2005-2006 : Usage et abus des sources

Le séminaire, ouvert à tous les participants intéressés, est consacré cette année à la question de l’usage des sources et des possibles abus dans leur utilisation, du point de vue des diverses sciences humaines et sociales. L’objectif est de créer un espace de discussion sur des questions de méthode et sur les pratiques de la recherche en confrontant les différents champs disciplinaires. Le point de départ sera naturellement la notion de “source”, au sein de laquelle on peut distinguer quelques grands types : sonorité, oralité, textualité, matérialité, iconicité, symbolisme. En outre, toutes ces sources peuvent être divisées en deux grandes catégories, les sources directes et indirectes.
De nombreuses disciplines, à commencer par l’histoire, utilisent des sources dont ils épousent les formes pour inventer des parcours de recherche, opérer des choix théoriques et tirer des conclusions. Souvent, ces sources n’ont pas un statut épistémologique bien déterminé, ou n’ont pas toutes le même statut. Certaines sources sont considérées comme plus importantes que d’autres sur la base de critères souvent implicites (textualité contre matérialité, ou oralité contre textualité, etc.), ou bien sont considérées comme un point de départ indiscutable pour des constructions ultérieures. En revanche, on discute peu du “type” de source qui est utilisé, de la différence entre les sources et de la difficulté à en préciser les divers statuts. En outre, les sciences humaines et sociales utilisent souvent diversement des sources de différents types, de sorte que ce qui constitue pour certaines disciplines un point de départ, est parfois une étape intermédiaire, voire un point d’arrivée, pour d’autres.
Les différentes séances sont organisées de manière générale à partir de quelques propositions thématiques cherchant à faire dialoguer entre elles les champs disciplinaires. On cherchera d’abord à discuter de ce qui constitue “une source” pour les chercheurs qui se reconnaissent dans des formes différentes de savoir. En second lieu, on cherchera à mettre en évidence l’utilisation et les abus dont les sources sont l’objet, à la fois sur un plan pratique et sur un plan épistémologique. Pour chaque séance, des chercheurs ont été invités à discuter à partir d’un texte proposé à l’avance, texte qui est également à la disposition de tous les participants, de manière à ce que la discussion puisse être la plus collective possible. [le séminaire se tiendra en français et en italien]

Programme :

Ce séminaire a donné lieu à une publication dans Dimensioni e problemi della ricerca storica (2007/2).

31 octobre 2005 (Ecole française de Rome) : Les sources orales : expériences disciplinaires
Présentation de E. Castelli Gattinara et E. Anheim, à partir du texte de M. Bloch, « Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre » (Revue de Synthèse, 1921, réédition aux éditions Allia) avec Giovanni Contini Bonacossi (Archivi storici della Toscana e Università di Roma 1) et Alessandro Portelli (Università di Roma 1)

5 décembre 2005 (Ecole française de Rome): Les écritures non-textuelles : mathématiques, musique, statistiques…
Présentation de B. Grévin, à partir du texte de M. Halbwachs, “La mémoire collective chez les musiciens”, dans La mémoire collective, avec  M. Jaisson (Université de Tours), Eric Brian (EHESS, Paris) e E. Buch (EHESS, Paris)

16 janvier 2006 (Ecole française de Rome): Les sources matérielles et le matériel des sources
Présentation de L. Haumesser à partir du livre d’A. Tchernia, Le commerce du vin en Gaule, avec Daniele Manacorda (Università di Roma 3) et André Tchernia (EHESS, Marseille)

6 février 2006 (Ecole française de Rome): Internet comme source ?
Presentation de T. Pfirsch à partir du livre de R. Minuti, Internet et le métier d’historien, avec Emmanuel Betta (Università di Roma 1) et Raffaele Romanelli (Università di Roma 1)

13 mars 2006 (Facoltà di scienze umanistiche): Le corps, entre pratiques et paroles
Présentation de  F. Archambaud à partir du texte de E. Goffman, Les rites d’interaction, Paris, éd. Minuit, 1974 (Interaction ritual), « ‘Perdre la face ou faire bonne figure ?’. Analyse des éléments rituels inhérents aux interactions sociales », p. 9-42, avec C. Lemieux (EHESS, Paris) et A. Franzini (Paris)

10 avril 2006 (Facoltà di scienze umanistiche): Les images, source pour l’histoire et les sciences sociales
Présentation de  S. Wyler à partir du texte de C.Ginzburg, “Rappresentazione. La parola, l’idea, la cosa”, in Occhiacci di legno, Feltrinelli, 1998  (article publié en français dans les Annales, 1991), avec Jérôme Baschet (EHESS, Paris) et Andrea Carlino (Università di Ginevra)

24 avril 2006 (Facoltà di scienze umanistiche): Les sources textuelles 1: les archives
Présentation d’E. Castelli Gattinara et E. Anheim, à partir du livre d’A. Farge Le goût de l’archive, avec Giulia Calvi (IUE de Florence) et Renata Ago (Università di Roma 1)

22 mai 2006 (Facoltà di scienze umanistiche): Les sources textuelles 2 : la littérature
Présentation de J. Chandelier, à partir de deux chapitres de Don Chisciotte de M. de Cervantes, avec Roger Chartier (EHESS, Paris) et Stefania Nanni (Università di Roma 1)

12 juin 2006 [en collaboration avec l’EHESS] (Facoltà di scienze umanistiche) : Le problème de l’objectivité
Débat autour du livre de T. Porter, Trust in number, 1995, con P. Napoli, Y. Cohen, M.-O. Baruch, A. Ingold, Y. Cohen, M. Labbé, L. Schilling, L. Berlivet (groupe de travail à l’EHESS, Paris) [participants sous réserve]

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *