Archives du mot-clé tournant ontologique

Le parti pris des choses en sciences sociales – Programme de la journée d’études du 16 juin 2016

La présente journée d’études vient clore le séminaire de lectures en sciences sociales de l’École française de Rome, consacré cette année à la question des choses. Les sciences sociales, qui se sont définies par l’étude des humains, de leurs relations et de leurs représentations, accordent une place de plus en plus remarquée aux choses. Que ce soit en relançant l’étude de la culture matérielle, en proposant une anthropologie symétrique ouverte aux non-humains, ou en amorçant un « tournant ontologique » en sciences sociales, les choses ne sont plus cantonnées aux statuts de témoins et de sources, et sont désormais enchevêtrées dans des relations sociales qu’elles organisent. L’instrument inerte, fabriqué et manipulé cèderait donc la place aux choses animant le jeu social des actions humaines.

Qu’y a-t-il de profitable à se placer sur le plan des choses ? Dans quels contextes académique, social et économique le « parti pris des choses » fédère-t-il actuellement les sciences sociales ? Quelles perspectives le thème offre-t-il pour nourrir le dialogue entre les différentes traditions des sciences humaines ? Comment conditionne-t-il enfin la représentation des choses hors du monde universitaire ? Afin d’apporter des éclairages différenciés à ces questions décisives, cette journée donne la parole à sept chercheurs – philosophes, historiens et anthropologues – qui ont pris le parti des choses.

PROGRAMME

9h : Accueil des participants : Catherine Virlouvet, Directrice de l’École française de Rome et Fabrice Jesné, Directeur des études pour les Époques moderne et contemporaine

9h15 : Animer les choses

Florent Coste – Marie Lezowski (École française de Rome) : Présentation du séminaire 2015-2016 et introduction

Renata Ago (Roma 1 La Sapienza) : L’agency delle cose tra teorie contemporanee ed esperienze storiche

10h30-11h : pause café

11h : Les choses et la valeur

Laurent Feller (Paris 1 – LAMOP) : Culture matérielle et histoire économique (Moyen Âge)

Emanuele Coccia (EHESS – CRAL/CEHTA) : La morale par les choses. Publicité, mode et lifestyle

12h30-14h : Pause déjeuner

14h: Les choses et les techniques

Sophie Houdart (CNRS – LESC) : La chose radieuse. Vivre en territoire contaminé après la catastrophe de Fukushima

John Tresch (University of Pennsylvania) : Cosmogrammes majeurs et mineurs

15h30-16h : Pause café

16h : Les choses collectées

Thierry Bonnot (EHESS – IRIS) : Une promenade parmi les choses : anthropologie, objets de famille, objets de musée

Patricia Falguières (EHESS – CESPRA) : La Kunst-und Wunderkammer, un mirage historiographique ?

Entrée libre

Roma Piazza Navona, 62

Contacts et renseignements : Florent Coste (florent.coste@orange.fr); Marie Lezowski (marie.lezowski@gmail.com); Claire Challéat (secmod@efrome.it)

 

Florent Coste

Membre post-doctorant de l'Ecole française de Rome Section Moyen Âge https://efrome.academia.edu/FlorentCoste

More Posts - Website

La fragilité des choses à l’ère du néo-libéralisme planétaire – note de lecture

À propos de William E. Connolly, The Fragility of Things: Self-organizing Processes, Neoliberal Fantasies, and Democratic Activism, Duke University Press, 2013, 256 pp.

fragility

Les choses ont-elles besoin d’un parlement pour être défendues ?

L’intérêt que les sciences humaines pourraient cultiver pour les choses ne va pas de soi – ce séminaire l’éprouve et le discute, à chacune de ses séances. S’inscrire dans une telle perspective suppose de chercher à contrarier les grands partages qui ont contribué à faire de l’humain le seul et exclusif champ de leurs enquêtes1. C’est notamment à Bruno Latour qu’est revenu le mérite d’avoir montré qu’il était simpliste de se fier à une division du travail, qui affectait les sciences dures à la représentation conceptuelle des objets, tandis qu’elle assignait les sciences humaines à la représentation conceptuelle des sujets. Et plus encore, au-delà de ces dualismes disciplinaires par trop rigides, qu’il serait particulièrement préjudiciable de ne pas brouiller l’autre partage entre représentation scientifique d’une part et représentation politique d’autre part – comme si n’importe quelle entreprise de description pouvait être débranchée du contexte d’actions auquel elle prend part2.

Continuer la lecture de La fragilité des choses à l’ère du néo-libéralisme planétaire – note de lecture 

  1. Michel Foucault, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, Tel, 1966. []
  2. Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La découverte, 1991 ; Id., La science en action, Paris, La découverte, 1989.  []

Florent Coste

Membre post-doctorant de l'Ecole française de Rome Section Moyen Âge https://efrome.academia.edu/FlorentCoste

More Posts - Website