Repenser la relation entre le rural et l’urbain à partir des déchets

Le discours environnementaliste prône aujourd’hui la récupération et la réutilisation des déchets comme moyen pour lutter contre les gaspillages mais ces préoccupations ne sont pourtant pas nouvelles et plusieurs initiatives récentes confirment la profondeur d’un tel questionnement du point de vue de l’histoire des campagnes1. La possibilité du remploi en agriculture des déchets urbains et industriels, par exemple, attirait déjà l’attention des scientifiques et des décideurs publics au tournant du XIXe siècle, en correspondance d’une conjoncture qui contribue à redéfinir la relation entre le rural et l’urbain.

La sociologie politique des sciences et des techniques fournit d’intéressants outils de réflexion, en vertu de l’attention spécifique qu’elle porte aux systèmes de co-production de l’ordre social et de l’ordre des savoirs. Cependant, au lieu d’approfondir les stratégies déployées par les acteurs, l’influence des groupes d’intérêt ou la place de l’expertise, notre attention se concentrera ici sur les dispositifs techniques eux-mêmes.

Août 2015 à Bure (Meuse). Les bâtiments de surface du laboratoire sous-terrain de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra).
Août 2015 à Bure (Meuse). Les bâtiments de surface du laboratoire sous-terrain de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra).

Comme l’a montré Yannick Barthe dans ses travaux sur la gestion des déchets nucléaires en France2, une telle approche met en évidence à quel point la définition des options technologiques d’un projet constitue une manière de délimiter – en amont – le champ des possibles et finit par encadrer la gamme des options ensuite accessibles aux acteurs. La réflexion sur la distinction entre solutions irréversibles et plus ou moins réversibles (stockage géologique et entreposage en surface) est ainsi l’occasion de montrer à quel point chaque dispositif technique entraîne un modèle particulier du débat et de la décision publique (décision tranchée, par étapes ou itérative).

En mettant au deuxième plan les stratégies des acteurs, l’analyse de Yannick Barthe montre tout l’intérêt d’une interrogation centrée sur les dispositifs techniques afin de saisir les débats qui sont à l’origine de ces dispositifs, la capacité de ceux-ci à orienter les évolutions successives, l’existence de solutions alternatives éventuellement abandonnées au cours du temps. Dans cette perspective, il nous a semblé intéressant de confronter la grille d’analyse construite pour les déchets nucléaires à l’étude d’un phénomène plus ancien, qui pose lui aussi la question des liens entre options technologiques et décisions des politiques publiques : à savoir la question du recyclage des déchets urbains en agriculture, dans le cadre des transformations qui se mettent en place entre la fin du XIXe siècle et les années 1920.

L’historien suédois Erland Mårald a consacré un article, paru en 2002 dans la revue Environment and History, aux débats autour du recyclage qui se développement, notamment dans la partie septentrionale de l’Europe, au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle3. Le point de départ est la figure du chimiste allemand Justus von Liebig, dont la renommée mondiale doit sans doute beaucoup aux soupes mais dont l’ouvrage La chimie organique appliquée à la physiologie végétale et à l’agriculture, paru dans la version allemande en 1840, est considéré comme un texte pionnier de l’agronomie moderne. Largement connu parmi les élites européennes qui s’intéressent au sujet, le texte est rapidement traduit dans différentes langues et fait l’objet de plusieurs rééditions.

À la base de ses réflexions, Liebig situe une vision circulaire des processus naturels où les matières premières minérales sont prises dans un système permanent d’échanges dont l’équilibre est essentiel afin d’éviter l’épuisement des ressources. Cette préoccupation est particulièrement importante chez cet auteur qui est souvent présenté comme une sorte de précurseur de l’agriculture industrielle. Cité dans les analyses de Karl Marx sur le système capitaliste d’exploitation des sols, Liebig tente par ailleurs de transporter ses théories scientifiques sur le plan de la réflexion historique. Il arrive ainsi à avancer l’idée d’un cycle de la civilisation où l’aspect du recyclage tient une place importante.

« Veduta dell antiche Sostruzioni fatte da Tarquinio Superbo » dans Vedute di Roma de Giovanni Battista Piranesi
« Veduta delle antiche sostruzioni fatte da Tarquinio Superbo » dans Vedute di Roma de Giovanni Battista Piranesi

Parmi les causes du déclin de l’empire romain, Liebig identifie, par exemple, le développement d’une « culture spoliatrice4 » où le centre – et plus particulièrement la ville de Rome – pompe les ressources des périphéries sans rien rendre en retour. La richesse s’accumule ainsi dans les villes, au prix de vouer les campagnes à l’épuisement. Dans ce cadre, la Cloaca Maxima est identifiée comme le symbole du gaspillage d’énormes quantités de matières organiques jetées dans le Tibre, alors qu’elles auraient pu trouver un meilleur emploi dans les campagnes environnantes5.

Cette thèse semble avoir fasciné même Victor Hugo qui, dans Les Misérables, se réfère à Liebig pour dire que « les cloaques de Rome ont absorbé tout le bien-être du paysan romain ». Il s’agit ici d’une synthèse assez fidèle de la pensée du chimiste allemand, comme en témoigne le passage suivant du chapitre « Excréments humains » des Lois naturelles de l’agriculture :

« À la vérité, le temps viendra où ce gaspillage révélera sa gravité à ceux qui sont assez insensés pour croire que la restitution exigée par la loi naturelle ne s’applique pas à leurs terres ; les fils devront alors expier les fautes de leurs pères6. »

En contre-exemple, Liebig évoque les modèles chinois et japonais qui – malgré des infrastructures de collecte peut-être plus primitives – arrivent à alimenter un système d’échanges capable d’approvisionner les campagnes en précieuses matières fertilisantes. Ce serait là un des facteurs de résistance de ces civilisations à travers les siècles et même dans un contexte de forte croissance démographique.

Ce dernier aspect est crucial pour comprendre le sens des arguments évoqués par Liebig. En effet, si le bien-fondé des interprétations proposées est largement remis en question par les recherches des historiens de l’Antiquité, les exemples cités auparavant méritent néanmoins une attention particulière car ils nous parlent avant tout des évolutions qui, vers la moitié du XIXe siècle, ont conduit à leur mobilisation de la part des scientifiques de l’époque. Ici, évoquer Rome ou le Japon, c’est finalement une manière détournée pour rentrer dans les débats sur les transformations plus récentes des villes européennes (Londres et Paris avant tout), dont l’explosion démographique rend de plus en plus évidente l’urgence des défis liés à l’approvisionnement alimentaire et à la gestion des déchets.

Fumure du riz en Chine avec les déjections humaines (Bruttini 1922, p. 278)
Fumure du riz en Chine avec les déjections humaines (Bruttini 1922, p. 278)

S’il considère que, grâce aux engrais, l’intensification de la production agricole permet désormais d’échapper à la contrainte malthusienne, Liebig manifeste en même temps une préoccupation constante pour l’équilibre qui doit régner dans la circulation des différentes matières minérales. Face à l’accumulation de stocks croissants de déchets produits par les dynamiques d’urbanisation, la mise en place des systèmes de recyclage devient alors un impératif urgent afin d’éviter l’épuisement des ressources sur le long terme. Dans cet horizon, le remploi des déchets des villes dans les campagnes est présenté comme une forme de restitution, au profit des espaces ruraux, de la richesse prélevée sous la forme des produits agricoles, qu’ils soient des aliments ou des matières premières destinées à la transformation.

Liebig conçoit donc le recyclage comme un moyen pour redéfinir la relation entre le rural et l’urbain et pour fonder un nouvel ordre dans le cadre d’une société en transformation rapide. Toutefois, la mise en place d’un tel projet suppose des infrastructures techniques adaptées, c’est-à-dire largement accessibles et économiquement viables, capables de garder la qualité de la matière première, sans pour autant négliger les aspects hygiéniques. Si les travaux de Yannick Barthe ont mis en lumière le poids des choix techniques dans la définition du champ des possibles, il est clair que le projet de Liebig doit compter parmi ses adversaires directs le système du tout-à-l’égout. Porté par l’irruption des microbes dans les débats sur la santé publique7, ce dispositif technique arrive à s’imposer au cours des dernières décennies du XIXe siècle. Capable d’évacuer rapidement les déchets des villes, une telle solution manifeste pourtant d’autres limites, qu’une enquête de l’Institut international d’agriculture résume de la manière suivante au début des années 1920 :

« Quant au système à l’eau et à celui du tout à l’égout, ils font perdre d’énormes quantités d’éléments fertilisants, à la valeur desquels on oppose les exigences de l’hygiène. Le système à l’eau a ordinairement pour base l’usage des cabinets à l’anglaise, où les déjections sont mélangées à des grandes quantités d’eau, ce qui ne permet pas de les recueillir dans des fosses ad hoc, car celles-ci devraient être très fréquemment vidées artificiellement. Il en résulte que l’on dirige ces eaux, avec les déjections, dans les égouts8. »

Ce dispositif est donc jugé négativement du point de vue de la réutilisation agricole, car il exige des dépenses considérables en termes d’infrastructures nécessaires au traitement des déchets et comporte d’importantes pertes de matière fertilisante en raison du processus de purification qu’il rend nécessaire en vue de la réutilisation. Sous prétexte des coûts du retraitement, des faibles rendements, des difficultés pratiques du ramassage, des frais de transport et de manipulation, le système du tout-à-l’égout arrive à s’imposer. La recherche de solutions alternatives est finalement écartée et les grandes villes préfèrent déverser leurs eaux d’égouts dans les fleuves ou dans la mer, plutôt qu’encourager le remploi. L’introduction des engrais chimiques met en même temps à disposition des agriculteurs des matières fertilisantes beaucoup plus efficaces et facilement accessibles.

L’expérience quotidienne nous renvoie aujourd’hui l’image du déchet comme d’un résidu devenu inutile et destiné à l’abandon, mais les travaux de Yannick Barthe nous ont montré à quel point cette perspective peut être véhiculée par le choix de privilégier certaines options techniques plutôt que d’autres. Alors qu’une deuxième vie avait été imaginée pour les déchets de villes, sous forme de matière fertilisante, les dispositifs techniques établis en réponse aux préoccupations sanitaires semblent avoir tranché – depuis longtemps et une fois pour toutes – la décision sur l’opportunité du remploi et de l’épandage de ces substances dans les territoires périurbains. Ce n’est finalement que dans les années plus récentes que l’idée des systèmes de recyclage – sur grande échelle et capables de relier la ville à la campagne – semble redevenir d’actualité, sous la pression concomitante des crises environnementale, énergétique et agricole.

  1. Voir, par exemple, la journée d’études L’agriculture une solution pour recycler les déchets urbains et industriels ? Perspectives historiques et comparaisons européennes XVIIIe-XXe siècle (Grande-Bretagne, Belgique, France, Italie, Pays-Bas), organisée le 10 avril 2015 à l’EHESS par Laurent Herment et Thomas Le Roux, ou le programme de la 38e journée internationale d’histoire de l’abbaye de Flaran sur Fumiers ! Ordures ! Gestion et usages des déchets dans les campagnes de l’Europe médiévale et moderne. []
  2. Voir Barthe Y., Le pouvoir d’indécision. La mise en politique des déchets nucléaires, Paris, Economica, 2006 et Id., « Les qualités politiques des technologies. Irréversibilité et réversibilité dans la gestion des déchets nucléaires », Tracés. Revue de Sciences humaines, n° 16, 2009, p. 119-137. []
  3. Voir Mårald E., « Everything Circulates : Agricultural Chemistry and Recycling Theories in the Second Half of the Nineteenth Century », Environment and History, vol. 8, n° 1, février 2002, p. 65-84. []
  4. Voir les considérations à propos des raisons du déclin des empires romains et espagnols, dans Liebig J. von, Les lois naturelles de l’agriculture, Paris, Librairie agricole de la Maison rustique, s.d., tome I, p. 123. []
  5. Les considérations de Liebig sur Rome sont reprises et discutées dans Saltini A., « Chimica agraria tra storiografia, geografia economica e ideologia politica », Rivista di storia dell’agricoltura, XLII, n° 1, juin 2002, p. 139-189. []
  6. Liebig J. von, op. cit., tome II, p. 297. []
  7. Voir, sur le cas de Paris, Jacquemet G., « Urbanisme parisien : la bataille du tout à l’égout à la fin du XIXe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, a. 26, n° 4, 1979, p. 505-548 et Barles S., « Experts contre experts : les champs d’épandage de la ville de Paris dans les années 1870 », Histoire urbaine, n° 14, 2005, p. 65-80. []
  8. Bruttini A., Ramassage et utilisation des déchets et résidus pour l’alimentation de l’homme et des animaux, pour les engrais et les industries agricoles (1914-1920). Enquêtes sur les mesures prises pour l’intensification de la production agricole, Rome, Imprimerie de l’Institut international d’agriculture, 1922, p. 277-278. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *