3406/bagf.2005.2481.
  • Varzi, Achille C. 2010, Ontologie, trad. Jean-Maurice Monnoyer, Paris : Ithaque.
  • Vieu, Laure & Michel Aurnague 2007, « Part-of relations, Functionality and Dependence », in The Categorization of Spatial Entities in Language and Cognition, Maya Hickmann, Michel Aurnague & Laure Vieu (dir.), Amsterdam et Philadelphia : John Benjamins Publishing Company, p. 307-336.