Comparer des données économiques : histoire économique antique et céramique

Dionysos coiffé d’une mitra, fragment de cratère sicéliote à figures rouges MH C373-594. Trouvé à Meghara Hyblaea (Sicile). http://journals.openedition.org/cefr/1337

Par Ségolène Maudet

Quelques rappels historiographiques

Une impulsion fondamentale a été donnée par des savants allemands à la fin du xixe siècle, eux-mêmes en plein débat entre économistes et historiens, sur l’histoire du capitalisme et la place de l’Antiquité gréco-romaine dans cette évolution. Le texte majeur de cette période est celui de Max Weber, Agrarverhältnisse im Altertum (1909). C’est dans ce cadre que prend place la querelle dite des modernistes (Meyer) et des primitivistes (Weber, Häsebroek)(voir Will 1954). Dans le champ de l’histoire gréco-romaine, dans les années 1960-1970, il faut rappeler la grande importance des travaux de Finley et de Polanyi, qui développent une vision « primitiviste » de l’économie antique, statique, radicalement différente de la nôtre.

Dans les années 1980, on observe un changement de tendance, avec le développement, presque en réaction, d’une histoire économique très moderniste, au sens d’une intégration des méthodes et des théories de la science économique moderne : néo-institutionnalisme, emprunts à la sociologie économique, étude des coûts de transaction, de la rationalité des acteurs, de la croissance économique… emblématique, The Cambridge Economic History of the Greco-Roman World en 2007. Contrairement à la période précédente, on assiste à un usage important de la quantification et de la statistique, voire d’analyses de réseau, qui traduisent un nouveau rapport aux données, avec le recours croissant à des outils qui nécessitent une grande formalisation. Les sources employées par ces historiens de l’économie antique sont majoritairement littéraires, numismatiques et épigraphiques. L’archéologie apparaît finalement peu, en particulier parce qu’elle donne peu d’informations sur les institutions, les discours des acteurs.

Ces limites ont été particulièrement visibles dans le cas de l’archéologie de la Grande Grèce,  avec une véritable spécificité française : le développement d’une histoire économique fondée sur le matériel céramique.

Une histoire économique sérielle à partir des tessons ? Georges Vallet et François Villard

Au début des années 1950, plusieurs synthèses d’histoire économique existent (Heichelheim, Rostovtzeff), critiquées pour leur modernisme par E. Will (1963), dont l’étude de Corinthe présente une économie plutôt fermée, avec un usage très limité de l’archéologie. Dans ce cadre, les fouilles de Mégara Hyblaea en Sicile, colonie grecque fondée dans le dernier tiers du viiie siècle av. J.-C., débutent en 1949 sous la direction de F. Villard et de G. Vallet. Elles vont révéler la présence d’une très grande quantité de céramique corinthienne importée dès le viiie siècle, ce qui montre l’existence de flux d’échanges importants que n’explique pas l’idée d’une économie corinthienne peu développée. C’est de ce fait une vision plutôt moderniste qui sera développée par G. Vallet dans sa thèse de 1958, par défaut. F. Villard va travailler sur le matériel de Marseille, et proposer un traitement très novateur de la céramique, avec quantification des tessons et graphiques. Les deux chercheurs proposent d’ailleurs une réflexion commune sur l’emploi de la  céramique grecque en histoire économique (1963).

Archéologie des échanges et quantification céramique

Ces travaux pionniers dans les années 1950 vont cependant connaître peu de successeurs. Dans la lignée du renouveau de l’histoire économique antique déjà évoqué, quelques travaux actuels cherchent à étudier les importations/exportations sur une échelle temporelle et géographique vaste, avec des conceptions assez modernes de l’économie grecque (commerce, import/export), considérées hélas de plus en plus comme allant de soi. Les grandes cartes de distribution produites restent cependant fragiles, recoupant en grande partie les cartes archéologiques, sans donner accès à la spécificité de chaque contexte et de chaque construction des données.

Certes, l’histoire économique a besoin de chiffres et de données comparables, mais l’archéologie ne peut fournir de telles données qu’au terme de toute une chaîne d’opérations intellectuelles, avec à chaque étape l’enjeu de l’échantillonnage et donc de la représentativité des données finales. Pendant la fouille, on peut avoir une  sélection des tessons, puis l’enregistrement par le céramologue est l’occasion de nouveaux choix, pour les catégories céramiques et le mode de comptage. La possibilité de comparer les données de plusieurs sites est ensuite conditionnée à l’existence de catégories communes harmonisées.

Comment faire alors de l’histoire économique, avec toutes ces limites ? Une thèse récente, en cours de publication, montre qu’il est possible de dépasser l’échelle de la monographie locale sans perdre de vue la complexité des données : M. Pesenti, Amphores grecques en Égypte saïte : histoire des mobilités méditerranéennes archaïques, Université Aix-Marseille, 2015. Dans ce travail, M. Pesenti commence par recontextualiser l’ensemble des amphores considérées, avant de proposer pour finir plusieurs pistes de synthèse historique.

Bibliographie dans l’ordre de mention dans le texte

  • Bruhns, Hinnerk. 1996, « Max Weber, l’économie et l’histoire », Annales, 51, 6, 1996, p. 1259–1287.
  • Bruhns, Hinnerk. 1998, « À propos de l’histoire ancienne et de l’économie politique chez Max Weber », préface à la traduction française de ce texte dans le recueil : Weber, Max, Économie et société dans l’Antiquité, Paris : La Découverte.
  • Will, Édouard. 1954, « Trois quarts de siècle de recherches sur l’économie grecque antique », Annales, 9, 1954, p. 7–22
  • Finley, Moses. 1973, The Ancient Economy, Berkeley : University of California Press.
  • Polanyi, Karl. 1944, The Great Transformation, New York : Farrar & Rinehart.
  • Polanyi, Karl et Arensberg, Conrad. 1974, Les Systèmes économiques dans l’histoire et dans la théorie, préface de Maurice Godelier, Paris : Larousse.
  • Morris, Ian, Saller, Richard et Scheidel, Walter (éd.). 2007, The Cambridge Economic History of the Greco-Roman World, Cambridge : Cambridge University Press.
  • Heichelheim, Fritz. 1938, An Ancient Economic History, 2 vol., Leiden, 1938.
  • Rostovtzeff, The Social And Economic History Of The Hellenistic World, Leiden : Sijthoff.
  • Will, Édouard. 1963, « Limites, possibilités et tâches de l’histoire économique et sociale du monde grec antique », dans Courbin, Paul (éd.), Études archéologiques, Paris, p. 153–166.
  • Villard, François. 1960, La Céramique grecque de Marseille (vieive) : essai d’histoire économique, Paris : de Boccard.
  • Vallet, Georges. 1958, Rhégion et Zancle. Histoire, commerce et civilisation des cités chalcidiennes du Détroit de Messine, Paris, de Boccard.
  • Vallet, Georges et Villard, François. 1963, « Céramique grecque et histoire économique », dans Courbin, Paul (éd.), Études archéologiques, Paris, p. 205–217.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.