Archives du mot-clé souverain

Une anthropologie de la souveraineté ? Troisième séance du séminaire

afficheséance3

 

Après l’étude de la définition « classique » de la souveraineté et après une généalogie analysant le lien entre les concepts de « majesté » et de « souveraineté », cette troisième séance du séminaire tentera de poser la question de la « souveraineté » en dehors de son strict contexte d’émergence. Dans quelle mesure peut-on appliquer le concept de « souveraineté » à des périodes et à des sociétés qui n’emploient pas – ne connaissent pas ? – le terme ? Comment traduire ce qui est de l’ordre de la « souveraineté » et ce qui relève plutôt du « pouvoir », des « mises en scènes et des rituels politiques », etc. ? Autrement dit, y a-t-il une vertu heuristique à entreprendre ce que l’on pourrait appeler une « anthropologie de la souveraineté » ? Sans revenir en détail sur les débats entre perspective ­emic et perspective ­etic, il s’agit de montrer l’intérêt potentiel et les éventuelles impasses analytiques d’une telle démarche, en prenant appui sur trois textes que nous proposerons à la discussion.

 

La séance est organisée par A. Bertrand, G. Calafat et A. Vincent.

Elle aura lieu le vendredi 8 mars 2013, à 10h, dans la salle de séminaire (Piazza Navona, 62).

 

Lectures :

– Romain Bertrand, L’Histoire à parts égales. Récits d’une rencontre Orient-Occident (XVIe-XVIIe siècle), Paris, 2011, chapitre 13, « Le constitutionnalisme en partage ? Les “splendides paroles” du Taj us-Salatin », p. 347-374.

– Pierre Clastres, La Société contre l’état, Paris, 1974, chapitre 2, « échange et pouvoir : philosophie de la chefferie indienne », p. 25-42.

Egon Flaig, « L’assemblée du peuple à Rome comme rituel de consensus. Hiérarchie politique et intensité de la volonté populaire », Actes de la recherche en sciences sociales, 2001-5, 140, p. 12‑20.