What if ? Uchronie et raisonnement contrefactuel

 Par Marie-Adeline Le Guennec, Niccolò Mignemi, Sébastien Plutniak

En 2017 (L. Smekhov, studio Diafilm, 1960)

Actualité de l’approche contrefactuelle en histoire

Le concept d’histoire contrefactuelle, directement transposé de l’expression anglaise counterfactual history, apparaît en plein essor depuis une trentaine d’années. Une rapide évaluation lexicale de la bibliographie spécialisée permet d’en rendre compte superficiellement (fig. 1).

Figure 1 – Décompte des occurrences des syntagmes « virtual history » et «  counterfactual history» entre 1950 et 2013 dans un large échantillon de textes scientifiques (source : Jstor Data for Research).

Si ce concept est particulièrement bien ancré dans les milieux scientifiques anglophones, européens comme extra-européens, sa diffusion en France, où il est généralement considéré avec méfiance par les historiens, demeure minime. De fait, la première synthèse en français sur le sujet date de 2016 : il s’agit de l’ouvrage de Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus. Cet ouvrage a constitué le fil directeur d’une séance du séminaire des membres de l’EFR consacrée aux mécanismes, aux enjeux et aux limites de l’usage du raisonnement contrefactuel en histoire et dans diverses sciences sociales.

Par raisonnement contrefactuel en histoire, on entend le fait de poser, au sujet d’un événement, d’une chaîne d’événements, d’une période, d’un acteur, d’un facteur historique, etc., la question « et si / et si ne pas ? » Cela revient alors à soulever l’hypothèse, sans doute triviale de prime abord, que le passé aurait pu être différent si un paramètre donné avait ou n’avait pas été rempli à un moment donné. Pour reprendre des thématiques fréquemment abordées par l’histoire contrefactuelle et l’uchronie, qui en constitue le pendant fictionnel, que serait-il ainsi advenu si Ch. Lindbergh avait été élu face à F. D. Roosevelt en 1940 ? Si le Mur de Berlin n’était pas tombé ? Si les Nazis avaient gagné la Seconde guerre mondiale ? Si la traite atlantique n’avait pas été abolie ? Si l’ordinateur avait été développé au XIXe siècle ? Pour finir par la plus connue des interrogations contrefactuelles : et si… le nez de Cléopâtre avait été plus court  ?

Q. Deluermoz et P. Singaravélou (2016, « Introduction. L’histoire par la bande », p. 12-13) proposent pour leur part de distinguer trois étapes dans le processus contrefactuel, qui se développeraient selon trois temporalités distinctes. Le raisonnement contrefactuel à proprement parler revient simplement, à partir des « et si », à passer à l’affirmative, à faire « le constat qu’en l’absence d’un fait historique, les choses auraient pu se passer autrement, sans aller plus loin » : ainsi « le nez de Cléopâtre, s’il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé » (Pascal, Pensées, 162). La deuxième étape consiste à simuler les conséquences directes de cette modification, sur le temps moyen. Le nez de Cléopâtre, plus court, la rendait moins belle au regard des canons esthétiques gréco-romains, impliquant, selon Pascal, que César, puis Antoine, ne seraient pas tombés amoureux d’elle ; une des issues possibles était alors que la guerre civile des années 30 av. J.-C. aurait été évitée, de même que la victoire finale d’Octave sur Antoine et l’avènement du principat augustéen tel qu’il s’est effectivement déroulé. Enfin, un dernier prolongement possible de ce processus consiste à s’intéresser non plus à l’orientation différente que peut subir le cours des événements à un point de bifurcation donné, mais aux futurs possibles du passé qui en auraient découlé. Dans un monde où Octave ne l’aurait pas emporté sur Antoine, le devenir du monde romain aurait-il été nécessairement autre ? Et quels chemins aurait-il alors pris ?

Figure 2 – Couverture de la première édition du roman uchronique The Man in the High Castle, (Philip K. Dick, 1962).

La restitution de ces issues alternatives peut ensuite prendre la forme d’un raisonnement analytique ou d’une narration romancée, intégrant en fonction de cela le champ de l’histoire ou celui de la littérature. De fait, l’histoire contrefactuelle touche directement à un genre littéraire qui en apparaît comme le pendant fictionnel, celui de l’uchronie. Ce genre se manifeste dans des romans, des films, des séries télévisées ou encore des jeux vidéos nous donnant à voir notre monde selon un cours historique alternatif.

 

Les romans et les nouvelles constituent en effet la manifestation la plus aboutie et la plus légitime de cette forme de narration – à titre d’exemple il suffit ici de citer The Man in the High Castle (trad. française : Le Maître du Haut Château) de Philip K. Dick (1962) ou The Plot Against America (trad. française : Le Complot contre l’Amérique) de Philip Roth (2004) – mais des opportunités auparavant inédites s’ouvrent aujourd’hui grâce aussi aux nouveaux dispositifs de diffusion, comme l’atteste le triptyque Retour vers le futur de Robert Zemeckis (1985, 1989, 1990), des séries télévisées récentes, la longue liste de titre de la série what if de Marvel Comics ou encore des jeux vidéos nous donnant à voir notre monde selon un cours historique alternatif.

Contre-factuel, fiction, uchronie1

Le genre uchronique présente le raisonnement contrefactuel sous la forme d’une « utopie des temps passés [qui] écrit l’histoire, non telle qu’elle fut, mais telle qu’elle aurait pu être »  (Renouvier 1876, p. III2 ) . Cette description d’un monde non advenu se situe dans un univers autre, cohérent et en dialogue permanent avec la réalité qui est la nôtre, car « l’“autre” histoire racontée n’a de sens que par rapport à la “vraie”, celle qui a effectivement eu lieu » (Deluermoz, Singaravélou 2016, p. 65). Le « clin d’œil » au présent constitue donc un aspect essentiel de l’uchronie et explique la tendance à démarrer le récit d’un turning point, d’un point de bifurcation « connu du plus grand nombre »  (Deluermoz, Singaravélou 2016, p. 66). Pour filer la référence pascalienne, le nez de Cléopâtre et ses relations successives avec César et Antoine sont-ils vraiment le pivot d’une république romaine qui était déjà en déshérence depuis des décennies au moment où César foule le sol égyptien ? L’importance qui est conférée à la taille de ce nez n’est-elle pas plutôt le reflet de la conception datée d’une histoire qui serait exclusivement faite par les « grands hommes » et les « grands événements » ?

Cette approche garantit en effet l’immersion du lecteur dans l’univers alternatif sans pour autant obliger la fiction à se dévoiler mais contribue, dans le même temps, à alimenter les tièdes réactions des historiens. Il faut donc s’interroger sur la capacité de cette méthode de nous ouvrir des nouvelles pistes, sans enfermer le chercheur dans des perspectives analytiques qu’on croyait révolues.

Les évolutions de l’uchronie littéraire comme écriture des mondes possibles offrent de ce point de vue des éléments intéressants de réflexion qu’il faut explorer notamment du point de vue de l’articulation avec le genre utopique et avec celui de la science-fiction. Se réappropriant le pouvoir d’imagination du premier et l’efficacité narrative du deuxième, le genre uchronique porte à travers le XXe siècle une attention au contexte fictionnel qui abandonne progressivement l’idée ancienne de l’événement comme épisode capable – à lui seul – de modifier les destins de l’humanité, au profit d’une vision centrée sur les effets de basculement comme révélateurs de transformations qui se préparent depuis longtemps.

Figure 3 – Alexandre Vassil’evic Čajanov (Moscou, 1888 – Almaty, 1937).

Sans se revendiquer d’aucun entre eux, l’ouvrage Voyage de mon frère Alexis au pays de l’utopie paysanne – publié en 1920 par l’économiste russe Alexandre V. Čajanov3 – sous le pseudonyme de Ivan Kremniov – se situe précisément au croisement des trois genres de l’utopie, de la science-fiction et de l’uchronie. Tiré en 20 000 exemplaires et même remarqué par Lénine, le Voyage paraît dans la phase agitée de la guerre civile, c’est-à-dire à une époque où l’alliance avec les masses paysannes est indispensable aux bolchevicks pour remporter la victoire sur les Blancs4

Dans cette conjoncture, Čajanov réalise d’abord une narration sous le registre utopique qui lui sert à la fois de moyen pour imaginer les progrès futurs et de réconfort pour échapper aux difficultés du présent. Dans un moment où la survie de la Révolution de 1917 à la guerre civile n’est nullement acquise, le début de la nouvelle se situe à Moscou vers la fin du mois d’octobre 1921, qui est indiqué comme la quatrième année d’une révolution socialiste capable de triompher non seulement en Russie, mais dans le monde entier. Le personnage principal, Alexis Vassiliévitch Kremniov (sorte d’alter ego de l’auteur), est un ancien militant clandestin socialiste, devenu haut fonctionnaire soviétique et directeur d’une des sections du Conseil mondial de l’économie, qui un soir s’endort en 1921 pour se réveiller le matin suivant inexplicablement projeté  en 1984.

Figure 4 – Traduction française (1976) du Voyage de mon frère Alexis au pays de l’utopie paysanne que l’économiste russe A. V. Čajanov publie en 1920 sous le pseudonyme d’Ivan Kremniov

Dans le monde du futur, Kremniov est pris pour l’ingénieur Charlie Man, venu des États-Unis pour découvrir les avancés techniques dans le domaine agricole d’une Russie qui a abandonné l’orthodoxie marxiste-léniniste et qui a pris, depuis les années 1930, la voie de la ruralisation. Čajanov n’imagine pas ici une rupture brutale mais plutôt une montée progressive qui aurait conduit les partis de la petite paysannerie à prendre le contrôle des soviets depuis l’échelle locale et jusqu’au Comité central. Dans cette utopie alternative, les conflits internes des débuts du XXe siècle ont désormais laissé la place au récit partagé de la « Grande Révolution », célébré par le monument qui voit Lénine serrer la main du socialiste Kerenski et du libéral Milioukov car, comme l’expliquent les habitants du futur, « pour nous, dans une perspective historique, ce sont les associés d’une même œuvre révolutionnaire, et, croyez bien que le Moscovite d’aujourd’hui serait assez embarrassé pour se rappeler les divergences qu’il y avait entre eux »  (Čajanov 1976, p. 29-30).

La guerre civile russe constitue donc le point de bifurcation, à partir duquel Čajanov décrit l’issue d’une alliance utopique, fédérant les bolcheviks, les mencheviks, les populistes et toutes les autres forces progressistes réunies autour d’un projet commun de modernisation du pays. Ce résultat serait le produit des politiques de ruralisation des centres urbains, destinées à détruire les villes en tant qu’entité sociale et à repeupler les campagnes, encourageant les formes d’habitat dispersé avec des petites agglomérations pour centraliser les services publics. Animée par un souci de contrôle total, l’utopie paysanne n’est pourtant nullement heureuse et l’ordre social est à tel point assumé ici que toute déviation semble même inimaginable.

Si l’issue ne semble finalement pas plus heureuse, le décalage est néanmoins assez frappant entre cette science-fiction rurale que Čajanov situe en 1984 et les horizons qui, au début du XXe siècle, identifiaient plutôt l’industrialisation comme la principale source de la croissance économique et la ville comme le cœur de la modernité5 . Mais il est encore plus intéressant de mettre en résonance l’univers alternatif imaginé dans le Voyage avec la trajectoire humaine, scientifique et professionnelle de Čajanov. Fervent défenseur des spécificités et de la supériorité technique de l’agriculture paysanne, ce dernier développe sa réflexion au sein de l’Institut d’économie rurale, qu’il dirige dans les années 1920. Ses thèses semblent par ailleurs trouver un terrain fertile dans les premières années de la Nouvelle politique économique (la fameuse NEP), grâce aussi aux collaborations avec le directeur de l’Institut des conjonctures économiques Nikolaï Kondratiev (Kerblay 1964, p. 427-430).

De ce point de vue, il faut bien souligner que certaines formes d’économie mixte évoquées dans le Voyage – visant à orienter les producteurs, sans le recours à la coercition – rappellent la tentative de redynamiser le pays via la restauration d’un certain libéralisme économique et d’un système de marché en agriculture, que les autorités soviétiques entreprennent entre 1921 et 1928, précisément dans le cadre de la NEP. De ce point de vue, les deux chapitres « que les jeunes lectrices peuvent bien sauter, mais qui [sont] particulièrement recommandé[s] à l’attention des membres du Parti communiste »  (Čajanov 1976, p. 51) semblent spécialement conçus pour peser sur les débats de l’époque en matière de politiques de développement. L’utopie prend alors les tonalités d’un scénario possible que l’Histoire s’occupera a posteriori de métamorphoser en uchronie, suite au développement des kolkhozes et aux programmes d’industrialisation à étapes forcées que l’Union Soviétique entreprend notamment à partir des années 1930.

En effet, alors que Čajanov imagine cette décennie marquée par la prise du pouvoir des soviets paysans et par le début des programmes de ruralisation du pays, les années 1930 voient en vérité le triomphe de Staline qui lance la collectivisation des terres, la lutte contre les koulaks et le premier plan quinquennal. Ce tournant correspond aussi à la chute de Čajanov qui, en 1929, est arrêté et accusé, avec Kondratiev, d’être à la tête d’un complot monté par le Parti paysan du travail afin de renverser le pouvoir soviétique. Condamné à cinq ans de prison sur des preuves fabriquées pour cette occasion, il est envoyé en exil dans les camps de travail d’Alma-Ata (Kazakhstan), où il est fusillé en 1937. La fin tragique de l’économiste russe attribue néanmoins au Voyage des contours nouveaux. Plus que l’alliance utopique entre les réformistes et les révolutionnaires ou la science-fiction qui imagine une nouvelle issue à la lutte entre la ville et la campagne, c’est dans un registre uchronique que Čajanov dialogue avec son présent des années 1920. Il entend ainsi mettre en garde ses contemporains contre les dégénérations possibles d’une élite dirigeante dont il fait lui-même partie mais dont il n’hésite pas à ridiculiser la volonté absurde de s’imposer comme le seul maître du destin des hommes, en dépit des futurs possibles.

Tout autant que l’imagination des issues alternatives en puissance, l’objet de l’histoire contrefactuelle consiste dès lors à identifier et hiérarchiser les événements et les causes ainsi qu’à délimiter précisement et de manière vraisemblable le champ des possibles historiques. En négatif, l’approche contrefactuelle permettrait de mieux comprendre les rouages du cours effectif de l’histoire. En ce sens, l’histoire contrefactuelle est amenée à croiser les questionnements et les méthodes d’autres sciences sociales et physiques ayant recours au raisonnement contrefactuel à titre de test d’évaluation pour des chaînes de causalité ou comme outil spéculatif.

Usages disciplinaires du raisonnement contrefactuel6

Dans cette perspective, trois disciplines doivent être particulièrement prises en compte au sein des sciences sociales, qui font un usage explicité et théorisé du raisonnement contrefactuel : le droit, la science politique et l’économie.

En droit

Pour le droit, deux formes de recours au raisonnement contrefactuel peuvent être évoquées. On mentionnera d’abord la but-for causation (ou règle sine qua non), dont l’objet est de « déterminer si un facteur particulier est la cause déterminante d’un événement donné », en présumant « que ce facteur était présent au moment où l’événement s’est produit » puis en se demandant « si, même si ce facteur avait été absent, l’événement serait toutefois produit de la même façon  » (Cour suprême des États-Unis, Arrêt Price Waterhouse versus Hopkins, 1989) : le raisonnement contrefactuel fait une nouvelle fois figure de test pour l’identification de la cause déterminante au sein de l’ensemble des facteurs d’incident et, bien entendu, pour l’évaluation de la responsabilité des différentes parties en présence. Mais dans le cadre de cette séance du séminaire, la réflexion a surtout porté sur un second processus, celui de la fiction juridique, en se fondant sur les recherches que lui a consacré l’historien du droit Y. Thomas.

La fiction juridique partage avec le raisonnement contrefactuel sa dépendance à la question « si » / « si ne pas » : pour citer Y. Thomas « elle consiste à d’abord travestir les faits, à les déclarer autres qu’ils ne sont vraiment, et à tirer de cette adultération même et de cette fausse supposition les conséquences de droit qui s’attacheraient à la vérité que l’on feint, si celle-ci existait sous les dehors qu’on lui prête » (Thomas 2011, p. 133) ; en somme, à poser la question « et si » et à la prolonger par un « comme si ». La fiction juridique a été particulièrement pratiquée à la période romaine, pour tous les domaines du droit privé et du droit public, dans les lois aussi bien que par l’édit du préteur et par la jurisprudence.

Au sein du corpus juridique romain, il convient de distinguer plus précisément entre fiction positive et négative. La seconde est la plus radicale, car elle nie ouvertement le vrai, abolissant un paramètre alors que celui-ci s’est bien produit. La fiction positive est quant à elle plus mesurée dans son rapport au réel puisqu’au lieu de le nier, elle le prolonge, l’enrichit de paramètres supplémentaires. Il ne s’agit pour autant pas d’une simple analogie, voire d’une facilité de langage, mais bien d’une action sur le réel au même titre que la fiction négative, qui va jusqu’à se jouer des limites de la nature. On a généralement retenu que pour les Romains, le recours à ces deux formes de fiction juridique visait à permettre au législateur d’adapter à peu de frais le droit hérité du passé aux exigences nouvelles des évolutions politiques, sociales et économiques du temps présent : il s’agirait d’un processus foncièrement conservateur, qui « procéderait à des assimilations inexactes mais nécessaires, en l’état actuel du droit, pour aboutir, sans rien changer au droit, à des résultats qu’il ne saurait autrement obtenir qu’en se changeant lui-même » (Thomas 2011 p. 135), dans un cadre juridique attaché à l’autorité de la tradition. Sans rejeter cette lecture utilitariste de la fiction juridique, Y. Thomas en souligne toutefois les insuffisances : selon lui, la fiction juridique manifesterait bien plus fortement la sujétion directe de la réalité au droit, la victoire de l’artifice sur la nature, ce qui aurait constitué l’essence de la pensée juridique romaine. Cette négociation entre monde social, monde naturel et droit qui se donne à voir dans la fictio posa d’ailleurs d’immenses problèmes quand il fallut christianiser le droit romain ; le droit médiéval, tout en faisant un usage important de la fiction juridique, s’efforça alors de la faire reculer, de la faire rentrer dans les bornes d’une nature intangible, forgée et régie non par le droit, mais par Dieu, au prix d’une séparation nette du monde du fait et du monde du droit.

La fiction juridique se distingue du raisonnement contrefactuel, tel qu’il est pratiqué en histoire ou dans d’autres sciences sociales, parce qu’elle ajoute à l’étape du « et si » celle du « comme si », entraînant une modification effective du réel. Elle s’en rapproche toutefois en ce qu’elle implique, pour fonctionner, la définition d’un régime de vérité strict. De fait, si le moindre flottement existe entre le vrai et le faux, c’est le principe de la présomption qui règne, pas celui de la fiction ; la présomption, comme supposition du vrai, évacue le doute pour trancher, la fiction, comme certitude du faux, ne lui laisse aucune place ; la présomption est une forme de preuve, la fiction une forme de résolution.

 En sciences politiques

Le raisonnement contrefactuel dans toutes ses variantes constitue également un outil d’analyse institué de la science politique, dont les passerelles avec l’histoire sont évidentes. C’est notamment l’analyse des causes des crises contemporaines qui retient ici l’attention des spécialistes : le recours, explicité ou non, au raisonnement contrefactuel a d’abord pour objectif d’évaluer le caractère déterminant et inéluctable de ces causes et des événements qu’elles semblent entraîner. L’archétype de ce type de raisonnement est naturellement la réflexion sur le déclenchement de la Première guerre mondiale : si l’archiduc François Ferdinand n’avait pas été assassiné le 28 juin 1914, le conflit aurait-il ou n’aurait-il pas éclaté ? Mais, pour les politistes, il s’agit également de déterminer si les chaînes causales mises au jour, grâce, entre autres, au test du contrefactuel, peuvent être utiles pour rendre compte du temps présent, voire pour spéculer sur de futurs développements des relations internationales.

En sciences économiques

En sciences économiques, le raisonnement contrefactuel fait figure d’expérimentation pour les variables d’un modèle théorique donné. La méthode contrefactuelle, qui vise à identifier et tester les facteurs de l’évolution économique et ses points d’inflexion dans des séries chronologiques, entre notamment dans le développement, à la fin des années 1950 aux États-Unis, de la cliométrie (également connue sous le nom de « New Economic History », « nouvelle histoire économique »), dont l’objet est de mettre à l’épreuve des théories économiques par des méthodes statistiques nourries de données historiques. On citera notamment l’ouvrage Time on the Cross (1974), de R. Fogel et S. Engerman, qui a connu un très grand succès à sa sortie, y compris auprès du grand public : les auteurs y mettent en usage le raisonnement contrefactuel au sujet de l’esclavage aux États-Unis, ce qui les conduit notamment à montrer que les conditions de vie des esclaves noirs américains qui vivaient dans le Sud étaient meilleures que celles des travailleurs agricoles libres du nord des États-Unis. Les expérimentations cliométriques ont suscité de vifs débats, en particulier au moment de leur diffusion en Europe, à la fin des années 1970. On leur a notamment reproché le fait que ces simulations nécessitent un modèle très complexe, qui doit tenir compte d’une multiplicité de variables et dont les données ne peuvent descendre en deçà d’un certain degré de stabilité et de régularité. Certes, la cliométrie se prévaut d’une approche empirique fondée sur la mise en série de données quantifiables et vérifiables. Néanmoins, le matériau historique, dans toutes ses évolutions et ses recompositions perpétuelles, peut se trouver quasiment évacué de séries chronologiques qui, dans la pratique, sont loin d’être homogènes, en particulier plus l’on remonte dans l’histoire. La cliométrie constitue plus largement un bon exemple des limites propres à toute tentative de modélisation du cours de l’histoire, dont le raisonnement contrefactuel constitue un des mécanismes possibles.

Ces exemples empruntés au droit, aux sciences politiques et à l’économie pourraient être complétés par d’autres, tirés de travaux menés en sociologie, anthropologie ou psychologie. De ce fait, nous sommes conduits à nous demander si l’idée que le raisonnement contre-factuel constitue une forme particulière de raisonnement reste compatible avec ce constat d’ubiquité ?

Une forme spécifique de raisonnement 7

Un argument récurrent chez les auteurs ayant promu le raisonnement contrefactuel en histoire consiste à avancer que, qu’on le veuille ou non, les propositions contrefactuelles sont omniprésentes dans les travaux d’historiens. Il s’agirait ainsi d’un état de fait qu’il serait préférable d’objectiver et de contrôler, plutôt que de laisser se faire au risque d’usages contrevenant aux critères de validation ou de neutralité auxquels un chercheur en sciences humaines est tenu de se conformer.

Au cours de cette séance du séminaire, cet argument a été repris et prolongé sous une forme plus radicale : plus qu’un type particulier de raisonnement qui serait communément pratiqué sans le nommer, le raisonnement contrefactuel reviendrait en fait aux formes les plus communes du raisonnement scientifique. Cet argument a été étayé par des exemples empruntés au domaine de l’archéologie et, notamment, aux travaux menés par Jean-Claude Gardin (1925–2013) sur la simulation des raisonnements dans les sciences prenant l’homme pour objet.

Premièrement, on aura remarqué que toute description, qu’elle soit donnée sous forme narrative ou sous forme quantifiée, suppose la sélection d’un certain nombre de descripteurs jugés pertinents. Ceux-ci, ainsi que leurs relations, sont employés en association avec une définition plus ou moins explicite. Ce degré d’explicitation est indépendant du fait que l’emploi de ces descripteurs implique l’introduction de distinctions nettes dans les phénomènes observés, que ces distinctions soient ou non objectivées et exprimées.

Au cours de sa carrière Gardin a motivé des projets visant à établir des codes descriptifs pour des domaines particuliers (les céramiques ou les motifs en archéologie, les pathologies gastriques, etc.), à définir des langages documentaires (le Syntol, un langage universel : Cros et. al 1964), à mettre en place des systèmes experts (Gardin et al. 1987 ; Snark : Lagrange, Renaud 1985), ou à développer une méthode de présentation et d’édition des argumentations en sciences sociales (le programme logiciste : Gardin 2002). L’idée sous-jacente à ces différents projets revient à pousser au plus loin l’explicitation des descripteurs employés, celle de leurs relations et celle des inférences que ces relations autorisent. L’analyse logiciste consiste ainsi à réduire conceptuellement une argumentation à un ensemble de propositions liées par des relations d’inférences : ce préalable permet ensuite d’obtenir une représentation graphique arborescente parcimonieuse ou, encore, d’être introduit dans un système d’édition informatisé qui permettrait de naviguer efficacement entre différentes propositions et entre ces propositions et les données qui les fondent (assez similairement aux systèmes d’édition généralisés depuis par les grandes plate-fores d’édition scientifiques en ligne). L’un des objectifs poursuivi par Gardin et ses collaborateurs revenait ainsi à simuler les raisonnements effectués de fait par les archéologues, historiens, etc. : Gardin applique cette approche à ses propres productions (voir, dans Gardin 2002 l’analyse du raisonnement présenté dans Gardin 1998).

Figure 5 – Des pièces lithiques préhistoriques sont décrites par leur largeur et leur épaisseur. Dans l’espace de variables ainsi définit, certaines possibilités ont été observées (représentées par des points), d’autres sont potentielles bien qu’elles n’aient pas été observées (la surface blanche environnant les points). (D’après Brochier 2008, p. 77)

L’exemple des travaux de Gardin illustre la possibilité de modéliser et de simuler des raisonnements menés à l’aide de moyens qualitatifs (ou narratifs). Cette possibilité existe a fortiori également pour les raisonnements fondés sur des descriptions quantifiées. L’opposition entre ces deux approches (« quantitative » versus « qualitative ») est moins franche qu’il n’y paraît : autant dans l’une que dans l’autre l’analyste se munit de descripteurs dont il définit les objets de références et les relations qui les lient. Il se dote en somme d’un « langage » de description (formel ou non) qui fonctionne comme un système de variables permettant de représenter un état du phénomène historiques étudié. Sur cette base, ce qui distingue le raisonnement « contrefactuel » du raisonnement « factuel » est ténu. Le système de variables établi permet de produire un certain nombre de représentations potentielles : parmi celles-ci, celles qui sont identiques aux phénomènes observés sont relatives au raisonnement « factuel », celles qui ne leur sont pas identiques forment le domaine des raisonnements « contrefactuels » (fig. 5).

 

En somme, le principe même de la description scientifique (si on admet, sans le préciser, qu’elle doit respecter un certain degré d’explication) implique de fait la possibilité de mener des raisonnements contrefactuels. Les historiens ayant mis en avant ce mode de raisonnement – présumé particulier – ont, au final, simplement attiré l’attention sur la part des descriptions scientifiques ne correspondant pas aux phénomènes observés mais dont l’étude permet de proposer des explications causales de ceux observés : cela revient, en somme, au type d’approche développé de longue date dans les recherches reposant sur la simulation (fig. 6 ; Varenne 2010).

Figure 6 – Exemple d’un recours expérimental à la simulation : la diffusion de l’agriculture en péninsule ibérique. Les auteurs précisent : « Our goal is not to design a model that fits the empirical data as closely as possible, but to assess which scenario ‘hypothesis’ better fits the empirical data than the alternatives. ». (D’après Auban et al. 2015, p. 26)

Ainsi, pour les auteurs de Pour une histoire des possibles, comme pour d’autres auteurs avant eux, le raisonnement contrefactuel pourrait être intégré dans la « boîte à outils de l’historien », à supposer qu’il soit employé de manière prudente et informée. Tout en admettant que ce raisonnement constitue une ressource analytique, la question de ces modalités d’usage s’avère cruciale : les critiques du contrefactuel en histoire ont, en effet, particulièrement porté sur les implications idéologiques et sur les risques politiques qui accompagneraient certains de ces recours.

Dimensions politiques du raisonnement contrefactuel

En forçant le trait, à quoi cela sert-il d’imaginer que les choses auraient pu être différentes de ce qu’elles sont, puisque justement elles sont ce qu’elles sont, et que le rôle de l’historien semble être de restituer, à partir de l’analyse critique de sources, le cours du passé dans sa vérité effective ? Au mieux, l’approche contre-factuelle ne revient-elle simplement pas à décrire différemment ce qui est advenu, en formalisant, par un artefact narratif, ce que l’historien peut proposer de manière empirique, à savoir la réflexion sur les différences entre le passé non advenu et l’histoire avérée ? N’est-ce pas alors une entreprise complètement vaine, en dehors du plaisir intellectuel ou de l’usage ludique que peut en tirer l’historien ? Voire, une entreprise dangereuse, à l’ère des faits alternatifs, des fake news et des contre-vérités qui voient descendre les scientifiques dans la rue pour défendre une pratique scientifique fondée sur des données avérées et vérifiées ? De fait, une des caractéristiques récurrentes de l’histoire contrefactuelle telle qu’elle a été jusqu’ici pratiquée par les historiens est son caractère éminemment politique, qui se manifeste notamment dans le choix des turning points jugés déterminants par l’historien. Une référence en matière d’histoire contrefactuelle, Virtual History : Alternatives and Counterfactuals (Ferguson 1997), édité par l’historien britannique N. Ferguson, a ainsi fait l’objet de vives attaques en raison de la vision profondément conservatrice de l’histoire américaine et britannique dont ses essais contrefactuels se feraient l’écho. Sa lecture invite à tout le moins à ne pas abdiquer toute prudence face à ces tentatives de manipulation du cours de l’histoire.

Références

  • Aubàn et al. 2015 = Aubàn J. et al., « Modeling Initial Neolithic Dispersal. The First Agricultural Groups in West Mediterranean », Ecological Modelling, 307, 2015, p. 22–31.
  • Brochier 2008 = Brochier J.-É., « Plus c’est long, plus c’est large… mais encore ? Sur quelques caractères métriques des lames de plein débitage », dans Archéologies de Provence et d’ailleurs. Mélanges offerts à Gaëtan Congès et Gérard Sauzade, Bulletin archéologique de Provence. Supplément, 5, Éditions de l’APA, Aix-en-Provence, p. 75–86.
  • Čajanov 1976 = Čajanov A. V.  (sous le nom de Ivan Kremniov), Voyage de mon frère Alexis au pays de l’utopie paysanne. Lausanne, Éditions l’Âge d’homme, 1976.
  • Čajanov 1979 = Čajanov A. V. Viaggio di mio fratello Aleksej nel paese dell’utopia contadina. Turin, Einaudi, 1979.
  • Cros et al. 1964 = Cros R.-Ch. et al., L’automatisation des recherches documentaires. Un modèle général « Le SYNTOL », Paris, Gauthier-Villars, 1964.
  • Deluermoz, Singaravélou 2016 = Deluermoz Q. et Singaravélou P., Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus. Paris, Seuil, 2016 (coll. L’Univers historique)
  • Ferguson 1997 = Ferguson N., Virtual History: Alternatives and Counterfactuals. New York, Basic Books, 1997.
  • Fogel, Engerman 1974 = Fogel R. et Engerman S., Time on the Cross. The Economics of American Negro Slavery. Boston, Toronto, Little Brown, 1974.
  • Gardin et al. 1987 = Gardin J.-C. et al. (éd.), Systèmes experts et sciences humaines. Le cas de l’archéologie, Paris, Eyrolles, 1987.
  • Gardin 1998 = Gardin J.-C. (éd.), Prospections archéologiques en Bactriane orientale : 1974–1978. Vol. 3. Description des sites et notes de synthèse, Paris, Éditions Recherche sur les civilisations, 1998 (Mémoires de la mission archéologique française en Asie centrale, 9).
  • Gardin 2002 = Gardin J.-C., « The Logicist Analysis of Explanatory Theories in Archaeology », dans The Explanatory Power of Models. Bridging the Gap Between Empirical and Theoretical Research in the Social Sciences, sous la dir. de Franck Robert, , Boston, Kluwer Academic Publishers, 2002, p. 267–284 (Methodos Series, 1).
  • Kerblay 1964 = Kerblay B., « A. V. Čajanov. Un carrefour dans l’évolution de la pensée agraire en Russie de 1908 à 1930 », Cahiers du monde russe et soviétique, 4, 1964, p. 411-460.
  • Lagrange, Renaud 1985 = Lagrange M.-S. et Renaud. M., « Intelligent Knowledge Based Systems in Archaeology: a Computerized Simulation of Reasoning by Means of an Expert System », Computers and the Humanities, 19, 1985, p. 37–52.
  • Mendras 1979 = Mendras, H.,  Voyage au pays de l’utopie rustique. Le Paradou, Éditions Actes-Sud, 1979.
  • Thomas 2011 = Thomas Y.,  « Fictio legis. L’empire de la fiction romaine et ses limites médiévales », dans Les opérations du droit, Paris, Éd. de l’Ehess, Gallimard, Le Seuil,  p. 133–186 (Hautes études).
  • Varenne 2010 = Varenne F., « Les simulations computationnelles dans les sciences sociales », Nouvelles perspectives en sciences sociales, 5, 2, 2010, p. 17–49.

Pour citer cet article : Le Guennec, Marie-Adeline, Niccolò Mignemi et Sébastien Plutniak, « What if ? Uchronie et raisonnement contrefactuel », in Séminaire des membres de l’EFR, 09/12/2017, https://semefr.hypotheses.org/2260, hdl:10670/1.gob0b6.

  1. Niccolò Mignemi : Discussion de Deluermoz, Singaravélou 2016, « Des ptérodactyles à Piccadilly Circus : uchronies, XIXe XXIe siècle », p. 59-74, à la lumière de Čajanov 1976. []
  2. Publié pour la première fois sous forme anonyme en 1857, cet ouvrage du philosophe Charles Renouvier est réédité en 1876 et assure l’entrée du terme dans le dictionnaire. []
  3. Né en 1888 dans une famille de petits commerçants d’origine rurale, Čajanov appartient à ces élites intellectuelles réformistes engagées à la fin du XIXe siècle dans le mouvement de démocratisation de la Russie, qui ont contribué à la fin du tsarisme, pour intégrer ensuite le nouveau pouvoir soviétique dépourvu des cadres dirigeants nécessaires au fonctionnement de la machine de l’État. Voir Kerblay 1964.  []
  4. Voir l’introduction de Leonid Čertkov à l’édition italienne Čajanov 1979. []
  5. Cette dimension participe de la redécouverte du Voyage dans les années 1970, comme en témoigne le sous-titre choisi pour l’édition italienne – « la critique de la civilisation urbaine par un économiste » – ou le fait qu’en 1979, trois ans après la sortie de l’édition francophone, le sociologue Henri Mendras s’adresse au « camarade Alexis » en ouverture de son Voyage au pays de l’utopie rustique (1979), où il décrit un modèle de développement durable inspirés par des nouveaux principes tant sur le plan écologique qu’humain. []
  6. Marie-Adeline Le Guennec : Discussion de Deluermoz, Singaravélou 2016, « À l’épreuve des sciences sociales (et physiques) », p. 75–98, à la lumière de Thomas 2011. []
  7. Sébastien Plutniak []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.