(Se) comparer (à) César. Légitimer, questionner et critiquer le changement politique, de l’Antiquité jusqu’au XVIe siècle

Deux médaillons représentant Jules César et Auguste, peints Jean Bourdichon ; Extraits de Suétone, Vie des Douze Césars, éd. 1515-1520, f. 1v° et 3v° ; BnF, NAF 28800

Par Séverin Duc et Pascal Montlahuc.

L’objectif de cette communication n’était pas seulement de discuter de l’opération de la comparaison du point de vue des sciences humaines, comme cela avait été le cas dans les séances précédentes, mais bien d’aborder un dossier où la comparaison est elle-même faite par les acteurs historiques, en l’occurrence celle de certains hommes de pouvoir vis-à-vis de Jules César, à l’époque de ce dernier (milieu ier s. a.C.) puis dans la France du début de l’époque moderne, temps privilégié de redécouverte de l’Antiquité lors duquel certains problèmes politiques liés par la figure césarienne retrouvèrent une brûlante actualité. Partant de l’objet historique césarien, nous avons ainsi tenté d’historiciser l’opération et les termes de la comparaison, puis de comprendre les raisons politiques de cette comparaison. Nous avons pour cela débuté notre parcours à l’époque de César, lequel constitua son propre personnage public en se comparant à certaines figures mythiques ou historiques qu’il jugeait de son envergure, comme celle d’Alexandre le Grand. Dans le même temps, nous avons vu comment, dès sa mort, César devient un point de repère, une possibilité de mètre-étalon pour les empereurs suivants (I), avant de considérer les modalités de la comparaison de/à César à la fin du xve et au début du xvie siècle (II). Nous avons enfin abordé les raisons politiques, antiques comme modernes, qui motivèrent voire justifièrent ces comparaisons (III).

Alexandre, César et les Césars : la chaîne de la comparaison historique

Le premier temps de l’exposé, consacré à l’Antiquité, visait à clarifier la place de César dans la chaîne des comparants-comparés et à historiciser l’opération de comparaison en elle-même. César se compara-t-il d’abord à Alexandre avant de devenir celui par rapport auquel les empereurs postérieurs se mesurèrent ? Telle était l’hypothèse de départ, mais le bref parcours philologique proposé durant l’exposé a révélé que la comparaison entre César et Alexandre ne fut sans doute pas prédominante dès l’époque de César. Il s’agirait surtout d’un procédé littéraire et historique utilisé par les auteurs d’époque impériale (Suétone, Plutarque, Appien) afin de comparer le couple Alexandre-César et de tracer, par ce biais, les contours d’un modèle de chef politique servant de miroir aux princes en ce qu’il constituait à la fois une référence et un repoussoir. « De l’autre côté de la chaîne », César fut bien moins qu’Auguste celui auquel se comparèrent les empereurs et c’est surtout parce qu’elle permet de cristalliser les problèmes liés à l’exercice du pouvoir suprême que la comparaison avec/de César est importante : d’ailleurs, l’image de ce dernier revient nettement sur le devant de la scène à la fin du xve et au début du xvie siècle, c’est-à-dire au moment où certains des problèmes politiques attachés à son parcours politique et militaire sont à nouveau d’actualité, à commencer par la constitution de formations politiques à caractère impérial.

César(s) : à l’épreuve des comparaisons fictives et historiques (Haut Moyen Âge – xvie siècle)

Au Moyen Âge, la présence de César est latente et les comparaisons sont plutôt discrètes. Mais on ne l’oublie jamais vraiment : il affleure régulièrement, mais sans emphase. Il côtoie des héros et fait partie de leurs groupes. Sa figure complexe d’imperator, de conquérant ou de tyran déchu n’est pas centrale dans le discours politique de la guerre ou du pouvoir. Toutefois, l’humanisme la réactualise en redécouvrant ses écrits et les écrits qui portent sur lui et sur son époque. Ce matériel devient particulièrement utile pour rendre compte et interroger les soixante ans de conquête et de violences que constituèrent les guerres d’Italie. Qu’on loue ou qu’on blâme César, le prince était de plus en plus mis au miroir du De bello gallico et du De bello civile. Ce problème rejoint d’autres que nous avons développé dans la troisième partie : il s’est agit de montrer comment César, sa vie et la représentation que l’on s’en faisait, au temps d’Auguste comme de François Ier, ont été convoqués afin de construire et de questionner une prise de pouvoir, une nouvelle forme de pouvoir souverain, voire une nouvelle société politique. En somme, (se) comparer (à) César servait à rendre compte d’un changement majeur et parfois inquiétant.

César et la Cité, d’Auguste à François Ier : construire un nouveau pouvoir en (se) comparant

Chez Suétone, Plutarque et Appien, le thème central de la comparaison de/avec César est celui de l’ambition personnelle démesurée. Chez Suétone, la comparaison vise avant tout à faire de l’ambitieux César le fossoyeur de la République, auquel certains princes (Auguste, Néron au début de son règne) se comparèrent afin de mieux s’en démarquer : ce statut de repoussoir expliquerait l’inclusion de César aux côtés des onze empereurs dont Suétone écrit la vie, selon K. Bradley. On peut toutefois raffiner le constat et rappeler la présence d’une comparaison louant les talents militaires de César : chez Tacite, la reprise de l’héritage militaire césarien dans le cadre d’une comparaison à l’avantage de César est ainsi mise dans la bouche de certains acteurs du ier siècle p.C. à deux reprises (Tac., Hist., 4.57 et Tac., Ann., 1.42), ce qui s’explique par le contexte militaire qui caractérise ces passages. L’autre point essentiel qui ressort est que la comparaison générale de/avec César n’est pas tant une comparaison entre César et les empereurs ou généraux qu’entre le couple César-Auguste et lesdits empereurs ou généraux. Sous cette forme, la comparaison du/au couple César-Auguste sert à penser la nouveauté du Principat, régime émergeant à la suite de transformations qui, pour certaines engagées par César, furent achevés par Auguste. Au sein même de ce couple-étalon, la comparaison joue un rôle plus ou moins explicite, puisque César avait été assassiné pour son ambition supposée d’avoir voulu réinstaurer une royauté à Rome alors qu’Auguste mit un point d’honneur à se comporter comme un prince citoyen respectueux de la res publica (Suét., Aug., 25.5). C’est aussi pour cette raison que César fut ensuite éclipsé au profit du seul Auguste, sans doute dès l’époque de Vespasien (69-79 p.C.) dans les fait, puis à partir de l’époque antonine dans la littérature antique. Cette chronologie n’est pas pour surprendre : le souvenir de César demeura présent sous les Julio-Claudiens, dynastie « fondée » par César. Lors des changements dynastiques cependant, les Flaviens, les Antonins puis les Sévères reprirent plutôt l’image du fondateur Auguste. Ce phénomène d’empilement comparatif est encore palpable dans l’Antiquité tardive, puisque Eutrope (8.5) rapporte que l’on souhaitait au ive siècle à l’empereur parvenu au pouvoir d’être « felicior Augusto, melior Traiano » : les référents de la comparaison se sont déplacés, reléguant César loin derrière Auguste. La comparaison avec César avait eu pour but de situer la nouveauté du régime du principat et de faire de César l’un des deux fondateurs du nouveau régime, « premier empereur raté » dont l’essai fut ensuite transformé par Auguste. Une fois le régime impérial fermement installé, la signification politique de la comparaison à/de César perdit de sa force.

Une dizaine de siècle plus tard, au temps des Valois et des guerres d’Italie, le recours à César permet de rendre compte, de légitime ou de critiquer l’accroissement du pouvoir royal au gré des conquêtes ultramontaines, selon qu’on assigne à César la fonction d’empereur, de conquérant ou de tyran. On peut par exemple évoquer André de la Vigne et sa narration française de l’expédition de Naples (1494-1495) et dont le contexte est à la récupération du discours de la translatio imperii de Rome vers les Carolingiens puis vers les Valois. Sous le règne de Louis XII, selon Nicole Hochner, ce qui prime est bien plus l’image chrétienne et paternelle d’un roi refusant d’imprimer une distance nette entre lui et ses sujets, laquelle, si elle venait être assumée suggérerait une tendance absolutisante du pouvoir. Pour s’en prémunir, le roi campe une attitude suspecte à l’égard des idéaux impériaux, se contentant d’être Roi Très Chrétien et Père de la Patrie. Le thème du trône vacant (seul le Christ est roi) est également récurrent : l’humilitas prend ainsi le pas sur la fama. Enfin, d’après Anne-Marie Lecoq, au début du règne de François Ier, la figure de César « prend dans la littérature monarchique la dimension d’un leitmotiv. D’autre part, les arts figuratifs amorcent, à l’usage du roi de France, la réintégration de l’imperator » (François Ier imaginé, 1987, p. 217). César est expurgé de tout élément instabilisant au profit de sa réputation de protecteur des citoyens (dictateur) et de triomphateur des ennemis de Rome (imperator) ; soit, en creux, la traditionnelle articulation de la royauté française entre le « dedans » et le « dehors » (protéger le peuple et accroître le domaine). Marignan a pu être représentée comme une bataille antique et François Ier imitateur de César en tant que subjugateur des Hélvètes. Dans un contexte de course à l’empire de la part du roi de France, Le Commentaire de la guerre gallique (1519) par François Demoulins confère enfin un nouveau degré à la comparaison césarienne du roi de France. Plus qu’une traduction, il s’agit d’un dialogue entre François Ier et César, se rencontrant dans les forêts de Saint-Germain, Fontainebleau et Angoulême. L’œuvre repose sur « l’idée d’une coïncidence significative – car elle révèle un dessein secret de la Providence – entre le personnage de César et celui du roi de France » (François Ier imaginé, p. 233-234) : César est le conseiller pédagogue du roi en un temps qui serait « impérial ». Cependant, César est tué dans sa ville de Rome : « je receu l’Italie en mon obéissance. Pompée fut par moy desfaict en la bataille Pharsalique. Apres que ieu triumphé de mes ennemys, ceulx que je cudoys estre mes amys me tuerent » (F. Demoulins, Commentaire, 1519, fol. 8r). Dans sa propre trajectoire, voici le roi François Ier défait et capturé en Italie à Pavie (1525), son armée anéantie en même temps que sa politique d’outremont.

Conclusion

Plastique à l’infini, dès l’Antiquité et plus nettement encore par la suite, la figure de César reprend toujours vie sous une forme ou une autre, selon les ambiguïtés de la période concernée, et permet une multiplicité de comparaisons dont nous avons tenté de restituer certaines logiques. Avec les guerres de religion, la matrice change radicalement car il n’est plus question de gloire militaire (La Guerre des Gaules) mais de combats au cœur du royaume (La Guerre civile). La victoire contre les Helvètes cède donc la place aux inquiétantes décisions : le roi doit-il engager la lutte contre ses sujets, fussent-ils protestants ou catholiques ultras, et donc « franchir le Rubicon » ? A contrario, les monarchomaques recoururent à l’ambivalence dramatique de César, en faisant l’incarnation même de la tyrannie et en assurant ainsi un support historique et légitimant à leur discours tyrannicide.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *