Archives mensuelles : février 2013

Une anthropologie de la souveraineté ? Troisième séance du séminaire

afficheséance3

 

Après l’étude de la définition « classique » de la souveraineté et après une généalogie analysant le lien entre les concepts de « majesté » et de « souveraineté », cette troisième séance du séminaire tentera de poser la question de la « souveraineté » en dehors de son strict contexte d’émergence. Dans quelle mesure peut-on appliquer le concept de « souveraineté » à des périodes et à des sociétés qui n’emploient pas – ne connaissent pas ? – le terme ? Comment traduire ce qui est de l’ordre de la « souveraineté » et ce qui relève plutôt du « pouvoir », des « mises en scènes et des rituels politiques », etc. ? Autrement dit, y a-t-il une vertu heuristique à entreprendre ce que l’on pourrait appeler une « anthropologie de la souveraineté » ? Sans revenir en détail sur les débats entre perspective ­emic et perspective ­etic, il s’agit de montrer l’intérêt potentiel et les éventuelles impasses analytiques d’une telle démarche, en prenant appui sur trois textes que nous proposerons à la discussion.

 

La séance est organisée par A. Bertrand, G. Calafat et A. Vincent.

Elle aura lieu le vendredi 8 mars 2013, à 10h, dans la salle de séminaire (Piazza Navona, 62).

 

Lectures :

– Romain Bertrand, L’Histoire à parts égales. Récits d’une rencontre Orient-Occident (XVIe-XVIIe siècle), Paris, 2011, chapitre 13, « Le constitutionnalisme en partage ? Les “splendides paroles” du Taj us-Salatin », p. 347-374.

– Pierre Clastres, La Société contre l’état, Paris, 1974, chapitre 2, « échange et pouvoir : philosophie de la chefferie indienne », p. 25-42.

Egon Flaig, « L’assemblée du peuple à Rome comme rituel de consensus. Hiérarchie politique et intensité de la volonté populaire », Actes de la recherche en sciences sociales, 2001-5, 140, p. 12‑20.

Avant la souveraineté, la majesté ? Deuxième séance du séminaire

Dans une proposition de loi du 19 novembre 2008, J.-L. Mélenchon posait une équivalence entre « crime de lèse-majesté » et « offense au chef de l’État », témoignant de la longue durée du concept de majesté, y compris en régime républicain. Cette rémanence du concept et les liens qu’il entretient avec la notion de souveraineté invite à revenir sur son histoire, depuis l’Antiquité romaine, où il se forme, jusqu’au Moyen Âge, durant lequel il se réalise pleinement sous la qualification de lèse-majesté. Tel est l’objet de cette séance : interroger le rapport (dialectique ?) majesté/souveraineté.

 

In una proposta di legge del 19 novembre 2008, J.-L. Mélenchon proponeva un’equivalenza tra « crime de lèse-majesté » e « offense au chef de l’État », a dimostrazione della permanenza del concetto di maestà, anche in una forma di governo come quella repubblicana. Questa persistenza del concetto e i suoi legami con la nozione di sovranità ci conducono a riflettere sulla sua storia, dal momento della sua formazione nell’Antichità, fino al Medioevo, periodo durante il quale, col termine di lesa maestà, giunge ad una piena concretizzazione. Tale sarà l’obiettivo di questa sessione: interrogare il rapporto (dialettico ?) maestà/sovranità.

La séance est organisée par A. Fossier et Th. Lanfranchi.

Elle aura lieu le mardi 26 février 2013, à 14h, dans la salle de séminaire, Place Navone.

Lectures :

– Yan Thomas, « L’institution de la Majesté  », dans Revue de synthèse, 112, 1991, p. 331-386.

– Jacques Chiffoleau, « Sur le crime de majesté médiéval », dans J.-P. Genet (éd.) Genèse de l’état moderne en Méditerranée, Rome : École française de Rome, Collection de l’École française de Rome, 168, 1993, p. 183-313.