Archives mensuelles : avril 2014

Traduire les sources juridiques : du caractère performatif des transpositions linguistiques. Quatrième séance du séminaire

Le domaine juridique occupe une place singulière dans les pratiques de la traduction. Les textes issus de cette dernière, une fois validés par les autorités compétentes, n’ont pas seulement une portée explicative mais acquièrent eux-mêmes une valeur normative. À première vue, il s’agit là d’un travail de spécialistes capables d’opérer avec des terminologies particulièrement précises, fondées sur la stricte équivalence.

Pourtant, la pratique montre que cette symétrie lexicale est loin d’être systématique, notamment dans le cas des textes issus de négociations entre États ou entre institutions. Comme l’explique Nicolas Froeliger, les écarts de traduction offrent justement l’espace nécessaire au compromis et rendent l’accord possible. La traduction devient alors un des éléments du processus diplomatique.

La problématique concerne également l’adaptation des concepts juridiques exogènes à l’intérieur des sociétés marquées par le recours au droit coutumier local et à l’oralité. La transposition d’une législation importée, souvent d’origine européenne, fait du texte juridique un véritable outil politique et un objet d’étude pour les sciences sociales. Inversement, ce décalage dans l’usage et l’expression des normes constitue un véritable enjeu heuristique pour le chercheur. Il le pousse à repenser sa propre posture linguistique pour reformuler le contenu de sa source et l’inscrire dans la grille conceptuelle de son analyse.

À partir de ces réflexions, la quatrième séance du séminaire propose d’examiner la traduction non seulement comme un vecteur de diffusion des codifications juridiques mais également comme un véritable « agent législatif » dans des contextes de plurilinguisme.

La rencontre sera organisée par Jean-Baptiste Delzant, Cédric Quertier et Laurent Tatarenko. Elle se tiendra le vendredi 11 avril 2014 à 14h, dans la salle de séminaire de l’EfR (Piazza Navona, 62).

Seront discutés :

N. Froeliger, « Les enjeux de la divergence en traduction juridique », Tribune internationale des langues vivantes, 42 (2007), p. 36-48.

I. Merle, « La construction d’un droit foncier colonial : de la propriété collective à la constitution des réserves en Nouvelle-Calédonie », Enquête, 7 (1999), p. 97-126.

F. Ost, Traduire – Défense et illustration du multilinguisme, Paris, Fayard, 2009, p. 398-417.