Archives pour la catégorie Billets

What if ? Uchronie et raisonnement contrefactuel

 Par Marie-Adeline Le Guennec, Niccolò Mignemi, Sébastien Plutniak

En 2017 (L. Smekhov, studio Diafilm, 1960)

Actualité de l’approche contrefactuelle en histoire

Le concept d’histoire contrefactuelle, directement transposé de l’expression anglaise counterfactual history, apparaît en plein essor depuis une trentaine d’années. Une rapide évaluation lexicale de la bibliographie spécialisée permet d’en rendre compte superficiellement (fig. 1).

Figure 1 – Décompte des occurrences des syntagmes « virtual history » et «  counterfactual history» entre 1950 et 2013 dans un large échantillon de textes scientifiques (source : Jstor Data for Research).

Si ce concept est particulièrement bien ancré dans les milieux scientifiques anglophones, européens comme extra-européens, sa diffusion en France, où il est généralement considéré avec méfiance par les historiens, demeure minime. De fait, la première synthèse en français sur le sujet date de 2016 : il s’agit de l’ouvrage de Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus. Cet ouvrage a constitué le fil directeur d’une séance du séminaire des membres de l’EFR consacrée aux mécanismes, aux enjeux et aux limites de l’usage du raisonnement contrefactuel en histoire et dans diverses sciences sociales.

Continuer la lecture de What if ? Uchronie et raisonnement contrefactuel 

Archéologie et fiction

La deuxième séance du séminaire de l’École française de Rome, consacré en 2016-2017 au thème «Fiction, histoire et sciences sociales », abordera la question du point de vue de l’archéologie, entendue comme une façon de faire de l’histoire en exploitant en premier lieu des sources matérielles, qu’il s’agisse d’objets, d’édifices ou de sites. Par ce biais, nous serons amenées à déployer une série de notions qui font la complexité des régimes a priori antagonistes de la vérité et de la fiction.

Continuer la lecture de Archéologie et fiction 

Fiction et art de la mémoire : peut-on se souvenir de choses qui n’existent pas ?

 

Le séminaire de lectures en sciences sociales de l’École française de Rome s’intéresse, cette année, aux relations complexes qui se nouent entre le discours historique et le discours fictionnel. En définissant assez simplement la fiction comme l’invention d’un récit, cette première séance se contentera de partir des questions élémentaires que se pose l’historien face à ses sources : ce qu’elles lui donnent à lire peut-il être tenu pour vrai ? Les acteurs, auxquels l’historien s’intéresse, se racontent-ils des histoires ?

Continuer la lecture de Fiction et art de la mémoire : peut-on se souvenir de choses qui n’existent pas ? 

Faits, fictions et frictions

Remettre à l’agenda la question des rapports entre histoire et fiction pourrait apparaître à certains pour une provocation crispante propre à raviver de vieilles controverses qu’on aurait pu espérer réglées, à d’autres comme la tentation d’une incursion sulfureuse dans un domaine clairement antinomique aux missions historiennes, ou enfin comme un acquiescement aux tendances récentes au rapprochement entre littérature et histoire, qui visent à organiser la convergence et la collaboration de leurs régimes d’écriture et de vérité.

La multitude de ces points de vue suffit à démontrer que la question est loin d’être réglée. Le séminaire organisé par les membres de l’EFR s’empare, en 2017, de ces problèmes épistémologiques qui entourent le récit et le raisonnement de l’historien, en s’autorisant comme chaque année un détour fructueux par d’autres sciences sociales.

Continuer la lecture de Faits, fictions et frictions 

Repenser la relation entre le rural et l’urbain à partir des déchets

Le discours environnementaliste prône aujourd’hui la récupération et la réutilisation des déchets comme moyen pour lutter contre les gaspillages mais ces préoccupations ne sont pourtant pas nouvelles et plusieurs initiatives récentes confirment la profondeur d’un tel questionnement du point de vue de l’histoire des campagnes1. La possibilité du remploi en agriculture des déchets urbains et industriels, par exemple, attirait déjà l’attention des scientifiques et des décideurs publics au tournant du XIXe siècle, en correspondance d’une conjoncture qui contribue à redéfinir la relation entre le rural et l’urbain. Continuer la lecture de Repenser la relation entre le rural et l’urbain à partir des déchets 

  1. Voir, par exemple, la journée d’études L’agriculture une solution pour recycler les déchets urbains et industriels ? Perspectives historiques et comparaisons européennes XVIIIe-XXe siècle (Grande-Bretagne, Belgique, France, Italie, Pays-Bas), organisée le 10 avril 2015 à l’EHESS par Laurent Herment et Thomas Le Roux, ou le programme de la 38e journée internationale d’histoire de l’abbaye de Flaran sur Fumiers ! Ordures ! Gestion et usages des déchets dans les campagnes de l’Europe médiévale et moderne. []

La seconde vie des sordes. Quelques réflexions sur la collecte et le recyclage des déchets dans l’Antiquité romaine.

Asarotos oikos. Mosaïque, IIe s. ap. J.-C., Vigna Lupi (Rome, Musei Vaticani)

L’intérêt pour le devenir des déchets apparaît relativement récent au sein de l’historiographie du monde romain antique. Il s’agit pourtant d’une question cruciale pour une civilisation devenue progressivement urbaine, ou du moins où l’urbanitas, le « mode de vie urbain », est érigée en cadre idéal de ce que serait une vie proprement romaine. Les villes romaines, et en particulier la première d’entre elles, Rome, qui atteint le million d’habitants sous le règne d’Auguste, présentaient des enjeux logistiques mais aussi politiques et juridiques majeurs en terme de collecte et de traitement des déchets : si l’on entendra ici ce terme dans son sens contemporain, signalons toutefois que les sources écrites de langue latine évoquent pour leur part essentiellement les rudera, graviers et déblais issus de la démolition ou de la chute d’édifices, et le stercus, à savoir les déchets organiques putrescibles, en particulier les excréments animaux et humains.

Continuer la lecture de La seconde vie des sordes. Quelques réflexions sur la collecte et le recyclage des déchets dans l’Antiquité romaine. 

Le parti pris des choses en sciences sociales – Programme de la journée d’études du 16 juin 2016

La présente journée d’études vient clore le séminaire de lectures en sciences sociales de l’École française de Rome, consacré cette année à la question des choses. Les sciences sociales, qui se sont définies par l’étude des humains, de leurs relations et de leurs représentations, accordent une place de plus en plus remarquée aux choses. Que ce soit en relançant l’étude de la culture matérielle, en proposant une anthropologie symétrique ouverte aux non-humains, ou en amorçant un « tournant ontologique » en sciences sociales, les choses ne sont plus cantonnées aux statuts de témoins et de sources, et sont désormais enchevêtrées dans des relations sociales qu’elles organisent. L’instrument inerte, fabriqué et manipulé cèderait donc la place aux choses animant le jeu social des actions humaines.

Qu’y a-t-il de profitable à se placer sur le plan des choses ? Dans quels contextes académique, social et économique le « parti pris des choses » fédère-t-il actuellement les sciences sociales ? Quelles perspectives le thème offre-t-il pour nourrir le dialogue entre les différentes traditions des sciences humaines ? Comment conditionne-t-il enfin la représentation des choses hors du monde universitaire ? Afin d’apporter des éclairages différenciés à ces questions décisives, cette journée donne la parole à sept chercheurs – philosophes, historiens et anthropologues – qui ont pris le parti des choses.

PROGRAMME

9h : Accueil des participants : Catherine Virlouvet, Directrice de l’École française de Rome et Fabrice Jesné, Directeur des études pour les Époques moderne et contemporaine

9h15 : Animer les choses

Florent Coste – Marie Lezowski (École française de Rome) : Présentation du séminaire 2015-2016 et introduction

Renata Ago (Roma 1 La Sapienza) : L’agency delle cose tra teorie contemporanee ed esperienze storiche

10h30-11h : pause café

11h : Les choses et la valeur

Laurent Feller (Paris 1 – LAMOP) : Culture matérielle et histoire économique (Moyen Âge)

Emanuele Coccia (EHESS – CRAL/CEHTA) : La morale par les choses. Publicité, mode et lifestyle

12h30-14h : Pause déjeuner

14h: Les choses et les techniques

Sophie Houdart (CNRS – LESC) : La chose radieuse. Vivre en territoire contaminé après la catastrophe de Fukushima

John Tresch (University of Pennsylvania) : Cosmogrammes majeurs et mineurs

15h30-16h : Pause café

16h : Les choses collectées

Thierry Bonnot (EHESS – IRIS) : Une promenade parmi les choses : anthropologie, objets de famille, objets de musée

Patricia Falguières (EHESS – CESPRA) : La Kunst-und Wunderkammer, un mirage historiographique ?

Entrée libre

Roma Piazza Navona, 62

Contacts et renseignements : Florent Coste (florent.coste@orange.fr); Marie Lezowski (marie.lezowski@gmail.com); Claire Challéat (secmod@efrome.it)

 

L’œuvre d’art est-elle un objet comme les autres ? Note de lecture sur la philosophie de l’art de Jean-Pierre Cometti

Ce séminaire est assez naturellement conduit à se demander ce que les musées font aux objets qu’ils exposent. Il en va de l’objet archéologique ou ethnologique comme  de l’œuvre d’art : une œuvre d’art est-elle réductible à un objet ? Ou nécessite-t-elle au contraire un environnement qui l’a fait fonctionner comme telle ? Face à ce type de problème, Jean-Pierre Cometti a constitué, des années durant, une œuvre philosophique remarquable de cohérence, qui nous confronte à une nouvelle question :

« Pourquoi l’art répondrait-il à d’autres lois que celles du partage du monde ? »1

Continuer la lecture de L’œuvre d’art est-elle un objet comme les autres ? Note de lecture sur la philosophie de l’art de Jean-Pierre Cometti 

  1. Jean-Pierre Cometti, La nouvelle aura. Économies de l’art et de la culture, Paris, Questions théoriques, 2016, p. 48. []

Chose faite. Des théâtres antiques au droit des commons

Compte-rendu de Pierre Thévenin

Pour la troisième séance de notre séminaire (lundi 1er Février 2016), il est moins question des choses que de la manière de les administrer en droit — dans les procédures civiles du droit romain d’époque républicaine et impériale d’une part, mais aussi jusque dans le droit italien contemporain. Après deux séances consacrées d’une part aux objets de culte et d’autre part au cadavre (à la vie nue, à l’homo sacer), on propose ici une excursion dans le domaine, semble-t-il plus prosaïque, du droit civil (qui concerne les affaires de gré à gré, c’est-à-dire les relations économiques entre les particuliers). Pourtant il ne s’agit pas d’une déviation par rapport au cours des travaux du séminaire.

L’article de Yan Thomas, qui se trouve à l’initiale de cette matinée, intitulé « La valeur des choses. Le droit romain hors la religion »1, doit toute son originalité au dépassement qu’il ménage de l’opposition entre les deux régimes juridiques : celui des choses juridiquement inaliénables et celui des choses aliénables. Dépassement, ou plutôt devrait-on dire complexification. L’article a en effet pour but de montrer le rapport de solidarité essentielle qui existe en droit romain et pour la tradition juridique occidentale en général, entre la qualification des choses sacrées et religieuses, d’un côté, et celle des choses tout court, de l’autre. L’enjeu est de comprendre la place générique du religieux dans ce que Yan Thomas appelle la « construction politique de la marchandise » – dans laquelle le droit jouerait un rôle prépondérant.

Continuer la lecture de Chose faite. Des théâtres antiques au droit des commons 

  1. Yan Thomas, 2002, « La valeur des choses. Le droit romain hors la religion », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 57, n° 6, p. 1431-1462 ; traducteur italien de cet article, Michele Spanò conclut la séance par un exposé sur les mouvements contemporains de revendication des « biens communs ». Voir Yan Thomas, Il valore delle cose, a cura di Michele Spanò con un saggio di Giorgio Agamben, Macerata, Quodlibet, 2015. []

Circulation des richesses et valeur des choses au Moyen Âge : autour des travaux de Laurent Feller

Deux colloques organisés en ce printemps 2016 viennent rappeler toute l’acuité de la réflexion des historiens sur les objets, tant dans leur inscription graphique en listes (3ème Workshop de l’ANR POLIMA sur les listes d’objets, 7-9 juin 2016, École française de Rome)1 que leur intérêt pour l’histoire économique  (I prezzi delle cose nell’età preindustriale, 8-11 mai 2016, 48e Settimane di Studi de Prato)2. Dans ce contexte, Laurent Feller interviendra sur le statut des objets en histoire économique du Moyen Âge lors de la journée d’étude finale du séminaire des membres de l’EFR, le 16 juin 2016.

Continuer la lecture de Circulation des richesses et valeur des choses au Moyen Âge : autour des travaux de Laurent Feller 

  1. La présentation de l’atelier est à lire à cette adresse : [URL : http://www.dypac.uvsq.fr/anr-polima-workshop-3-i-listes-d-objets-i–375640.kjsp?RH=1354723047753] []
  2. Le programme est à lire à l’adresse suivante : [URL : http://www.istitutodatini.it/temi/htm/temi48.htm] []