Comparer des données économiques en masse : le Capital au XXIe siècle de Thomas Piketty

New York Skyline, Samuel Herman Gottscho, 19 janvier 1932, Library of Congress

Par Catherine Kikuchi

La question de la construction des données se pose de façon cruciale quelle que soit la période étudiées. Les données économiques du xxe ou du xxie siècle engendrent des problématiques très semblables à celles des périodes antérieures : comment rendre des données homogènes entre elles, c’est-à-dire comparables, alors qu’elles ont été produites dans des contextes géographiques et temporels très différents ? Ce sont des questions centrales dans Le Capital au xxie siècle qui utilise une masse de données extrêmement importante et de provenances très diverses.

Thomas Piketty part du constat que le débat autour des inégalités se fait souvent sans données qui permettent de l’étayer. Les travaux antérieurs sont souvent plus théoriques qu’empiriques, en raison de l’absence de sources[1]. Aujourd’hui, on a le recul et les outils nécessaires, même si tous les débats autour de du Capital au xxie siècle montrent que les enjeux idéologiques sont toujours bien prégnants. Il s’agit d’étudier la question de la répartition de « de façon systématique et méthodique[2] », avec des données aussi larges que possible, ce qui permet une comparaison objective entre les différents pays et à l’intérieur de ces pays, entre les strates sociales.

Un des grands enjeux du livre est donc justement de permettre les comparaisons systématiques à différentes échelles, à la fois spatiales et temporelles. C’est une étude multiscalaire qui n’a été rendue possible que par la constitution d’une base de données nécessitant la collaboration d’une trentaine de chercheurs internationaux pendant quinze ans. Les données en question ont été mises en ligne : il s’agit de la la World Wealth and Income Database (WID) qui intègre les données concernant les revenus et le patrimoine.

Le problème de la construction des données

Étant donné l’ampleur du projet, on comprend que la construction des données est essentielle pour être assuré de comparer des choses comparables entre elles[3].

Pour les revenus, des comparaisons nationales sont permises du moment que les pays adoptent l’impôt progressif sur le revenu, le plus souvent autour de la Première Guerre Mondiale. Les comptabilités nationales offrent également des informations précieuses. Pour autant, des corrections doivent être effectuées pour prendre en compte les différences de règlementation. Certains revenus de transfert (retraite, revenus sociaux, allocations…) ou certains revenus de capital par exemple sont imposables ou non selon les pays et apparaissent plus ou moins dans les déclarations. Il y a aussi un vrai problème de sous-déclaration des revenus du capital qui est observé en confrontant les déclarations à d’autres sources : autrement dit, l’évasion fiscale n’est pas prise en compte. D’autres corrections d’ordre comptable ont été effectuées.

Pour les patrimoines, l’étude utilise les déclarations de successions issues des impôts sur les successions. Moins de pays en disposent mais il est possible pour certains de remonter jusqu’au début du xixe siècle car la fiscalité successorale est plus ancienne que la fiscalité sur le revenu. Il existe des estimations patrimoniales historiques depuis le xviiie siècle, faites par des économistes politiques. Ces données ont aussi été prises en compte mais elles sont très ponctuelles et posent problème pour la comparaison : tout en offrant une profondeur historique appréciable mais il faut les rendre homogènes avec des données plus récentes. Par ailleurs, des corrections sont nécessaires en fonction de problèmes spécifiques à chaque pays. En Allemagne, les données patrimoniales ne sont pas disponibles avant 1870 en raison de l’unification tardive du pays et des multiples changements territoriaux. Ou encore aux États-Unis avant la guerre de Sécession, les données sont présentées « par tête libre » et ont été transformée en « par tête », en prenant en compte une estimation du nombre d’esclaves. Il s’agit donc non seulement d’un travail d’agrégation de données statistiques contemporaines mais également d’un véritable travail historique préalable où Thomas Piketty et ses collaborateurs utilisent les sources primaires et secondaires et les corrigent pour les comparer entre elles.

Même ainsi, toutes les données ne sont pas comparables au même degré. Dans les annexes, Piketty précise bien que « les estimations sur très longue période valent davantage pour les ordres de grandeur et les évolutions générales que pour leur précision numérique, qui est par nature approximative, en particulier pour les xviiiexixe siècles ». La nature des sources et la construction des données « ne permettent pas de faire des comparaisons fines entre les différentes sous périodes des xviiiexixe siècles[4] » ou encore entre la France et le Royaume-Uni au xixe siècle et à la Belle époque. C’est encore plus vrai quand Piketty se risque à des comparaisons entre le taux de rendement du capital au xxe siècle et le taux de rendement du capital pendant l’Antiquité ou au Moyen Âge, en s’appuyant sur le travail des historiens de l’économie de ces périodes[5].

 

Pour résumer, la construction des données est faite en vue de la comparaison et est le résultat de plusieurs opérations successives :

  • rassemblement des sources économiques historiques et des sources secondaires ;
  • corrections en fonction des circonstances historiques de leur production ;
  • correction pour les rendre consistante entre elles ;
  • prise de conscience que la mise en série de ces données corrigées ne permet pas de comparer avec la même finesse selon les situations.

La pratique du comparatisme : des études de cas mises en parallèle

Dans Le Capital au xxie siècle, Thomas Piketty revient sur la manière dont on peut concevoir les inégalités. Les inégalités qu’il décrit sont purement comptables, et il s’en explique : c’est la seule manière de pouvoir comparer un type d’inégalité entre des sociétés très différentes de façon rigoureuse et objective. La manière dont il définit les classes populaires, moyennes ou supérieures, sont basés sur des notions purement statistiques, ce qui ne veut bien entendu pas dire que d’autres mécanismes ne sont pas en jeu.

« Les notions de déciles et de centiles sont un peu abstraites et manquent certainement de poésie. Spontanément, il est plus facile de s’identifier aux catégories de son temps : paysans ou nobles, prolétaires ou bourgeois… Mais la beauté des déciles et des centiles est précisément de pouvoir mettre en correspondance des inégalités et des époques impossibles à comparer autrement et de fournir un langage commun qui en principe peut être accepté par tous[6] ».

Ceci étant posé, la troisième partie du livre explore les situations dans les différents pays pour les comparer, ce qui permet une utilisation à la fois pédagogique et heuristique de la comparaison[7].

En particulier, Thomas Piketty s’interroge sur le cas américain et sur l’explosion des très hauts salaires dans les années 1970–1980. L’explication traditionnelle consiste à dire que cette progression est due l’investissement dans l’éducation qui est ensuite récompensé par le salaire ; par ailleurs les changements technologiques amènerait des écarts grandissant de niveaux d’éducation nécessaire d’un bout à l’autre de l’échelle de salaires. Cependant, grâce à une comparaison internationale, l’auteur montre que cette explication ne tient pas. Ce décrochage et la montée des « super-cadres » a lieu aux États-Unis et non dans d’autres pays développés, en Europe et au Japon en particulier, alors que le changement technologique est globalement le même partout.

Thomas Piketty avance ici une explication sociale plutôt qu’économique : les salaires sont fixés avec une part d’arbitraire, en fonction des rapports de force et des pouvoirs de négociation. Les dirigeants se trouvent dans une situation où ils fixent eux-mêmes leur salaires. La hauteur à laquelle ils vont les fixer dépendent des normes sociales, notamment des systèmes de croyances au sujet de la contribution des uns et des autres à la production et à la croissance. Les sociétés anglo-saxonnes sont devenues plus tolérantes faxe aux rémunérations extrêmes ; les hauts dirigeants, convaincus de leur propre utilité à l’économie, élèvent leurs salaires puisque les normes sociales l’autorisent voire le justifient. La fixation des prix (ici du prix du travail) ne dépend donc pas seulement de lois économiques, mais aussi de rapports de force sociaux et anthropologiques. L’imbrication entre logiques sociales, anthropologiques, et logiques économiques sont ici imbriquées, dans une analyse que nous pouvons mettre en parallèle de celle menée par Laurent Feller, Agnès Gramain et Florence Weber dans La Fortune de Karol[8].

Les inégalités des revenus ne doit pas faire oublier les inégalités du capital. Ici, la comparaison entre les situations nationales, particulièrement entre les États-Unis et les pays européens, permet à Thomas Piketty de monter en généralité et de proposer une loi économique, un des résultats les plus importants et les plus contestés de l’ouvrage : si le taux de rendement du capital est très supérieur au taux de croissance, alors les inégalités de patrimoine augmentent[9]. Cette loi générale ne flotte pas hors de tout contexte : le taux de rendement du capital est très lié aux politiques fiscales mises en place et aux chocs divers (guerres mondiales par exemple). Il s’agit d’une réalité économique, mais aussi d’une réalité sociale et politique.

Thomas Piketty explique ainsi la répartition plus égalitaire du patrimoine sur le long terme par la fiscalité sur le capital et les revenus, en particulier le développement des impôts progressifs au xxe siècle. Les comparaisons entre les politiques américaines des années 1940–1965 et les politiques des dernières décennies sont ici particulièrement éclairantes. Ce n’est qu’un élément parmi d’autres, mais ces politiques permettent d’expliquer en partie les évolutions des structures des inégalités entre l’Europe et les États-Unis. Le rôle du politique dans la situation économique et l’état des inégalités dans une société donnée est sans doute l’un des messages les plus forts de l’ouvrage.

 

Le Capital au xxie siècle est un exemple travail collaboratif qui a mené à la constitution d’une base de données exceptionnelle, permettant des comparaisons poussées sur longue période. Certaines conclusions du livre ont pu être contestées. Cependant, d’un point de vue méthodologique, la manière dont les données économiques ont été construites pour permettre la comparaison internationale et dans la longue durée montre que les chiffres ne sont jamais parlant d’eux-mêmes. La construction des données pour la comparaison doit être sans cesse explicitée. Une fois cette étape effectuée, les analyses permettent de prendre une hauteur de vue que permet la comparaison entre économies nationales sur deux siècles. Celle-ci permet en particulier de dégager des constantes et des différences qui peuvent s’expliquer par les circonstances locales, et donc dégager des effets politiques et sociaux sur les mécanismes économiques.

Références en ligne

[1] Thomas Piketty  dans son introduction se réfère ainsi à Thomas Malthus, Adam Smith, David Riccardo pour le xviiie siècle, et ensuite à David Riccardo et Karl Marx. Ces différents auteurs, bien que ne disposant pas des données nécessaires pour une étude économique systématique, ont observé avec acuité les transformations radicales de leurs temps et ne doivent pas, selon Thomas Piketty, être pris à la légère.

[2] Piketty 2013, p. 17.

[3] Les sources sont explicitées dans Piketty 2013 aux pages 39–46, mentionnées pour chaque graphique dans l’annexe technique et également sur le site de la base de données WID.

[4] Voir l’annexe technique, p. 19.

[5] Piketty 2013, p. 560–567.

[6] Piketty 2013, p. 396.

[7] Sur les échelles géographiques de la comparaison, on renvoie à Stanziani 2015.

[8] Feller, Gramain et Weber 2005.

[9] Parmi les contestations scientifiques de cette loi, on citera en particulier le travail pour le FMI de Carlos Gòes, « Testing Piketty’s Hypothesis on the Drivers of Income inequality : Evidence from Panel VARs with heterogeneous dynamics ».

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.