Archives mensuelles : mars 2014

Traduire son « terrain » : réflexivité, objectivité et ethnocentrime en histoire, géographie et ethnologie. Troisième séance du séminaire

generationquestionLe « terrain » de l’ethnologue est tout à la fois un voyage, au sens propre comme au sens figuré, un départ et un déracinement d’abord, une arrivée, un séjour et donc un enracinement ponctuel ensuite, une rencontre et un dialogue avec l’altérité, une enquête et une mise en situation, une forme d’immersion où l’on se situe à la fois au-dedans et au-dehors. Il est aussi un retour vers son « terroir » originel qui devient alors, au moins l’espace d’un instant, un nouveau terrain.

L’expérience ethnographique engage le chercheur sur plusieurs niveaux et mobilise différentes appartenances, temporalités et identités, sa capacité tant d’empathie que d’abstraction et son aptitude à la restituer objectivement.

Le « terrain » n’est pas uniquement l’occasion d’un dialogue avec « l’autre », dont il faut essayer de traduire les mots, les concepts, l’outillage mental, les actions; il est aussi une rencontre et une confrontation avec nous-mêmes ; il est une invitation à repenser nos catégories, nos échelles, nos hiérarchies. À traduire différemment notre propre univers culturel.

La séance sera coordonnée par Camille Schmoll, Michael Gasperoni et Clément Chillet et aura lieu vendredi 14 mars à 15h00 dans la salle de séminaire de l’EfR, Piazza Navona, 62.

Seront discutés :

– Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais, sciences, fictions, féminismes, anthologie établie par Laurence Allard, Delphine Gardey et Nathalie Magnan, Paris, Exils, 2007, p. 115-143.

– Etienne Anheim, « L’historien au pays des merveilles? Histoire et anthropologie au début du XXIe siècle », in : L’homme, 2012-13, n°203-204, p. 399-427.

– Ernesto De Martino, La fine del mondo. Contributo all’analisi delle apocalissi culturali, Einaudi, 2002, p. 389-413.

– Florence Dupont, L’Antiquité, territoire des écarts, entretiens avec Pauline Colonna d’Istria et Sylvie Taussig, Paris, Albin Michel, 2013, p. 126-141 et p. 281-288.

La souveraineté alimentaire. Interventions d’Antonio Onorati en podcast, résumés des débats

Portrait Antonio OnoratiAntonio Onorati préside l’ONG Crocevia, une organisation de coopération internationale et de solidarité née en 1958. Crocevia a joué un rôle déterminant au sein du réseau Via Campesina pour la tenue de la réunion des organisations paysannes en marge du sommet mondial de l’alimentation de Rome de 1996. Une seconde réunion des ONG et associations a été mise sur pied en parallèle au Sommet mondial de l’alimentation de 2002, dans le cadre du Forum mondial sur la souveraineté alimentaire coprésidé par Crocevia. C’est là qu’a été institué le CIP, le Comité international de planification pour la souveraineté alimentaire chargé d’assurer le suivi continu des revendications du mouvement ainsi que le dialogue avec la FAO. Crocevia est devenue responsable de la coordination internationale du CIP, des relations entre ONG, mouvements et organisations de la société civile qui s’y rattachent. Depuis la réforme du Comité pour sécurité alimentaire (CSA ou CSF, Committee on world food security)  de 2009 et la mise en place du mécanisme de la société civile, M. Onorati est membre de plusieurs groupes de travail institués au sein de la FAO. C’est donc un acteur de l’émergence de la notion de souveraineté alimentaire, à partir de la société civile, qui prend la parole au cours du séminaire du 3 juin 2013 et qui réagit aux communications présentées par Delphine Thivet et par Céline Fercot. Lors de la séance, il est présenté par Jean-Baptiste Delzant (de 0 à 1 min. 43 sec. sur le premier enregistrement).

Antonio Onorati décrit d’abord l’émergence de la notion de souveraineté alimentaire comme le produit d’une action collective. Il insiste sur la nature autonome des organisations sociales qui ont pris part à la rencontre de 1996, c’est-à-dire sur leur capacité à se doter de leurs propres règles mais aussi à contribuer à l’élaboration des normes structurant la société. Il met l’accent sur le rôle qu’elles ont à jouer dans la production du droit, dans le cadre de négociations avec les États et avec les institutions internationales.

Le débat est lancé à la suite de l’invervention d’Antonio Onorati. Un membre de l’assistance souligne que si la notion de souveraineté, dans sa définition classique, est le fruit d’une réflexion européenne (voir les développements autour de ce thème lors de la première séance du séminaire), celle de souveraineté alimentaire est en large partie extra-européenne. Il expose que la souveraineté alimentaire est un instrument de combat contre l’ordre international instauré et dominé par les États Unis et par l’Europe au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Il demande si elle peut être présentée comme un outil de contestation utilisé par des puissances telles que le Brésil de Lula da Silva, la Chine ou la Russie pour reconfigurer l’ordre international.

De son point de vue, clairement, non, répond Antonio Onorati. Le président de Crocevia replace la notion dans son contexte d’émergence (voir l’introduction de la séance et le résumé de la communication de D. Thivet). Il rappelle qu’en Europe, la réforme de la Politique agricole commune (PAC) en 1992, dont un des volets était la libéralisation accrue du commerce des denrées agricoles, a suscité de fortes oppositions de la part de plusieurs composantes de la société civile et d’organisations agricoles. Il cite deux exemples. Il mentionne en premier lieu le Groupe de Bruges, un think tank européen fondé en 1995 par Edgard Pisani et Bertrand Hervieu afin de réfléchir au rôle social des agriculteurs, aux questions de l’environnement et à celles du développement rural. M. Onorati évoque ensuite la Coordination paysanne européenne (CPE). Il dit que cette dernière, consciente de la nécessité de changer l’échelle de son action pour mieux s’opposer au développement du libéralisme économique, s’est organisée avec des formations associatives d’Amérique et d’Asie en un mouvement à vocation mondiale. De là a émergé en 1993 la Via Campesina qui, trois ans plus tard, a joué un rôle clef dans le lancement de la notion de souveraineté alimentaire.

Logo Via Campesina

Il peut arriver, poursuit Antonio Onorati, que la notion de souveraineté alimentaire trouve, un temps, sa place au sein de préoccupations partagées par les acteurs gouvernementaux et par les organisations sociales. Ainsi lors des programmes de lutte contre la faim menés par le président Lula après son élection en 2003 à la tête du Brésil, programmes qui ont fait écho à certaines des revendications du Movimento dos trabalhadores rurais sem terra (MST). Cependant, la souveraineté alimentaire entendue sur une base nationale n’est pas celle que défendent Crocevia et son président.

Ce dernier tient à développer un autre point, qui n’a pas encore été évoqué. Il s’agit de la circulation des biens alimentaires. À travers elle, dit-il, se posent les questions du choix des types de marché mais aussi, et plus généralement, celles du cycle de la production, de la transformation et de la commercialisation des produits agricoles.

Un membre de l’assistance s’interroge sur l’identité du détenteur de la souveraineté dans la perspective politique ouverte par la notion de souveraineté alimentaire. Il cite le cas particulier du Comité pour la sécurité alimentaire au sein du système des Nations Unies. La réforme de 2009 permet en effet que les réunions du CSA rassemblent, notamment, les États (avec un statut de membres votant), des organisations de la société civile et des représentants du secteur privé (avec, dans ces deux derniers cas, le statut de participants, sans droit de vote mais avec droit d’intervention en séance, de proposition et de participation à l’élaboration des documents). Dans un tel système, qui peut se targuer d’une véritable représentativité démocratique lors des prises de parole ?

Antonio Onorati répond en soulignant qu’un gouvernement ne peut ni prétendre réprésenter la totalité de la population d’un pays ni proposer seul des solutions aux problèmes complexes d’une société. Le fonctionnement du CSA réformé permet de réintroduire un peu de représentation populaire dans les mécanismes internationaux de prise de décision. Au niveau des constructions régionales telles que l’Union européenne, les jeux de la représentation politique sont encore bien plus déséquilibrés. Selon l’intervenant, la place disproportionnée du modèle de l’agriculture industrielle d’exportation dans les politiques publiques n’est pas tant le fruit de décisions prises par une nation souveraine que le résultat de l’influence de gros producteurs dont le poids sur les orientations politiques est sans commune mesure avec celui des consommateurs.

La discussion revient ensuite sur la difficulté d’appréhender l’expression d’une forme de souveraineté au sein des organismes internationaux. Il est rappelé que le CSA n’est qu’une des instances travaillant sur les questions qui sont de son ressort. La FAO comporte de nombreux comités techniques (tels ceux des pêches ou de l’agriculture) menant leurs propres travaux et émettant leurs propres avis. Y siègent des représentants de quelques ministères (principalement, pour la France, Agriculture et Affaires étrangères) susceptibles de suivre chacun leur propre ligne d’action, et ce selon des logiques techniques ou bureaucratriques qui ne coïncident même pas nécessairement avec les prises de position publiques des dirigeants politiques nationaux.
L’évocation de l’un des principes de gouvernance des Nations Unies, l’unanimité, permet de poursuivre la réévaluation de la pertinence de la notion classique de souveraineté pour la compréhension du processus de production des normes internationales. Dans plusieurs agences onusiennes, l’aversion pour le vote et la recherche prioritaire du consensus entre États conduit à tenir à distance la règle majoritaire. Cette dernière sous-tend pourtant le processus démocratique et c’est bien à travers elle qu’est supposée se construire l’expression de la souveraineté.

Un membre de l’assistance revient sur l’ambiguïté de la notion de souveraineté alimentaire, dont la définition oscille, dit-il, entre le droit des États à définir leur propre politique agricole et le droit des peuples à choisir tant leur alimentation que les modes de sa production. À ce stade de l’élaboration théorique, il lui paraît prématuré d’introduire la notion au sein du CSA : l’ambivalence de la notion ne ferait qu’obscurcir les débats.

Avec humour, Antonio Onorati feint de prendre ces derniers commentaires pour la position du gouvernement français, ce qu’ils ne sont évidemment pas. Il réaffirme l’idée selon laquelle la souveraineté alimentaire ne saurait être que celle des peuples. Il explique que la notion se construit progressivement, par l’ajout de composantes successives : l’accès à la terre, les investissements, la propriété des semences.
Le président de Crocevia montre ensuite la façon dont les organisations sociales peuvent travailler directement à la production de normes internationales pour viser, in fine, un effet national, voire local. Elles savent utiliser l’obligation de mise en conformité des législations des États avec les règles et principes internationaux pour éviter d’entrer, avec certains grands intérêts privés agro-industriels, dans un rapport de force qui leur serait défavorable à un niveau inférieur.

Jean-Baptiste Delzant

membre de l'Ecole française de Rome

More Posts