Archives mensuelles : mars 2016

La fragilité des choses à l’ère du néo-libéralisme planétaire – note de lecture

À propos de William E. Connolly, The Fragility of Things: Self-organizing Processes, Neoliberal Fantasies, and Democratic Activism, Duke University Press, 2013, 256 pp.

fragility

Les choses ont-elles besoin d’un parlement pour être défendues ?

L’intérêt que les sciences humaines pourraient cultiver pour les choses ne va pas de soi – ce séminaire l’éprouve et le discute, à chacune de ses séances. S’inscrire dans une telle perspective suppose de chercher à contrarier les grands partages qui ont contribué à faire de l’humain le seul et exclusif champ de leurs enquêtes1. C’est notamment à Bruno Latour qu’est revenu le mérite d’avoir montré qu’il était simpliste de se fier à une division du travail, qui affectait les sciences dures à la représentation conceptuelle des objets, tandis qu’elle assignait les sciences humaines à la représentation conceptuelle des sujets. Et plus encore, au-delà de ces dualismes disciplinaires par trop rigides, qu’il serait particulièrement préjudiciable de ne pas brouiller l’autre partage entre représentation scientifique d’une part et représentation politique d’autre part – comme si n’importe quelle entreprise de description pouvait être débranchée du contexte d’actions auquel elle prend part2.

Continuer la lecture de La fragilité des choses à l’ère du néo-libéralisme planétaire – note de lecture 

  1. Michel Foucault, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, Tel, 1966. []
  2. Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La découverte, 1991 ; Id., La science en action, Paris, La découverte, 1989.  []

Florent Coste

Membre post-doctorant de l'Ecole française de Rome Section Moyen Âge https://efrome.academia.edu/FlorentCoste

More Posts - Website