Archives mensuelles : février 2014

À propos de la traduction des concepts en sciences sociales. Deuxième séance du séminaire

Après une séance introductive sur les enjeux de l’herméneutique en sciences sociales, la deuxième séance du séminaire est une invitation à la réflexion sur le problème épistémologique de la traduction des concepts. Toutes les disciplines sociales et humaines permettent de faire l’expérience de ce que la traduction affecte le sens d’un concept : elle l’appauvrit ou contraire l’enrichit, le limite, le déplace. Ce constat vaut autant dans la traduction de concepts présents dans les sources que dans le transfert d’un outillage conceptuel d’une langue à une autre, et d’un contexte académique à un autre. Dans la traduction des concepts utilisés dans les sciences sociales en particulier, des décalages sont à l’origine de malentendus entre spécialistes, que l’on résout hâtivement par la recherche d’équivalents ou par le néologisme.

Comment faire de cette question un moteur de nos travaux en sciences sociales ? L’enjeu de cette séance sera d’abord de proposer un éclairage des termes du débat à partir de deux entreprises éditoriales récentes, le Vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles, dirigé par Barbara Cassin (2004), et le Dictionnaire des concepts nomades en sciences sociales, coordonné par Olivier Christin (2010).

Dus, pour l’un, à une équipe de philosophes, pour l’autre, à la réunion d’historiens, le Vocabulaire Cassin et le Dictionnaire Christin ont en commun de réfléchir à des mots jugés essentiels dans leurs disciplines respectives et qui sont éclairés par leur inscription dans des réseaux sémantiques. Ils se réclament tous deux de l’école de sémantique historique allemande, qui a notamment donné lieu, autour de Reinhart Koselleck et de Werner Conze, aux Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland [Les concepts fondamentaux de l’histoire. Dictionnaire historique du langage politique et social en Allemagne] (1972-1997, 9 vol.). Cependant, la source d’une importante divergence méthodologique est la notion d’« intraduisible », mise en avant par Barbara Cassin dans son approche, et réfutée, ou du moins discutée, par Olivier Christin.

Après avoir présenté l’ambition générale de ces deux dictionnaires critiques et les moyens de leur mise en œuvre, la discussion s’arrêtera sur une notice commune au Vocabulaire et au Dictionnaire : « Travail, labor/work, Arbeit ». C’est surtout l’entrée du Dictionnaire des concepts nomades qui offre matière à un prolongement de notre réflexion. La sociologue Bénédicte Zimmermann y propose en effet une définition de l’histoire comparée à partir de l’historicisation des termes de la comparaison, une historicisation qui ne peut se passer de leur traduction, car « comparer, c’est d’abord traduire »1. La notice « Travail, labor/work, Arbeit » est ainsi une mise en œuvre concrète des apports et enjeux de l’histoire croisée, telle que B. Zimmermann l’a définie, dans un article écrit en 2003 avec Michael Werner, dernière lecture proposée à la discussion.

 

 

La séance, organisée par Guillaume Calafat, Émilie Kurdziel et Marie Lezowski, se tiendra le jeudi 13 février 2014, à partir de 14h, dans la salle de séminaire du bâtiment de l’École française de Rome Place Navone. Vous êtes tous les bienvenus.

 

Seront discutés :

Barbara Cassin, « Présentation », dans Ead. (dir.), Vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles, Paris, Le Seuil/Le Robert, 2004, p. XVII-XXII

Olivier Christin, « Introduction », dans Id. (dir.), Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines, Paris, Métailié, 2010, p. 11-22

Pascal David et John Mc Cumber, « Travail, « Labor », « work » / « Arbeit », dans B. Cassin (dir.), Vocabulaire européen des philosophies, p. 1320-1321

Bénédicte Zimmermann, « « Travail, labor/work, Arbeit », dans O. Christin (dir.), Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines, p. 397-406

Bénédicte Zimmermann et Michael Werner, « Penser l’histoire croisée. Entre empirie et réflexivité », Annales HSS, 58/1, 2003, p. 7-36

Et en contrepoint :

Reinhart Koselleck, Le futur passé : contribution à la sémantique des temps historiques. Traduit de l’allemand par Jochen Hoock et Marie-Claire Hoock, Paris, Éditions de l’EHESS, 1990 [1979], « Histoire des concepts et histoire sociale », p. 99-119

  1. B. Zimmermann, « Travail, labor/work, Arbeit », dans O. Christin (dir.), Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines, Paris, Métailié, 2010, p. 397 []

Marie Lezowski

Membre post-doctorante de l'École française de Rome - Chercheuse associée au Centre Roland-Mousnier et au CéSor-EHESS

More Posts