Archives du mot-clé archives

Le retour de la querelle du narrativisme ? Autour des oeuvres d’Ivan Jablonka

Lors de la dernière rentrée littéraire, un historien s’est démarqué par la publication d’un essai intitulé Laëtitia ou la fin des hommes. Revenant sur le meurtre de Läetitia Perrais en 2011, ce livre a bénéficié d’une réception d’abord positive, enthousiaste, et même primée (par le prix Medicis et le prix Littéraire du Monde), puis comme souvent un peu moins consensuelle, au sein notamment de la communauté savante.

Continuer la lecture de Le retour de la querelle du narrativisme ? Autour des oeuvres d’Ivan Jablonka 

Florent Coste

Membre post-doctorant de l'Ecole française de Rome Section Moyen Âge https://efrome.academia.edu/FlorentCoste

More Posts - Website

Succès ou échecs dans l’espace public. Usages de l’informatique pour l’histoire des idées

Le public : espace, sphère, opinion

Séance 3 organisée par Fabrice Jesné, Jean-Pascal Gay et Clémence Revest

Hugues LABARTHE (Université Toulouse 2)

À l’issue de l’été 1378, et pour un demi-siècle, les Latins font face à un dilemme sans précédent : deux élus prétendent au pontificat. S’ensuit une double controverse, l’une politique portant sur la question de la validité du conclave d’avril 1378, la seconde constitutionnelle revisitant le rôle de la papauté dans l’histoire du Christianisme. Les témoins de cette très abondante littérature de combat sont conservés sous la forme de copies de travail, de manuscrits d’apparat, d’inventaires de bibliothèques ou d’archives judiciaires. Cet ensemble en voie de recensement fait l’objet depuis une vingtaine d’année d’efforts continus d’édition. Pour autant l’analyse de ce corpus demeure embryonnaire. L’outil informatique pourrait changer la donne. Il permet d’archiver, d’explorer et analyser la donnée pour peu qu’on l’ait préalablement structurée. Je m’en tiendrai à trois exemples d’étude : l’observation de concordances, l’analyse de réseaux sociaux et l’analyse factorielle. À l’issue de cet examen, il convient encore de s’interroger sur la structure de la documentation. L’individu paraît sollicité dans un débat ordonné dont la publicisation est l’envers de tractations secrètes. S’il existe une opinion publique, elle s’exerce dans le cadre d’une société hétéronome, et il ne viendrait l’idée à personne d’en contester la transcendance. Si l’on considère l’espace public comme le cadre où se nouent et se dénouent les rapports entre la société civile et l’État sur des questions d’intérêt public, il me semble qu’en 1400, un tel cadre n’existe pas au niveau de la Chrétienté.

Jeanne-Marie HOSTIOU (Paris III-ANR Agôn)

Jeanne-Marie Hostiou présentera les enjeux méthodologiques du recours à l’outil informatique pour l’analyse de la formalité publique de la « querelle » à l’époque moderne, conduite dans le cadre de la mise en place de l’ANR Agôn.

Rosanna DE ROSA (Università degli Studi di Napoli Federico II)

Lo scopo di questa presentazione è quello di contribuire al dibattito sui diversi cambiamenti che stanno interessando il mondo della ricerca scientifica nei nuovi scenari digitali. Nella nuova Alessandria elettronica, libri, articoli, documenti ufficiali e report di ricerca sono accessibili ad una sezione sempre più ampia della popolazione mondiale. Si tratta di una opportunità straordinaria per il progresso intellettuale di massa e per l’allargamento della sfera pubblica, pari soltanto alla diffusione della stampa. In questo contesto, però, anche la nozione di pubblicazione sta subendo una profonda trasformazione, in quanto non è più monopolio di un numero limitato di società specializzate e istituzioni, ma, attraverso il web, è diventato una opzione a disposizione di un numero infinito di soggetti singoli e collettivi. Avventurarsi nel cyberspazio delle scienze sociali ed umanistiche significa cercare dunque una comprensione più generale delle principali tendenze che attualmente incidono sulla galassia internet. A partire da quelle che, ad esempio, incidono sull’autorialità – fino a questo momento santuario della comunicazione scientifica – diventata oggetto di attacco nel nome dell’accesso libero e della cultura aperta. Per quanto si può essere tentati tuttavia di restare al nostro piccolo pianeta, dobbiamo essere consapevoli che esso fa parte, ed emerge, da un ecosistema mediale complesso ed intimamente interconnesso.

Suggestions de lectures
Ch. Prochasson, A. Rasmussen (dir.) « Comment on se dispute. Les formes de la controverse », Revue Mil neuf cent, 25, 2007.

Ch. Jouhaud, A. Vialla, (dirs.), De la publication, Paris, Fayard, 2002.

G. Sapiro, (dir.), « L’organisation des professions intellectuelles », Le Mouvement Social, 214-1, 2006.

« Mesurer le texte », N° spécial d’Histoire et Mesure, 18-3/4, 2003.

M. Calise, R. De Rosa, X. Fernández i Marín, « Electronic publishing, knowledge sharing and open access: a new environment for political science », European Political Science, 9, 2010, p. 50-60.

J.P. Dedieu, « Une nouvelle approche de l’histoire sociale : les grandes bases de données », Sciences de l’homme et de la société (CNRS), N° spécial « Vie de laboratoires », 2003, 66, p. 35-38.

R. De Rosa, Fare politica in Internet, Milan, Apogeo, 2000.

Y. Maignien, « Quel travail intellectuel dans l’ère numérique ? », in « Splendeurs et misères de la vie intellectuelle (1). L’écrit à l’âge du numérique », n° spécial d’Esprit, Mars-avril 2000.

T. Numerico, A. Vespignani, Informatica per le scienze umanistiche, Bologne, Il Mulino, 2005.

Sites de référence:
THATCamp
Informatica umanistica

Compte rendu par Jean-Pascal Gay, Fabrice Jesné et Clémence Revest

Introduction des organisateurs
Cette troisième séance a été construite autour d’une problématique essentiellement méthodologique, après deux séances consacrées aux textes fondateurs et aux concepts de l’analyse de l’espace public. Nous avons souhaité articuler deux types de problèmes. Un problème épistémologique, d’une part, autour des possibilités linguistiques d’analyse de l’espace public, un problème en un sens technique, d’autre part, qui est celui des outils disponibles pour l’analyse. Ce que nous avons essayé de faire a été de trouver un lieu double où ces questionnements méthodologiques, épistémologiques et techniques pouvaient être pensés ensemble, ce qui nous a conduits à nous interroger sur les possibilités et les impossibilités de l’usage de l’informatique pour l’analyse non plus de l’espace public mais de faits de publicisations, avec une attention particulière pour les acteurs de ces publicisations.

Un des débats possibles entre historiens et autres praticiens des sciences sociales aujourd’hui autour de la publicité concerne la manière ou non dont les sciences sociales aplatissent le temps du « public », en essentialisant la notion même d’espace public. Non bien sûr qu’une telle essentialisation soit jamais revendiquée ni même que le risque n’en soit explicitement perçu, mais il est peut-être possible d’en distinguer la trace dans une manière de dire et de penser le public qui l’érige en fait en instance perpétuellement « stable », indépendamment des actes qui l’imaginent et le suscitent, au risque toujours de l’échec. En retour, l’affirmation d’une valeur propre de l’histoire comme science sociale repose précisément sur sa capacité à poser la question non pas seulement de la généalogie mais du rapport entre temps présent et temps passé, sur un autre mode que celui de la simple construction du présent.

C’est pourquoi l’on a voulu déplacer l’interrogation de la notion d’espace public, à celle de la publicisation, et examiner la pertinence d’une réflexion en termes de succès et d’échec. L’un des facteurs qui nous ont orientés vers cette problématique réside aussi dans le constat tout à fait simple des progrès remarquables accomplis depuis une quinzaine d’années par les techniques de mesure des textes assistée par ordinateur. Un intérêt majeur de ces techniques est qu’elles permettent un traitement à la fois systématique et exhaustif d’un corpus donné : au-delà du mirage positiviste que cela pourrait recouvrir, cet aspect a une double valeur heuristique. D’abord, dépasser une lecture intuitive des textes qui procède de questions préalablement posées pour mettre en valeur des faits linguistiques et rhétoriques à une grande échelle pour constituer le noeud même du questionnement. Ensuite, permettre de constater des arborescences et des correspondances afin de penser, précisément, des mouvements d’opinions.

La question du succès ou de l’échec dans l’espace public se pose aussi de manière essentielle à l’analyste lui-même. S’intéresser aux transformations de la notion même de publication scientifique dans l’émergence de nouvelles formes non seulement de publicité mais de rapports sociaux à la publicité avec l’essor de l’internet, ne relève pas d’une pure mise en abîme de l’usage informatique de la publicité. Ce qui se joue en effet de nouveau ici dans le rapport à l’auctorialité scientifique, à l’acquisition et à la mise en valeur de compétences légitimantes, et à la modification des rapports entre public scientifique et sphère publique, n’est peut-être pas non plus sans rapport direct avec le recours à de nouvelles techniques pour l’analyse de régimes passés de publicité.

Résumés des interventions
Hugues LABARTHE (Université de Toulouse 2). À l’issue de l’été 1378, et pour un demi-siècle, les Latins font face à un dilemme sans précédent : deux élus prétendent au pontificat. S’ensuit une double controverse, l’une politique portant sur la question de la validité du conclave d’avril 1378, la seconde constitutionnelle revisitant le rôle de la papauté dans l’histoire du Christianisme. Les témoins de cette très abondante littérature de combat sont conservés sous la forme de copies de travail, de manuscrits d’apparat, d’inventaires de bibliothèques ou d’archives judiciaires. Cet ensemble en voie de recensement fait l’objet depuis une vingtaine d’année d’efforts continus d’édition. Pour autant l’analyse de ce corpus demeure embryonnaire.

Hugues Labarthe montre combien l’outil informatique pourrait changer la donne. Il permet d’archiver, d’explorer et analyser la donnée pour peu qu’on l’ait préalablement structurée. Son exposé explore trois pistes d’étude : l’observation de concordances, l’analyse de réseaux sociaux et l’analyse factorielle. À l’issue de cet examen, il convient encore de s’interroger sur la structure de la documentation. L’individu paraît sollicité dans un débat ordonné dont la publicisation est l’envers de tractations secrètes. S’il existe une opinion publique, elle s’exerce dans le cadre d’une société hétéronome, et il ne viendrait l’idée à personne d’en contester la transcendance. Si l’on considère l’espace public comme le cadre où se nouent et se dénouent les rapports entre la société civile et l’État sur des questions d’intérêt public, il semble qu’en 1400, un tel cadre n’existe pas au niveau de la Chrétienté.

Jeanne-Marie Hostiou (Université Paris III-Sorbonne Nouvelle) présente le questionnement programmatique qui a animé la construction du projet Agôn « Querelles littéraires de la première modernité », projet ayant obtenu le soutien de l’Agence Nationale de la Recherche et qui était encore au moment de la séance à ses commencements. Partant du constat de la prolifération de la querelle comme formalité pratique en Europe aux XVIIe et XVIIIe siècles, et avec la perspective d’interroger les enjeux linguistiques et culturelles de la querelle comme processus de création susceptible de faire émerger de nouvelles pratiques et de nouveaux genres, l’équipe, rassemblant une trentaine de chercheurs d’horizons disciplinaires différents, a décidé d’entreprendre la constitution d’une base de données inventoriant les querelles modernes. Les objectifs de cette base de donnée sont : d’interroger le rapport entre polémique et construction de l’espace public, de reprendre l’histoire des espaces publics à partir de la situation encore très indéterminée du XVIIe siècle et enfin de faire un état du corpus permettant de dégager des régularités. Revenant ensuite sur les querelles métadramatiques, J.-M. Hostiou rappelle les acquis de ses travaux ayant montré comme l’étude des querelles, de leurs moyens et de leurs espaces permet de faire une histoire à la fois sociale et culturelle d’une création de plus en plus soumise à l’autorité d’un nouvel espace discursif qui se construit autour d’elle. Elle indique enfin pour en discuter avec les autres intervenants et l’assistance les questions programmatiques et méthodologiques qui se posent à ce stade du travail de l’équipe.

Rosanna de Rosa (Università degli Studi di Napoli Federico II) : La révolution numérique contemporaine bouleverse les modalités de la publicisation ; livres, articles, écrits académiques et institutionnels sont désormais accessibles à une part toujours plus grande de la population mondiale. On peut considérer cette situation nouvelle comme une extraordinaire opportunité en matière de culture de masse et d’élargissement de la sphère publique, lequel ne trouve d’équivalent que dans la naissance de la presse. Dans son exposé, Rosanna De Rosa montre toutefois comment la notion de publicisation subit elle aussi une profonde transformation, dans la mesure où elle n’est plus le monopole d’un petit nombre d’institutions et d’entreprises spécialisées. Grâce au web, elle est au contraire accessible à un nombre infini d’acteurs individuels et collectifs. L’enquête sur les sciences sociales dans le cyberespace montre ainsi que l’auctorialité, jadis sanctuaire de la parole scientifique, est attaquée au nom du libre accès et de la culture ouverte.

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

2005-2006 : Usages et abus des sources

Le séminaire 2005-2006 consacré aux sources avait donné lieu à une publication dans la revue Dimensioni e problemi della ricerca storica.

Le numéro 2007/2 est désormais consultable en ligne :

  • Enrico Castelli Gattinara et Etienne Anheim : Introduzione pp. 007-028

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website