Journée d’étude des doctorants EFR – Raisonner la comparaison

Raisonner la comparaison : terrains d’enquête, méthodes et objets d’étude

Mercredi 28 février 2018

Place Navone, 62 – Salle de Séminaire

Dans quelle mesure la « comparaison » en tant que méthode prend place dans nos recherches ? Malgré la diversité de nos domaines d’études, la démarche comparative est omniprésente dans tous nos travaux de thèse, à la fois comme méthode explicite de construction de nos objets et comme raisonnement implicite.

Tout en rendant compte de la variété de nos recherches, nous souhaiterions mettre à l’épreuve les apports de la comparaison dans la production de la connaissance scientifique en sciences sociales. En insistant sur la production de matériaux empiriques et sur les cadres théoriques nous permettant de monter en généralité, notre objectif est enfin d’interroger la capacité de la comparaison à mettre en cause la posture (ethnocentrique ?) du chercheur.

 Programme

  • 10h–11h15 : Gaëlle Troadec et Virginia Santilli

Comparer des terrains à l’international (France–Italie) pour mettre en lumière des structures socio-économiques singulières de marché ? Les cas de la petite pêche et du parc locatif social.

  • 11h30–12h45: Serena Galasso et Blanche Lacoste

Deux disciplines au prisme du « genre » : objets, méthodes, enjeux. De l’étude de la gestion domestique aux xvexvie siècles à l’analyse de la liturgie contemporaine.

  • 14h–15h15 : Anton Divić  et Alba Ferreira Domíngez

Comparaison de l’objet : comparaison entre les différents sites et entre les épaves en archéologie sous-marine.

« Comparer, comparaison, comparatisme » : présentation

Vous pouvez retrouver le texte de présentation du séminaire 2017-2018 au format PDF ici.

La comparaison est une opération fondamentale du raisonnement scientifique. Son statut dans l’épistémologie des sciences humaines et sociales a fait l’objet de nombreux questionnements, depuis ceux de Émile Durkheim jusqu’à ceux Jean-Claude Passeron, en passant par les propositions de Louis Dumont ou de Vincent Descombes[1]. Des travaux récents et des mises au point méthodologiques ces ont, dernières années, abordé la comparaison à la fois comme méthode et comme objet[2]. Cependant, si des opérations de comparaison sont effectuées dans toutes les sciences, le statut et l’importance qui leur sont attribuées varient selon les disciplines. Les fonctions épistémologiques qui leur sont assignées, la manière et les instruments avec lesquels elles sont effectuées (métriques, échelles, relations sémantiques) varient largement selon qu’il s’agisse du droit comparé ou de la littérature comparée, de l’histoire ou de l’anthropologie. Pour son édition 2017–2018, le séminaire des membres de l’École française de Rome explorera ces questions à travers des propositions issues des différentes sciences humaines et sociales. Continuer la lecture de « Comparer, comparaison, comparatisme » : présentation 

Séminaire 2017–2018

« Comparer, comparaison, comparatisme » : séminaire de lecture en sciences sociales de
l’École française de Rome 2017–2018

Coordination : Sébastien Plutniak et Catherine Kikuchi.

Le séminaire de cette année sera consacré à la comparaison. Au cours des six séances nous l’aborderons à la fois en tant que méthode du raisonnement en sciences sociales et en tant qu’objet pouvant être étudié par ces sciences. La séance de mi parcours (avril) et la séance finale (juillet) nous donnerons l’occasion d’entendre les réflexions de chercheurs invités. Cette année, le séminaire des membres compte également une séance organisée par les doctorants de l’École française de Rome (février), au cours de laquelle ils présenteront leurs travaux en cours. Continuer la lecture de Séminaire 2017–2018 

Calendrier 2017–2018

Séance no 1 – mardi 9 janvier 2018

Construire et comparer des données économiques
Organisation : Cécile Troadec, Ségolène Maudet, Catherine Kikuchi.

Lieu : Crypta Balbi

Horaires : 10h–13h

Lectures :

  • Feller, Laurent, Florence Weber et Agnès Gramain. 2005, La fortune de Karol. Marché de la terre et liens personnels dans les Abruzzes au haut Moyen Âge, Collection de l’École française de Rome, 347, Rome : École française de Rome.
  • Piketty, Thomas. 2013, Le capital au xxie siècle, Paris : Éditions du Seuil.

Séance no 2 – lundi 5 février 2018

Continuer la lecture de Calendrier 2017–2018 

What if ? Uchronie et raisonnement contrefactuel

 Par Marie-Adeline Le Guennec, Niccolò Mignemi, Sébastien Plutniak

En 2017 (L. Smekhov, studio Diafilm, 1960)

Actualité de l’approche contrefactuelle en histoire

Le concept d’histoire contrefactuelle, directement transposé de l’expression anglaise counterfactual history, apparaît en plein essor depuis une trentaine d’années. Une rapide évaluation lexicale de la bibliographie spécialisée permet d’en rendre compte superficiellement (fig. 1).

Figure 1 – Décompte des occurrences des syntagmes « virtual history » et «  counterfactual history» entre 1950 et 2013 dans un large échantillon de textes scientifiques (source : Jstor Data for Research).

Si ce concept est particulièrement bien ancré dans les milieux scientifiques anglophones, européens comme extra-européens, sa diffusion en France, où il est généralement considéré avec méfiance par les historiens, demeure minime. De fait, la première synthèse en français sur le sujet date de 2016 : il s’agit de l’ouvrage de Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus. Cet ouvrage a constitué le fil directeur d’une séance du séminaire des membres de l’EFR consacrée aux mécanismes, aux enjeux et aux limites de l’usage du raisonnement contrefactuel en histoire et dans diverses sciences sociales.

Continuer la lecture de What if ? Uchronie et raisonnement contrefactuel 

Histoire et anthropologie face à la fiction : peut-on se souvenir de choses qui n’existent pas ?

Le séminaire de lecture en sciences sociales porte pour l’année 2016-2017 sur les rapports entre histoire et fiction. Olivia Adankpo et Florent Coste qui travaillent l’un et l’autre sur des sources hagiographiques se posent quelques problèmes méthodologiques susceptibles de se poser à l’historien et à l’anthropologue.

Continuer la lecture de Histoire et anthropologie face à la fiction : peut-on se souvenir de choses qui n’existent pas ? 

Le retour de la querelle du narrativisme ? Autour des oeuvres d’Ivan Jablonka

Lors de la dernière rentrée littéraire, un historien s’est démarqué par la publication d’un essai intitulé Laëtitia ou la fin des hommes. Revenant sur le meurtre de Läetitia Perrais en 2011, ce livre a bénéficié d’une réception d’abord positive, enthousiaste, et même primée (par le prix Medicis et le prix Littéraire du Monde), puis comme souvent un peu moins consensuelle, au sein notamment de la communauté savante.

Continuer la lecture de Le retour de la querelle du narrativisme ? Autour des oeuvres d’Ivan Jablonka 

La querelle du narrativisme. Autour de Carlo Ginzburg et Hayden White

Depuis les années 1970, les critiques adressées au positivisme en histoire se sont radicalisées et ont été revigorées par la réflexion philosophique sur la relation entre les faits et les interprétations et par le prétendu tournant linguistique (« linguistic turn »).

Continuer la lecture de La querelle du narrativisme. Autour de Carlo Ginzburg et Hayden White 

What if ? Uchronie et raisonnement contrefactuel en histoire

En 2017 (L. Smekhov, studio Diafilm, 1960) source : http://www.repubblica.it/tecnologia/2017/01/28/foto/l_urss_del_2017_immaginata_da_due_artisti_sovietici_nel_1960-157062726/1/#1

Et si… le nez de Cléopâtre avait été plus court ? Si Charles Lindbergh avait été élu face à F. D. Roosevelt en 1940 ? Si le Mur de Berlin n’était pas tombé ? Si les Nazis avaient gagné la Seconde guerre mondiale ? Si la traite atlantique n’avait pas été abolie ? Si l’ordinateur avait été développé au XIXe siècle ? Autant de questions suscitant fantasme, effroi ou curiosité, qui viennent nourrir à des degrés divers la pratique de la « counterfactual history », à laquelle la séance du séminaire du 24 avril se propose de réfléchir.

Continuer la lecture de What if ? Uchronie et raisonnement contrefactuel en histoire