Chose faite. Des théâtres antiques au droit des commons

Compte-rendu de Pierre Thévenin

Pour la troisième séance de notre séminaire (lundi 1er Février 2016), il est moins question des choses que de la manière de les administrer en droit — dans les procédures civiles du droit romain d’époque républicaine et impériale d’une part, mais aussi jusque dans le droit italien contemporain. Après deux séances consacrées d’une part aux objets de culte et d’autre part au cadavre (à la vie nue, à l’homo sacer), on propose ici une excursion dans le domaine, semble-t-il plus prosaïque, du droit civil (qui concerne les affaires de gré à gré, c’est-à-dire les relations économiques entre les particuliers). Pourtant il ne s’agit pas d’une déviation par rapport au cours des travaux du séminaire.

L’article de Yan Thomas, qui se trouve à l’initiale de cette matinée, intitulé « La valeur des choses. Le droit romain hors la religion »1, doit toute son originalité au dépassement qu’il ménage de l’opposition entre les deux régimes juridiques : celui des choses juridiquement inaliénables et celui des choses aliénables. Dépassement, ou plutôt devrait-on dire complexification. L’article a en effet pour but de montrer le rapport de solidarité essentielle qui existe en droit romain et pour la tradition juridique occidentale en général, entre la qualification des choses sacrées et religieuses, d’un côté, et celle des choses tout court, de l’autre. L’enjeu est de comprendre la place générique du religieux dans ce que Yan Thomas appelle la « construction politique de la marchandise » – dans laquelle le droit jouerait un rôle prépondérant.

Continuer la lecture de Chose faite. Des théâtres antiques au droit des commons 

  1. Yan Thomas, 2002, « La valeur des choses. Le droit romain hors la religion », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 57, n° 6, p. 1431-1462 ; traducteur italien de cet article, Michele Spanò conclut la séance par un exposé sur les mouvements contemporains de revendication des « biens communs ». Voir Yan Thomas, Il valore delle cose, a cura di Michele Spanò con un saggio di Giorgio Agamben, Macerata, Quodlibet, 2015. []
Capture d’écran 2016-05-20 à 11.42.00

Circulation des richesses et valeur des choses au Moyen Âge : autour des travaux de Laurent Feller

Deux colloques organisés en ce printemps 2016 viennent rappeler toute l’acuité de la réflexion des historiens sur les objets, tant dans leur inscription graphique en listes (3ème Workshop de l’ANR POLIMA sur les listes d’objets, 7-9 juin 2016, École française de Rome)1 que leur intérêt pour l’histoire économique  (I prezzi delle cose nell’età preindustriale, 8-11 mai 2016, 48e Settimane di Studi de Prato)2. Dans ce contexte, Laurent Feller interviendra sur le statut des objets en histoire économique du Moyen Âge lors de la journée d’étude finale du séminaire des membres de l’EFR, le 16 juin 2016.

Continuer la lecture de Circulation des richesses et valeur des choses au Moyen Âge : autour des travaux de Laurent Feller 

  1. La présentation de l’atelier est à lire à cette adresse : [URL : http://www.dypac.uvsq.fr/anr-polima-workshop-3-i-listes-d-objets-i–375640.kjsp?RH=1354723047753] []
  2. Le programme est à lire à l’adresse suivante : [URL : http://www.istitutodatini.it/temi/htm/temi48.htm] []

La seconde vie des choses

Aujourd’hui, les déchets sont au centre d’un discours environnementaliste qui prône leur récupération et leur réutilisation – le plus souvent identifiée au recyclage – comme moyen pour lutter contre les gaspillages, dans un contexte de gouvernance énergétique et écologique particulièrement tendu.

Spoerri-3(1)Si l’acte de recycler est lourd d’enjeux sociétaux et politiques, il peut, dans le même temps, devenir une source de profit par la réinjection des déchets dans les circuits économiques. Il est alors une étape fondamentale du processus voué à donner une vie nouvelle à des objets qui risqueraient sinon d’être mis à l’écart. Ces déchets, une fois collectés et transformés, circulent à l’échelle locale, nationale, voire mondiale. Toutefois, ainsi que des scandales récents ont pu nous en faire prendre conscience, ces circulations sont parfois susceptibles d’être détournées par des acteurs aux objectifs fortement éloignés des enjeux environnementalistes : le trafic illégal de déchets par les entreprises mafieuses en est un exemple paroxystique.rifiuti-ambCes multiples ambivalences nous invitent alors à nous interroger tant sur l’origine que sur la nature des déchets et, surtout, sur les pratiques et les systèmes de leur réutilisation. Nous proposons de confronter ce questionnement à nos terrains de recherches respectifs ; nous reviendrons ainsi sur différents moments de l’histoire durant lesquels la récupération des vestiges et le réemploi des rebuts ont suscité des efforts logistiques et politiques considérables, qu’elles aient pris la forme d’entreprises organisées ou d’initiatives marginales, voire illégales.

Pour éclairer nos réflexions, nous aurons le plaisir d’accueillir Nello Trocchia, journaliste indépendant, auteur de plusieurs enquêtes sur le trafic des déchets par les organisations mafieuses (parmi les plus récentes : Traffico di rifiuti, il pentito : « Abbiamo scaricato anche a Malagrotta a Roma » et l’ouvrage Roma come Napoli. Il malaffare di politica e signori della monnezza che mette in ginocchio il Lazio e la capitale, avec Manuele Bonaccorsi et Ylenia Sina).

Organisée par Michaël Gasperoni, Marie-Adeline Le Guennec, Niccolò Mignemi et Céline Torrisi, la discussion, ouverte au public, aura lieu le jeudi 28 avril, à 14h00 (attention au changement d’horaire), École Française de Rome (Piazza Navona, 62), dans la salle de séminaire (rez-de-chaussée, au fond de la cour).

 

Les textes discutés seront :

Yannick Barthe, « Les qualités politiques des technologies. Irréversibilité et réversibilité dans la gestion des déchets nucléaires », Tracés. Revue de Sciences humaines, 16 (2009), p. 119-137.

Zygmunt Bauman, Vies perdues. La modernité et ses exclus. Paris, Éditions Payot & Rivages, 2006 (1e éd. anglaise 2004).

Yuri A. Marano, « Fonti giuridiche di età romana (I secolo a.C. – VI secolo d.C.) per lo studio del reimpiego », dans Giuseppe Cuscito (a cura di), Riuso di monumenti e reimpiego di materiali antichi in età postclassica : il caso della Venetia. Trieste, Editreg, 2012 (Antichità altoadriatiche, 74), p. 63-84.

Galerie du Louvre

L’authenticité de l’objet en question : réflexions historiques, archéologiques, muséographiques et juridiques


Il est difficile d’imaginer que les sciences humaines et sociales puissent se dispenser des différents objets, que les musées conservent et exposent, pour mener à bien leurs différentes enquêtes. Mais les objets parlent-ils d’eux-mêmes ? Et si non, qui les fait parler ?

La séance interrogera à cet effet la place des objets au musée et ce que les conditions d’exposition leur font. Les musées ont-ils d’autres missions, que celles de la conservation et de l’exposition ? Quelles sont les capacités d’une institution muséale et d’une muséographie à restituer les contextes dans lesquels l’objet exposé s’inscrivait ? Est-on bien certain qu’il est possible de découvrir ce que signifie un objet dans son contexte original ?

Nous balaierons un spectre large d’objets, des œuvres d’art contemporaines aux objets archéologiques, en passant par les « musei cartacei » et le collectionnisme à l’époque moderne.

Nous aurons par ailleurs le plaisir d’accueillir Deneb Cesana, qui viendra parler de la muséographie des objets retrouvés et volés, et des enjeux juridiques qui l’entourent.

Les textes discutés sont les suivants :

Nelson Goodman, « Quand y a-t-il de l’art ? », Manières de faire des mondes, Paris, Gallimard, Folio, 1992.

Fabrizio Federici, Il trattato Delle memorie sepolcrali del cavalier Francesco Gualdi: un collezionista del Seicento e le testimonianze figurative medievali, in “Prospettiva”, 110-111, Aprile-Luglio 2003, pp. 149-159

Stefano da Caro, « Della bellezza alla storia », [en ligne], [URL : http://www.archeologia.beniculturali.it/getFile.php?id=156]

La séance est coordonnée par Haude Morvan et Mathilde Carrive

Lundi 11 avril 2016, 9h30

Piazza Navona 62 (salle de séminaire, rez-de-chaussée)

Florent Coste

Membre post-doctorant de l'Ecole française de Rome Section Moyen Âge https://efrome.academia.edu/FlorentCoste

More Posts - Website

MEffre MArchand 23

La fragilité des choses à l’ère du néo-libéralisme planétaire – note de lecture

À propos de William E. Connolly, The Fragility of Things: Self-organizing Processes, Neoliberal Fantasies, and Democratic Activism, Duke University Press, 2013, 256 pp.

fragility

Les choses ont-elles besoin d’un parlement pour être défendues ?

L’intérêt que les sciences humaines pourraient cultiver pour les choses ne va pas de soi – ce séminaire l’éprouve et le discute, à chacune de ses séances. S’inscrire dans une telle perspective suppose de chercher à contrarier les grands partages qui ont contribué à faire de l’humain le seul et exclusif champ de leurs enquêtes1. C’est notamment à Bruno Latour qu’est revenu le mérite d’avoir montré qu’il était simpliste de se fier à une division du travail, qui affectait les sciences dures à la représentation conceptuelle des objets, tandis qu’elle assignait les sciences humaines à la représentation conceptuelle des sujets. Et plus encore, au-delà de ces dualismes disciplinaires par trop rigides, qu’il serait particulièrement préjudiciable de ne pas brouiller l’autre partage entre représentation scientifique d’une part et représentation politique d’autre part – comme si n’importe quelle entreprise de description pouvait être débranchée du contexte d’actions auquel elle prend part2.

Continuer la lecture de La fragilité des choses à l’ère du néo-libéralisme planétaire – note de lecture 

  1. Michel Foucault, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, Tel, 1966. []
  2. Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La découverte, 1991 ; Id., La science en action, Paris, La découverte, 1989.  []

Florent Coste

Membre post-doctorant de l'Ecole française de Rome Section Moyen Âge https://efrome.academia.edu/FlorentCoste

More Posts - Website

wild_mood_swings

Autour du cadavre exposé : problèmes éthiques, juridiques et politiques

Séance et compte-rendu par Reine-Marie Bérard

L’histoire de l’exposition de restes humains en contexte « muséal », c’est-à-dire dans un esprit de collection revendiquant une dimension scientifique, est aussi vieille que le concept de Musée lui-même. Au milieu des animaux rares et autres hybrides des premiers cabinets de curiosité de la Renaissance figurent en effet de nombreuses momies, entières ou fragmentées, témoins de l’égyptomanie de l’époque. Les progrès de la médecine en outre à la formation des premières grandes collections anatomiques qui rassemblent moulages et bocaux de formol aux contenus les plus variés. Les collections ethnographiques qui fleurissent à l’époque de la colonisation, les collections anthropologiques des grandes heures de la phrénologie et les musées archéologiques sont venus compléter par la suite ce panel de lieux où sont encore exposés aujourd’hui des corps ou des fragments de corps humains.

Continuer la lecture de Autour du cadavre exposé : problèmes éthiques, juridiques et politiques 

Florent Coste

Membre post-doctorant de l'Ecole française de Rome Section Moyen Âge https://efrome.academia.edu/FlorentCoste

More Posts - Website

gibbet_1706

Déchet ou trophée, le corps misérable

Séance et compte-rendu de Marie-Claire Ferries

Après s’être concentré sur ces objets sacralisés et fascinants, que sont les reliques, on s’intéresse, en cette séance du séminaire (18 janvier 2016), à des objets de répulsion : les dépouilles humaines privées de sépulture. Le mouvement est ici inversé : au lieu de considérer des choses pouvant s’animer, ce qui est ici devenu chose appartenait, juste avant le décès, au registre des humains1. De fait, le cadavre constitue, d’un point de vue juridique, comme l’embryon et le fœtus, un paradoxe ; il s’agit de corps humains, donc de personnes à nos yeux, mais ils ne sont pas considérés ainsi par le droit, puisque les deux premiers n’ont pas encore vécu, et le dernier a cessé de le faire. La dépouille mortelle pose des problèmes de gestion, d’exercice de la tutelle ou de la volonté, d’usages dérivés, avec une acuité grandissante. Elle est, en effet, soumise à des injonctions contradictoires : une demande accrue de dignité individuelle, une sensibilité aux droits des minorités souvent spoliées de leurs cadavres ou de leurs sépultures, mais aussi de nouvelles techniques de conservation des corps comme la plastination et l’héritage de pratiques multiséculaires d’exposition. Notre réflexion s’est articulée sur deux thèmes, la réflexion historique sur la réification du cadavre et les problèmes que posent, à l’heure actuelle, l’exposition, l’étude et la gestion des restes humains conservés en dehors du domaine funéraire2

Continuer la lecture de Déchet ou trophée, le corps misérable 

  1. Nous étendons ici la définition du cadavre (médicalement un corps privé de vie, avant le début de la putréfaction) pour évoquer plus largement le cas des restes humains (corps en décomposition, momies, ossements, écorchés etc.). À l’inverse, nous avons exclu le cas du cadavre d’anatomie dont l’histoire et le statut juridique constituent un large chapitre. []
  2. Voir, à propos de la deuxième partie de cette séance de séminaire, le compte-rendu de Reine-Marie Bérard, « Autour du cadavre exposé : problèmes éthiques, juridiques et politiques », Séminaire des membres de l’École française de Rome. Lectures en sciences sociales, [en ligne], [URL : http://semefr.hypotheses.org/1687]. []

Florent Coste

Membre post-doctorant de l'Ecole française de Rome Section Moyen Âge https://efrome.academia.edu/FlorentCoste

More Posts - Website

Le parti pris des choses (3) : « Chose faite. Du théâtre antique au droit des commons. »

 

Pour que les choses aient une valeur, encore faut-il qu’elles soient des choses. Or ni en philosophie ni en droit, cette qualité ne va de soi. Dans sa conférence « La chose » de 1950, Heidegger craignait ainsi que le monde moderne ne soit jamais peuplé que d’objets. La langue des sciences expérimentales aurait condamné les choses proprement dites à s’absenter du monde de l’expérience vécue, donnant à la « choséïté de la chose » (das Dingliche am Ding) la forme négative d’une « non-appararition » (eines Nichterscheinens). À l’inverse le droit, lui, connaît certainement des choses. Il attache même au petit mot de res une signification cardinale, qui a conduit à appuyer la construction d’un « système du droit » sur la partition dogmatique des personnes, des actions et des choses. Cette signification, toutefois, s’écarte nettement du sens courant. C’est pourquoi les juristes qualifient de « chose incorporelle » (res incorporalis) un droit de propriété ou prêtent des des droits à une chose, comme lorsqu’une servitude prédiale, établie à la charge d’un fonds servant, constitue la qualité d’un fonds dominant.

En étudiant la « constitution juridique des choses » en droit romain, Yan Thomas en somme prenait acte de la mise en garde heideggerienne, adjurant de ne pas accorder trop vite à un être ou une entité la qualité d’une « chose ». L’étude des procédures civiles romaines lui permettait précisément de jeter un éclairage pragmatique sur l’aménagement institutionnel de cet écart entre l’entité quelconque et la res. En montrant qu’une chose était avant tout, à Rome, ce que les procédures du ius civile permettaient d’« évaluer comme bien », il n’incitait pas seulement à renverser les habitudes dogmatiques les mieux établies dans les milieux juridiques — familiers de la distinction scolaire des choses dans le commerce et hors commerce (in commercio / extra commercium) — il faisait l’archéologie juridique des processus d’établissement de la valeur, dont Léon Walras comme Marx avaient fait un caractère propre des objets marchands, la faisant dépendre tour à tour de leur utilité marginale ou de la quantité de travail investie dans leur production.

Cette séance du séminaire Le Parti-pris des choses s’efforcera de tirer quelques fils de cette analyse. Une première intervention de Pierre Thévenin présentera l’originalité de la dialectique de la profanation proposée par Yan Thomas, en la resituant dans une double perspective : le projet d’un dégonflage pragmatique des grandes catégories formelles du droit et l’engagement d’un dialogue avec l’anthropologie du don de Maurice Godelier, qui avait critiqué la tendance à faire de l’échange un « phénomène primitif » de la vie sociale.

Eloïse Letellier-Taillefer s’interrogera quant à elle sur la notion de res nullius in bonis. À travers le cas des édifices de spectacles, il s’agira d’apprécier les enjeux matériels de cette définition juridique des lieux publics. Comment les cités antiques conciliaient-elles le caractère public et extrapatrimonial des théâtres et les questions économiques de leur construction, de leur fonctionnement et de leur entretien ? Comment se traduisait concrètement, dans l’Antiquité, l’accessibilité à tous qui définissait le caractère public de ces bâtiments ?

Traducteur italien de « La valeur des choses », notre invité Michele Spanò présentera enfin une réflexion sur « l’institution du commun », qui fera voir l’écho que la réflexion de Yan Thomas sur l’indisponibilité peut rencontrer chez les actuels défenseurs des biens communs. Au prisme de l’implication des juristes dans les mouvements sociaux, il s’agira d’interroger la perspective de nouveaux emboîtements du droit et de la politique, déterminant quelques modalités « globales » de résistance à la marchandisation.

Organisée par Pierre Thévenin et Eloise Letellier-Taillefer, la discussion, ouverte au public, aura lieu le lundi 1er février, à 9h30, École Française de Rome (Piazza Navona, 62), dans la salle de séminaire (rez-de-chaussée, au fond de la cour).

Le texte discuté sera :

Yan Thomas, « La valeur des choses. Le droit romain hors la religion », Annales HSS, 2002, 57, 6 p. 1431-1462.

Bibliographie complémentaire

J. Dubouloz, « Territoire et patrimoine urbains des cités romaines d’Occident (ier siècle av. J.-C. – iiie siècle ap. J.-C.). Essai de configuration juridique », dans Mélanges de l’École française de Rome – Antiquité, 115, 2, 2003, p. 921-957.

A. Orléan, L’empire de la valeur. Refonder l’économie, Paris, Seuil, 2011.

M. Godelier, L’énigme du don, Paris, Fayard, 1996.

M. Heidegger, « Das Ding », in Vorträge und Aufsätze (1936-1953), Francfort sur le Main, Klostermann, 2000 [1950].

Y. Thomas, Il valore delle cose, a cura di Michele Spanò con un saggio di Giorgio Agamben, Macerata, Quodlibet, 2015.

Florent Coste

Membre post-doctorant de l'Ecole française de Rome Section Moyen Âge https://efrome.academia.edu/FlorentCoste

More Posts - Website

nkisi nkondi

Comment loger un esprit dans une chose ? – séminaire du 14 décembre 2015

Les choses sacrées, matière à problème

Nous regardons rarement les reliques avec le fétichisme dont elles ont pourtant pu faire l’objet dans les circonstances historiques de leurs usages. La plupart du temps, elles sont plutôt de la part des scientifiques le prétexte à une surenchère de récits folkloriques, qui suscitent au mieux la curiosité amusée. Non sans condescendance, nous toisons les reliques du haut de notre modernité qui a si bien purifié les êtres et les choses. Sous l’effet de certaines théologies implicites, qui structurent souterrainement les descriptions de l’historien ou de l’anthropologue des religions, il est de la sorte possible qu’ils considèrent les reliques avec le même aplomb que celui dont faisaient preuve les missionnaires chrétiens face aux fétiches africains de ceux qu’ils cherchaient à évangéliser.

Les reliques constituent pourtant des objets paradoxaux à plus d’un égard, qui débordent nos partages et déjouent nos cadres ontologiques : objet et sujet ; matérialité et intentionnalité ; chose immanente (suscitant le fétichisme) et signe renvoyant à un au-delà qui la transcende ; mortes (biologiquement), mais vivantes (socialement) ; matière informe, négligeable, résiduelle, et faisant pourtant l’objet de la plus grande révérence ; fragments au bord de l’invisible mais pris dans des dispositifs rutilants de monstration et de visibilité. Ces objets hybrides méritent qu’on ne refoule pas leur matérialité au profit de leur fonctionnement sémiotique. Il a semblé opportun, pour jeter un regard sur l’objet même de la relique, de faire un détour par un objet religieux non chrétien : le boli. Continuer la lecture de Comment loger un esprit dans une chose ? – séminaire du 14 décembre 2015 

Florent Coste

Membre post-doctorant de l'Ecole française de Rome Section Moyen Âge https://efrome.academia.edu/FlorentCoste

More Posts - Website

Voir les reliques avec Jean Bazin – séminaire du 14 décembre 2015

Héritière du catholicisme, l’ontologie occidentale conçoit la chose sacrée en tant que médium vers une puissance immatérielle. C’est ainsi que, dans le sillage des clercs missionnaires des siècles passés, les ethnologues ont longtemps décrit les boli du pays bambara comme les instruments d’un sacrifice à un dieu païen invisible, d’un pacte qui échange un don de matière contre une rétribution. Dans un article intitulé « Retour aux choses-dieux », l’anthropologue Jean Bazin a démonté cette interprétation d’une plume alerte : l’aspersion rituelle façonne le dieu, en renforce sa puissance, par l’accumulation des matériaux. L’objet présent pendant le rite est le dieu lui-même1.

Boli titreLe boli n’étant pas une relique, les raisonnements de Jean Bazin ne s’appliquent pas directement aux objets sacrés catholiques. Pourtant, l’analyse des « choses-dieux » emprunte un cheminement très inspirant pour l’étude historique des reliques. L’ethnologue décrit des pratiques d’exposition et de transformation d’objets, qui contribuent à façonner le sacré. Ses observations de terrain commandent un faisceau d’analyses sur la nature de ces objets : leur singularité matérielle, leur inscription dans des lignages de choses, leur pouvoir localisé etc.

Associant l’acuité du regard et l’analyse de pratiques religieuses, les choses et les hommes, les observations de Jean Bazin promeuvent un exercice très peu pratiqué par les historiens : la description.

Continuer la lecture de Voir les reliques avec Jean Bazin – séminaire du 14 décembre 2015 

  1. Jean Bazin, « Retour aux choses-dieux », dans Des clous dans la Joconde : l’anthropologie autrement, Toulouse, Anacharsis, 2008, p. 493-520. Comme le souligne Bazin, l’assimilation du boli à une relique ou à un autel procède d’une bonne intention supposée : sauver les Bambara du « péché de fétichisme ». L’ouverture d’esprit supposée de l’ethnographe n’est rien d’autre qu’un préjugé catholique ! J. Bazin, « Retour aux choses-dieux », art. cit., p. 501. []

Marie Lezowski

Membre post-doctorante de l'École française de Rome - Chercheuse associée au Centre Roland-Mousnier et au CéSor-EHESS

More Posts

Le parti pris des choses (2) : « Le cadavre comme objet ? Analyses historiques et dilemmes muséologiques »

Dans la continuité des réflexions déjà proposées sur les reliques dans la séance inaugurale, la seconde séance du séminaire des membres sera consacrée à l’étude du cadavre et de la considération qui lui est accordée dans différents contextes chrono-culturels. Confrontant l’homme à ses propres limites et à l’indépassable inconnu de la mort, le cadavre interpelle et dérange, suscitant une infinité de réactions qui illustrent l’ambiguïté fondamentale de son statut, suspendu entre humain et rebut, entre sujet et objet.

Cadavre

La première partie de la séance sera consacrée à une analyse de différents cas historiques dans lesquels le cadavre — en particulier la dépouille de l’ennemi— est traité comme un objet dans différents contextes antiques et contemporains…. La réification regroupe plusieurs types de situation : le mort abandonné sans sépulture, qui devient alors un déchet encombrant qu’il faut évacuer, la charogne laissée en exposition pour donner à tous le spectacle de sa décomposition graduelle, enfin les divers cas de démembrement in vivo ou post mortem et la réutilisation, totale ou partielle, humains, comme matière première d’objets non sacralisés. La pluralité des modes de réification reflète l’extrême diversité des intentions et des contextes qui président au refus de traiter humainement un mort en lui refusant une nouvelle place dans la société, celle de défunt. On a tendance à circonscrire ce phénomène d’exclusion à des paroxysmes : à l’intérieur d’une société ce serait la volonté de punition exemplaire d’une justice impuissante à réguler les déviances ou la volonté d’éradication d’un camp par l’autre dans des guerres civiles ; entre deux sociétés contemporaines, on assimile cela à des actes de barbarie entre ennemis dans une guerre qui se veut totale. Mais ce serait oublier qu’il est d’autres morts sans repos, ceux qui peuplent les collections de restes humains des musées et d’autres institutions.
Dans un second temps seront ainsi envisagées les pratiques scientifiques et muséales impliquant l’exhibition de corps ou de fragments de corps humains.

tumblr_lt4rmi4Tdz1qz7lxdo1_500

En effet, si la manipulation de cadavres ou de restes humains à des fins médicales ou scientifiques est aujourd’hui relativement bien acceptée, l’exposition de ces mêmes restes demeure en revanche beaucoup plus contestée. Suscitant des réactions complexes de fascination et de dégoût conjugués, le cadavre exposé bascule du côté de l’objet sans jamais tout à fait quitter le monde des personnes. Depuis les premières collections anatomiques de la Renaissance jusqu’à la très controversée exposition « Our Body » en 2009, depuis les momies des cabinets de curiosité jusqu’aux récents « musées des désastres », en passant par les catacombes de Palerme et la crypte des Capucins à Rome, nous proposerons une analyse croisée des questionnements suscités par les collections médicales, archéologiques et ethnologiques. L’étude des différents types de réaction et surtout d’oppositions que ces collections ont suscité au fil des siècles nous amènera à réfléchir sur l’évolution du rapport à la Mort et au corps humain, vivant ou mort, dans nos sociétés contemporaines, dans ses dimensions éthique, politique et juridique.

Organisée par Reine-Marie Bérard et Marie-Claire Ferries, la discussion, ouverte au public, aura lieu le lundi 18 janvier , à 9h30, École Française de Rome (Piazza Navona, 62), dans la salle de séminaire (rez-de-chaussée, au fond de la cour).

Les lectures suggérées sont les suivantes :

Philippe Raimbault, « Le corps humain après la mort. Quand les juristes jouent au « cadavre exquis »…. », Droit et société 3, n° 61, 2005, p. 817-844, [en ligne], [URL : www.cairn.info/revue-droit-et-societe-2005-3-page-817.htm].

Laurent Berger, « Des restes humains trop humains ? », La vie des idées, 26 septembre 2008, [en ligne], [URL: http://www.laviedesidees.fr/Des-restes-humains-trop-humains.html]

Frédéric Rousseau, La guerre censurée. Une histoire des combattants européens de 14-18, Paris, Seuil, 2014.

Florent Coste

Membre post-doctorant de l'Ecole française de Rome Section Moyen Âge https://efrome.academia.edu/FlorentCoste

More Posts - Website

Le parti pris des choses (1) : « « Objets inanimés, avez-vous donc une âme ? » – Histoire et sciences sociales face aux reliques »

 

Les études historiques sur les reliques se multiplient depuis quelques années, suivant le cheminement pluriséculaire des corps saints, des origines du christianisme au temps présent. S’accompagnant de vastes enquêtes dans les archives, elles ont permis d’exhumer un nombre de sources que l’on ne soupçonnait pas il y a peu. À rebours d’une approche excessivement centrée sur l’écrit, qui tend à réduire les reliques au rang de médiations sémiotiques et à occulter les dimensions concrètes de leur poids social, ces objets sacrés ont été investis par les questions de l’histoire matérielle, sous la forme d’enquêtes situées.

Ce champ de recherches d’une très grande vitalité, qui partage un effort commun d’historicisation de l’objet sacré, est pourtant loin d’être unifié et explore un grand nombre de pistes : politiques, anthropologiques, sociales et économiques. Le risque actuel est sans doute moins l’embarras face à la matérialité de la relique que la facilité du micro-récit.

img-8-small480

Thomas Harriot, A brief & true report of the new found land of Virginia, Francfort, Theodore de Bry, 1590, pl.XXII « The tombe of their Werowans of Cheiff lordes »1.

Quelles perspectives les sciences sociales offrent-elles aux historiens, dans leurs efforts pour restituer l’âme d’objets le plus souvent disparus, avec leur contexte d’exposition ? Quels outils proposent-elles pour éclairer le statut paradoxal des reliques (à la fois inertes et vivantes, objets et sujets), et pour dépasser l’étiquette réductrice du « fétichisme », attachée aux individus qui organisent autour des objets un ensemble de pratiques rituelles et sociales ?

La séance inaugurale du séminaire de lecture 2015-2016 proposera d’associer la lecture de textes classiques d’anthropologues et de travaux récents d’historiens, afin de valoriser notamment les apports de l’anthropologie visuelle (autour du concept d’agency) et de la comparaison entre reliques et cultes ossuaires non chrétiens.

Organisée par Florent Coste et Marie Lezowski, la discussion, ouverte au public, aura lieu le lundi 14 décembre, à 9h30, École Française de Rome (Piazza Navona, 62), dans la salle de séminaire (rez-de-chaussée, au fond de la cour).

Les textes discutés seront :

Jean Bazin, 2008 (1986), « Retour aux choses-dieux », Des Clous dans la Joconde, Toulouse, Anacharsis, p. 493-520.

Charlotte de Castelnau-L’Estoile, 2009, « Le partage des reliques. Tupinamba et jésuites face aux os d’un missionnaire chaman (Brésil, début du XVIIe siècle) », dans Philippe Boutry, Pierre Antoine Fabre et Dominique Julia (dir.), Reliques modernes, Paris, EHESS, vol. II, p. 751-775.

Alfred Gell, 2009 (1998), L’art et ses agents. Une théorie anthropologique, Dijon, Les presses du réel, Fabula.

Katie Harris, « Gift, Sale, and Theft : Juan de Ribera and the Sacred Economy of Relics in the Early Modern Mediterranean », Journal of Early Modern History, 18, 2014, p. 193-226.

1. Source de l’image: Patricia Falguières, « Les inventeurs des choses. Enquêtes sur les arts et naissance d’une science de l’homme dans les cabinets du XVIe siècle. », in Histoire de l’art et anthropologie, Paris, coédition INHA / musée du quai Branly (« Les actes »), 2009, [En ligne], mis en ligne le 28 juillet 2009, Consulté le 06 décembre 2015. URL : http://actesbranly.revues.org/94

Florent Coste

Membre post-doctorant de l'Ecole française de Rome Section Moyen Âge https://efrome.academia.edu/FlorentCoste

More Posts - Website

Le parti pris des choses – Programme du séminaire 2015-2016

Les lundis matins de l’EFR
Ecole française de Rome – Salle de séminaire
ROMA Piazza Navona, 62
Les lundis, à partir de 9h30
Verre

Lundi 14 DÉCEMBRE

Séance 1 : « Objets inanimés, avez-vous donc une âme ? » Histoire et sciences sociales face aux reliques médiévales et modernes

Organisation : Marie Lezowski et Florent Coste

Lundi 18 JANVIER

Séance 2 : Du cadavre comme objet

Organisation : Marie-Claire Ferries et Reine-Marie Bérard

Lundi 1er FÉVRIER

Séance 3 : La valeur des choses : entre biens communs et lieux publics

Organisation : Éloïse Letellier-Taillefer et Pierre Thévenin 

Lundi 7 MARS

Séance 4 : La seconde vie des choses.

Organisation : Niccolo Mignemi et Marie-Adeline Le Guennec; Michaël Gasperoni et Céline Torrisi

Lundi 11 AVRIL

Séance 5 : L’authenticité de l’objet archéologique en question : réflexions historiques, muséographiques et juridiques.

Organisation : Mathilde Carrive et Haude Morvan

Jeudi 16 JUIN

Journée d’études finale « Le parti pris des choses »

Organisation : Marie Lezowski et Florent Coste

 

 

Florent Coste

Membre post-doctorant de l'Ecole française de Rome Section Moyen Âge https://efrome.academia.edu/FlorentCoste

More Posts - Website

Le parti pris des choses – Quelques mots sur beaucoup de choses

 

Les objets pourraient-ils constituer à proprement parler un objet des sciences humaines ? À une telle question, la réponse paraît de prime abord assez simple. Au motif qu’elles seraient banales, brutes et muettes, tout nous pousse à nous détourner des choses. Les sciences sociales, déjà bien occupées par les affaires humaines, devraient laisser aux sciences de la description et de l’observation le vaste domaine du non-humain (de l’inerte, du matériel, de l’inanimé, de l’animal aussi). Tout au plus les choses se réduisent-elles pour le chercheur en sciences sociales au statut de simple moyen de son enquête – une source, une preuve, un indice, une pièce à conviction, qui donnent sur autre chose que les choses mêmes.

Faute de parler, les choses semblent donc attendre passivement qu’on les fasse parler. C’est ainsi que l’objet fonctionnel se dissout dans son usage, que la culture matérielle ouvre sur toute une vie quotidienne qui la dépasse, que la chose symbolique s’efface au profit de ce qu’elle signifie, que la marchandise disparaît derrière sa consommation économique, ou que le bien donné finit par se diluer dans le fait social total du don. Loin d’être tangibles et palpables, les choses deviennent alors étrangement accessoires, légères et presque transparentes. Sans doute, à attacher trop d’importance aux choses, les sciences sociales seraient-elles facilement soupçonnées de fétichisme ou d’animisme – une forme épistémologique de l’idolâtrie, qui l’éloignerait des formes d’objectivité auxquelles elles semblent consubstantiellement tenues.

Ce déni des objets pose pourtant question, car il repose sur des dualismes qui, loin d’être invariants, ne sont en réalité que l’apanage de nos sciences (occidentales, modernes, naturalistes) : matière / esprit ; corps / âme ; nature / société ; sujet /objet. Travailler à nous défaire de ces partages profonds n’est pas une mince affaire. Si l’historien a bien compris, depuis l’histoire de la culture matérielle, la Alltagsgeschichte ou « l’histoire des choses banales » (pour reprendre l’expression de Daniel Roche), qu’il ne se salira pas les mains à plonger dans l’ordinaire et le quotidien, pour autant on aurait tort de les cantonner à la simple matérialité et aux fonctionnalités auxquelles un strict instrumentalisme voudrait les assigner. Au contraire, bien résistantes, elles se prêtent à des usages, des remplois, des détournements qui doivent composer avec les prises qu’elles proposent, aussi bien qu’avec l’agency qu’elles imposent.

Exciting thing

A qui voudrait bien y être attentif, s’ouvre alors un large spectre de questions stimulantes. Si les choses se mêlent de nos affaires (entangled objects, disait Nicholas Thomas), comment les choses participent-elles exactement à nos actions ? À l’instar de ces machines qui brouillent la frontière de l’inerte et du vivant, les choses peuvent-elles s’imposer comme des actants à part entière de la vie sociale ? Ou comme ces reliques dont les récits hagiographiques évoquent la résistance et la volonté, peut-on dire que les choses ont en propre une force et une intentionnalité ? Peut-on sérieusement s’attacher à elles et construire des liens sociaux non pas autour, mais avec elles ? Et si les choses sont en vie, peut-on en écrire la biographie ?

Cette année, le séminaire de lectures en sciences sociales de l’EFR se concentre ainsi autour de ce « parti pris des choses » et des conséquences épistémologiques soulevées par ces questions. Ce sera l’occasion de faire se croiser les préoccupations de l’histoire économique, de l’histoire de l’art, de l’archéologie, de l’histoire du droit, de la sociologie des techniques, de l’anthropologie, autour de questions aussi diverses que les reliques, le cadavre, les biens communs, l’authenticité des objets ou leur remploi.

Le séminaire s’articulera en cinq séances préparatoires, durant lesquelles les membres de l’Ecole française de Rome feront dialoguer leurs spécialités (archéologie, histoire, histoire de l’art, philologie, philosophie et droit) autour de problématiques communes à leurs recherches, en les éclairant par leurs lectures en sciences sociales. Le programme est à venir tout prochainement.

Le séminaire se conclura le 16 juin 2016 par une journée d’études finale, où seront invités à se rencontrer des spécialistes internationaux de ces questions.

 

Bibliographie sommaire :

Madeleine Akrich, 2010 (1987), « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques et culture, [en ligne], n°54-55 (Culture matérielle), [URL : http://tc.revues.org/4999]

Arjun Appadurai (dir.), 1986, The social life of things. Commodities in cultural perspectives, Cambridge University Press.

Jean Bazin, 2008 (1986), « Retour aux choses-dieux », Des Clous dans la Joconde, Toulouse, Anacharsis, p. 493-520.

Thierry Bonnot, 2014, L’attachement aux choses, Paris, CNRS.

Emanuele Coccia, 2012, Le bien dans les choses, trad. Martin Rueff, Paris, Rivages.

Bernard Conein, Nicolas Dodier, Laurent Thévenot (dir.), 1993, Les objets dans l’action. De la maison au laboratoire, Raisons Pratiques 4, Paris, Editions de l’EHESS.

François Dagognet, 1989, Éloge de l’objet, pour une philosophie de la marchandise, Paris, Vrin, 1989.

François Dagognet, 1997, Des détritus, des déchets, de l’abject : une philosophie écologique, Les Empêcheurs de penser en rond.

Lorraine Daston, 2004, Things that talk. Object lessons from art and science, The MIT Press.

Lorraine Daston et Peter Gallison, 2012, Objectivité, Dijon – Bruxelles, Presses du réel.

Patricia Falguières, 2012, « La société des objets », préface à Julius von Schlosser, Les Cabinets d’art et de merveilles de la renaissance tardive, Paris, Macula, 2012, p. 7 -54.

Martin Heidegger, 1988, Qu’est-ce qu’une chose ?, trad. Jean Reboul et Jacques Taminiaux, Paris, Gallimard, Tel.

Sophie Houdart, 2015, Les incommensurables, Bruxelles, Zones sensibles.

Sophie Houdart et Olivier Thiery (éd.), Humains non-humains. Comment repeupler les sciences sociales ?, Paris, La découverte, 2011.

Bruno Latour, 2009, Sur le culte moderne des dieux faitiches, suivi de Iconoclash, Paris, La découverte / Les empêcheurs de tourner en rond.

Bruno Latour, 2012, Enquête sur les modes d’existence. Une anthropologie des modernes, Paris, La découverte.

Nicholas Thomas, 1991, Entangled objects. Exchange, material culture and colonialism in the Pacific, Londres – Cambridge, Harvard University Press.

Yan Thomas, 2002, « La valeur des choses. Le droit romain hors la religion », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 57, n° 6, p. 1431-1462.

John Tresch, 2015, « Choses cosmiques et cosmogrammes de la technique », Sophie Houdart (dir.), Cosmos, Gradhiva. Revue d’anthropologie et d’histoire des arts, 22, p. 24-47.

Florent Coste

Membre post-doctorant de l'Ecole française de Rome Section Moyen Âge https://efrome.academia.edu/FlorentCoste

More Posts - Website

Journée d’étude finale du séminaire : Le laboratoire de Gramsci

Affiche Gramsci_FR Le séminaire de lectures en sciences sociales des membres de l’École française de Rome s’est intéressé, en 2014-2015, à l’histoire et à la production scientifique d’une figure majeure de la culture italienne du XXe siècle : Antonio Gramsci. Après trois séances préparatoires autour de l’œuvre de cet auteur, la journée d’étude qui clôt le séminaire aura lieu le vendredi 3 juillet 2015, salle des conférences, École française de Rome (Piazza Navona, 62). Cette journée, ouverte au public, est organisée en collaboration avec la Fondazione Istituto Gramsci et l’International Gramsci Society – Italia.

 

10h30-13h00. Session 1 : La construction de l’œuvre de Gramsci

Accueil et introduction.

Francesco Giasi (Fondazione Istituto Gramsci), L’edizione nazionale e i nuovi studi su Gramsci in Italia.

Giancarlo Schirru (Università degli Studi di Cassino), L’egemonia di Gramsci tra la sfera politica e quella simbolica.

 

14h30-17h00. Session 2 : Subalternité et subalternes

Guido Liguori (Università della Calabria), Il concetto di subalterno nel pensiero di Antonio Gramsci.

Fabio Frosini (Università degli Studi di Urbino), I subalterni e la religione.

Riccardo Ciavolella (CNRS-EHESS), Tradurre dai margini. Riflessioni su subalternità e iniziativa politica a partire da un’antropologia della questione pastorale.