Archives mensuelles : mars 2012

A proposito di qualche esperienza normativa

Silvia di PaoloIntervention de Silvia di Paolo lors de la séance « L’invention des normes » (27 janvier 2012 – séminaire « Que font les normes ? »)

Grazie molte agli organizzatori per la proposta di partecipare a questo incontro sull’invenzione delle norme. E grazie infinite al Professore Halpérin per aver accettato di discutere con noi del suo saggio “Le droit et ses histoires, in cui attraverso “un caleidoscopio di approcci” – per riprendere una sua bella espressione – solleva questioni fondamentali relative al rapporto tra storia e diritto. Dalla validità di una lettura storica del diritto alla storicità stessa del diritto, dall’invenzione alla scomparsa più o meno silenziosa di un ordinamento, dalla pluralità di terreni da indagare alla pluralità degli strumenti di ricerca da utilizzare. Tematiche d’interesse comune a studiosi delle diverse discipline, di cui gli organizzatori hanno sottolineato alcuni profili problematici, apparentemente circoscritti, ma che per la verità si risolvono in teorizzazioni di problematiche – se possibile – ancora più complesse.

 Allora, raccogliendo alcune suggestioni offerte dal testo del Professore Halpérin anche alla luce delle questioni proposte dagli organizzatori, provo a interrogare qualche esperienza normativa con cui ho avuto occasione di confrontarmi nel corso delle mie ricerche, consapevole comunque delle peculiarità della prospettiva attraverso la quale il diritto canonico medievale guarda a questi problemi.

 L’invenzione delle norme, l’origine del diritto

 Il diritto canonico medievale mi sembra che offra un terreno privilegiato di indagine sulla nascita del diritto e sulla varietà e vitalità delle sue espressioni normative. Persino la norma canonica che veste la forma della decretale, l’espressione più tradizionale della volontà del legislatore, manifesta la natura complessa propria di una pronuncia sul caso singolo (alla stregua di un rescritto imperiale) che ha assunto però il valore giuridico di una norma generale. La decretale, infatti, com’è noto, muove dal particolare all’universale, elaborando dal fatto la previsione astratta, che esprime la volontà del pontefice, legislatore canonico accanto al concilio.

Sicchè la fattualità con cui il singolo ecclesiastico entra in relazione nell’amministrazione del suo ufficio può costituire l’occasione della concettualizzazione normativa del legislatore. E il nuovo principio giurisprudenziale entra sempre nella tradizione normativa della Chiesa modificandosi in relazione alle altre norme, anche quando a contenerlo sia una fonte priva di alcuna stabilità testuale o crisma di ufficialità.

Penso alle decisiones Rotae Romanae che, pur avendo avuto la forza di precedenti dentro e fuori il tribunale romano, sono state organizzate sistematicamente in raccolte quasi sempre soltanto private; ancora alle decretales extravagantes, vaganti appunto fuori delle collezioni ufficiali di diritto canonico, il cui contenuto normativo manteneva la sua cogenza nonostante la mancanza di una collocazione stabile nell’ordinamento, di una cornice sistematica in cui inserirsi.

Il famoso editore parigino del Corpus Iuris Canonici, Jean Chappuis, al momento di stampare la prima edizione dell’ordinamento canonico medievale non lasciò però che queste fonti medievali continuassero a vagare nei manoscritti, le selezionò e riunì nella collezione delle Decretales Extravagantes Communes. Si trattava di testi promulgati tra Trecento e Quattrocento che erano entrati ormai nella tradizione giuridica canonica medievale attraverso l’intelaiatura di concetti e rinvii creata dai glossatori e commentatori con il resto delle norme.

Tornando allora alle modalità di costruzione e sopravvivenza di un ordinamento giuridico, mi sembra che lo strumento giuridico della stampa abbia rivestito un ruolo di primo piano nella definizione dell’ordinamento giuridico canonico della prima età moderna. I primi editori quattrocenteschi hanno selezionato norme medievali circolanti nei manoscritti – pensiamo alle extravagantes – traghettandole nell’età moderna e conferendo loro stabilità e uniformità testuale, circolazione e applicazione nei tribunali. Ne hanno difatti rinnovato la portata normativa inserendole nella diversa sistematica istituzionale della prima età moderna.

Un ruolo perciò significativo, benchè purtroppo spesso sottovalutato, quello esercitato dall’editoria giuridica nella fissazione delle norme di un ordinamento nel Medioevo.

Mi sembra dunque che in un discorso sull’invenzione di un ordinamento ci si debba chiedere in che misura la reale vigenza di una norma sia stata condizionata dalla sua tradizione testuale, oltre che naturalmente dalla lettura che ne hanno dato i giuristi e dalla applicazione che ha incontrato da parte dei giudici.

Prendo un esempio che ho seguito meglio: la Bolla Unam Sanctam di Bonifacio VIII (Extrav. Com. 1.8.1) del 1302, di cui tutti conosciamo il valore teologico, filosofico e giuridico nel contesto dei rapporti tra la Francia di Filippo il Bello e la Chiesa di Bonifacio, e in particolare l’affermazione del potere assoluto del pontefice in temporalibus.

La circolazione della norma di Bonifacio non fu lineare. Pur essendo stata sconfessata da Clemente V nella decretale Meruit (Clem. 5.7.2) e non accolta nella collezione delle Clementinae, la fama della bolla era troppo vasta per essere dimenticata nei registri pontifici. La Unam Sanctam circolò nelle instabili appendici delle collezioni ufficiali, redatte per integrare queste ultime con i testi più recenti che non vi erano compresi. Fece parte delle etereogenee raccolte di decretali che furono stampate in diverse edizioni incunabole a corredo del Sextus e delle Clementinae, fino ad approdare definitivamente nella raccolta delle Extravagantes Communes compilata da Jean Chappuis per l’edizione parigina del 1501, che stabilì definitivamente il volto del Corpus Iuris Canonici.

Ora, l’assenza di una collocazione precisa nel Corpus Iuris prima del 1501 condizionò fortemente l’attività esegetica intorno alla norma bonifaciana. Non facendo parte di una collezione, la decretale non poteva infatti essere inclusa in corsi universitari, né era presa in esplicita considerazione nei maggiori commentari. Ebbe perciò commenti particolari, di diverso orientamento, la cui paternità è stata a lungo controversa.

Ricostruire la circolazione di questi commenti è stato quindi indispensabile per procedere a una corretta attribuzione e per valutare così la rilevanza della bolla quale fondamento giuridico del potere papale.

Come ogni altra norma giuridica, anche la decretale di Bonifacio acquistava efficacia soltanto una volta inserita nell’ordinamento canonico di cui faceva parte: e questo inserimento era compito della dottrina, che per questo si affrettò, lungo tutto il medioevo, a glossare ogni nuova fonte giuridica. Quello della Unam Sanctam è un caso rappresentativo, mi sembra, del ruolo che la stampa ha rivestito nella definizione del valore di una norma.

Oltre a commenti teologici, come quello del curialista Guido Vernani, la bolla ebbe tre commenti circolanti in ambiente giuridico. Due di essi – i più noti – si trovano stampati nelle edizioni delle Extravagantes Communes, dove comunque conoscono ancora per qualche anno omissioni, modifiche ed integrazioni, dimostrando un’instabilità testuale sintomo della persistente incertezza degli interpreti intorno al valore giuridico da attribuire alla norma. Il terzo commento ha una storia ancora più complessa, cui qui accenno soltanto, perché si è sempre creduto che fosse rimasto manoscritto fino all’edizione moderna del Finke del 1902, ma fu invece il primo a essere stampato in un’edizione incunabola del 1475.

Sotto forma di glossa alla decretale Jean Chappuis fece stampare un commento da sempre attribuito al cardinal Jean Lemoine, l’autore anche dell’apparato al Liber Sextus, e un commento attribuito a Pierre Bertrand. Redatta subito dopo l’emanazione della Unam Sanctam, la glossa del Lemoine, come del resto anche il testo un po’ più tardo del Bertrand, è di orientamento decisamente ierocratico. Nei manoscritti però circolò sempre sotto il nome dello stesso cardinale un altro commento assai più moderato, redatto in un secondo momento in seguito al mutamento delle condizioni politiche con Filippo il Bello. Questo secondo commento tralasciato da Chappuis e non entrato quindi a corredo della norma nel Corpus Iuris Canonici fu dimenticato dagli studiosi, che arruolarono il Lemoine nel partito dei curialisti rifiutando di attribuire alla sua mano anche il secondo commento, che aveva toni così diversi.

Se però si va a spulciare nelle edizioni incunabole che diversamente hanno operato una selezione delle numerose extravagantes – divenute poi communes –, ci si imbatte in un’edizione singolare, che rovescia completamente il quadro della tradizione testuale dell’esegesi alla Unam Sanctam, rimettendone così in discussione il valore giuridico riconosciutole tra Trecento e Quattrocento. Si incontra, infatti, un canonista ed uditore della Rota Romana, Iohannes Franciscus de Pavinis, che facendosi promotore della stampa giuridica a Roma, nel 1475, stampò per la prima volta una collezione di venti extravagantes communes glossate, tra cui la Bolla Unam Sanctam, accompagnata questa volta proprio dal commento più moderato attribuito esplicitamente al cardinal Jean Lemoine.

Sicchè, nel commento andato a stampa nel 1475, le pretese di Bonifacio VIII appaiono fortemente ridimensionate nel rispetto dell’antico principio Gelasiano, diversamente da quanto avviene nella glossa decisamente propapale, sempre del Lemoine, che si trova a corredo in tutte le edizioni del Corpus Iuris Canonici dal 1501 in poi.

Insomma, una vicenda ingarbugliata che però mi sembra mostri chiaramente come nella definizione del fondamento giuridico della norma medievale abbiano giocato un ruolo decisivo molteplici elementi, primo fra tutti evidentemente la scienza giuridica, ma non da ultimo la stampa, che pur rispondendo alle richieste del mercato librario era in grado di orientare e condizionare la cultura giuridica.

Pluralità delle norme e ordinamenti giuridici: come si forma e acquista legittimità un nuovo ordinamento o un insieme di norme, che rapporto instaura con il potere e la società?

PaviniSe restiamo nel diritto canonico medievale, la stessa questione se la pose nel 1478 sempre il giurista Giovanni Francesco Pavini, sia come uditore – che si trovava ogni giorno a giudicare le cause provenienti da tutto il mondo al tribunale della Rota Romana – sia come giurista che colse da subito l’importanza dello strumento della stampa per la cultura giuridica e se ne fece per questo sensibile promotore. Per scegliere fonti di sicuro successo editoriale, egli fu un attento osservatore dell’ordinamento giuridico della Chiesa, interpretando precocemente i cambiamenti in atto.

Ritenne che tre erano le componenti fondamentali – diremmo oggi i formanti – dell’ordinamento: le decretales, le decisiones e le regulae cancellariae. La legislazione, la giurisprudenza e un terzo elemento – le regole di cancelleria – di cui avvertì la crescente importanza notando che  “faciunt quasi ius”.

Non voglio entrare qui nella sua analisi delle regole di cancelleria, ma soltanto rilevare come una fonte da tempo esistente nell’ordinamento, le regole di cancelleria, stesse modificando la propria funzione normativa all’interno dell’ordinamento. Se fino ad allora era stata escluso il valore di normazione generale delle regole di cancelleria, in quanto queste – diversamente dalle leggi – cessano di esistere con la morte del legislatore che le ha promulgate, ora la progressiva tecnicizzazione e il considerevole aumento delle regole di cancelleria facevano avvertire al giurista e giudice rotale Pavini l’emersione di un nuovo formante dell’ordinamento, diremmo ante litteram, quello del diritto amministrativo. Per questo al pubblico della stampa Pavini propose originali collezioni di decretales extravagantes, decisiones Rotae Romanae ma anche due trattati sull’amministrazione della Chiesa.

La sua selezione di testi sembra riflettere una moderna visione dell’ordinamento della Chiesa, registrando i cambiamenti giuridici e culturali in atto nell’Europa della prima età moderna. E la stampa fu lo strumento utilizzato per promuovere le componenti del moderno ordinamento giuridico: legislazione, giurisprudenza e un “proto-diritto amministrativo”.

Mi sembra dunque una conferma della varietà dei modi, sottolineata dal Professore Halpérin, attraverso i quali può manifestarsi o cessare di esistere un nuovo ordinamento o un insieme di norme, senza presupporre necessariamente lo stabilizzarsi di un nuovo potere sovrano. Nel nostro caso, l’ordinamento quattrocentesco ecclesiastico conosce la fine della stagione delle collezioni ufficiali di diritto e delle raccolte di nuova giurisprudenza e parallelamente l’avvio di uno sviluppo eccezionale della burocrazia ecclesiastica. E promuove la ridefinzione di norme giuridiche – le regole di cancelleria – all’interno di una nuova ipotetica gerarchia delle fonti, senza la promulgazione ufficiale di alcun nuovo diritto. Gli storici del diritto hanno proposto, infatti, un’alternativa interpretativa in termini di “Stagnation oder Fortbildung” in riferimento all’ordinamento ecclesiastico quattrocentesco.

Il profilarsi di una nuova normatività amministrativa, in grado di disciplinare meglio l’intensa attività amministrativa interna alla Curia Romana, è speculare al processo di “giuridicizzazione” al quale i giuristi, in particolare quattrocenteschi, sottopongono l’antichissimo procedimento pastorale della visita. La loro analisi investe la sostanza e il significato letterale della visita per giungere a evidenziarne il carattere più spiccatamente amministrativo accanto a quello propriamente pastorale di cura animarum.

Jean GersonL’attitudine amministrativa della visita riceve così una prima teorizzazione ed enucleazione da parte dei giuristi, che fanno propria la raffinata riflessione teologica di Jean Gerson e Pierre Soybert sul pastore e la nuova immagine carismatica di prelato lex animata, che quando visita si fa portavoce di una nuova normatività, in grado di avvicinare il dettato normativo alle esigenze delle singole realtà, come ha mostrato Paolo Napoli.

La prefigurazione dei giuristi in termini amministrativi dell’antica inchiesta canonica condotta dal visitatore, a sua volta ripresa ed elaborata dai Padri della Chiesa sul modello divino della visita, ha prodotto un nuovo modello di normatività, di procedimento di controllo amministrativo e di intervento disciplinare, fatto proprio anche dagli ordinamenti laici della prima età moderna attraverso un lento processo di adattamento secolare.

Mi sembra dunque che la giuridicizzazione della visita pastorale rappresenti proprio il caso di una norma e di un procedimento giuridico costruiti attingendo a piene mani a un principio conoscitivo pastorale. In questo caso la matrice teologica e la funzione pastorale sono stati modulati per soddisfare le esigenze anche temporali dell’amministrazione ecclesiastica. Difatti la concettualizzazione pubblicistica della visita in termini di munus e di dovere d’ispezione gerarchica da assolvere d’ufficio da parte di ogni prelato in nome della pubblica utilità – e non più solo quale atto di esercizio del diritto di giurisdizione – non esclude affatto lo previsione della visita quale strumento di salus et cura animarum.

Mi sembra dunque che l’elaborazione sistematica della visita da parte della dottrina canonistica confermi come la teorizzazione dei giuristi non sia mai pura astrazione, o semplice convalida di pratiche affermatisi per effettività, ma sempre espressione della problematicità delle esperienze della prassi. La visita fu infatti la risposta normativa e procedurale alle esigenze amministrative e di riforma pastorale della Chiesa, che all’inizio dell’età moderna prevedeva nel proprio ordinamento un nuovo terzo formante: il diritto dell’amministrazione.

Diritto e Storia

Per concludere vorrei riprendere dall’inizio del nostro discorso: il rapporto tra diritto e storia. È vero che il diritto cambia di continuo e ha delle sue storie; non potrebbe essere diversamente, giacchè il diritto è un protagonista essenziale della storia della società, non una tecnica autosufficiente rispetto alla società. Negli ultimi decenni diversi interventi si sono proposti con titoli molto eloquenti, direi vere e proprie chiavi di lettura del rapporto tra storia e diritto. Tra questi, ce n’è uno piccolino, recente (2010), “Il diritto per la storia” a cura di Emanuele Conte e Massimo Miglio, e uno in due volumi, meno recente (1995), “Il diritto nella storia medievale” di Ennio Cortese.

A distanza di una ventina d’anni uno dall’altro, entrambi propongono di mettere da parte il più classico “Storia del diritto medievale”, il cui sapore di introduzione al diritto moderno e contemporaneo effettivamente tradisce un certo imbarazzo o timore da parte dei giuristi di vedere, come nota il Professore Halpérin, “marginalizzata la nostra disciplina”.

Allora “Il diritto per la storia”, “Il diritto nella storia” e “Il diritto e le sue storie” sintetizzano meglio il ruolo di protagonista del diritto nella storia della società. Un ruolo di rilievo, che troppo spesso sfugge perché non si fa lo sforzo di considerarlo in tutte le sue componenti legislative, dottrinali e giurisprudenziali, di riconoscere in ogni argomentazione giuridica un dato propriamente storico, una sorta di cartina di tornasole delle ingarbugliate vicende della storia. Del resto una “storia interna” che isola il diritto dalla storia, disegnando storie di puri concetti, spesso evolutive, coerenti e ordinate, ma prive di ogni contatto con i problemi veri delle società, ha ormai mostrato tutta la sua dimensione anacronistica, se non – direi  – persino utopistica, attribuendo al diritto il merito di aver proiettato nel Medioevo una coerenza giuridica e una sistematica istituzionale che non si hanno più neanche nel mondo contemporaneo ormai decodificato.

Nei giorni scorsi, Giorgio Resta notava – in occasione del convegno “La Storia del diritto fra testi e tecniche giuridiche” – che la tendenza dello storico a riscoprire l’importanza dell’avvicinamento filologico al testo vada di pari passo con quella opposta del giurista a liberarsi dal testualismo per avvicinarsi al contesto. Un’apparente dissonanza, che tuttavia offre le condizioni di un dialogo vivo tra diritto e storia, tra giuristi e storici del diritto. Come storici possiamo partire dal nostro contesto, dalle questioni del nostro tempo per dedicarci alle fonti medievali, senza temere per questo di riproporre schemi evoluzionistici, storie interne o esterne, di isolare l’oggetto giuridico dalla sua trama storico-istituzionale, di proiettare nella storia un diritto più attuale che veramente storico. Viceversa, per i giuristi è indispensabile distogliere per un istante l’attenzione dal testo normativo per concentrarsi sul contesto storico da cui esso proviene. Solo lo sguardo alla storia fornisce, infatti, al giurista verità e garanzie contro ogni negazionismo e mostra come il nostro lessico giuridico si serva di concetti di lunghissima durata, che rendono alla storia una vitalità affascinante.

Se riconosciamo il diritto quale protagonista della storia allora sì che il diritto ha delle storie, almeno quante sono le società umane che ad esso sono diversamente ricorse per disciplinarsi. Si può dire – riprendendo la premessa di Emanuele Conte al “Diritto per la storia” – che il giurista dovrebbe essere un po’ più storico ed avvicinarsi al contesto oltre che al testo della norma e che lo storico – generico o specialista – dovrebbe essere un po’ più giurista, per conoscere, con lo spirito meticoloso e un po’ pedante che gli è proprio, “la grammatica fondamentale del diritto, la sua articolazione interna, che altro non è che il riflesso del mondo economico e sociale delle singole società e che a questo si applica nel momento della legislazione e in quello della giustizia”.

Penso che se lo studioso fosse equamente storico e giurista non si correrebbe il rischio – o almeno non così di frequente – di giuridicizzare il non-giuridico e viceversa di escludere la natura giuridica di regole che ne sono intrise. Un ultimo esempio, tratto dagli interventi recenti di Agamben e Coccia sulla regola francescana. Non mi sono mai occupata del problema della natura giuridica o non-giuridica delle regole monastiche, ma mi sembra – seguendo il recente dibattito – che per lo storico del diritto sia particolarmente interessante – e non cada in anacronismi – l’ipotesi di riconoscere la novità del francescanesimo nella forma di un “paradosso giuridico”. È proprio del monachesimo in generale il tentativo di costituire a oggetto del diritto non tanto le relazioni fra i soggetti o fra i soggetti e le cose, quanto la vita stessa nella sua relazione alla propria forma. La specificità del francescanesimo constiterebbe dunque nel costituire un dispositivo giuridico, la Regola, per consentire la creazione di un “vuoto giuridico”, capace di sottrarre radicalmente la vita alla sfera del diritto. La Regola, che incontra l’approvazione del Papa e attinge al suo potere supremo, esclude i monaci (o i frati) dall’esercizio di rapporti propriamente giuridici: la norma giuridica annulla il diritto.

Questa, come altre, mi sembra un’ipotesi interpretativa che dimostra talvolta i limiti della tradizionale distinzione metodologica tra giuridico e  non-giuridico.

Bibliografia essenziale:

Agamben G., Altissima povertà. Regole monastiche e forma di vita. Homo sacer IV, 1, Vicenza 2011.

Bertram M. (hrsg), Stagnation oder Fortbildung? Aspekte des allgemeinen Kirchenrechts im 14. und 15. Jahrhundert  [Tagung am Deutschen Historischen Institut (DHI) in Rom im März 2003], Tübingen 2005.

Brown J., « The Extravagantes Communes and Its medieval predecessors », in A Distinct voice [Medieval Studies in Honor of Leonard E. Boyle, O.P.], ed. by J. Brown – W. Stoneman, Notre Dame (Indiana) 1997, 373-436.

Coccia E., « Regula et vita. Il diritto monastico e la regola francescana », Medioevo e Rinascimento, 20 (2006), 97-147.

Conte E. – Miglio M. (a cura di), Diritto per la storia. Gli studi storico giuridici nella ricerca medievistica, Roma 2010 (Nuovi Studi Storici, 83).

Conte E., « La bolla Unam sanctam e i fondamenti del potere papale fra diritto e teologi »a, Mélanges de l’École Française de Rome, 113 (2001), 663-684.

Conte E., « Storia interna e storia esterna. Il diritto medievale da Francesco Calasso alla fine del XX secolo », Rivista Internazionale di Diritto Comune, 17 (2006 ma 2007), 299-322, ora anche in La storiografia tra passato e futuro. Il X Congresso Internazionale di Scienze Storiche (Roma 1955) cinquant’anni dopo. Atti del convegno internazionale (Roma, 21-24 settembre 2005), cur. H. Cools – M. Espadas Burgos – M. Gras – M. Matheus – M. Miglio, Roma 2008.

Cortese E., Il diritto nella storia medievale, I-II voll., I. L’alto Medioevo – II. Il basso Medioevo, Roma 1995.

Di Paolo S., « Le Extravagantes Communes nell’età dell’incunabolo: la Bolla Unam Sanctam da Francesco Pavini a Jean Chappuis », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte 122, Kanonistische Abteilung 91 (2005), 355-407, ora (versione rivisitata) anche in Proceedings of the XII International Congress of Medieval Canon Law (Washington D.C., 2004), Città Stato del Vaticano 2008, 311-363.

Di Paolo S., « Quaero quid sit visitatio et quid visitare. Alcune annotazioni sull’esperienza canonistica dell’amministrazione« , in Der Einfluss der kanonistik auf die europaeische Rechtskultur [Villa Vigoni (CO), 26-29 luglio 2009], vol. 37/2, 267-294, Koeln, Weimar, Wien 2011.

Dolezalek G. – Nörr K. W., « Die Rechtsprechungssammlungen der mittelalterlichen Rota », in Handbuch der Quellen und Literatur der neueren europäischen Privatrechtsgeschichte, hrsg. von H. Coing, Bd. I (1973) 849-856.

Dolezalek G., « Reports of the “Rota” (14th – 19th centuries) », in Judicial Records, Law Reports, and the Growth of Case Law, Berlin 1989, 69-99.

Gaudemet J., Les Naissances du droit. Le temps, le pouvoir et la science du droit, Paris 1997.

Meyer A., « Die geplante neue Edition der spätmittelalterlichen päpstlichen Kanzleiregeln », in Stagnation oder Fortbildung?, cit.,117-131.

Meyer A., « Emil von Ottenthal revisited: Unterwegs zu einer erweiterten Neuedition der spätmittelalterlichen Regulae cancellariae apostolicae », in Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte 122, Kanonistische Abteilung 91 (2005), 218-236.

Meyer A., « Spätmittelalterliche päpstliche Kanzleiregeln », in Von der Ordnung zur Norm: Statuten in Mittelalter und Früher Neuzeit, hg. von G. Drossbach, Paderborn 2010, 95-108.

Napoli P., « La visita pastoral: un laboratorio de la normatividad administrativa », in Procesos, inquisiciones, pruebas. Homenaje a Mario Sbriccoli. Actes du colloque Proceso judicial y prueba de la Antigüedad a la Modernidad Temprana. In memoriam Mario Sbriccoli (1940-2005), Buenos Aires 4-5 septembre 2006, sous la dir. de E. Conte et M. Madero, Buenos Aires 2009, 225-250.

Napoli P., « Ratio scripta et lex animata. Jean Gerson et la visite pastorale », in L’Écriture des juristes (XVIe-XVIIIe siècles), a cura di L. Giavarini, (Etudes et essais sur la Renaissance), Garnier, Paris 2010, 131-151.

Nörr K. W., « Kurìale Praxis und kanonistische Wissenschaft: einige Fragen und Hinweise », in Stagnation oder Fortbildung?, cit., 33-38.

Padoa Schioppa A., « Riflessioni sul modello del diritto canonico medievale », in A Ennio Cortese, vol. I-III, a cura di I. Birocchi, M. Caravale, E. Conte, U. Petronio, Roma 2001, vol. III, 21-38; ora in Id., Italia ed Europa nella storia del diritto, Bologna 2003, 181-208.

Santangelo Cordani A., La giurisprudenza della Rota Romana nel secolo XIV, [Pubblicazioni dell’Istituto di Storia del diritto italiano dell’Università di Milano, 26] Milano 2001.

Fonti citate:

Corpus Iuris Canonici, Parisiis, Ulrich Gering et Berthold Rembolt, 1500-1501. [Goff B1014; HC 3627; IBE 1839; Rhodes, Oxford Colleges 428; GW 4904; ISTC ib01014000].

De Pavinis Iohannes Franciscus, Baculus Pastoralis seu Tractatus visitationum praelatorum, Romae, Georgius Lauer, 1475. [Goff P246; HCR 12528; IGI 7380; ISTC ip00246000].

De Pavinis Iohannes Franciscus, Commentarium Bullae Unam Sanctam, [Romae, Georgius Lauer, 1478]. [IGI 1959; IBE 1857; GW 4847; ISTC ib00975500].

De Pavinis Iohannes Franciscus, De officio et potestate Capituli Sede vacante, Romae, Georgius Lauer, 1481. [Goff P241; H. 12529; IGI 7378; ISTC ip00241000].

De Pavinis Iohannes Franciscus, Praeludium super Decretales Extravagantes Iohannis XXII, Romae, [Iohann Bulle], 1478. [HR 5409 (incl. H. 4556); IGI 3023; GW 7091; ISTC ic00721500].

Decisiones Rotae Romanae, Romae, Georgius Lauer, 1475. [H. 6046; GW 8203].

Pour citer ce billet :Silvia di Paolo, “A proposito di qualche esperienza normativa”, séminaire de lecture en Sciences Sociales, Rome, 27 janvier 2012. Url : <http://semefr.hypotheses.org/454>

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

L’intervention de Philippe Büttgen en podcast

PodcastLors de la deuxième séance du séminaire “Que font les normes ?” qui s’est tenue le 23 février 2012, Philippe Büttgen a présenté son travail sur le rapport entre normes et doctrines. La séance est introduite par Aurélien Girard et Benoît Schmitz.

Son intervention est désormais disponible et téléchargeable :

Télécharger

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

Sciences énormes / « Science normale » : Thomas S. Kuhn, 50 ans après

Canard LapinLa troisième séance du séminaire de lecture en sciences sociales, intitulée « Sciences énormes / “Science normale” : Thomas S. Kuhn, 50 ans après » aura lieu le lundi 19 mars. Nous aurons le plaisir d’accueillir Thomas Pradeu (Paris 4) et Davide Sparti (Université de Sienne).

Il est conseillé de lire, en préparation de la séance :

Thomas S. Kuhn, « Postscript-1969 » dans The Structure of Scientific Revolutions, Chicago, 1996 [3e édition], p. 174-210.

La séance se tiendra dans la salle de séminaire de l’École française de Rome, Piazza Navona, 62, de 10h à 13h.

Le séminaire est ouvert à toute personne intéressée.

Pour tout renseignement, contacter : yannick.beaulieu[ad]efrome.it ; julie.delamard[ad]efrome.it ; ghislaine.stouder[ad]efrome.it

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

Histoire du droit et histoire des normes

Jean-Louis HalpérinIntervention de Jean-Louis Halpérin lors de la séance « L’invention des normes » (27 janvier 2012 – séminaire « Que font les normes ? »)

Je suis très heureux et très honoré d’inaugurer le séminaire de cette année. Je remercie les organisateurs du séminaire ainsi que Silvia di Paolo et Paolo Napoli qui ont accepté de venir discuter et de débattre avec moi cet après-midi.

Retour sur un parcours

J’ai quelques embarras à parler devant vous. C’est ma seconde visite à l’École française de Rome – la première remonte à la fin des années 1980 – et vous avez compris que je ne suis ni romaniste, même si j’ai « commis » il y a fort longtemps un article sur les tribuns de la plèbe, ni médiéviste (et là, je n’ai absolument rien « commis »), ni moderniste (même s’il m’arrive de temps en temps de parler du XVIIIe siècle). Je suis en effet un « affreux contemporanéiste » qui se permet de donner des leçons sur des périodes plus anciennes de l’histoire du droit. J’assume bel et bien la présence disciplinaire de l’histoire du droit, c’est-à-dire que je n’ai pas honte à être historien du droit, non pas en raison d’un complexe de supériorité de cette petite spécialité organisée à l’intérieur des facultés de droit, mais parce que, de la même façon que l’on peut être historien et économiste, je pense que l’on peut être historien et juriste, ou juriste et historien, un jour sur deux, ou tous les deux à la fois. Les juristes ont beaucoup à apprendre des historiens, en particulier du point de vue de la méthodologie.

Pour celles et ceux d’entre vous qui ne sont pas très familiers de cette petite corporation des historiens du droit en France, qui se trouve également présente en Italie, la réflexion méthodologique en France n’est pas chose si courante parmi les historiens du droit, me semble-t-il. À vrai dire, ce sont des hasards, que j’estime heureux, qui m’ont amené une première fois au début de ma carrière, à la demande de collègues sociologues (notamment de Yves Grafmeyer à Lyon), à m’expliquer un petit peu sur la méthodologie de l’histoire du droit ; ensuite quand il m’a été demandé de rédiger dans le Dictionnaire de la culture juridique, dirigé par Denis Alland et Stéphane Rials, l’article « Histoire du droit », et donc de réfléchir sur l’historiographie, mais aussi sur le sens de cette discipline ; puis, de ma propre initiative d’écrire un article dans les Archives de philosophie du droit sur « Théorie et histoire du droit »1, et enfin cet article dans Droit et Société.

Cette tentative de réflexion méthodologique est venue notamment de lectures, particulièrement de la lecture de Friedrich Carl von Savigny, dont je ne suis pas du tout un spécialiste, mais qui m’a été donné de fréquenter pour des recherches et un livre sur l’histoire du droit international privé, des conflits de normes, déjà à cette époque2. J’ai toujours conservé à l’égard de Savigny, comme beaucoup d’autres, un grand mélange d’admiration et d’irritation, et pas une très grande conviction, en revanche, sur cette grande idée savignicienne que le droit EST histoire et que la caractéristique essentielle du droit, c’est son historicité, une idée bien évidemment défendue mordicus par tous les historiens du droit, et souvent de manière très brillante. J’ai fait référence notamment aux travaux de notre collègue suisse, maintenant à la retraite, Pio Caroni, sur la Geschichtlichkeit des Rechts, qui défend, avec beaucoup d’arguments cette théorie3.

Mais cette manière de présenter le droit comme un ensemble de phénomènes par essence, historiques, a, je trouve, l’inconvénient de réduire tout d’abord les phénomènes juridiques, et en particulier les phénomènes juridiques d’aujourd’hui, du droit positif contemporain, à leur origine historique, à faire croire que tout dans le droit est histoire et que notre droit positif n’est jamais que l’héritage et le produit des siècles passés. Et, surtout, cette conception du droit comme essentiellement historique, a conduit, sous des formes diverses, à des tendances évolutionnistes. On a bien évidemment dépassé l’évolutionnisme de Spencer du XIXe siècle, mais chez les plus éminents encore des historiens du droit, l’idée que l’histoire du droit dessine une ligne, une ligne sinueuse certes, mais tout de même une ligne qui conduit au point que représente le droit positif, a, je trouve, l’inconvénient de soutenir différentes formes essentialistes, qui ont été, ou qui sont la Dogmengeschichte en Allemagne, l’histoire des institutions en France, qui reposent sur l’idée qu’il est possible de suivre, sur la très longue durée, le développement de concepts, d’institutions, qui auraient un caractère essentialiste.

Le positivisme juridique : Kelsen et Hart

Kelsen

Au fur et à mesure du temps et des lectures, cet éloignement de cette histoire du droit n’a pu que renforcer mes convictions – je ne demande pas qu’elles soient partagées – de positiviste, nourries par la lecture notamment de Kelsen et de Hart. Concernant Kelsen, je serai très bref4. Il faut rappeler bien entendu l’opposition fondamentale qu’il fait entre le domaine des normes, du devoir-être (le sollen), et celui des phénomènes physiques ou naturels (le sein), qui, à mon sens, ne doit pas signifier, spécialement pour les historiens, que les phénomènes juridiques du passé ne sont pas susceptibles d’être étudiés comme des faits, comme des « phénomènes sociaux », disait Durkheim. Je serai tenté, c’est en tout cas ce que je fais dans l’enseignement, de dire qu’il est possible de rester dans la lignée de Kelsen en parlant de « faits normatifs », à condition justement d’insister sur l’utilité – je ne dis pas la nécessité – de distinguer des normes d’autres phénomènes sociaux, sachant que les normes juridiques ne sont elles-mêmes qu’une catégorie particulière d’un ensemble normatif. Il y a bien sûr d’autres ensembles normatifs, religieux, moraux ou sociaux. Ce que je veux dire par là, c’est que l’approche kelsenienne, nourrie de néo-kantisme, insiste sur le fait que les juristes (et donc les historiens du droit) ont besoin d’une définition minimale, formelle, du droit, qui est tout simplement la définition de l’objet de leur étude, de l’objet de leur science. Plus cette définition est formelle, plus elle est minimale, moins elle est essentialiste et plus elle est donc susceptible d’être utilisée.

Kelsen, avec d’autres, utilisait la notion vague, mais commode, de technique ou de technologie, pour caractériser le droit. Je pense que cette notion est utile, qu’il est possible de faire des comparaisons avec d’autres techniques très différentes, aussi bien la roue, dans les moyens de communication, que la monnaie, dont on a souvent dit qu’elle se rapprochait du droit comme moyen d’échange, et cette notion de technique nous pousse vers les problèmes d’invention et de perfectionnement de la technique, qui vont à l’encontre de l’idée essentialiste et, à vrai dire, jusnaturaliste, que toute société a un droit. Ce fameux adage, qui n’a rien de romain, « ubi societas, ibi jus », est en réalité anti-positiviste, puisqu’il va à l’encontre de cette idée d’une technique inventée et ensuite perfectionnée.

Hart

De la lecture de Hart5, j’ai retiré l’idée qu’une des bonnes manières, une des manières fructueuses de différencier les normes juridiques d’autres systèmes normatifs, c’était précisément cette approche et cette définition de Hart des systèmes juridiques comme étant les seuls à réunir des règles primaires de comportements, règles très nombreuses et susceptibles de varier, et des règles secondaires, que l’on peut considérer aussi comme des règles formelles, procédurales ou constitutives, que sont les règles de reconnaissance, de changement et d’adjudication. Effectivement, l’historien du droit peut se sentir plus proche des schémas proposés par Hart dans l’apparition de ces règles secondaires, que des schémas un peu brutaux, sinon primitifs, de Kelsen, dans l’apparition des ordres juridiques décentralisés, et, ensuite, des ordres juridiques centralisés.

Alors que Kelsen insiste beaucoup et finalement de manière très traditionnelle sur la notion de « contrainte », pour distinguer les systèmes juridiques d’autres systèmes normatifs, Hart a conduit les juristes et un certain nombre d’historiens du droit, à insister sur l’union des trois règles secondaires (il paraît difficile de se passer de l’une ou de l’autre), mais peut-être plus spécialement, sur la règle de changement, non pas que les autres systèmes normatifs soient complètement fermés au changement, mais le système juridique, les systèmes juridiques sont peut-être les plus ouverts au changement, ceux qui offrent justement une technique de changement adaptable à tous les contenus, qui ne comportent pas, par opposition par exemple à certains systèmes religieux, des dogmes invariables, mais simplement une technique formelle qui peut avoir tous les contenus.

 Le droit comme technique : compétence législative et compétence judiciaire

De ce point de vue, j’ai tendance à citer une phrase très ancienne du canoniste Jean d’André au début du XIVe siècle, « Dicitur ius positivum, quia cottidie, ponitur, tollitur, mutatur ». Cottidie, c’est peut-être un petit peu excessif, mais pourquoi pas avec l’activité de la chancellerie pontificale au XIVe siècle… en tout cas, l’idée que le droit est posé, imposé, modifié, changé, abrogé, me paraît très importante. Ce que je propose dans cet article, c’est de tirer, en histoire du droit, les conséquences de ces postulats positivistes, de reconnaître qu’il y a eu, qu’il y a peut-être encore, des sociétés sans droit, que le droit résulte d’une invention, pas d’une invention unique qui aurait eu lieu en un temps donné et en un seul endroit (la civilisation romaine se présentant comme candidate, en tout cas pour l’Occident), mais d’une invention qui a pu être faite sur différents continents et dans différentes civilisations, qui a pu aussi être endormie, peu utilisée, en latence, ou, au contraire, très développée, et qui suppose, d’après moi, une utilisation de cette technique juridique par un pouvoir, par un pouvoir qui veut asseoir ainsi son autorité dans deux domaines, ou deux compétences : la compétence législative, au sens le plus large, et la compétence judiciaire. L’union précisément entre la contrainte, liée à la sanction, et la possibilité de changement offrent des perspectives nouvelles à tous les pouvoirs qui ont précédé l’État moderne, et cela d’autant plus quand il y a une sorte d’accroche entre cette utilisation d’une technique de pouvoir par le pouvoir, et le développement d’experts du droit susceptibles au bout de certaines évolutions de se transformer en véritables professions juridiques, et qui ont tout intérêt, eux aussi, à propager cette technique et à insister sur leur rôle d’expert dans cette technique.

Cela m’amène, peut-être de manière excessive, à considérer que le pouvoir législatif est un pouvoir ancien, qui joue un rôle fondamental, à l’origine du droit, et qui, aussi bien dans les civilisations anciennes que dans les civilisations plus récentes, a peut-être été un peu sous-estimé par l’histoire du droit qui se complaisait davantage à insister sur le rôle des juristes, sur le rôle de la doctrine – les juristes quels qu’ils soient rêvant toujours à cet âge d’or supposé de la jurisprudence romaine où, finalement, les juristes faisaient le droit et où les juristes pouvaient donner l’impression de gouverner le monde.

Si je ne suis pas romaniste, il m’arrive de lire et de relire du droit romain et des études de droit romain ; j’ai été très marqué par l’enseignement d’André Magdelain, par la lecture de Michel Humbert, et j’en ai tiré, par exemple, l’idée, très banale encore une fois, que les Douze Tables ont bien existé à une époque ancienne, peut-être le milieu du Ve siècle avant Jésus Christ et qu’elle constitue un monument législatif massif, composé de plus de 140 dispositions, qui est venu sinon créer le droit romain, en tout cas lui donner une figure importante. J’ai ainsi tendance à considérer que la place des Prudents, la place de la jurisprudence dans le développement du droit romain ne doit pas être exagérée, qu’il faut tenir compte des faiblesses de notre documentation et du risque d’un abus de perspective en s’en tenant aux Prudents, et que la législation, sous des formes variées (ce ne sont pas les mêmes à l’époque impériale qu’à l’époque des premiers siècles la République), a toujours joué un rôle important dans le développement du droit romain.

C’est avec grand intérêt également que j’ai suivi, particulièrement en France, les développements récents de l’historiographie médiévale qui, d’abord avec les travaux d’André Gouron, d’Albert Rigaudière, puis ceux de Jacques Krynen, Gérard Giordanengo et Patrick Arabeyre, ont eu pour résultat de réévaluer l’importance de la législation royale, dès le XIIIe siècle, de faire le lien, au-delà de la France, avec d’autres pouvoirs et, en particulier, avec la révolution pontificale, dont tout le monde s’accorde à dire qu’elle a un rôle moteur dans la redécouverte des compilations de Justinien et dans le développement des techniques empruntées au droit romain ; et du côté du common law, j’avoue que j’ai toujours été frappé par le fait que les institutions de common law, notamment les institutions judiciaires, commencent avec une législation, celle d’Henri II, qui est une législation imposante, importante, sans laquelle je ne vois pas comment aurait pu se développer un système que l’on a l’habitude de qualifier de coutumier ou de jurisprudentiel, mais dans lequel, et à travers toutes les époques, sous des formes variées, la législation a tenu un rôle très important. Au XVIe siècle, par exemple, Henri VIII a été un très grand législateur, avec plus de quatre cents textes, et je parle là de textes à caractère général et pas simplement de privilèges ou de lettres particulières. Après la Glorieuse Révolution, la suprématie parlementaire a installé en Angleterre, avec un nombre de lois qui dépasse de très loin ce que l’on connaissait sur le continent, la présence de la loi.

Pour une histoire plurielle du droit

C’est pourquoi je propose aussi que l’histoire du droit puisse être plurielle. Vous avez compris que je ne suis pas un tenant du pluralisme juridique, au sens où l’entendent certains, c’est-à-dire d’une exaltation de la coutume, du droit spontané, de la transformation en quelque sorte naturelle des conventions sociales en normes juridiques. Encore une fois, en distinguant conventions sociales et normes juridiques, en insistant sur l’invention de la technique juridique et la place de la législation, je ne me place pas dans cette perspective. En revanche, je suis très ouvert à l’idée que les droits du passé sont susceptibles et même doivent être susceptibles de différentes approches qu’avec d’autres j’ai proposé, c’est une simple classification, de répartir entre :

  • l’histoire des normes ;
  • l’histoire de la science des droits ;
  • l’histoire des pratiques ou de « l’ordre juridique empirique » comme disait Max Weber ;
  • l’histoire des cultures juridiques.

L’histoire des normes, puisque c’est de celle-ci qu’il est surtout question – mais je pense qu’elle est inséparable des autres – peut apparaître certainement comme un sujet connu, comme un sujet vieilli, encore que, sur toutes les époques, de nouveaux travaux nous montrent qu’il y a beaucoup de choses à découvrir sur l’étendue de ces normes, sur leur connaissance exacte, sur leur quantification (je pense que les questions de chiffre ne sont pas indifférentes et qu’il est important de savoir combien de normes, après quel type de normes sont produites à chaque époque), sur la question de la publication et de la diffusion des normes. Parmi les travaux récents sur des périodes dont je ne suis pas spécialiste, j’ai été frappé par l’un des derniers articles de Patrick Arabeyre qui montre qu’il faut attendre la fin du XVe et le début du XVIe siècles pour qu’il y ait une première tentative de recueil des ordonnances royales en France, alors qu’il existe des Books of Statutes en Angleterre, sous forme manuscrite et avec différentes propositions, dès le XIIIe siècle6. Ce retard, en quelque sorte, ou cette lente diffusion en France des ordonnances royales, tend à montrer qu’il peut y avoir un grand espace entre l’invention de la technique législative – et d’une technique déjà raffinée et affirmée, dès le XIIIe siècle en France, et la diffusion, la banalisation de cette technique, qui est aussi un renfort de son efficacité.

Autrement dit, une fois que le pouvoir législatif est installé, il est loin d’avoir réussi toute son entreprise, car il y a contre lui aussi un phénomène – je crois que c’est un phénomène très important dans la compréhension du droit, de la science du droit et des cultures juridiques – qui est un phénomène d’oubli. L’accumulation des normes est toujours combattue par l’oubli, la disparition des normes et aussi la disparition de certains arguments ou de certains aspects de la science juridique.

Les mêmes questions se posent, spécialement dans le cas de l’Angleterre et du common law, pour les précédents judiciaires. Que savons-nous sur la diffusion des précédents judiciaires au Moyen Âge en Angleterre ? Pas grand chose ! John Baker a bien montré que la source la plus connue sur ces précédents, les Year Books, à partir du XIIIe siècle, n’étaient pas du tout des recueils de jurisprudence, des reports (il faut attendre le XVIIIe siècle et surtout le XIXe siècle pour qu’ils existent en Angleterre), mais des manuels d’enseignements pour les futurs avocats, à l’intérieur des inns of court, qui, plutôt que de rappeler de véritables précédents, présentaient plutôt des hypothèses stylisées, des cas d’école, qui ne correspondaient pas nécessairement à de véritables décisions judiciaires7. Dans cette histoire des normes, je pense qu’il faut faire entrer encore toutes ces notions.

Les conflits de normes

J’en terminerai par là : qu’en est-il des questions relatives aux conflits de normes – conflit interne et conflit externe – et sur la comparaison des normes ?

Conflit interne

Ce que j’entends par « conflit interne », c’est la question qui paraît aller de soi chez les juristes contemporains, mais qui, en réalité, est compliquée aujourd’hui, et qui l’était également par le passé, de la conciliation entre des normes contraires qui sont présentes dans le même ordre juridique. Aujourd’hui, les juristes contemporains ont tendance à vous dire « tout est simple, nous avons dans chaque pays une hiérarchie des normes, sur le modèle kelsénien, pyramidal, qui nous permet par un calcul des défauts et une analyse des dérogations, de résoudre tous les conflits ». À voir ! Cela suppose une très grande homogénéité des ordres juridiques. Les historiens savent bien que ces notions, attachées à la hiérarchie des normes, ne sont peut-être pas totalement absentes dans les systèmes juridiques anciens ; j’aurais tendance à penser que, au moins à certaines époques, il y a eu une hiérarchie des normes dans le droit romain, mais qu’elle ne se présente pas du tout comme aujourd’hui, notamment avec la force des normes constitutionnelles ; les systèmes anciens sont plutôt des systèmes de juxtaposition de normes qui s’interrogent sur des questions de conflit. C’est toute la réflexion pour l’Occident né à Rome, et développé au Moyen Âge, sur des règles de conflit, sur des principes comme lex posterior priori derogat, ou lex specialis generali derogat ; deux principes qui sont loin d’être si simples que cela dans leur apparition, dans leur histoire, dans leur emploi et dans leur conjugaison. Parce que quand on est en présence d’une loi générale postérieure par rapport à une loi spéciale antérieure, est-ce que c’est le principe de chronologie (lex posterior priori derogat) qu’il faut faire triompher ou est-ce que c’est le principe de spécialité (lex specialis generali derogat) qui va arriver à des résultats opposés ?

Conflit externe

Il s’agit des conflits qui se forment entre les différents ordres juridiques. La question que les spécialistes du droit international privé relient au conflit de loi, mais qui est une question beaucoup plus générale, notamment avec les phénomènes de transplants juridiques, avec les phénomènes de colonisation ou de domination qui mettent en contact avec des systèmes extérieurs et qui, eux aussi, ont besoin encore d’être approfondis dans l’interaction qui peut exister entre ces normes. Puis, on en revient entre les systèmes juridiques et d’autres systèmes normatifs : les conflits entre systèmes juridiques et autres systèmes normatifs, par exemple entre normes juridiques et normes religieuses.

La comparaison

Cela conduit bien évidemment à la comparaison et aux questions liées à la traduction des termes à employer, la traduction des concepts, la possibilité ou non d’utiliser des concepts généraux, neutres, modernes, pour qualifier des ordres juridiques de périodes différentes. J’aurais tendance à croire à cette possibilité, mais il faut toujours agir avec précaution. De la même façon que je suis peu convaincu par l’idée que les systèmes juridiques se développent spontanément à partir d’un terreau social et d’une transformation naturelle des conventions sociales, j’ai tendance à croire que, depuis longtemps et dans différentes périodes de l’histoire, la technique juridique a circulé, et, bien plus, que les transplants juridiques ont été l’occasion de chocs qui ont été décisifs dans les développements ou les perfectionnements du droit.

Ce type d’approche qui ne revendique aucune exclusivité, est aussi une manière de s’écarter un petit peu des schémas continuistes et d’essayer d’insister, de donner un coup de projecteur, sur les périodes de rupture, les périodes de révolution qui, souvent me semble-t-il, sont liés justement à des chocs massifs liés à des transplants, à un appareillage juridique, à tout un ensemble de « bagages » que les juristes apportent avec eux et qui aboutissent à la transformation du champ juridique tel qu’il était en place. Cela nous renvoie aussi à des considérations sociologiques, sur le rôle des juristes dans l’organisation de ce champ juridique.

Pour citer ce billet : Jean-Louis Halpérin, “Histoire du droit et histoire des normes”, transcription Guillaume Calafat, séminaire de lecture en Sciences Sociales, Rome, 27 janvier 2012. Url : <http://semefr.hypotheses.org/427>

  1. « Histoire du droit et théorie du droit. Un essai de conciliation », Archives de Philosophie du Droit, 51, 2008, p. 281-296 []
  2. « Les interactions au XIXe siècle entre doctrine allemande et doctrine française en matière de droit international privé » in J.-Fr. Kervégan, H. Mohnhaupt (Hg.), Wechselseitige Beeinflussungen und Rezeptionen von Recht und Philosophie in Deutschland und Frankreich, Frankfurt am Main, 2001, p. 211-229. []
  3. Pio Caroni, « Blicke über den Gartenzaun. Von der Beziehung der Rechtsgechichte zu ihren historischen Nachbarwissenschaften », dans Louis Pahlow (dir.), Die zeitliche Dimension des Rechts, Paderborn, 2005 []
  4. Hans Kelsen, Théorie générale du droit et de l’État (trad. fr. Béatrice Laroche et Valérie Faure), Paris, 1977 []
  5. H. L. A. Hart, The Concept of Law, Oxford, 1961 []
  6. Patrick Arabeyre, « Le premier recueil méthodique d’ordonnances royales françaises : le Tractatus ordinationum regiarum d’Etienne Aufréri (fin XVe – début du XVIe siècle) », Tijdschrift voor Rechtsgeschiedenis, 79 (2011), p. 391-453. []
  7. Reports of Cases from the Time of King Henry VIII, J.H. Baker, ed., 2003, « Publications of the Selden Society; v. 120-122 /Year Books Series » ; J. H. Baker, An Introduction to English Legal History, 4th ed., 2002 ; Id. The Common Law Tradition: Lawyers, Books and the Law, 2000 []

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website