Archives mensuelles : décembre 2014

Conditions d’écriture et formation de l’œuvre gramscienne. Éléments d’introduction

Le puissant retentissement de l’œuvre d’Antonio Gramsci (1891-1937) à partir des lendemains de la Seconde Guerre Mondiale découle en partie des circonstances très particulières de sa rédaction. Composés pour bonne partie en régime d’incarcération strict, de 1926 à sa mort, ces écrits sont ceux d’un prisonnier politique qui lutte pour continuer à penser et à écrire. Ils sont partagés entre des notes théoriques (les Quaderni del carcere) et des lettres à ses proches (Lettere). Les méthodes de travail d’Antonio Gramsci seront au cœur de cette première séance du séminaire, qui discutera l’idée d’un programme scientifique univoque et unitaire, et réfléchira aux effets de l’incarcération sur l’élaboration de deux notions : le folklore et l’américanisme-fordisme.

La séance est organisée par Mathilde Carrive, Marie Lezowski et Niccolò Mignemi.

 

Cette première séance du séminaire 2014-2015 des membres de l’École française de Rome aura lieu le mardi 9 décembre 2014 à 14h, Piazza Navona.

 

Les textes discutés seront les suivants :

Sélection d’écrits d’Antonio Gramsci, dans les Quaderni et les Lettere

  • Groupement de textes sur les plans et programmes de travail (textes introductifs aux Cahiers 1 et 8).
  • sur la question du folklore : Cahier 27 (XI) Osservazioni sul « Folclore » (1935), plus extraits suivants : Q.5 (IX) § 156 (1930-1932) et Q.9 (XIV) § 15 (1932).
  • sur américanisme et fordisme : Cahier 22 (V) Americanismo e fordismo (1934), plus extraits suivants : Q.4 (XIII) § 52 (1930-1932) et Q.19 (X) § 26 (1934-1935).

Travaux :

  • Valentino Gerratana, « Prefazione » in Gramsci Antonio, Quaderni del carcere. Volume primo. Quaderni 1 (XVI) – 5 (IX). Edizione critica dell’Istituto Gramsci., Torino, Einaudi, 1975, p. XI-XLII.
  • Silvia Pieroni, « Antonio Gramsci e il folclore : i contributi gramsciani allo sviluppo dell’antropologia italian attraverso Lettere e Quaderni », Antrocom, 1-2, 2005, p. 185-190.

Séminaire 2014-2015 : «Antonio Gramsci : le laboratoire d’une œuvre»

Gramsci au début des années 1920 (source : Photo Archive de l’International Gramsci Society)Auteur fréquemment cité mais finalement peu étudié, Antonio Gramsci a produit des écrits dont l’influence dans l’élaboration de plusieurs concepts que l’Histoire et les Sciences sociales mobilisent en permanence (hégémonie, subalternité, société civile etc.) est désormais indiscutable. Le séminaire de lectures en sciences sociales des membres de l’École française de Rome 2014-2015 sera l’occasion d’explorer l’œuvre de cette figure majeure de la culture italienne du XXe siècle en l’abordant comme « un laboratoire » qui / dans la mesure où elle se distingue tant du point de vue de ses conditions de production et de diffusion que de ses apports théoriques.

Homme d’action profondément engagé dans les combats politique de son époque, Antonio Gramsci publie un grand nombre d’articles dans le cadre de son activité de journaliste et de militant. Toutefois, le noyau central de sa réflexion, les Cahiers – qui méritent cependant d’être croisés avec ses correspondances personnelles –, a principalement été élaboré lors de sa détention (trois phases d’élaboration des Cahiers sont identifiées entre 1929 et 1935). Arrêté en 1926, suite à la dissolution des partis politiques par le régime fasciste, malgré les pressions internationales et l’aggravation de son état de santé, Gramsci restera en prison jusqu’à sa mort, en 1937. En sus de la peine infligée à l’homme, l’emprisonnement représente, du point de vue de l’écriture, une double condamnation : elle « condamne » l’intellectuel isolé à élaborer une pensée purement théorique et elle « condamne » l’œuvre à rester confinée (temporairement) dans l’enceinte carcérale. Sauvés de la destruction, les écrits de Gramsci ne paraîtront qu’à titre posthume, après la fin de la seconde guerre mondiale, quand ils seront publiés grâce à plusieurs opérations éditoriales (par synthèse thématique, par ordre chronologique etc.) qui ont largement contribué à véhiculer la pensée de cet auteur et influencé la réception de celle-ci.

La diffusion de l’œuvre de Gramsci est cependant loin d’être uniforme. Comme l’a rappelé Eric Hobsbawm dans son article de 1974 sur la New York Review of Books, la réception de cet auteur s’est réalisée par vagues successives. Alors qu’en France, passée la période de fascination des années 1970, la pensée gramscienne semble avoir sombré dans l’oubli, dans le monde anglo-saxon et en Amérique Latine on assiste au contraire à une redécouverte de sa pensée. En témoigne, entre autres, les différents courants intellectuels qui se sont progressivement construits à partir de la pensée de cet auteur. C’est le cas, notamment, des Subaltern Studies, des Post-colonial Studies, des Cultural Studies ou encore de l’École néogramscienne en relations internationales.

L’objectif du séminaire est de partir de l’œuvre de Gramsci pour tisser des réflexions d’ordre plus général. À cette fin, quatre grandes thématiques – qui constitueront l’objet des quatre premières séances du séminaire – ont été identifiées. Après avoir dédié une séance introductive à l’étude des relations entre « lexique et conditions de production de l’œuvre de Gramsci », nous aborderons la question de la place de l’intellectuel de la cité avant de nous concentrer sur les spécificités de l’écriture carcérale. Une séance sera enfin dédiée au thème des relations entre Gramsci et la France.

Dans la continuité de ce qui a été réalisé l’an dernier, ces séances préparatoires ont pour objectif de préparer la journée d’étude finale prévue en juin 2015 au cours de laquelle interviendront des spécialistes de l’œuvre de Gramsci et des chercheurs dont les travaux se situent dans l’héritage scientifique de cet auteur.

 

Programme :

9 décembre 2014 : Conditions d’écriture et formation de l’œuvre gramscienne. Éléments d’introduction.

30 janvier 2015 : L’intellectuel chez Gramsci.

10 mars 2015 : L’écriture carcérale.

mai 2015 (date à confirmer) : Gramsci et la France.

Les séances ont lieu dans la salle de séminaire de l’École française de Rome (Piazza Navona, 62)