Économies comparées : à quoi bon des chiffres ?

Calendrier extrait du Rustican, de Pietro Crescenzi, v. 1306. Source : Wikipedia.

Par Cécile Troadec

Comment l’historien construit-il et manipule-t-il les données chiffrées ? La question se pose avec d’autant plus d’acuité semble-t-il lorsque ce dernier étudie les économies dites pré-modernes : comment antiquisants et médiévistes créent-ils, à partir des données quantitatives brutes que livre la documentation, des données économiques comparables entre elles ? De l’histoire quantitative sérielle à la nouvelle sociologie économique, la manière dont ces différentes approches ont traité les chiffres est conditionnée par la conception que se font les historiens des économies pré-modernes et, en particulier, par l’idée d’une possible comparaison avec les économies modernes.

Pour l’étude des sociétés médiévales, l’impossibilité de la comparaison a conduit l’histoire économique dans l’impasse. Il est devenu banal de déplorer le faible dynamisme de l’histoire économique médiévale : le blocage résulte de la remise en question du chiffre et de sa capacité à rendre compte du « réel », en particulier depuis un célèbre article de Carlo Ginzburg paru en 1978[1]. Dès lors, le soupçon qui pèse sur la fiabilité des chiffres s’est traduit par leur (quasi) disparition dans une partie des travaux portant sur des phénomènes économiques : à force d’insister sur les logiques anthropologiques qui présideraient à toute forme d’échange, l’historien s’interdit de travailler sur des données quantitatives, reléguées et dédaignées comme si elles ne permettaient pas d’atteindre la « réalité » des faits socio-économiques. Dans certains cas, la lecture anthropologique des sources conduit même « à nier l’existence dans la société médiévale d’institutions et de comportements proprement économiques[2] ».

Entre science et réalité : le chiffre comme construction sociale

La question de la comparabilité des données chiffrées est fondamentale pour comprendre l’échec de l’histoire quantitative sérielle appliquée aux économies médiévales. Celle-ci peut être définie comme la « collecte d’observations et de données mesurables » qui sont ensuite mises en série « dans une optique de description des phénomènes historiques[3] ». C’est dans les années 1920 et 1930 que les sources et les méthodes quantitatives furent mobilisées pour écrire une histoire économique des sociétés du passé, donnant lieu entre autres à la grande enquête du Comité international pour l’histoire des prix dirigée par W. Beveridge et Gay, aux travaux de François Simiand et d’Ernest Labrousse. Ces études pionnières suscitèrent un vif enthousiasme qui se prolongea dans le second après-guerre : jusqu’aux années 1970, l’histoire sérielle et quantitative constitua, on le sait, une pratique dominante pour les historiens français notamment.

La manipulation de données chiffrées, mesurables et comparables entre elles, semblait donner un surcroît de légitimité à la discipline historique, qui s’affranchissait alors un peu plus de l’histoire-récit pour se constituer comme une véritable science. En empruntant des critères et des méthodes aux sciences dites exactes, la quantification devait permettre une forme d’objectivation de la réalité passée. La fortune de l’histoire sérielle fut telle qu’elle ouvrit de nouveaux chantiers, comme celui de la démographie historique, et s’étendit à de nouveaux domaines, comme celui de l’histoire culturelle. Il s’agissait, pour reprendre une formule de Bernard Lepetit, de « donner une figuration numérique des faits humains[4] ». L’accumulation des données chiffrées, quasi brutes, répondait à un souci d’exhaustivité, à une volonté d’écrire collectivement une histoire totale tout en « collant au réel » le plus possible. Dans leur démarche, les historiens du quantitatif entendaient préserver un rapport immédiat à la source, se refusant à « dénaturer » les données économiques qu’elle contenait.

À partir de la fin des années 1970, la critique du chiffre comme une « construction sociale » fut certainement le facteur principal d’un désamour pour l’histoire des économies médiévales. Bien sûr, d’autres raisons participèrent à cet abandon progressif : l’effacement du structuralisme en général, et du matérialisme marxiste en particulier, comme modèle interprétatif global y joua certainement un rôle. Le succès de la micro-histoire et l’intérêt nouveau pour les situations hors normes fit de l’incomparable, ou de « l’exceptionnel normal », un élément plus révélateur pour comprendre les sociétés du passé que la mise en série de milliers de documents stéréotypés. La critique visa la démarche du quantitativisme, dénoncée comme une duplication passive des données brutes récoltées dans la documentation, à l’image de la carte à l’échelle 1 sur 1 de la nouvelle de Borges[5]. On préfère alors, à la suite de Ginzburg, considérer les chiffres comme des traces indicielles du passé (et non comme une mesure) : un chiffre isolé, exceptionnel, peut être un indice plus significatif qu’une série de données statistiques.

Surtout, dans les années 1980, la mode des « constructions sociales », scrutée par Ian Hacking[6], n’épargne pas les données économiques. On discute l’objectivité et la fiabilité des chiffres que livre la documentation : la disqualification de l’approche quantitative naît du doute croissant quant à la validité du recours aux chiffres, et ce d’autant plus quand les données économiques disponibles ne constituent pas des séries homogènes. Pour les économies pré-modernes, la mise en série des prix semble alors injustifiée, car les listes de prix, discontinues et hétérogènes, ne permettraient pas de mettre en évidence des régularités. L’instabilité qui semble caractériser les prix dans les sociétés médiévales devient un argument de fond pour contester la possibilité même de la comparaison : le caractère disparate des prix mentionnés par les sources médiévales et leurs variations furent parfois interprétés comme une caractéristique d’une économie « d’avant le marché ». L’idée que l’économie médiévale serait dépourvue de rationalité parce qu’elle ne serait pas fondée uniquement sur des mécanismes économiques interdit de considérer les chiffres mentionnés par les sources comme des comparables. Dans cette conception primitiviste des économies médiévales, les prix sont en grande partie déterminés par les relations interpersonnelles, si bien qu’il ne serait pas possible d’identifier des « transactions marchandes ». L’imbrication inextricable de critères sociaux et économiques présidant à la fixation des prix constituait, semble-t-il, une limite indépassable.

La Fortune de Karol, pour un dialogue entre histoire, anthropologie et science économique

C’est ce qui fait la profonde originalité de La Fortune de Karol, ouvrage co-écrit par un historien médiéviste (Laurent Feller), une économiste (Agnès Gramain) et une anthropologue (Florence Weber). Ses auteurs s’efforcent de réconcilier analyse économique et interprétation anthropologique, d’instaurer un dialogue entre ces sciences sociales[7] que sont l’histoire, l’anthropologie et l’économie, afin de créer de données économiques comparables et de mettre en évidence des régularités. L’ouvrage analyse un dossier documentaire remarquable, conservé dans le cartulaire-chronique de San Clemente a Casauria, un monastère fondé en 873 et situé dans la région des Abruzzes. Datant des ixexie siècles, les documents sont principalement des transactions concernant des parcelles de terre (ventes, échanges, précaires). L’introduction du livre pose d’emblée l’enjeu : « existe-t-il un prix du marché indépendant des relations personnelles entre les partenaires de la transaction ? Au contraire, les relations personnelles, dès qu’elles existent, jouent-elles un rôle dans la formation des prix, voire interdisent-elles de parler de marché[8] ? ».

La démarche de cet ouvrage sans équivalent s’accorde avec son questionnement et vise à distinguer, au sein de cette documentation, les transactions marchandes des transactions non marchandes. Afin de créer des données comparables, il s’agit d’abord de définir des catégories pertinentes, et pour cela de « séparer systématiquement la forme de la transaction (marchande ou non) et la relation (personnelle ou non) entre les partenaires de la transaction, avant d’observer l’articulation entre ces deux éléments. Autrement dit, procéder à une analyse statistique avant de procéder à un questionnement de type ethnographique ». La première partie du livre vise ainsi, dans un cadre macro-économique, à mettre en évidence des régularités par l’application d’un raisonnement ceteris paribus, « toutes choses égales par ailleurs ». Par la mise en œuvre d’équations théoriques (incluant un terme quadratique pour autoriser les inflexions) et de modèles qui diffèrent pour chaque quart de siècle, on obtient un prix unitaire « simulé » pour chaque type de bien (terre, enclos…). Cette approche économétrique montre ainsi, par exemple, « une hausse du prix du muid au cours du temps, à surface donnée, et une baisse du prix du muid lorsque la surface vendue augmente, à période donnée ». Il ne s’agit donc pas d’une simple statistique, mais d’étudier des corrélations et de permettre des comparaisons, ce qui rend, d’un point de vue épistémologique, toute sa vertu heuristique au chiffre. Toutefois, cette étude macro-économique ne tient pas compte de la localisation géographique des terres vendues, si bien que les auteurs, pour approfondir l’analyse, choisissent dans un second temps de sélectionner un dossier : celui de Karol, fils de Liutprand.

La Fortune de Karol réconcilie ainsi approche macro-économique et micro-histoire, à partir du même dossier documentaire, analysé successivement suivant différentes méthodes (calcul arithmétique, économétrique, lecture ethnographique). La « toile de fond » macro-économique tissée en première partie permet de situer les trajectoires individuelles, ici celle de Karol et de ses descendants. La Fortune de Karol répond à l’un des reproches adressés à l’histoire quantitative, celui d’être une histoire désincarnée. Ce faisant, le livre résout également une autre difficulté sur laquelle avait achoppé l’histoire quantitative des années 1960–1970 : l’incapacité à s’extraire de la simple description. L’ouvrage apporte un ensemble de connaissances inédites qui autorise des comparaisons avec d’autres espaces et enrichit une histoire globale : par exemple, il montre comment la frange la plus aisée de la paysannerie a pu s’enrichir pendant la première moitié du xe siècle, avant que ne s’ouvre, à partir de 1025, une période de crise. On retrouve de fait une crise similaire, au même moment, dans l’ensemble du bassin occidental de la Méditerranée.

Enfin, comme le pose de manière limpide l’introduction, ce livre se propose d’explorer une troisième voie, qui est celle de la « nouvelle sociologie économique », afin de dépasser la traditionnelle opposition entre primitivistes et modernistes, entre encastrement et désencastrement. Grâce à un dossier documentaire exceptionnel qui permet de reconstituer les relations interpersonnelles et les généalogies des acteurs avec une grande précision, l’ouvrage permet d’identifier des transactions marchandes, et surtout de mieux comprendre, en retour, la signification des transactions d’allure non marchande. Pour prolonger ce dialogue entre histoire et science économique, on pourrait s’inspirer de certaines études consacrées à nos économies contemporaines : François Menant nous montre le chemin, en s’appuyant sur les essais d’Amartyan Sen pour relire les famines qui ont frappé l’Europe autour de 1300. Il montre que, contrairement à une idée reçue qui voudrait que les disettes médiévales soient provoquées uniquement par de mauvaises récoltes, ce sont aussi des mécanismes de spéculation qui expliquent la pénurie et l’augmentation des prix du grain. Ce n’est donc pas seulement la rareté des denrées alimentaires qui pose problème, mais surtout leur inégale distribution et la manière dont les spéculateurs privent certains groupes sociaux de l’accès à la ressource. C’est ici le détour par la comparaison avec nos économies contemporaines, qui n’obéissent pas toujours à la « loi de l’offre et de la demande », qui éclaire notre connaissance des sociétés médiévales.

Selon certains économistes, cette « loi » ne suffit jamais à expliquer les variations des prix et ce, quelle que soit la période considérée. Ainsi, l’économiste Paul Jorion démontre, dans son essai Le Prix, combien nous devons nous départir de l’idée selon laquelle la loi dite « de l’offre et de la demande » présiderait à la fixation des prix dans nos économies de marché : au cours de sa thèse d’anthropologie, consacrée à l’île d’Houat, en Bretagne, dans les années 1970, il a découvert que les prix de vente du poisson à la criée étaient le fruit d’une négociation entre pêcheurs et mareyeurs, dans laquelle la loi de l’offre et de la demande ne jouait qu’un rôle mineur. Les études qu’il a menées par la suite sur le prix du poisson dans d’autres contextes, en particulier en Afrique de l’Ouest, mais aussi sur la formation des prix sur les marchés financiers, aboutissent aux mêmes constatations : selon lui, le prix est toujours d’abord le produit d’un rapport de forces et d’une négociation entre le groupe des acheteurs et le groupe des vendeurs, quelle que soit la marchandise. « Le prix, écrit-il, est un phénomène de bord qui apparaît à la frontière où les acheteurs et les vendeurs se rencontrent. L’ “offre” et la “demande” ne se rencontrent pas, car elles sont inanimées[9] ».

Cette idée peut nous permettre de répondre à la mise en doute des données économiques formulée à partir des années 1980 : critiquées comme des constructions sociales, elles ne donneraient pas accès au réel, ne permettant pas d’atteindre la « réalité objective des faits économiques ». Certes, mais cette économie idéelle n’est-elle pas une fiction ? Paul Jorion l’exprime avec ces mots :

« Bien sûr, le mécanisme réel de la formation des prix pourra toujours être modélisé (plus ou moins adéquatement), mais il s’agit avant tout d’un mécanisme humain dont des sujets déterminés à la fois par leur psychologie et par les groupes sociaux dont ils sont membres constituent le fondement, la réalité profonde. Si des règles peuvent être abstraites de cette réalité, elles doivent tenir compte de ces sujets et non se contenter, par exemple, de faire se croiser les courbes abstraites de l’offre et de la demande. Parce que ces courbes sont des fictions, des inventions, alors que ces hommes et ces femmes qui créent des prix sont eux, bien réels[10] ».

Même si l’on cherche à restituer un prix unitaire de l’hectare ou du mètre carré, il ne correspondra pas à un « prix du marché » auquel les contemporains auraient pu se référer pour calculer le prix de vente d’un bien foncier ou immobilier. Ce « prix en soi », produit d’une comparaison et d’une abstraction à partir des « prix réels » observés dans la documentation, ne correspond donc pas à une réalité plus authentique que celle du monde empirique. Doit-on pour autant abandonner les données économiques ? La Fortune de Karol prouve tout le contraire, en démontrant comment les chiffres nous donnent accès à autre chose, aux trajectoires individuelles et familiales, aux interactions entre groupes sociaux, aux rapports de domination et à la manière dont fonctionnent les sociétés du passé. Autrement dit, on peut définir l’économie comme une science sociale (et non comme une science exacte dont les lois seraient aussi nécessaires que les lois de la physique) : « l’économie », dit Paul Jorion, « c’est l’interaction humaine vue dans la perspective du prix : c’est une manière d’envisager l’activité des hommes en portant sur elle un certain regard[11] ». Si la comparaison entre économies médiévales et économies contemporaines reste discutable, c’est bien le dialogue entre sciences sociales qui est la clé de compréhension des économies du passé.

Sélection bibliographique

  • Arnoux, Mathieu. 2002, « Impasses, enjeux et nécessités d’une histoire économique du Moyen Âge », Historiens et Géographes, 378, dossier « Où va l’histoire économique ? », p. 141–148.
  • Borghetti, Maria-Novella. 2010,  « Histoire quantitative, histoire sérielle », in Historiographies. I. Concepts et débats, sous la dir. de Christian Delacroix et al., Paris : Gallimard, p. 412–419.
  • Bourin, Monique, Drendel, John, et Menant, François. 2012, Les Disettes dans la conjoncture de 1300 en Méditerranée occidentale, Rome : École française de Rome.
  • Coquery, Natacha, Menant, François et Weber, Florence (dir.). 2006, Écrire, compter, mesurer : vers une histoire des rationalités pratiques, Paris : Éditions rue d’Ulm (en particulier leur introduction).
  • Feller, Laurent, Gramain, Agnès et Weber, Florence. 2005, La Fortune de Karol. Marché de la terre et liens personnels dans les Abruzzes au Haut Moyen Âge, Rome : École française de Rome.
  • Feller, Laurent. 2012, « Histoire du Moyen Âge et histoire économique », in L’Histoire économique en mouvement, entre héritages et renouvellements, sous la dir. de Jean-Claude Daumas, Lille : Presses du Septentrion, p. 83–98.
  • Ginzburg, Carlo. 1986, « Spie, radici di un paradigma indiziario », Rivista di storia contemporanea, 7, p. 1–14, repris dans Miti, emblemi, spie. Morfologia e storia, Turin : Einaudi, p. 158–193.
  • Grenier, Jean-Yves. 2010, « Le chiffre et le modèle : histoire quantitative et modélisation », Historiens et Géographes, 378, dossier « Où va l’histoire économique ? ».
  • Jorion, Paul. 2010, Le Prix, Paris : Éditions du Croquant.
  • Lepetit, Bernard. 1989, « L’histoire quantitative : deux ou trois choses que je sais d’elle », Histoire et Mesure, 4, 34, p. 191–199.
  • Menant, François. 2013, « Du Moyen Âge à aujourd’hui. Mille ans de famines », L’Histoire, 383, p. 78–85

[1] Ginzburg 1978.

[2] Arnoux 2002.

[3] Borghetti 2010.

[4] Lepetit 1989.

[5] Lepetit1989.

[6] Hacking 2001.

[7] On retrouve la même volonté de dialogue entre sciences sociales posée dans l’introduction de Coquery, Menant, Weber 2006.

[8] Feller, Gramain, Weber 2005, p. 5.

[9] Jorion 2010, p. 22.

[10] Jorion 2010, p. 28.

[11] Jorion 2010, p. 20.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.