Archives mensuelles : juillet 2016

La seconde vie détournée des choses. Réflexions à partir du trafic de déchets par les organisations mafieuses

Compte-rendu de Céline Torrisi

L’étude du trafic de déchet par les organisations mafieuses ouvre la voie à une réflexion sur la place et la fonction des déchets dans la société contemporaine occidentale. Partant de l’acception juridique de la notion de déchet, nous nous sommes interrogés sur la question de savoir dans quelle mesure le trafic illégal de déchets contribue à remodeler la notion de déchet et à redéfinir leur fonction dans le système social. Notre séance fut richement alimentée par l’intervention du journaliste d’enquête Nello Trocchia, auteur de nombreux articles et d’ouvrages de références en matière de trafic illégal de déchets. Au rythme d’anecdotes et de considérations plus distanciées, ce dernier a présenté de manière détaillée les ressorts du système de gestion illégale des déchets, qu’il s’agisse des déchets toxiques ou des déchets ménagers ordinaires. Continuer la lecture de La seconde vie détournée des choses. Réflexions à partir du trafic de déchets par les organisations mafieuses 

Repenser la relation entre le rural et l’urbain à partir des déchets

Le discours environnementaliste prône aujourd’hui la récupération et la réutilisation des déchets comme moyen pour lutter contre les gaspillages mais ces préoccupations ne sont pourtant pas nouvelles et plusieurs initiatives récentes confirment la profondeur d’un tel questionnement du point de vue de l’histoire des campagnes1. La possibilité du remploi en agriculture des déchets urbains et industriels, par exemple, attirait déjà l’attention des scientifiques et des décideurs publics au tournant du XIXe siècle, en correspondance d’une conjoncture qui contribue à redéfinir la relation entre le rural et l’urbain. Continuer la lecture de Repenser la relation entre le rural et l’urbain à partir des déchets 

  1. Voir, par exemple, la journée d’études L’agriculture une solution pour recycler les déchets urbains et industriels ? Perspectives historiques et comparaisons européennes XVIIIe-XXe siècle (Grande-Bretagne, Belgique, France, Italie, Pays-Bas), organisée le 10 avril 2015 à l’EHESS par Laurent Herment et Thomas Le Roux, ou le programme de la 38e journée internationale d’histoire de l’abbaye de Flaran sur Fumiers ! Ordures ! Gestion et usages des déchets dans les campagnes de l’Europe médiévale et moderne. []

La seconde vie des sordes. Quelques réflexions sur la collecte et le recyclage des déchets dans l’Antiquité romaine.

Asarotos oikos. Mosaïque, IIe s. ap. J.-C., Vigna Lupi (Rome, Musei Vaticani)

L’intérêt pour le devenir des déchets apparaît relativement récent au sein de l’historiographie du monde romain antique. Il s’agit pourtant d’une question cruciale pour une civilisation devenue progressivement urbaine, ou du moins où l’urbanitas, le « mode de vie urbain », est érigée en cadre idéal de ce que serait une vie proprement romaine. Les villes romaines, et en particulier la première d’entre elles, Rome, qui atteint le million d’habitants sous le règne d’Auguste, présentaient des enjeux logistiques mais aussi politiques et juridiques majeurs en terme de collecte et de traitement des déchets : si l’on entendra ici ce terme dans son sens contemporain, signalons toutefois que les sources écrites de langue latine évoquent pour leur part essentiellement les rudera, graviers et déblais issus de la démolition ou de la chute d’édifices, et le stercus, à savoir les déchets organiques putrescibles, en particulier les excréments animaux et humains.

Continuer la lecture de La seconde vie des sordes. Quelques réflexions sur la collecte et le recyclage des déchets dans l’Antiquité romaine.