2004-2005 : Les institutions

Après une série de séminaires tournant en 2003/2004 autour de la question de l’individu, dans la suite du travail de l’année 2002/2003 sur l’œuvre de Ian Hacking, s’articulant largement sur une réflexion concernant les rapports entre les notions de personne, d’individu et la réflexion épistémologique, nous poursuivons cette année par un ensemble de séminaires visant à explorer la question des institutions. En effet, l’institution, tout en étant une notion centrale de l’anthropologie et de la sociologie (Durkheim, Goffman, Mary Douglas), a toujours été au cœur de la recherche historique, auquel elle est peut-être encore plus intimement liée que la réflexion sur l’individu, plus marquée peut-être par une empreinte philosophique. La notion présente donc l’avantage d’un parcours comparatiste entre différentes disciplines à la fois exigent et de toute utilité pour l’historien, en fonction de deux problématiques principales, toutes deux héritées d’une réflexion désormais traditionnelle en sciences sociales. La première est dans le prolongement de l’an dernier, le rapport entre l’individu et l’institution, et la puissance de détermination de l’un sur l’autre. Les institutions existent-elles dans l’absolu, s’imposent-elles absolument aux individus, ou au contraire ne sont-elles constituées que d’une collection d’individus, mis bout à bout, avec des logiques personnelles ? Si l’interaction est équilibrée, à partir de quelles analyses doit procéder une recherche historique mettant en jeu le parcours des individus au sein de l’institution ?La seconde problématique concerne l’approfondissement du concept même d’institution. Une institution, c’est une forme sociale qui prend une forme de régularité dans le temps. Mais doit-on inscrire cette régularité dans une conception « juridiste » de l’institution, comprise, à partir de nombre d’institutions occidentales étudiées par les historiens, comme une organisation disposant de règles explicites, de type juridique et normatif, ou doit-on privilégier une conception plus anthropologique ?

6 décembre 2004 : Les institutions militaires

A propos du livre de Benjamin Isaac, The Limits of Empire. The roman army in the East, Oxford, 1993, avec la participation de Giusto Traina (professeur d’histoire romaine, université de Lecce) et de Sylvain Janniard (historien antiquisant, EFR).

23 février 2005 : L’institution par le droit

A propos du livre de Paolo Prodi, Il sacramento del potere, il giuramento politico nella storia
costituzionale dell’Occidente
, Bologna, 1992, avec la participation d’Emanuele Conte (professeur d’histoire du droit, Roma 3) et de Renaud Villard (historien moderniste, EFR).

18 mars 2005 : L’institutionnalisation du religieux

A propos du livre de Max Weber, Sociologie des religions, avec la participation de Jean-Pierre Grossein (philosophe, Paris 8/EHESS, traducteur et présentateur du livre) et de Charlotte de Castelnau (historienne moderniste, EFR).

14 avril 2005 [en collaboration avec l’Institut Européen de Florence] : Come scappano gli attori sociali dalla path dependence? Un approccio teoretico sociologico

A propos de Paul David, Clio and the Economics of QWERTY, « American Economic Review », 75 (1985), pp. 332-337 ; Paul Pierson, Increasing Returns, Path Dependence and the Study of Politics, « American Political Science Review », 90 (2001), pp. 251-267 et Colin Crouch and Henry Farrell, Breaking the Path of Institutional Development? Alternatives to the New Determinism, « Rationality and Society », 16 (2004), pp. 5-43, avec la participation de Colin Crouch (professeur de sociologie, université de Warwick) et Serena Ferente (historien médiéviste, IUE).

2 mai 2005 : Les anthropologues et l’institution, l’exemple de la parenté

A propos du livre de Maurice Godelier, Métamorphoses de la parenté, Paris, 2004, avec Gérard Delille (directeur d’études EHESS) et Thomas Pfirsch (géographe, EFR)

13 mai 2005 [en collaboration avec la Villa Médicis] : Institution et individu, le regard de la sociologie de l’art

A propos du livre de N. Heinich, La gloire de Van Gogh, Paris, XXX, avec Fanette Roche (professeur d’histoire de l’art, Paris I) et d’Emmanuel Lurin (historien de l’art, pensionnaire de la Villa Médicis).

24 juin 2005 : La cour, un objet de la sociologie des institutions

A propos de Norbert Elias, La société de cour, Paris, trad. fr. 1973, avec la participation de Nathalie Heinich (sociologue, CNRS) et de Benoît Grévin (historien médiéviste, EFR).

Les séances ont lieu de 15h à 18h. Elles se déroulent à l’Ecole française de Rome, Piazza Navona, 62, 00186 Roma, à l’exception de celles du 14 avril, qui aura lieu à l’Institut Européen de Florence, à Fiesole, et du 13 mai, qui se tiendra à l’Académie de France, Villa Médicis, à Rome.

 

A signaler également, dans le cadre des activités du séminaire :

9 octobre 2004 : séance collective, à propos de G. Noiriel, Penser avec, penser contre, Paris, 2003.

15 novembre 2004 : journée d’études, Lectures italiennes de Michel Foucault (voir programme par ailleurs).

Organisateurs : Etienne Anheim, Stéphane Gioanni, Benoît Grévin, Thomas Pfirsch

 

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *